Geopolitique du sexe

Geopolitique du sexe

I)La mondialisation, facteur principale du developpement du marche du sexe « Tout s’achete et se vend et, pourtant, tout ne peut s’acheter et se vendre sans saper les bases memes de l’humanite. » Andre Gauron A)Le sexe un marche porteur Le sociologue canadien Richard Poulin de l’Universite d’Ottawa associe  la “naissance” de la pornographie a celle du magazine Play Boy en 1953.

Il est important de rappele que la symbolique de la pornographie a savoir la representation de l’acte sexuel, est presente dans bon nombre de civilisation (Japon, Inde, Grece antique,…) Il ne s’agit donc point d’une nouvelle mode, toutefois jamais celle-ci ne prit une telle ampleur. Actuellement, le chiffre d’affaire mondial s’eleverait a 52 milliards d’euros. L’industrie pornographique arrive au troisieme rang au Danemark… Les Etats-uniens depensent entre 1 et 2 milliards de dollars US pour obtenir du materiel pornographique via Internet: videos et autres gadgets ayant une connotation sexuelle.

On distingue plusieurs types de clients, a travers le monde entier en grande majorite de sexe masculin. Concernant les sex-toys et autres accessoires sexuels, ces derniers sont aujourd’hui rentre dans les m? urs favoriser par l’image vehicule par certaine icone de la mode (Sonia Rykiel). Cette croissance peut egalement s’expliquer par la banalisation de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’industrie du sexe, la place moindre des religions dans certaine civilisation, l’evolution des m? urs ce qui a entraine une hausse de la demande et de l’offre qui de facto a participe au developpement de la production de masse de biens et de services sexuels.

Le developpement des transports, les NTIC ont accentue ce phenomene de mondialisation et massification, permettant a un plus grand nombre de clients d acceder a l’ « offre », par une democratisation de celui-ci. B)Le developpement des transports et des NTIC artisans de l’expansion de ce marche. Autrefois le minitel « rose » lance au debut des annees 80, aujourd’hui Internet. En 1998, selon la revue “Enough is Enough” pres de 200 nouveaux sites pornographiques seraient apparus chaque jour.

Selon une autre etude realisee pour une chaine de television americaine (MSNBC), sur les 57 millions d’Americains qui utilisent Internet, 50% consulteraient des sites pornographiques et ceci de 1 a 10 heure par semaine. De plus 12% de l’ensemble des sites internet, sont des sites pornographiques. Ainsi les NTIC, ont favorise le developpement de la pornographie en lui donnant un reflet et un aspect mondial. Des sites pornographique a l’instar YouPorn. com se situe en mars 2008 a la 29e place des sites web les plus frequentes a travers le monde.

Des geant de l’industrie du sexe mondialement connu se partage le marche comme « Dorcel TV », la creation de festival de cinema dedie au porno (les Hot d’Or), confrontant les principaux protagonistes du secteur relayent a travers le monde la pornographie et autres pratiques dites sexuelles. Malgre les interdictions et les censures operees par certains gouvernements pour des raisons par exemple religieuses cette industrie divise et pose la question de la liberte d’expression, a l instar de l’Iran ou le Parlement a approuve un projet de loi qui prevoit que « les producteurs d’? vres pornographiques et les principaux elements dans leur production », c’est-a-dire producteurs, realisateurs, cameramen et acteurs, soient consideres comme « corrupteurs du monde » et a ce titre passible de la peine capitale. Dans la plupart des cas le commerce sexuel et l’industrie qui l’accompagne est illegal, mais peut permettre l’enrichissement de certains etats en voie de developpement C)Cette industrie, facteurs clefs de certains pays

Le commerce sexuel, et l’internationalisation de celui-ci comme nous l’avons vu precedemment est en plein expansion, dans la plupart des cas et ce a l echelle du mondes ce dernier est en position d’illegalite. Le plus souvent gere par des reseaux, des mafias, et profitant a une minorite d’individus. Certains NPD utilise cette manne financiere a des fins de developpement. En effet, il est important de ne pas negliger la part de la prostitution et du tourisme sexuel dans l’activite economique de certains pays (Thailande, Malaisie, Indonesie…), qui peut atteindre les 14% des activites economiques (ex : Thailande).

