Fusees

Fusees

AVANT TOUT : AVERTISSEMENT – DESCRIPTION DES RISQUES MESURES PREVENTIVES T Toxique – T+ Tres toxique : ex: sels de mercure, methanol, alcool a bruler, creoline, spray pour peinture. Substance toxique presentant meme en petite quantite un danger pour la sante. Effets aigus ou chroniques, risque de mort. Proscrire soigneusement : ingestion, inhalation, contact avec la peau. Mesures preventives : moyens de protection (gants vetements), exterieur ou local aere, ne jamais manger, boire ni fumer pendant l’utilisation, tenir hors de portee des enfants.

Xn : Nocif :ex: detachant, trichlorethylene, terebenthine, solvants pour peinture, decapants, produits traitement du bois. Toxicite moindre que T, mais reel cependant eviter ingestion, inhalation, contact avec la peau. Xi : Irritant: eau de javel, ammoniaque, polyester. Par contact repetitif, provoque des reactions inflammatoires avec la peau et les muqueuses. Eviter tout contact avec la peau et les yeux. (porter gants et lunettes). Ne pas inhaler les vapeurs Rem: en cas de projection accidentelle, laver a grande eau durant un bon quart d’heure ( idem brulure).

F Facilement inflammable et F+ Extremement inflammable : ex: petrole, essence, alcool a bruler, solvant, acetone, ether, acetylene. Produit pouvant s’enflammer tres facilement en presence d’une source d’inflammation : a temperature ambiante m, On

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
obtient : Differentes formes d’ailettes Le nombre d’ailettes Q ne doit pas etre choisit au hasard : • • • • • • • • Q = 1 : impossible (manque de symetrie), Q = 2 : impossible (manque de symetrie centrale), Q = 3, 4 : cas les plus courants, Q = 5, 6 : cas plus rares Q ; 6 : a eviter, risque de sortie du domaine de validite des formules.

Valeurs des XCLP ailettes et Cailettes : XCLP ailettes Cailettes 2. Series multiples et decomposition Il est tout a fait possible d’implanter sur une fusee plusieurs series d’ailettes. Il suffira d’en tenir compte dans le calcul du XCLP final. On peut retenir cette methode dans le cas ou une fusee est appelee a voler dans deux configurations de masse ou de geometrie differentes.

La premiere serie d’ailettes, principale, sera alors calculee pour une des deux configurations et la seconde serie, ajoutee a la premiere sera alors calculee pour que l’ensemble de la fusee, en seconde configuration, continue a respecter la condition de stabilite. Cette possibilite de considerer deux series d’ailettes peut aussi etre utilisee en sens inverse : elle permettra alors de calculer l’effet d’une seule serie d’ailettes, mais dont la geometrie n’est pas conforme a la decomposition ci-dessus.

Par exemple, les ailette ci-dessous ne suivent pas la modelisation, mais il est possible de les diviser en deux ailettes qui, elles, sont conformes a la modelisation : Exemples de decomposition Dans le premier exemple, on peut decomposer en deux ailettes dont la somme est egale a l’ailette de depart. Dans le second exemple, on peut decomposer en deux ailettes dont la difference (la grande moins la petite) est egale a l’ailette de depart. On affectera alors d’un signe moins le coefficient de l’ailette a soustraire. Attention, dans ces deux cas, les deux Lailettes ne sont pas les memes pour les deux series. . Ailettes plus evoluees Malgre l’astuce de decomposition des ailettes, il n’est pas toujours possible de modeliser, et donc de calculer certaines formes d’ailettes. Comment alors faire si, comme moi, on a l’imagination un peu trop debordante. Comme explique plus haut, je me suis penche assez profondement sur ce probleme et de mes reflexions sont issues des « extensions » aux formules ci-dessus, lesquelles ont ete validees par des experimentations grandeur nature. Voici les resultats que j’ai obtenus : Ailette cylindrique concentrique

Vue axiale Cet exemple se traite en deux parties, selon la methode de decomposition evoquee ci dessus : les quatre ailettes classiques (nombre au choix du concepteur), que l’on calculera selon la methode ci-dessus, et un cylindre, que l’on modelisera de la facon suivante : • • • D_ailette : diametre de la fusee, Dcylindre : diametre du cylindre, Hcylindre : hauteur du cylindre. On utilise alors les formules des ailettes avec : • • • • • • m = Hcylindre, n = Hcylindre, p = 0, e = (Dcylindre – Dailette)/2, f = (Dcylindre – Dailette)/2, Q=3

Ailettes cylindriques deportees Vue axiale Note : les cylindres deportes sont creux. Cet exemple se traite en deux parties, selon la methode de decomposition evoquee ci dessus : les quatre ailettes classiques (nombre au choix du concepteur), que l’on calculera selon la methode ci-dessus, et les cylindres, que l’on modelisera de la facon suivante : • • • • • Dailette : diametre de la fusee, Dcylindre : diametre des cylindres, Hcylindre : hauteur des cylindres, Q : nombre de cylindres, k : largeur des ailettes de maintien.

On utilise alors les formules des ailettes avec : • • • • • • • m = Hcylindre, n = Hcylindre, p = 0, e = Dcylindre, f = Dcylindre, Q = 2q, Dailette fictif = Dailette effectif + 2k. Cas plus complexes La methode de la decomposition permettra de calculer d’autres cas, comme par exemple le cas ci-dessous : Du centre vers l’exterieur, une serie de 4 ailettes classiques ou decomposees, un cylindre concentrique, une serie de 3 ailettes classiques ou decomposees puis finalement 3 cylindres deportes. V. Calcul du centre lateral de poussee

Nous avons maintenant, pour chaque element de la fusee, calcule son X_CLP element propre et son coefficient Celement associe. Il est maintenant possible de calculer, via la formule de type barycentrique suivante, le X_CLP de la fusee : Rappel : ? est l’operateur Somme pour tous les elements concernes. Soit, pour une fusee ayant, outre son ogive, une jupe et deux series d’ailettes : Cette formule permet de bien voir l’effet d’un element : plus un element a un coefficient eleve, plus le centre lateral de poussee general se rapprochera du centre de poussee de cet element.

Cette constatation est importante car la condition de stabilite, qui demande que le centre lateral de poussee se situe entre 1 et 3 diametres en dessous du centre de gravite, peut souvent etre respectee en affectant un coefficient suffisant aux ailettes, ce qui a pour effet d’abaisser le centre lateral de poussee et donc d’augmenter XCLP. Stabilite en vol des fusees miniatures – Conception et Calculs [6/8] VI. Verification et obtention theoriques de la stabilite

Nous avons maintenant tout en main pour verifier la conformite du choix des ailettes avant meme leur fabrication : • • • Position du centre de gravite XCG, Position du centre de gravite XCLP, Diametre moyen de la fusee D. Nous n’avons plus qu’a verifier la condition : D < XCLP-XCG < 3D XCLP-XCG = 2D dans le cas ideal Si la condition est respectee, tout va bien. On peut alors construire les ailettes, les assembler a la fusee et passer a l’etape suivante (correction de la masse ajoutee par les ailettes). Mais si la condition n’est pas respectee, il faut modifier la conception aerodynamique de la fusee.

