Germinale

Germinale

?Germinal d’Emile Zola Resume : Premiere partie : Le roman commence par l’arrivee d’Etienne a la fosse du Voreux ou il rencontre Bonnemort. L’histoire va commencer a s’interesser a la famille Maheu qui vit dans une petite maison du coron. Cette famille est composee des deux parents (Maheu et Maheude) et des sept enfants. Etienne trouve un travail comme haveur et il est integre dans l’equipe de Maheu et de Chaval. Il se lie d’amitie avec Catherine et rend jaloux Chaval car ils s’entendent bien. Les travailleurs disent que les chefs sont trop severes.

A ce moment la, l’ingenieur Negrel et le maitre-poiron Dansaert infligent une amende pour defaut de boisage. Deuxieme partie : L’histoire s’interesse a la vie bourgeoise de M. Gregoire qui est un actionnaire de la compagnie. Le cousin Deneulin veut emprunter de l’argent a Gregoire mais celui-ci refuse. Deneulin avait investi tout son argent dans la modernisation. Maheude va chez les Gregoire car l’epicier Maigrat refuse de lui donner du credit. Au coron, des rumeurs circulent au sujet des liaisons entre voisins. Mme Hennebeau fait visiter le coron a des parisiens.

Les mineurs commencent a rentrer chez eux et Etienne assiste au viol de Catherine. Troisieme partie : Etienne devient un bon haveur.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Chez Rasseneur, Etienne fait la connaissance de Souvarine, un russe anarchiste. Etienne cree une section de l’International et une caisse de prevoyance. Il essaye d’endoctriner les ouvriers dont Chaval. Maheu lui propose de vivre avec eux apres le mariage de Zacharie. L’amitie qu’il y a entre Catherine et Etienne se transforme peu a peu en desir. Jeanlin est victime d’un accident a la mine et reste infirme. Chaval jaloux emmene Catherine et s’installe a la fosse Jean-Bart.

Quatrieme partie : En decembre, la greve eclate et les mineurs veulent voir le directeur M. Hennebeau. Ils veulent des changement et se plainent du nouveaux systeme de payement. Peu a peu la geve devient general sauf a la fosse Jean-Bart. Les mineurs tiennent malgre que la caisse de prevoyance est vide. Chez les Maheu, Catherine reapparait avec Chaval qui se dispute avec Etienne violemment. Etienne et Pluchart demandent de l’aide a l’internationale et font adherer 10. 000 ouvriers de Montsou. Maheu et Etienne organisent une reunion dans la foret pour motiver les mineurs.

Chaval annonce la greve a Jean-Bart. Cinquieme partie : Deneulin va corrompre Chaval pour que sa mine ne soit pas en greve donc le travail reprend. Pendant que l’equipe de Chaval travaille au fond, les mineurs de Montsou coupent les cables. Etienne essaye de calmer les mineurs mecontents et Chaval rejoint la manifastation. La foule va d’une fosse a l’autre et revient a Montsou pour demander du pain a M. Hennebeau. Les mineurs insultent et humilient Cecile qui fut sauve par Deneulin. Etienne reoriente la foule vers l’epicerie de Maigrat. Celui-ci meurt et les femmes prelevent ses organes genitaux.

Sixieme partie : L’armee occupe les fosses. Etienne se cache des mineurs et nourrit par Jeanlin. Maheu est renvoye et un de ses enfants, Alzire meurt. Chez Rasseneur, Chaval annonce qu’il reprend le travail avec des belges. Il se bat avec Etienne qui l’emporte et lui laisse la vie sauve. Catherine refuse la proposition d’Etienne. Les travailleurs qui ont plus rien a perdre affrontent les soldats qui font feu. C’est un desastre : 25 blesses et 14 morts dont Maheu. Septieme partie : La compagnie veut mettre fin a la greve en promettant des ameliorations.

Etienne est accuse de tous les malheurs des mineurs et morts. Chez les Gregoire, on fete les fiancailles de Cecile et Negrel. Deneulin vend sa mine a la compagnie car il est ruine. L’equipe d’Etienne est au fond lorsque la mine s’effondre. La fosse a ete sabotee par Souvarine. Les mineurs tentent de sauver les survivants mais Zacharie meurt pendant une operation de sauvetage. Cecile se fait etrangler par Bonnemort. Prisonnier au fond, Catherine et Etienne doivent supporter Chaval mais celui-ci se fait tuer par Etienne. Les 2 survivants suivent leurs pulsions sexuelles et font plus qu’un.

