GM

MERLAULT Brian IDES 1 La Première et Deuxième Guerre mondiale, des guerres totales. Durant le XXe siècle, deux Guerres mondiales ont éclatées. Sans précédent dans l’Histoire par leur ampleur, leur violence notamment liée aux innovations technologiques (chars, avions, mitrailleuses, bombe atomique). Ces deux conflits sont désignés comme étant des guerres totales du fait qu’elles mobilisent d’une part les soldats et aussi d’autre part l’ensemble de la société (économique, psychologique Quelles sont les origi totales ?

Quels effets o org guerre ? Nous y répo ror Sni* to onflits ainsi qu’en d sur les sociétés. oi sont-elles dites ociété d’après vement ces deux sés par ces guerres I – La Première Guerre mondiale, première guerre totale. a) Les origines du conflit. La Première Guerre mondiale est le résultat d’un long processus et d’une multitude de facteurs (crise économique, nationalismes). L’assassinat à Sarajevo de l’archiduc austro-hongrois par un nationaliste serbe est bien l’élément déclencheur le 28 juin 1914.

L’Autriche-Hongrie déclare alors la guerre à la Serbie un mois plus tard. Ces deux pays seront en effet soutenus par d’autres ations qui amènera à un mécanisme d’Alliance : La Triple Alliance (Allemagne, Empire Austro-hongrois et le Royaume d’Italie qui par la suite passera du côté de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’Entente et sera remplacé par l’Empire Ottoman) et la Triple Entente (France, Russie Russie et Royaume-Uni. Celle-ci déclarera la guerre à l’Allemagne après l’invasion de la Belgique). b) Les étapes du conflit : de la guerre de mouvement à la guerre de position.

Les gouvernements se lancent dans la bataille en pensant que le conflit sera bref. Les Etats-Majors ont élaborés une guerre courte basée sur l’offensive. Or, la modernisation de l’armement née des récents progrès technologiques a bouleversée les anciens équilibres au profit de l’attaque contre la défense. Pour éviter de lourdes pertes, les armées s’enterrent donc dans les tranchées. Entre fin 1914 à fin 1915, les armées commencent à se faire face, la guerre de position a remplacé la guerre de mouvement.

Durant les deux prochaines années, les armées continueront à se faire face, principalement à Verdun en 1916 qui causera un lourd bilan de mort. En 1917, dans tous les pays en guerre, l’ensemble de la société est marqué par un profond ras-le-bol du onflit et des difficultés qui en résultent. L’industrie qui tourne ? plein régime pour alimenter le front est secouée par des grèves. Les soldats refusent petit à petit de monter au front déprimés par les pertes massives qui ne débouchent sur aucune victoire décisive.

Les Etats-Unis se mêlent à la partie le 6 avril 1917. En France, le maréchal Pétain proclame la fin des offensives inutiles et améliore le quotidien des soldats. En 1918, les Puissances centrales se retrouvent à court d’hommes et de matériel. Les pays demandent alors tour à tour des armistices, dont ‘Allemagne qui est touchée par une révolution et qui capitulera par la su armistices, dont l’Allemagne qui est touchée par une révolution et qui capitulera par la suite. L’armistice est signé le 11 novembre 1918. ) Une mobilisation sans précédent. Entre 1914 et 1918, 70 millions d’hommes sont mobilisés ? travers le monde. Le nouveau visage de la guerre oblige les Poilus à apprendre la guerre défensive dans les tranchées (sans hygiène) où ils subissent un quotidien de privations. L’enfer est dans les tranchées, en effets les conditions de vie y sont déplorables et a mort n’est jamais bien loin (privations, maladies, violence des combats). Les armes nouvelles tuent d’avantage au combat mais occasionnent aussi beaucoup de blessures (gueules cassées).

A partir de 1915, les soldats obtiennent une permission d’une semaine tous les quatre mois. Cela leur permet de tenir le coup. d) La première guerre totale Pour la première fois, le conflit ne mobilise pas seulement les soldats, mais toutes les formes productives de la nation (économiques, psychologiques et physiques). Pour ravitailler le front en armes, en nourriture, en vêtements, tous les pays ont mis à contribution. Les femmes, les jeunes, les vieillards, à la ferme comme à Pusine prennent la place des hommes partis au combat.

Les civils ecrivent des lettres aux soldats, leur rendent visite à ‘hôpital ou s’engagent comme infirmier(e)s. Partout les nationalismes se déchainent et les civils font l’objet d’une propagande intense des exécutifs en place, relayée par voix d’affiches ou de presse. C’est le bourrage de crâne souvent dénoncé par les soldats eux-mêmes qui ont le senti presse. C’est le bourrage de crâne souvent dénoncé par les oldats eux-mêmes qui ont le sentiment d’être sacrifiés. Enfin, plus que dans n’importe quelle autre guerre, les civils sont les victimes des bombardements aériens et des attaques au gaz.