Comme il est malaise de modifier ogive, jupe ou retreint, on modifiera de preference les ailettes. La modification a apporter depend de la facon dont la condition de stabilite n’est pas respectee : Si XCLP est trop grand, il faut alors diminuer XCLP ailettes(c’est a dire placer les ailettes plus hautes) et/ou diminuer Cailettes (c’est a dire diminuer le nombre d’ailettes et/ou leurs dimensions). Si XCLP est trop petit, il faut alors augmenter XCLP ailettes (c’est a dire placer les ailettes plus basses) et/ou augmenter Cailettes (c’est a dire augmenter le nombre d’ailettes et/ou leurs dimensions).

Comme l’envergure « e » des ailettes intervient au carre dans la formule du coefficient, elle peut etre un bon element a faire varier pour arriver a l’equilibre. Un bon moyen d’arriver a une conception precise et rapide des ailettes est de saisir toutes ces formules dans un tableur. Il vous sera alors ainsi tres aise de voir quelle est l’influence de chaque variable de chaque element de la fusee et d’ainsi choisir la configuration optimale. Une fois les bonnes ailettes calculees, vous pourrez alors les construire puis les assembler a la fusee.

Comme nous l’avons vu plus haut, cet ajout de masse va perturber un peu la position du centre de gravite. Mesurez alors la position du nouveau centre de gravite et comparez a l’ancienne position : • • • Si la condition de stabilite est toujours respectee, vous pouvez en rester la, Si la condition de stabilite est toujours respectee mais pas aussi precisement qu’avant (XCLP-XCG = 2D dans le cas ideal) et que vous souhaitez un equilibrage parfait, appliquez la methode de correction i-dessous, Si la condition de stabilite n’est plus respectee, appliquez absolument la methode de correction ci-dessous. L’ajout des ailettes n’a pu que faire descendre votre centre de gravite. Il convient donc de le replacer a son ancienne position. Pour cela, deux moyens : enlever de la matiere en bas ou en ajouter en haut. Si vous avez prevu des le depart un lest en bas de la fusee, allegez-le de facon a retrouver la position du centre de gravite initiale.

Sinon, ajoutez-en un dans la partie haute de la fusee, toujours de facon a retrouver l’equilibre. Stabilite en vol des fusees miniatures – Conception et Calculs [7/8] VII. Verification et obtention pratiques de la stabilite Il existe une methode experimentale pour verifier la stabilite de la fusee avant le vol. Comme cette methode entraine des accelerations radiales importantes que ne subissent normalement pas les fusees, elle ne pourra etre appliquee qu’aux fusees suffisamment resistantes. Avec une longue corde, on place un n? d coulant sur le centre de gravite de la fusee et l’on fait tourner la fusee sur ellememe (comme une fronde) en la tenant par la corde et en augmentant lentement la longueur de corde jusqu’a 2 metres environ. La fusee doit « voler » de facon stable, la pointe toujours vers l’avant. Si ce n’est pas le cas, lester ou delester la base ou la pointe de la fusee jusqu’a obtenir un vol regulier. Stabilite en vol des fusees miniatures – Conception et Calculs [8/8] VIII. Consideration generale sur les ailettes 1.

Fusees sans ailette En examinant la formule de calcul de la position du centre lateral de poussee, on se rend compte que chaque element est « optionnel » : une fusee n’a pas forcement de jupe, par exemple. Alors, pourquoi ne pas imaginer une fusee sans ailettes, qui serait toutefois conforme a la condition de stabilite ? Dans ce cas, comme le facteur « ailettes » disparait, il devient difficile de modifier la position du centre lateral de poussee. Le respect de la condition de stabilite passera donc par l’adaptation de la position du centre de gravite, via la mise en place de lest.

J’ai verifie cette idee dans ma serie de fusees Cafeine. L’equilibrage impose la mise en place de lests assez importants mais le resultat est assez satisfaisant : le vol est stable, sans toutefois avoir la regularite d’un vol stable a ailettes. Cette etude montre que, meme si les fusees sans ailettes n’ont pas un vol parfait, il est possible de reduire fortement l’importance des ailettes (et donc la trainee de la fusee) pour peu que la fusee aie une bonne repartition de masse.

Il convient alors des la conception de placer les masses importantes en haut de la fusee, ce qui permet alors d’obtenir des altitudes plus elevees. 2. Stabilite a basse vitesse La condition de stabilite que nous avons etudiee ne s’applique qu’a partir d’une vitesse minimale. Il est d’usage de considerer que cette vitesse minimale est de 10 m/s (soit 36 km/h). Il est donc preferable que le guidage de la fusee lors de son lancement se fasse sur une duree suffisamment importante pour que, une fois le guidage termine, la vitesse de la fusee soit d’au moins 10 m/s. . Remarques generales • • • • • • • Plus une ailette est basse (Lailettes eleve), plus elle est efficace, Plus une ailette est large (e eleve), plus elle est efficace, Une serie d’ailettes placee au centre de gravite est inutile, Une serie d’ailettes placee plus haut que le centre de gravite amoindrira l’effet des ailettes placees sous le centre de gravite, Un changement de masse lors du vol (combustion du carburant, ejection de la charge utile … deplace le centre de gravite et modifie alors la stabilite de la fusee, Pour changer l’equilibrage, differentes solutions sont possibles : lest dans le sommet ou dans la base de la fusee, ailettes a geometrie variable, ejection d’ailettes, ejection de lest … et tout ce que l’imagination permet ! Une fusee multi-etages doit etre concue de maniere a etre stable lors de toutes les phases de son vol.

Ceci impose parfois d’ejecter une partie des ailettes en meme temps que les etages ayant delivre leur poussee. ————————————————– .:: EXPLOSIFS ::. Avertissement: l’auteur de ce document n’assume aucune responsabilite en cas de probleme lie a une mauvaise utilisation de ces informations. Le lecteur est donc entierement responsable de ses actions. Experiences traduites d’ « Anarchy ‘N’ Explosives », « The Terrorist HandBook » et quelques recettes personnelles. °) Ou se procurer les ingredients? 2°) Liste des explosifs : · TNT (Trinitrotoluene) · Nitroglycerine · TNP (Trinitrophenol) · PETN (Pentaerythrite Tetranitrate) · RDX Cyclotrimethylenetrinitramine · Plastics (B, C1, C4, Semtex) · HMX (Octogene) · Poudre a canon · Chlorate de Soude · Peroxyde d’Acetone · Nitrocellulose · Fulminate de Mercure · Nitrure de Plomb · Triiodure d’Azote · Hexal · HMTD · Experiences diverses, assez faciles a realiser 1°) Ou se procurer les ingredients?