Ensuite Catherine meurt et les secours trouvent Etienne. Celui-ci part en avril et fait ses adieux a ses compagnons de travail. Il part rejoindre Pluchart a Paris. Themes : Mort : La mort est presente dans tout le roman. Il y a une guerre entre les classes sociales et le capitalisme. Il y aura des morts de guerre comme Maheu, Cecile. Il y a aussi la mort des innocents comme Alzire, Zacharie, Catherine qui veulent un meilleur monde. Alzire perira de maladie (extrait p. 459) et de faim tandis que Zacharie perira de facon heroique et Catherine dans la mine.  Etienne, a ce moment, devint fou. Ses yeux se noyerent d’une vapeur rouge, sa gorge s’etait congestionnee d’un flot de sang. Le besoin de tuer le prenait, irresistible, un besoin physique, l’excitation sanguine d’une muqueuse qui determine un violent acces de toux. Cela monta, eclata en dehors de sa volonte, sous la poussee de la lesion hereditaire. Il avait empoigne, dans le mur, une feuille de schiste, et il l’ebranlait, et il l’arrachait, tres large, tres lourde. Puis, a deux mains, avec une force decuplee, il l’abattit sur le crane de Chaval. p. 569 « Tiens! la voila qui passe… Elle est morte de faim, ta sacree gamine. Et elle n’est pas la seule, j’en ai vu une autre, a cote… Vous m’appelez tous, je n’y peux rien, c’est de la viande qu’il faut pour vous guerir. » p. 459 « …elle se rappela, elle revit un flot de peuple hurlant qui l’entourait, elle sentit des mains froides qui la serraient au cou. C’etait lui, elle retrouvait l’homme, elle regardait les mains posees sur les genoux, des mains d’ouvrier accroupi dont toute la force est dans les poignets, solides encore malgre l’age. p. 556 Amour : Il y a plusieurs types d’amour dans le recit mais celui qui nous interpelle le plus c’est celui d’Etienne et Catherine. Ceux –ci seront ensemble qu’un peu de temps avant la mort de Catherine dans la mine. (extrait p. 529) Ils n’ont pas pu etre ensemble car Chaval faisait obstacle a chaque occasion qu’ils se retrouvaient seul. « D’un elan, elle s’etait pendue a lui, elle chercha sa bouche et y colla passionnement la sienne. Les tenebres s’eclairerent, elle revit le soleil, elle retrouva un rire calme d’amoureuse.

Lui, fremissant de la sentir ainsi contre sa chair, demie-nue sous la veste et la culotte en lambeaux, l’empoigna, dans un reveil de sa virilite. Et ce fut enfin leur nuit de noces, au fond de cette tombe, sur ce lit de boue, le besoin de ne pas mourir avant d’avoir eu leur bonheur, l’obstine besoin de vivre, de faire de la vie une derniere fois. Ils s’aimerent dans le desespoir de tout, dans la mort. » p. 529 « Sa femme avait couche la! Quand il eut pousse le verrou, il rouvrit sa main, il regarda le flacon, qui s’etait marque en rouge dans sa chair.

Brusquement, il voyait, il entendait, cette ordure se passait chez lui depuis des mois. Il se rappelait son ancien soupcon, les frolements contre les portes, les pieds nus s’en allant la nuit par la maison silencieuse. Oui, c’etait sa femme qui montait coucher la! » p. 403 « Depuis un instant, Chaval, debout, les regardait de loin. Il s’avanca, s’assura que Maheu ne pouvait le voir; et, comme Catherine etait restee a terre, sur son seant, il l’empoigna par les epaules, lui renversa la tete, lui ecrasa la bouche sous un baiser brutal, tranquillement, en affectant de ne pas se preoccuper d’Etienne.

Il y avait, dans ce baiser, une prise de possession, une sorte de decision jalouse. » p. 96 Lutte des classes sociales : Dans Germinale, il y a toujours une description de l’opposition entre les riches et pauvres, entre les mineurs et bourgeois. Pendant toute l’histoire, on raconte comment les ouvries veulent lutter contre la misere et contre le systeme de la societe. Ils veulent faire des changements car tout va mal et sont pret a mourir pour un monde meilleur. (extrait p. 272, discussion avec le directeur pour le prix des berlines. )  Alors, monsieur le directeur, finit-il par conclure, nous sommes donc venus vous dire que, crever pour crever, nous preferons crever a ne rien faire. Ce sera de la fatigue de moins… Nous avons quitte les fosses, nous ne redescendrons que si la Compagnie accepte nos conditions. Elle veut baisser le prix de la berline, payer le boisage a part. Nous autres, nous voulons que les choses restent comme elles etaient, et nous voulons encore qu’on nous donne cinq centimes de plus par berline… Maintenant, c’est a vous de voir si vous etes pour la justice et pour le travail. » p. 272