Pour ce meme pays les differents revenus tires de l’industrie du sexe representent environ 60% du budget gouvernemental. Ce phenomene profite essentiellement a l’industrie du tourisme. Meme des institutions mondiales tel que le FMI et la Banque Mondiale encouragent le tourisme sexuel. Il representerait pour de nombreux pays en developpements (pays d’Asie, d’Amerique Latine, Afrique), une opportunite de croissance economique qui engendrerait des aides et des offres de prets importants destinees a developper par exemple leurs industries du tourisme. II) Marchandisation de l’etre humain.  En vingt jours on peut briser n’importe quelle femme et la transformer en prostituee », a ecrit Richard Poulain. Oui, l’utilisation du rapt, de la violence et du viol ont reduit les femmes et les enfants a du «betail». A) La traite des femmes et des enfants L’organisation pour la securite et la cooperation en Europe, definit la traite comme tous les actes inclus dans le recrutement, l’enlevement, le transport, la vente, le transfert, l’hebergement ou la reception des personnes ; par la menace ou l’utilisation de la force, la tromperie, ou la servitude pour dettes ; a des fins de placement ou de detention des ersonnes, payees ou non, dans un etat de servitude involontaire, pour un travail force ou pour un creancier, dans une communaute autre que celle dans laquelle la personne vivait avant d’etre trompee, prise de force ou soumise a des creanciers. Aujourd’hui plus de 90% des prostituees sont controlees par un proxenete. En Asie du Sud et Asie du Sud-est, plus de 400 000 femmes et enfants ont ete deplaces en une annees, en Russie et autres Etats independants de l’ex URSS il y en a eu 175 000, en Amerique Latine et Caraibes : 100 000 et en Afrique : 50 000….

Ainsi, des milliers de femmes et d’enfants sont enleves ou emmenes de force dans d’autre pays. Aux Pays-Bas, 70% des occupantes des vitrines d’Amsterdam sont Dominicaines. De plus, les souteneurs font travailler les femmes qu’ils achetent a leurs comptes pour se faire rembourser des frais engendres. C’est ainsi qu’en Thailande plus de 250 000 femmes et enfants d’Asie du Sud-Est ont ete achetes entre 6000 et 10 000 dollars americains. Au Canada des Asiatiques sont achetees par des intermediaires qui les revendent ensuite 15 000 dollars a un souteneur. B) La prostitution infantile.

L’UNICEF estime qu’un million d’enfants entrent chaque annee dans l’industrie du commerce sexuel. 400 000 enfants sont exploites en Inde, 800 000 en Thailande, 200 000 au Nepal… Dans ce pays, comme dans de nombreux pays asiatiques, les filles remboursent les dettes contractees par leurs parents. De 28 000 a 30 000 enfants de moins de 18 ans, dont environ la moitie ont de 10 a 14 ans, se livrent a la prostitution en Afrique du Sud. Les sequelles sur les enfants sont irreversibles: maladies sexuellement transmissibles, toxicomanie, grossesse precoces et souvent dangereuses, troubles mentaux, violences…

C)Le tourisme sexuel Selon l’OMT le tourisme sexuel devrait etre un facteur de rapprochement entre les peuples, de comprehension, de prosperite et de paix. Il y aurait, selon Unicef, 200 000 adeptes du tourisme sexuel qui n’epargne aucune region, riche ou pauvre. Les sexe-touristes viennent des Etats-Unis, du Canada, d’Europe, du Japon, d’Australie, de Chine… De plus, le tourisme sexuel represente pour les organisations criminelles un commerce hautement lucratif. Il s’agit d’une veritable industrie, pesant pres de 5 milliards de dollars.

La carte mondiale du tourisme sexuel evolue. L’adoption de lois plus strictes en Thailande et aux Philippines ont pousse les adeptes du tourisme sexuel vers d’autres destinations : – Le Cambodge et le Laos, qui comptent parmi les principales destination des charters du sexe. -l’Inde, le Bresil, Cuba, le Maroc, la Mauritanie, la Pologne, la Russie. Enfin la derniere destination touristique sexuelle est le Canada. D) La pornographie La pornographie infantile ou pseudo-infantile constitue presque 50% des telechargements des sites pour adultes.

