Géo compo

Géo compo

Comment, dès lors, parvenir à un équilibre durable entre les milieux, leurs ressources et leur nécessaire mise en valeur ? Les potentialités du territoire français sont menacées par des risques et contraintes, à la fois naturels et artificiels, ce qui implique une volonté politique de protection des paysages à tout échelon territorial, de la commune l’européen. 1.

Les potentialités du territoire français l’européen 1 Ce mot remplace désormais la notion plus ancienne « d’outre- mer », qui désignait les territoires français non métropolitains, c’est à dire situés hors d’européen. 2 espace marqué par une combinaison de caractéristiques naturelles, sociales, économiques, voire culturelles. 2/9 État le plus étendu d’européen occidentale (1 /eu de l’Union européenne 27) et disposant d’une vaste zone maritime, la France couvre 633 000 km, dont 544 000 km en métropole et 89 000 km pour les départements et régions d’outre-mer (DROME).

Habituellement schématisé par un hexagone, le territoire métropolitain est frontalier avec huit États : belliqueux : luxerons ; allemande , Confédération 2 1 de « carrefour européen topographiques contrastée, la France métropolitaine alterne des espaces de plaines ou de plateaux (2/3 de sa superficie) et une part significative de montagnes dont les rois chaînes alpines :

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les alpages (le Mont-Blanc est le plus haut sommet d’européen occidentale avec 4 810 m), le Jura et les éprennes.

Les territoires ultrasons ne sont pas en reste, les atolls politiciens contrastant avec les reliefs volcaniques de La Réunion et de la Guadeloupe (point culminant des entailles : le sommet du volcan de la Soufrière a une altitude de 1 467 m). ? Les climats tempérés de la métropole sont divers : de l’océanique l’Ouest, avec les arrivées d’air atlantique (donc humide) au continental, avec des contrastes entre les saisons s’accentuant vers l’Est ; au Sud-Est, e sont les sécheresse d’été du climat méditerranéen ; enfin, en altitude, on a le climat montagnard. . 2. Un territoire très valorisé ? ? En raison des transformations anciennes par l’homme (intronisation), la France métropolitaine ne compte plus à proprement parler de « milieux naturels h, tous ayant subi l’influence de l’homme. ? Les espaces de production agricole et forestière couvrent 88 % du territoire métropolitain. La forêt en occupe près de 30 % et constitue le troisième massif de l’Union européenne. En outre, sa superficie a progressé en métropole de 46 % depuis 1945 et a doublé en 200 ans. /9 Illustration 1: Usage et occupation du sol en France en 2009 a 1 ressources ? ? Le territoire français est généralement considéré comme pauvre ressources, que ce soit en produits énergétiques ou en minerais (si ce n’est en Nouvelle-calomnie qui posséderait 40 % des réserves de nickel mondiales) ; néanmoins, il dispose de matériaux de construction (gravier, sable, calcaire) et des matières premières (soufre, sel, potasse). Il a saouls une grande diversité de milieux et d’atouts mis en valeur au fil du temps, ce que certains géographes nomment «l’abondance». Aujourd’hui, les énergies renouvelables connaissent une croissance rapide (par exemple, l’éolienne, inexistant jusque 1998, produit 4 meuglait en 2008) mais restent peu présentes en comparaison des autres types d’énergie (84 % de l’énergie primaire provient du nucléaire) et des autres pays européens. ? Les paysages constituent de nouvelles ressources, notamment dans le cadre de leur association à des produits labialiser (bafouera en Savoie).

La France dispose de paysages emblématiques et mondialement connus, comme le vignoble de Saint-million, la vallée de la Loire ou le montait-miches. Les projets d’aménagement ayant des incidences passagères font l’objet de conflits d’usages, y compris lors de la construction de parcs éoliennes offset, c’est à dire directement implantés en mer, comme au large d ne-maritime). 4/9 a FO fonctionnement des territoires s’est considérablement amoindri. Ainsi, les massifs montagneux, présentés auparavant comme des barrières, sont aujourd’hui traversés par de nombreux tunnels.

Par exemple, la loyales ferroviaire entre Lyon et taurin, attendue autour de 2020, va nécessiter la percée d’un tunnel de 52 km sous les alpages : il permettra de relier eux villes en 01 ha contre 4 h actuellement. ? Plus largement, les représentations des Français ont évolué face certaines contraintes. Ainsi, la pente et la neige constituent de véritables potentialités pour la pratique des sports dévier ; mais la neige peut également freiner la fluidité des déplacements dans une société très mobile. La place donnée aux contraintes varie donc selon les acteurs et l’organisation des territoires. La France d’outre-mer, très éloignée de la métropole, a pour principale contrainte l’isolement de ses territoires, mais leur éparpillement est aussi n atout puisqu’ permet au pays de disposer d’une vaste zone maritime appelée Zone économique exclusive (SE), espace maritime sur quel un État côtier exerce des droits souverains en matière d’exploration et d’usage des ressources. 2. 2. Des risques variables, a raves Ar les sociétés humaines 5 1 exposées à un ou plusieurs risques naturels (voir tableau ci-dessous).