Nom Chimique: Acetone Acide Chlorhydrique Acide Nitrique Acide Sulfurique Alcool Ethylique Chlorate de Soude Iode Mercure Naphtalene Nitrate d’Ammonium Nitrate de Potassium Nitrocellulose sous-forme de plastique Peroxyde d’Hydrogene Soufre Toluene Utilisation: Diluant a peinture Acide muriatique idem Vitriol (Batteries) Alcool a 90° Desherbant total Desinfectant Anciens thermometres Essence a briquet Engrais Engrais, Poudre noire Balles de ping-pong Eau Oxygenee (decolorant 6%) idem Solvant a Lacque (hydrocarbure) Lieu d’Achat: Magasin bricolage Grande surface Droguerie Droguerie Pharmacie Magasin bricolage (Mr Bricolage) Pharmacie Ne se vend plus sauf Laboratoires Grande surface Magasin jardinage Magasin jardinage Magasins sport, jeux Pharmacie Magasin jardinage Centre de renovation 2°) Fabrication d’Explosifs Fabrication de TNT 1) Prendre 2 bechers propres. Dans le premier, preparer une solution de 76% d’acide sulfurique, de 23% d’acide nitrique et de 1% d’eau. Dans l’autre becher, preparer une autre solution de 57% d’acide nitrique et de 43% d’acide sulfurique. Les pourcentages sont doses ar leur poids, pas par leur volume. 2) 10 grammes de la premiere solution sont verses dans un becher vide et place dans un bain de glace. 3) Ajouter 10 grammes de Toluene (hydrocarbure C7H8 employe comme solvant et comme detachant), et remuer pendant quelques minutes. 4) Eloigner ce becher du bain de glace et chauffer doucement jusqu’a ce qu’il atteigne 50°C. La solution doit etre remuee en permanence pendant le chauffage. 5) 50 grammes de plus de l’acide du premier becher sont ajoutes, et la temperature peut monter jusqu’a 55°C. Cette temperature est conservee pour les 10 minutes suivantes. Un liquide huileux va commencer a se former au-dessus de l’acide (a la surface). ) Apres 10-12 minutes, la solution acide retourne au bain de glace et refroidit a 45°C. Quand cette temperature est atteinte, le liquide huileux va tomber au fond et sera collecte au fond du becher. A ce point, la solution acide restante devra etre retiree avec une seringue (sans aiguille, car elle sera attaquees par l’acide). 7) 50 grammes de plus de la premiere solution acide sont ajoutes au liquide huileux dont la temperature est doucement montee a 83°C. Apres cela, la temperature est maintenue pendant 30 minutes. 8) A la fin de cette periode, la solution peut redescendre a 60°C, et elle conserve cette temperature pendant 30 minutes. L’acide est de nouveau enleve, laissant seulement le liquide huileux au fond. ) 30 grammes d’acide sulfurique sont ajoutes, et le liquide huileux est chauffe doucement a 80°C. Tous les changements de temperature doivent etre accomplis lentement et doucement. 10) Une fois la temperature desiree atteinte, 30 grammes de la seconde solution sont ajoutes et la temperature est montee de 80 a 104°C, et elle doit etre conservee pendant 3 heures. 11) Apres 3 heures, la mixture est a moins de 100°C et elle est conservee pendant 30 minutes. 12) L’huile est ensuite ecartee de l’acide et lavee dans de l’eau bouillante. 13) Une fois lave a l’eau bouillante le TNT va commencer a se solidifier. 14) Quand il commence a se solidifier, l’eau froide est ajoutee dans le becher, alors le TNT va former des boulettes.

Une fois cela fait, vous avez une bonne qualite de TNT, qui est tres stable et fond a 82°C. Fabrication de Nitroglycerine Melanger 100 mesures d’acide nitrique fumant, avec un poids specifique de 50 degres baume (concentration, mais mesure tres ancienne ; ici l’acide doit etre presque pur), avec 200 mesures d’acide sulfurique. Cela va etre chaud au debut. Il ne sera pas etendu si vous versez l’acide nitrique dans l’acide sulfurique. Les solutions acides peuvent se dissoudre ensembles en les frictionnant pendant quelques secondes, mais alors en faisant attention quand vous les utiliserez. Quand cela a refroidi, ajouter 38 mesures de glycerine aussi lentement que possible.

La laisser couler sur les parois du recipient dans les acides ou si cela n’est pas completement melange et la reaction peut devenir rapide parce qu’elle est assez chaude pour prendre feu seule. Si vous voyez la mixture devenir brune (… ), ecartez-vous vivement! Cela signifie qu’elle est sur le point d’exploser (les gaz produits par l’explosion de la Nitroglycerine peuvent occuper un espace 10000 fois superieur a celui qu’elle occupait initialement. Cela veut dire que si vous en avez 10 ml, elle produira 100 litres de gaz). Remuer avec une tige de verre pendant 15 secondes puis la verser en faisant attention dans un volume d’eau qui est egal a 20 fois son propre volume. Il sera visible qu’elle precipite immediatement. Vous aurez deux fois plus de nitro que vous avez utilise de glycerine et il est facile de la separer.

Melangez-la avec de la soude cuite [baking soda] aussitot que vous l’avez separe, cela lui permet de ne pas exploser tout seul. Note: Les mesures sont donnes au poids et l’echelle en baume de poids specifique peuvent etre trouves dans des livres de chimie. Vous pouvez trouver de l’acide nitrique fumant et de l’acide sulfurique ou de bons produits chimiques et des engrais sont vendus. Il est totalement inutile de fabriquer plus de 200 grammes de nitroglycerine a la fois. Quand on melange les produits, ils faut prendre des lunettes de protection, des gants, etc… L’experience montre que l’explosion de 25 g de nitroglycerine a souffle a la fois une fenetre et la table sur laquelle elle etait posee.

Une fois que vous avez fabrique votre nitroglycerine et que vous l’avez saturee avec du bicarbonate, vous pouvez fabriquer un explosif reellement puissant qui ne pourra pas exploser tout seul (… ). Fabrication de PETN Le PETN est un puissant explosif utilise dans des detonateurs car il est l’un d’un plus puissants explosifs militaires, presque comme la nitroglycerine et le RDX. Quand il est utilise sous forme de cordon detonant, il a une vitesse de detonation d’environ 7 km/s, et il est relativement insensible aux frictions et aux chocs pour le transport. Preparation : 400 mL d’acide nitrique blanc est prepare en melangeant un peu d’uree a de l’acide nitrique fumant, refroidi, et seche a l’air sec a travers jusqu’a ce qu’il soit completement decolore.

Il est refroidi dans un becher de 600 mL dans une mixture gelee de glace et de sel. Une centaine de grammes de pentaerythrite sont ajoutes doucement. La temperature du melange doit etre gardee en dessous de 5°C. Apres que tout ait ete ajoute, continuer a remuer et a refroidir pendant 15 mn. La mixture est noyee dans environ 4 litres de glace et d’eau. Le produit brut obtenu qui pese environ 221 grammes est filtre, purifie des restes d’acide et traite pendant une heure avec une solution chaude de carbonate de sodium a 0,5 %, encore filtre et purifie, seche et enfin cristallise. Un bon exemple de PETN commercial fond a 138-138,5°C. Le produit pur fond a 140,5-141°C. Il forme de courts cristaux prismatiques.