On peut trouver sur ces films et/ou images des enfants ages d’a peine 3 ans. La pornographie rend une image erronee bien sur des relations sexuelles mais plus grave encore, elle degrade de facon abusee l’image de la femme et de l’enfant dans les societe. III) Une geopolitique inegale Depuis 1995, meme si les discours officiels denoncent les consequences de cette mondialisation du marche du sexe, il semble que meme les organisations mondiales telles que l’OMC et l’ONU defendent une vision liberale de l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants.

A) Une legislation floue Meme s’il est clairement etablie que la prostitution est un phenomene planetaire, il semble aujourd’hui difficile de trouver un accord mondial codifiant l’attitude des pays a avoir face a la prostitution. Les raisons sont simples : D’une part un interet economique de certains pays a fermer les yeux sur ce phenomene, d’autre part des positions ideologiques differentes. Il n’existe pas de consensus mondial et la legislation differe en ce qui concerne le tourisme sexuel.

On observe cependant quelques points communs. L’age de la « majorite sexuelle » constitue cependant une des differences majeures entre les pays (de 9 ansdans certains pays d’Afrique a 20 ans pour la Tunisie) . Tandis que le Canada est sur le point de decriminaliser totalement la prostitution et le proxenetisme, la loi Suedoise prevoit des peines envers les acheteurs et les proxenetes tandis qu’elle ne prevoit aucune sanction envers les prostituees.

La loi Francaise est beaucoup moins claire et adopte une attitude abolitionniste sans reellement interdire la prostitution en penalisant le proxenetisme et autres faits associes. Toutefois, certains pays comme la France ont adoptes des lois dites d’extraterritorialite permettant aux pays signataires de pouvoir poursuivre des personnes dans leur pays d’origine pour des mefaits accomplis dans d’autres pays. Cependant, la difficulte a rassembler des preuves ou encore le manque de cooperation de certains pays rendent difficile l’application des ces procedures.

B) La prostitution : une simple difference de point de vue Cette industrialisation a la fois legale et illegale a connu ces trente dernieres annees une diffusion massive a l’echelle mondiale qui a conduit a une normalisation de la pornographie et de la prostitution. Ce phenomene a cree une veritable economie souterraine consideree comme beaucoup de pays aujourd’hui comme un secteur d’activite a part entiere presente pour repondre a tous les types de demandes.

Ainsi, de nombreuse chaines hotelieres, compagnies aeriennes et touristiques internationales profitent largement de cet essor du marche du sexe. L’exemple le plus probant reste celui de la Thailande qui en 1987 faisait, de ce tourisme sexuel un argument choc pour attirer les touristes du monde entier avec une phrase tres evocatrice : « Le seul fruit de la Thailande plus delicieux que le durian sont les jeunes femmes ». D’autres pays Europeens comme les Pays-Bas profitent largement de ce tourisme sexuel et sont reputes pour leurs bordels legaux.

En effet, les Pays-Bas considerent la prostitution comme un commerce legitime et accordent meme aux prostituees les memes avantages sociaux que certains autres travailleurs. Cette prostitution locale est meme devenue une strategie de developpement pour des pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amerique latine en reponse a de fortes dettes qu’ils ont contractes. Meme certaines organisations mondiales telles que le FMI et la Banque mondiale cautionnent ce type de strategie en encourageant ces pays a investir dans leurs industries du tourisme et de divertissement.

Cette banalisation du sexe n’est pas si recente puisqu’en 1998 l’ONU, par le biais d’une agence appelee l’organisation internationale du travail, pronait la liberalisation du systeme prostitutionnel par la reconnaissance d’une economie liee a l’industrie du sexe. L’Organisation reclamait alors dans un rapport une « amelioration des conditions de travail » ainsi qu’une « extension des droits du travail » sur le marche mondial du sexe.