Le risque d’inondation est le plus fréquent, avec 5,6 millions débitants dans les zones mondiales par les cours d’eau, esthétiquement attractifs. Paris est ainsi très vulnérable, en raison d’un nombre considérable d’enjeux. Malgré les ouvrages de protection (lacérerions, digues), une inondation de la sein pourrait coûter aujourd’hui plus de ? 17 milliards ? Par conséquent, le fait que les sociétés se rapprochent des sources de danger augmente leur vulnérabilité. Entre 1999 et 2006, plus de 200 000 gomment ont été construits dans les milieux exposés aux inondations. Esthétiquement, la dernière inondation majeure subie par la capitale remonte à 191 0,5/9 cabossée d’entretien des outils de prévention (digues) constitue également un facteur de risque, démontré cruellement par le passage de a tempête « syntaxe » en européen occidentale, en février et mars 2010. Tableau : L’exposition au risques naturels en France (d’après le Ministère de l’écologie, de l’énergie, du Développement Durable et de la Mer en 2010). (Source : Géographie, erre USE/S, Paris, Hachette éducation, 2011) 2. 3. Une « surexploitation » des milieux ? « l’rationalisation » (voir fiche de vocabulaire et la carte ci- dessous) s’accélère dans certains milieux littoral, perturbais) mais ne touche pas 6 1 ? Les pressions anthropoïdes sur les espaces sont liées l’étalement urbain et aux infrastructures. Ainsi, l’aéroport Notre-Dame-des- Landes, près de Nantes, dont les travaux sont prévus de 2014 à 201 7, détruira 2000 hectares de bocage et entraînera la disparition de plusieurs exploitations agricoles. Ces pressions occasionnent des conflits d’usage entre activités économiques et urbanisation. Les pressions sur les milieux sont variées : drainage des zones humides, phénomènes d’ « algues vertes » sur les côtes bretonnes causés par les entrantes , « marées noires Dans les territoires d’outre-mer, l’impact de ‘extraction du nickel sur les paysages de Nouvelle-calomnie, ‘ripailler à l’aide du mercure en Guyane, et plus généralement l’exploitation des ressources minières, sont vivement critiqués. Mais cette réalité est complexe : en Nouvelle-calomnie, le nickel représente 95 % de la valeur des exportations, assurant 6 000 emplois au total.

Carte : « les surfaces artificielles en France b. 4 En effet, certaines algues vertes sont défavorablement célèbres comme indicateurs des dérèglements de l’environnement causés par homme : ce sont par exemple les élevés impliquées dans l’extension des marées vertes bretonnes ou la acculera taxinomie, espèce tropicale qui envahit les fonds méditerranéens. 6/9 3. Un territoire à gérer et 1 précaution » est invoqué pour éviter les dangers immédiats ou prévenir certains risques. Les Plan de Prévention des Risques d’Inondation (APR.) – 37 % communes en septembre 2009 contre 4 % début 1999 – réglementent l’urbanisation, en interdisant la construction sur des terrains exposes a des aléas dangereux. Depuis 2003, le même dispositif existe pour l’industrie, avec les Plan de Prévention des Risques Technologiques (APR.) qui épaulent la « directive sèves Le ménagement des grands fleuves entraîne une destruction du bâti dans certaines zones mondiales (Loire, rein) dans un objectif de prévention.

Mais ces destructions interviennent parfois après la catastrophe : après la tempête « syntaxe » en 201 0, 761 habitations ont été classées en zones noires pour démolition. 3. 2. Protéger les milieux emblématiques aux échelles régionale et nationale ? Plusieurs cadres de protection des milieux existent, certains étant antérieurs à la création du Ministère de l’Environnement (1971). Les AI Parcs Naturels Nationaux, dont le c?Ur est moralement inhabitée , restent le fleuron du dispositif de protection des espaces 5 Les états-Unis furent pionniers en ce domaine avec la création du Parc de lesterons des/9 naturels. Les 46 parcs Naturels Régionaux, dotés d’une protection non réglementaire comme les Parcs Nationaux, sont avant tout orientés vers le développement équilibré de ces territoires ruraux. ? Enfin, la protection se dé ré spécifique en fonction lois régalant l’urbanisme (la loi « Montagne » en 1985 et la loi « Littoral » en 1986).

La France devrait se doter de parcs naturels marins d’ici à 2012. Monde ? L’intervention européenne peut se décliner de plusieurs manières : le label : « Capitale verte de l’Union européenne » (depuis 2006) gratifie des politiques de déraillait de villes européennes (Nantes la reçu pour sa politique de transport et son plan climat). L’Union Européenne finance saouls des projets de déraillait à travers ses programmes et le réseau « nature 2000 » (depuis 1992) regroupe 1 749 sites dignes d’intérêt pour la conservation de la boiterais. Enfin, des projets transféreraient de protection existent à différentes échelles.