Il est insoluble dans l’eau, difficilement dans l’alcool et l’ether. TNP ou Trinitrophenol Le TNP ou encore acide picrique est un explosif assez puissant. Il a ete longtemps utilise pour remplir les obus de mortier mais a cause de sa facheuse tendance a reagir violemment en contact avec des metaux (formation de picrates metalliques tres instables), il a ete remplace par le TNT. Le TNP est utilise comme explosif de reference lors du test au bloc de plomb pour determiner le coefficient d’utilisation pratique (c. u. p). Sa structure moleculaire est tres proche de celle du TNT. Caracteristiques: -Formule (C6H2OH)(NO2)3 de densite 1,76 -Moyennement sensible aux chocs et a la friction (c. u. = 100) -Fond a 122,5° et deflagre a 300° -Vitesse de detonation: 7540 m/s soit environ 10% plus brisant que le TNT -Cristaux jaunes en forme de feuille Materiel: eau distillee 1 becher 200mL 1 becher 1L 1 tige de verre (surtout pas de metal !!! ) 2 filtres a cafe alcool ethylique a 90° (alcool a bruler) acide sulfurique concentre (98%) acide nitrique (de 65%) aspirines (en poudre de preference) ATTENTION L’ASPIRINE DOIT CONTENIR DE L’ACIDE ACETYLSALICYLIQUE !!! Manipulation: Reduire en poudre 5 aspirines 500mg et dissoudre dans 30 ml d’alcool ethylique dans le becher de 200 mL. Filtrer ce qui ne s’est pas dissout et debarrassez-vous-en. Evaporer l’alcool de la solution a l’aide d’une source chaude mais surtout pas de flammes !! Pour recristalliser l’aspirine et enlever toute trace d’alcool.

Cette etape sert a isoler et recristalliser les cristaux d’acide acetylsalicylique. Mettre les cristaux puis ajouter 10ml d’alcool ethylique et 15 ml d’acide sulfurique concentre dans le becher de 1L. Brasser avec une tige de verre pour que le melange soit homogene et laissez reposer tout en restant a bonne distance jusqu’a ce que la solution tourne en pate et deviennent orangeatre et plus dense (comme du sirop). Cette etape sert a synthetiser le phenol en enlevant les groupements COOH et -OCOCH3 de l’aspirine (grace a H2SO4 qui est un puissant deshydratant). Une fois que la reaction est terminee (compter environ 20 minutes), ajoutez doucement 20 ml d’acide nitrique.

Des fumees rousses de NO2 vont s’en degager. Ces fumees sont tres nocives aussi restez loin. Cette etape sert a nitrer le phenol. Il est fort probable que la reaction se mette a bouillir. Apres que cette reaction soit terminee (lorsqu’il n’y a plus de fumees), laissez refroidir puis ajouter goutte a goutte 40ml a 50ml d’eau distillee tres froide. Les cristaux jaunes en forme de feuille commenceront a apparaitre au fond du becher. Filtrer les cristaux et laisser secher au soleil. Stocker les cristaux dans un bocal sec, propre et ferme. ATTENTION LE PHENOL EST TRES NOCIF AUSSI BIEN PAR INJESTION QUE PAR CONTACT EN EFFET IL PASSE A TRAVERS LA PEAUX.

AUSSI UTILISEZ DES GANTS EN CAOUTCHOUC. Nitrocellulose (Coton-poudre): Elle est communement connue comme une poudre sans fumee parce qu’elle ne fume pas autant qu’elle brule. Materiel: 70 ml d’acide sulfurique concentre acide nitrique 5 g de coton absorbant 250 ml de bicarbonate de sodium (HCO3Na) Un becher de 250 ml Un bain de glace Du papier a serviette (ou du papier a mouchoirs) Placer le becher de 250 ml dans le bain de glace, ajouter 70 ml d’acide sulfurique, 30 ml d’acide nitrique. Diviser le coton en 7 morceaux. Avec une pincette, immerger ces morceaux dans la solution acide pendant une minute. Ensuite, rincer chaque morceau dans 3 bains successifs de 500 ml d’eau.

S’ils bouillonnent, les rincer dans de l’eau une fois de plus jusqu’a ce qu’ils ne bouillonnent plus. Essorer et etendre sur le papier a serviette pour secher pendant une nuit. Peroxyde d’Acetone: Le Peroxyde de Tricycloacetone est un explosif dont la puissance atteint 70% de celle du TNT, et qui est tres facile a fabriquer. Il n’est pas tres dangereux car sans confinement il n’explose pas (mais sa puissance 10x superieure a celle de la poudre lui permet de faire eclater n’importe quel recipient metallique). INGREDIENTS – Peroxyde d’Hydrogene (eau oxygenee) – Acetone – Acide chlorhydrique RECETTE (personnelle) 1°) Verser 100 mL d’eau oxygenee a 6%, ou 66 mL a 9%… °) Verser 50 mL d’acetone pure 3°) Agiter pour obtenir un melange homogene 4°) Verser lentement (en 10 mn env. ) 20 a 30 mL d’acide chlorhydrique a 30% jusqu’a ce qu’il ne se degage plus de fumees. La temperature pendant le melange doit etre de 30 a 40°C. 5°) Mettre les produits dehors pour maintenir au frais (a 5 ou 10°C maximum). Il se peut qu’il reste un petit degagement de fumees. Vous pouvez mettre la solution au frigo, mais attendez que les fumees soient parties. Laisser reagir pendant 24 a 48 h jusqu’a temps que tout le peroxyde d’acetone se soit forme (cristaux blancs a la surface du liquide). Filtrer la solution et laisser secher les cristaux.

Le Peroxyde d’acetone explose a partir de 50°C. Il se decompose en methane qui brule violemment a son tour en formant une grosse boule de feu jaune. Cet explosif pourrait etre utilise comme combustible pour les fusees, mais pour ca je ne l’ai pas encore teste. Poudre a Canon: 75% de nitrate de potassium 15% charbon 10% soufre Les produits chimiques seront reduits en poudre fine separement avec un mortier et un pilon. Si la poudre a canon est allumee a l’air libre, elle brule violemment, mais si elle brule dans un espace clos, elle produit une pression venant du degagement gazeux et peut faire eclater le recipient. La poudre a canon agit comme ceci nitrate de otassium oxyde le charbon et le soufre, qui brule ensuite. Le dioxyde de carbone et le dioxyde de soufre sont les gaz produits. Chlorate de Soude – Chlorate de soude + Vaseline Le chlorate de soude se trouve sous-forme de desherbant. S’il est melange a une petite quantite de vaseline et qu’une onde de choc le traverse, il explose avec plus de puissance que la poudre noire. Il doit cependant etre confine pour detoner de cette maniere. Materiel: chlorate de soude ou de potassium: 8 parts (en volume) vaseline: 1 part Preparation: 1° Reduire doucement le chlorate de soude en tres fine poudre. Plus celle-ci est fine, plus le produit explosera fort. ° Mettre la poudre dans un recipient et verser la vaseline dedans en faisant en sorte qu’elle impregne tout le produit. 3° Melanger jusqu’a temps qu’il n’y ait plus de poudre seche. Rajouter un petit peu de vaseline si necessaire. 4° L’explosif doit etre utilise dans les 24 h sinon il perdra de sa puissance. – Chlorate de Soude + Sucre Le chlorate de soude melange a du sucre forme un produit incendiaire brulant regulierement a 2000-2500°C, comme de la poudre, mais en produisant des flammes beaucoup plus grandes (1 m avec quelques grammes de melange). Materiel: Chlorate de soude ou de potassium: 1 part Sucre en poudre: 2 parts Melanger le chlorate de soude et le sucre, puis les reduire en une poudre la plus fine possible.