Poussés par les armées ennemies, de nombreux habitants (Belges, Français du Nord, par exemple) sont forcés de fuir. L’Allemagne soumet les populations des régions qu’elle occupe aux travaux forcés et le blocus maritime diligenté par l’Entente tue un demi-million d’Allemands, victimes de la famine. Dans « Empire ottoman, les Arméniens chrétiens, accusés de solidarité vec les Russes sont déportés et massacrés en masse par les Turcs. Le premier génocide du XXe siècle, qui n’a été reconnu comme tel que très récemment, fait un million de morts. e) La tentative de bâtir un nouvel ordre mondial.

La défaite de l’Alliance marque l’effondrement des empires (allemand, austro-hongrois et ottoman) et des monarchies autoritaires. Les nations souhaitent redessiner l’Europe et bâtir un « nouvel ordre mondial ». Une Société des nations (SDN) créée en 1919 et basée à Genève (Suisse) qui a vu le jour suite à la onférence de Paris et au Traité de Versailles (1919) est censée garantir la sécurité collective, à travers le désarmement. Ses membres s’engagent à recourir à l’arbitrage en cas de litige. Il – La Seconde Guerre mondiale, une guerre d’anéantissement. ) Le déclenchement du conflit Plus que la Première, la Seconde Guerre mondiale s’étend ? l’ensemble de la planète. E-lle débute en réalité en Asie, en 1937, avec l’en mondiale s’étend à l’ensemble de la planète. Elle débute en réalité en Asie, en 1937, avec l’entrée en guerre du Japon contre la Chine, auquel il veut imposer sa domination économique en Asie. En Europe, la volonté d’Hitler d’élargir son «espace vital» et d’instaurer un nouvel ordre dominé par la race aryenne, l’annexion de L’Autriche en 1938 est à l’origine de la guerre.

Pour éviter d’être mobilisé sur deux fronts à la fois comme en 1914, l’Allemagne signe un pacte de non-agression avec l’URSS (23 août 1939), qui prévoit le partage de la Pologne et des pays baltes. Dans la foulée, le 1er septembre, les troupes allemandes envahissent la Pologne. En réaction, l’Angleterre et la France lui déclarent la guerre le 3 eptembre, mais sans entreprendre d’opérations militaires. L’Italie de Mussolini entre en guerre 1940 aux côtés de l’Allemagne et du Japon et rejoint « L’Axe » lié par le pacte du 27 septembre 1940.

Les Etats-Unis entrent également en guerre après l’attaque des japonais ( alliés de FAIlemagne )sur Pearl Harbor le 07 décembre 1941. b) Une guerre totale Plus que la Première encore, la Seconde Guerre mondiale est une guerre totale, notamment du fait de la mobillsation humaine et matérielle inédite destinée à la production d’armement. C’est également une guerre d’occupation qui amènera un grand ombre de civils à entrer en résistance. Partout, les moyens modernes de communication (cinéma, radio) sont mis au sewice d’une propagande redoutable.

Mis à part les guerres civiles, c’est le seul conflit du XXe siècle qui a fait plus de victimes parmi les victimes parmi les civils que parmi les soldats (environ 20 millions de Russes tués et autant de Chinois). La victoire des Alliés repose d’ailleurs en partie sur la puissance économique américaine, devenue « l’arsenal de la démocratie », mais aussi sur la qualité de l’organisation des débarquements. Les populations subissent e plein fouet les bombardements ciblés qui repoussent les frontières traditionnelles entre le front et l’arrière.

Dans le même temps, les Américains, présents sur tous les fronts perdent 300 000 hommes. c) Une guerre d’anéantissement Les régimes de l’Axe, et en particulier l’Allemagne totalitaire, transforment cette guerre totale en une guerre d’anéantissement. L’expansionnisme nazi passe à l’Est par l’asseNissement des races jugées « inférieures » (Slaves notamment). Dans les pays colonisés, les populations civiles, enrôlées au travail forcé de manière systématique, sont victimes es réquisitions de nourriture et du régime de terreur policière instauré par la Gestapo.

L’invasion de la Russie marque une montée de la violence. Les Russes effectuant également des violences contre les Juifs en Pologne (NKVD) ou dans les pays baltes participent à la population d’élimination systématique des élites (fonctionnaires, militaires, cadres). L’Asie n’échappe pas à cette brutalisation de la guerre. 20 des 27 millions de morts d’Asie-Pacifique sont des civils. Le régime nationaliste japonais, proche des fascismes européens, nourrit des sentiments racistes et n’hésit