Cette operation doit etre assez rapide car le chlorate absorbe fortement l’humidite, c’est pourquoi il n’est pas conseille de la faire dehors. Mettre le produit dans un recipient et l’allumer avec une meche. Ammonal: L’Ammonal est une mixture composee de nitrate d’ammonium avec de la poudre d’aluminium. Le pourcentage de ces deux composants n’est pas sure, c’est pourquoi vous devrez faire l’experience avec de petites quantites. Explosifs pour detonateurs: Un melange d’une part de chlorate de potassium et 5 parts de sucre de table brulent violemment et brillament (de la meme maniere que le magnesium) quand une goutte d’acide sulfurique concentre est versee dessus.

Voici ce qui se passe: quand l’acide est ajoute il reagit avec le chlorate de potassium pour former du dioxyde de chlore, qui explose en brulant le sucre. Utilisation de differents produits chimiques: Une mixture a ete creee qui imite bien les eruptions volcaniques. (… ) Composition: chlorate de potassium, nitrate d’ammonium, dichromate d’ammonium, nitrate de potassium, sucre, soufre, limaille de fer, carbone (charbon), sciure de zinc, un agent colorant (rouge: nitrate de strontium; violet: cristaux d’iode; jaune: chlorure de sodium (sel de cuisine), etc… ) Vous pensez que l’eau eteint les feux? Dans cet exemple, elle les allume. Melangez du nitrate d’ammonium, du chlorure d’ammonium, de l’iode et de la poudre de zinc.

Quand une goutte ou deux d’eau sont versees, le nitrate d’ammonium forme de l’acide nitrique qui reagit avec le zinc en produisant de l’hydrogene et de la chaleur. Cela peut faire prendre feu l’hydrogene et commencer a bruler. Nitrate d’ammonium: 8 g Chlorure d’ammonium: 1 g Poudre de zinc: 8 g Iode: 1 g Le permanganate de potassium et la glycerine, quand ils sont melanges, produisent une couleur violette (vrai) qui s’enflamme en 30 secondes a 1 minute (plutot faux, meme au point d’ebullition de la glycerine). Fabrication d’Acethylene: Melanger du carbure de calcium et de l’eau. L’acethylene est utilise dans les chalumeaux. Avec de l’oxygene pur, il produit des explosions tres violentes, plus que le butane.

Fulminate de Mercure: Note: ce produit est dangereux non seulement parce qu’il est tres sensible aux chocs, mais aussi parce qu’il est fortement toxique a cause du mercure (metal lourd donnant le saturnisme en cas d’absorption relativement importante par tout moyen que ce soit). Materiel: Mercure: 5g (ou 1 volume) Acide Nitrique concentre: 35 mL (ou 10 volumes) Alcool ethylique (celui des boissons): 30 mL (ou 10 volumes) 1° Dans un becher, melanger 5 g de mercure avec 35 mL d’acide nitrique concentre. 2° Chauffer doucement la mixture jusqu’a ce que le mercure soit dissous dans l’acide, c’est-a-dire jusqu’a ce que la solution devienne verte et se mette a bouillir. 3° Verser 30 mL d’alcool ethylique dans le second becher, et y ajouter doucement et avec attention la totalite des produits du premier becher. Des fumees rouges ou brunes devraient apparaitre: elles sont toxiques et inflammables. ° Apres 30 ou 40 mn, le fumees devraient devenir blanches, ce qui indique que le reaction est presque complete. Apres 10 mn de plus, ajouter 30 mL d’eau distillee dans la solution. 5° Filtrer avec attention les cristaux de fulminate de mercure. Disposer la solution dans un endroit securise, car elle est corrosive et toxique. 6° Laver les cristaux plusieurs fois dans de l’eau distille pour enlever le plus d’acide possible. Mesurer l’acidite avec du papier pH en le faisant toucher les cristaux humides. 7° Faire secher les cristaux et les conserver dans un lieu sur, loin de tout produit explosif et inflammable. Triiodure d’Azote: Ceci est un explosif tres puissant et tres sensible aux chocs.

Ne jamais en conserver et faire attention aux courants d’air (risques d’explosion), et autres toutes petites choses qui pourraient avoir le meme effet. Materiels: 2-3 g d’iode 15 ml d’Ammoniaque concentree 8 feuilles de papier filtre Un becher de 50 ml Une plume sur une perche de 3 metres Une protection pour les oreilles Un ruban ou un cordon (Tape) Une spatule Une tige pour remuer Melanger l’iode a l’ammoniaque dans le becher. Remuer, laisser infuser pendant 5 minutes maximum. Retenir le solide, et deverser le liquide. Recuperer le solide brun sur une pile de quatre feuilles de papier filtre. Diviser le solide en quatre parts, en mettant chacune sur une feuille de papier filtre sec. Laisser secher tranquillement au moins 30 minutes. Pour faire detoner, toucher avec la plume.

Se proteger les oreilles, car cela est tres bruyant! RDX – Cyclotrimethylenetrinitramine Le RDX est un solide cristallise qui a une tres grande puissance de destruction. Il est communement utilise comme charge detonante dans des explosions en chaine ou comme charge principale. Il peut etre conserve car il est stable, et quand il est combine avec des additifs propres, il peut etre manipule. Il peut etre allume avec du fulminate de mercure. Preparation: les instructions detaillees ne sont utilisables pour la preparation de ce produit, mais si vous etes un bon chimiste, vous serez capable de le fabriquer a partir de la breve description suivante.

La Cyclonite, preparee par la nitration de l’Hexamethylenetetramine (C6H12N4), est obtenue a la fin seulement avec du coke, de l’air et de l’eau. L’Hexa. Elle a des proprietes basiques et forme un nitrate (C6H12N4-2HNO3) qui est soluble dans l’eau, insoluble dans l’alcool, l’ether, le chloroforme et l’acetone. Le produit C3H6O6N6, prepare par nitration de ce nitrate est la cyclonite. Une autre methode d’extraction du RDX est par traitement de l’Hexa. Directement avec de l’acide nitrique concentre. Dans le procede avec l’acide, la Tetramine est ajoutee doucement dans de petites proportions a l’acide a une temperature de 20°C. Quand toute la Tetramine et l’acide sont melanges, refroidir le liquide a 55°C. Laisser refroidir a mixture a 20°C, et le produit va precipiter en ajoutant de l’eau. Un exemple precis a ete fait avec 50 grammes d’Hexa. ajoutee a 550 grammes d’acide nitrique a 100% a 30°C, pendant une duree de 15 mn ; la mixture etait refroidie a 0°C, maintenue a cette temperature pendant 20 mn et noyee dans l’eau. Le RDX detone a une vitesse de 8,55 km/s quand il est compresse a une densite de 1,55 g par cm cube. Les Plastics : · Composition B La composition B est un explosif plus puissant que le TNT. Il est en revanche plus sensible. Il a ete beaucoup utilise pendant la seconde guerre mondiale en tant qu’explosif pour demolir les ponts. Il se compose de 59% de RDX, de 40% de TNT et de 1% de cire.

A cause de son pouvoir brisant et de sa vitesse de detonation eleve, il est utilise dans certains type de torpille ou comme charge principale. · C1 La composition C-1 a une puissance superieure a 150% de celle du TNT et elle facile a faire detoner. Elle contient 88,3% de RDX, de 11,1% d’huile minerale et de 0,6% de lecithine (par masse). C’est une bonne solution pour desensibiliser le RDX. · C4 Le C4 l’explosif militaire sous-forme de plastic le plus commun. Le C4 est un plastic blanc hautement explosif plus puissant que le TNT. Il contient 91 % de RDX et 9 % de plastic binder. Il reste modelable a des temperatures inferieures a 0°C et jusqu’a 100°C.

Il est plus sensible a l’eau que les autres plastics quand il est longtemps immerge a l’interieur. A cause de sa forte puissance detonante et de sa plasticite, le C4 est bien adapte pour s’introduire dans des breches, des failles ou des tubes. · Semtex Le Semtex est un plastic tres puissant de couleur jaune-brun. Il vient des pays de l’Est (tchekoslovaquie). Il se compose de RDX, de penthrite (PETN) et d’agent liant comme le mastic de vitrier. Le Semtex est plus puissant que le C4 et plus facile a manier. De plus il detonne plus facilement. HMX ou Octogene L’octogene, de formule brute C4H8N8O8 est un corps pur de couleur blanche qui prend quatre formes cristallines distinctes.

Seule la forme beta est utilisee car c’est la seule qui soit stable au plan thermodynamique. L’octogene beta cristallise sous la forme de cristaux orthorhombiques. L’octogene a une stabilite thermique encore plus grande que celle de l’hexogene. L’octogene est un explosif brisant tres puissant sensible comme l’hexogene quand il est sec mais peu sensible aux decharges electrostatiques. L’eau le flegmatise efficacement a partir d’un taux de 15%. L’octogene detonne totalement a 280°C a la vitesse de 9219 m/s et a une densite de 1,91. On le prepare par l’action de l’acide nitrique concentre sur de l’hexamine avec du nitrate d’ammonium et d’acide acetique concentre.

Ingredients: – Acide nitrique – Acide Acetique glacial (Acide acetique pur) – Nitrate d’ammonium – Hexamine – Eau fraiche – Recipient de 1L – Thermometre – Source de chaleur 1. Dans le recipient de 1L, mettre 260ml d’acide acetique et ajouter progressivement 105g de nitrate d’ammonium tout en remuant. Puis ajouter environ 500 mL de HNO3. 2. Chauffer le recipient a 90°C et retirer de la source de chaleur. 3. Ajouter tres doucement environ 50g de methenamine, tout en refroidissant la solution a 10°C. 4. Ajouter de l’eau fraiche afin de faire precipiter le HMX. 5. Filtrer la solution et rincer les cristaux de HMX avec de l’eau froide pour leur enlever leur acidite. 6. Faire secher les cristaux en plein air au soleil.

Hexal L’Hexal est un melange de RDX et de poudre d’aluminium. Suivant le pourcentage de poudre d’aluminium on appelle ca par exemple : Hexal 17 = 83% de RDX + 17% de poudre d’aluminium HMTD Vitesse de detonation : 4511 m/s Sensibilite : assez sensible Le HMTD est un peu moins sensible aux chocs, un peu plus puissant que le peroxyde de tricycloacetone. Mais il est plus difficile a obtenir car il faut des produits plus compliques a obtenir. C’est un explosif primaire c’est a dire qu’il est le plus souvent utilise dans les detonateurs. Le HMTD est en fait l’abreviation de HexaMethyleneTriperoxyDiamine, si vous connaissez deja le peroxyde d’acetone c’est un peu comme un peroxyde d’hexamine.

Par contre le HMTD oxyde presque tous les metaux donc ne pas le manipuler avec une cuillere en fer !!! Ingredients : – Eau oxygenee (H2O2) a 6% (il faut donc diluer votre H2O2 pour avoir du 6%) – Cristaux d’acide citrique (pharmacie) – Hexamine (voir divers)- Recipient en verre Melangez dans le recipient de verre 9 parts d’eau oxygenee a 6%, puis ajouter 2,5 parts d’hexamine. Attendez 30 minutes que tous soit dissous. rajouter ensuite 4,5 parts d’acide citrique. Ensuite laissez votre recipient au frigo ou dans un endroits frais pendant 24 heures. Des cristaux se seront formes, filtrez-les, faites-les secher. Les stocker dans un verre sec, propre et frais (vous pouvez aussi le stabiliser sous-forme de plastic).

Le Nitrure de Plomb Le nitrure (ou azoture) de plomb est un explosif primaire qui tout comme le fulminate de mercure detonne lors qu’il est allume. Il est utilise ,du fait de son instabilite, dans les detonateurs. Il se presente sous la forme d’un corps cristallise blanc de densite d = 4,71. Il s’obtient par la double decomposition a partir de l’azoture de sodium et d’un nitrate de plomb. Il est plus stable en temperature que le fulminate de mercure mais facile a allumer. Quand il est enflamme, il ne brule pas mais detonne immediatement. La formule de son cristal est (N3)2- + Pb2+ Experiences diverses: Combustion violente et production d’H2S (gaz puant…)

Pour produire ce gaz, c’est tres simple : il suffit de melanger de la poudre d’aluminium ou de zinc fine ou de la limaille de fer avec du soufre en poudre. Melangez quelques minutes jusqu’a temps que cela devienne uniforme. Quand cela est fait, enfoncez une meche dans le melange et ajoutez un petit peu de poudre a l’endroit ou la meche entre en contact avec les produits. Il ne vous reste plus qu’a allumer la meche, et a observer la flamme chaude qui va etre produite. Apres la combustion, sentez l’odeur qui se degage des produits qui ont reagit : elle peut continuer a se degager plusieurs heures des produits de la reaction… Reaction produisant de tres hautes temperatures : La reaction thermite (… produit du fer fondu et des temperatures de 2750°C, point d’ebullition du fer. Elle utilise une des reactions precedentes pour s’allumer. Allumeur: Chlorate de potassium avec sucre. Principaux composants: oxyde de fer trivalent (rouille Fe2O3) et poudre d’aluminium tres fine. Mettre le chlorate de potassium avec le sucre autour et sur les principaux composants pour demarrer la reaction, placer une goutte d’acide sulfurique concentre au sommet du melange d’allumage, puis ecartez-vous! Les doses sont: 3 parts d’oxyde de fer, 1 part de poudre d’aluminium, 25 g de permanganate de potassium, 6 ml de glycerine. Comment produire un fort degagement de fumee (sans danger et tres simple).

La reaction suivante produira une bonne quantite de fumee. A partir du moment ou cette reaction n’est pas dangereuse du tout, vous pouvez utiliser des grandes quantites si necessaire. Melanger 6 g de zinc en poudre + 1g de poudre de soufre. Inserer un fil chauffe au rouge dans le tas et se retirer vivement pour etre de portee de la fumee qu’il produira (sans doute a cause du dioxyde de soufre assez toxique qu’il va produire, et qui est etouffant). Gaz de combat : – Produire du Chlore: Le chlore est un gaz assez toxique, mais on peut toujours en respirer un peu sans courir de danger, puisqu’il y en a dans les piscines. Cet element est le plus oxydant apres l’oxygene, donc il est corrosif.

Pour provoquer un degagement de chlore, il suffit de melanger de l’eau de Javel avec un detergent. Pour capturer le gaz, faites la reaction dans une bouteille sur laquelle vous mettrez un ballon gonflable a la place du bouchon. Cette solution sert simplement a obtenir du gaz, mais on ne peut pas vraiment l’utiliser pour produire d’autres reactions. En utilisant de grandes quantites de detergent et d’eau de Javel, vous pouvez fabriquer une bombe a gaz de combat, car quand 2 ou 3 litres auront ete produits, le ballon eclatera (le chlore est le premier gaz de combat utilise pendant la premiere guerre mondiale). – Produire un gaz de combat plus corrosif: l’acide chlorhydrique

Pour faire de l’acide chlorhydrique, il faut faire reagir de l’hydrogene avec le chlore. L’hydrogene se produit generalement par electrolyse de l’eau, mais il y a une methode beaucoup plus rapide: prenez quelques grammes soude caustique en grains (hydroxyde de sodium NaOH), ou environ 10 a 20 mL de soude caustique en solution concentree que vous verserez dans une bouteille. Jetez rapidement des petits morceaux de feuille d’aluminium dans la bouteille puis fixez immediatement apres un ballon sur le goulot. En 1 mn, 1 litre d’hydrogene sera produit, car la reaction est violente et fait bouillir l’eau, c’est pourquoi vous devrez mettre la bouteille sous un robinet pour la refroidir, sinon le ballon pourrait eclater.

Pour provoquer en meme temps la reaction de l’hydrogene avec le chlore (presque instantanee), reliez les deux bouteilles ensembles avec un tuyau, large de preference. Si vos bouteilles sont en plastique transparent, vous devriez pouvoir observer la couleur blanche de l’acide chlorhydrique et faire en sorte de la verser dans une des deux bouteilles. Vous pouvez faire mieux: le chlore et l’hydrogene en meme temps, le chlore dans une petite et l’hydrogene dans une grande en plastique, car il en faut plus, mais reliees ensembles. Au bout d’une minute, vous obtiendrez de l’acide gazeux que vous pourrez enfermer dans la grande bouteille, en la separant de l’autre. Pour provoquer une petite explosion de gaz corrosif, faites chauffer la bouteille au-dessus d’une flamme. La dilatation du gaz la fera eclater.

Fusees Simples Construire une fusee qui atteint quelques dizaines a quelques centaines de metres d’altitude est a la portee de tout le monde car cela ne necessite pas de materiaux speciaux. La societe Nitrogen (trois personnes), etablie a Menton (06), a cree 33 modeles et leurs nombreux derives, soit plus de 100 fusees et missiles. La majorite ont ete lancees de cette ville, mais il existe d’autres bases de lancement en Pays de Loire, a Paris et a Aix. Etapes de Construction d’une Fusee: 1°) Reacteur Commencer par adapter une fusee d’artifice (reacteur) au type de fusee que vous voulez construire, de maniere a la rendre la plus legere possible.

Par exemple s’il y a un parachute, il faut l’enlever car il ne pourra pas fonctionner a cause de la coiffe. Eviter de comprimer la poudre a la place du parachute, cela rendrait le reacteur defectueux. La plupart des reacteurs sont a poudre noire mais on peut les fabriquer soit-meme au chlorate de sodium + sucre. Tous les explosifs sont des melanges carburant/comburant, donc ils sont capables de bruler en l’absence d’oxygene, c’est-a-dire en haute altitude, voire dans l’Espace. 2°) Fuselage Fabriquer le corps et la coiffe de la fusee en papier cartonne ou en plastique, si vous desirez la faire large. La carcasse peut etre large comme le reacteur ou plus.

Pour la rendre plus large, il faut ajouter des anneaux en carton rigide autour du reacteur. La coiffe est un simple cone. Avant de l’installer, vous pouvez ajouter un explosif raccorde au reacteur. Pour garantir un bon aerodynamisme, il faut respecter ces proportions de hauteur par rapport au diametre du corps: – Hauteur minimale = 10 Diametres – Hauteur maximale = 25 Diametres 3°) Ailettes Les ailettes doivent etre grandes et placees bien derriere la sortie des gaz pour guider la fusee (le schema indique la forme ideale). En augmentant la trainee a l’arriere de la fusee, celle-ci aura une trajectoire precise: ou bien totalement verticale, ou bien en courbe.

Il est inutile d’en mettre en haut du corps, car elle serait desequilibree. De plus vous pouvez ajouter un anneau a la base des ailettes, cela assure un vol reussi dans presque tous les cas. 4°) Guidage de la Fusee au decollage Sur la base de lancement (sur de la terre tassee), vous pouvez planter une tige qui guidera la fusee, si elle est lourde, et coller une paille sur celle-ci, pour garantir un bon decollage. Mais un anneau a la base des ailettes est aussi efficace pour les petites fusees. Pour construire vos fusees, vous pouvez vous aider du plan de la fusee Nitrogen C-3 (a droite), construite en plastique assez souple de bouteille (voir photo).

La C-3, de 40 cm de haut et 5 de large au niveau de la coiffe possede un reacteur simple, mais peut etre divisee en 2 etages si elle en possede un deuxieme moins puissant. Dans la coiffe on peut mettre un petit satellite ou eventuellement un explosif (la C 3 pese 40 g avec un satellite ce qui est deja lourd pour assurer un bon decollage). La C-1 n°1 (sept 99), premiere fusee en plastique (allumage du reacteur electrique). La C-3 avant la peinture. Remarquez le petit satellite dans la coiffe. Fusees avec Charges Un missile est une fusee contenant un melange detonant ou inflammable dans la coiffe. Pour en construire un, il suffit de relier une charge au reacteur a poudre (fusee d’artifice) qui s’allumera juste apres l’arret du reacteur.

Ceci semble etre la forme ideale pour les fusees et missiles: un fuselage tres etroit, des ailettes larges a la base et un anneau servant a la fois a assurer une trajectoire rectiligne et a soutenir les ailettes. Nos fusees sont donc maintenant toutes construites sur ce modele: Les missiles equipes d’un anneau a la base des ailettes ont des trajectoires quasi parfaites. A gauche un X-23 atteignant 70 m d’altitude, au milieu un X45 (nettement plus grand) atteignant 100 m d’altitude. A droite un X-70, tres puissant atteignant 150 m d’altitude (equipe d’un reacteur de type K2). Le X-60 n°3 (missile de 40 cm de haut) photographie en plein vol (fusee 38, sept 2000, base de Menton) Reacteurs Maison Tout d’abord il faut savoir que fabriquer soi-meme ses reacteurs n’est pas aise: un coup la fusee ne decolle pas, un autre elle explose…

C’est une maniere assez negative de voir les choses mais c’est ce qu’il se produit dans bon nombre de cas. Toutefois je vais faire en sorte de vous donner les informations les plus precises possibles pour que vous puissiez passer a la vitesse superieure avec vos fusees, etant donne que les fusees du commerce (qui ne servent que de reacteurs) sont d’une puissance vraiment limitee, de l’ordre de 1000 N (100g force) pour les plus grosses qui s’achetent couramment genre pour le 14 Juillet. En fabriquant vous-meme vos reacteurs vous pouvez atteindre des puissances nettement plus grandes, et surtout des durees de combustion beaucoup plus longues. Le schema ci-contre decrit clairement la forme d’un reacteur maison simple a fabriquer.

Il est concu pour fonctionner avec un melange 1/3 chlorate de sodium + 2/3 sucre, reduits en poudre tres fine et legerement tasse. La tuyere, destinee a canaliser les gaz, doit avoir un diametre de l’ordre de 1/4 ou 1/5 au minimum de celle du reservoir, attention c’est important, c’est evidemment son diametre qui determine la poussee. Un diametre superieur a 1/4 de celui du reservoir (partie superieure) produira une poussee trop faible pour que la fusee decolle. Un diametre inferieur a 1/5 risque de provoquer une explosion ! Differents melanges Carburants/Comburants 35% Chlorate de Sodium 65% Sucre (saccharose) 30% Chlorate de Sodium 60% Sucre (saccharose) 10% laque de Nitrocellulose 65% Nitrate de Potassium 25% Carbone 10% Soufre

Le Exp-30 est un des derniers modeles: il est equipe d’un reacteur fonctionnant au chlorate de soude + sucre, qui produit une forte poussee relativement reguliere (le melange doit etre reduit en fine poudre, legerement tassee). Le reacteur est un petit recipient en plastique rigide (qui supporte sans probleme la chaleur) contient 30g de melange environ. La tuyere est un trou de 5-6 mm perce dans le bouchon. Celui-ci est colle au recipient avec une colle forte (Araldite). – Hauteur: 30 cm – Poids: 45 g Ballons a Hydrogene Fabriquer des petits ballons dirigeables est tres simple: il suffit de remplir un ballon gonflable (de taille normale ou ballonsonde plus gros) avec de l’hydrogene (d’habitude on prend de l’Helium, mais il faut avoir une bouteille de gaz). En prenant autre chose qu’un ballon gonflable, vous pouvez fabriquer un P. V. N. I. qui surprendra a coup sur la personne chez qui il aura atterri. Cliquez donc sur le lien pour voir ce que c’est, ca vaut le coup d’oeil… Pour produire de l’hydrogene, il y a plusieurs solutions (la plus connue est l’electrolyse de l’eau), mais la plus rapide est d’attaquer de l’aluminium (des petits morceaux de feuille) avec de la soude caustique (hydroxyde de sodium qui se trouve dans n’importe quelle grande surface). Relier la bouteille ou se fait la reaction au ballon gonflable avec un tuyau d’un metre de long environ de maniere a ce que le gaz se refroidisse avant d’entrer dans le ballon (la reaction est rapide et l’eau peut se mettre a bouillir).

Des que le ballon est gonfle au maximum, faites un noeud pour le fermer et reliez-y un morceau de papier avec un fil, sur lequel vous aurez ecrit le lieu de depart, la date et l’heure… Un ballon gonfle d’une grande quantite d’hydrogene peut partir tres loin car l’hydrogene est encore plus leger que l’helium. On a trouve recemment un autre type de recipient pour l’hydrogene: un sac plastique auquel on a enleve les poignees et ferme hermetiquement convient tres bien pour faire un ballon-sonde, car il contient 8 a 10 L d’hydrogene. De plus, le gaz n’est pas sous pression c’est pourquoi le sac ne se degonfle presque pas et peut donc partir tres loin. Sachez aussi qu’on peut se servir de ces ballons d’une autre maniere… Autre utilite des ballons a hydrogene. Reacteurs a Eau

Les reacteurs a eau sont surtout destines aux Torpilles mais peuvent etre utilises pour les fusees. Ils ont l’avantage d’etre sans danger et reutilisables. Ce sont de simples bouteilles d’eau que l’ont remplit d’air sous pression avec une pompe. La propulsion se fait avec de l’eau qui sort rapidement par une vanne grace a la pression. Ce type de reacteur possede une poussee particulierement importante: 400 a 500 g avec 2 bars de pression. Une fusee qui en est equipee peut atteindre une vingtaine de metres d’altitude. Programme de Simulation de Vol Le programme Rocket-Simulator que j’ai cree permet de calculer tous les parametres de vol d’une fusee.

A partir de son poids, de la poussee du reacteur et de sa taille, le simulateur calcule la vitesse et l’altitude atteintes a un instant donne, en tenant compte de la resistance de l’air. Fusees Les fusees, plus anciennes que les missiles etaient generalement moins performantes, mais nous savons depuis comment resoudre certains problemes dont nous n’etions pas responsables: la defectuosite de certains reacteurs (fusees parachutes de type K1). Il faut produire une forte trainee a l’arriere pour bien guider la fusee, coller une paille sur le tube et planter une tige sur la piste de decollage. Clara 1 La Clara 1 est la premiere fusee Nitrogen construite en plastique (de bouteille sans stries) et peinte.

Assez puissante, elle atteint une acceleration de 1 g et monte a 12 m avec une charge explosive, 16 a 18 m a vide. Le corps est fabrique avec la partie cylindrique de la bouteille et la coiffe avec le haut, mais la fusee est nettement plus etroite, car avec une bouteille on pourrait construire deux fois le corps. Le reacteur est une fusee d’artifice avec parachute de type K1 vendue couramment dans le commerce. Elle mesure 11 cm de haut et 1,8 de large. Evidemment le parachute ne sert a rien dans une C 1 a cause de la coiffe et du poids de la carcasse (30 g a vide, 45 avec charge) qui est beaucoup trop lourde. En fait, la fusee d’artifice seule est deja a peine freinee par le parachute.

Caracteristiques: – Hauteur: 30 cm – Largeur sans les ailettes: 3,8 cm – Poids: 30 a 45 g – Vitesse maxi: 75 km/h – Altitude maxi: 15 a 18 m – Createurs: Joachim R. / Cedric R. – Date: septembre 99 – N° de modele: 9 (vols n°9 et 10) Clara (1): on a trouve son nom dans le calendrier… Clara 3 La Clara 3, comme la C 1, est construite en plastique. Elle possede une coiffe plus large que le reste du corps qui permet de loger un satellite. Meme reacteur que la C 1. Caracteristiques: – Hauteur: 38 cm – Largeur sans les ailettes: 3,8 cm – Poids: 35 g – Vitesse maxi: 60 km/h – Altitude maxi: 12 m – Createur: Joachim R. – Date: avril 2000 – N° de modele: 14 (vol n°20) La Clara-3 n°1.

Remarquez le petit satellite dans la coiffe. Flora 1 La Flora 1 est la premiere fusee equipee d’ailettes positionnees tres a l’arriere de la sortie des gaz. Cela lui permet d’etre guidee precisement en cas de reacteur defectueux. Corps en papier. Caracteristiques: – Hauteur: 35 cm – Largeur sans les ailettes: 3 cm – Poids: 30 g – Vitesse maxi: 60 km/h – Altitude maxi: 30 m – Createur: Virginie R. – Date: juin 2000 – N° de modele: 16 (vol n°26) Missiles Les missiles se construisent rapidement (souvent en une demi-heure) et ils realisent de bons vols (record: 100 m d’altitude en 2 secondes pour un X-45). NT-2 « V2 » Ce missile est un des premiers a avoir ete construits.

Il a precisement la forme d’un V2 avec un fuselage devenant plus etroit a l’arriere. Reacteur: fusee d’artifice de type K1 de 75g de poussee (dont on enleve le parachute). Un petit petard le fait exploser a la fin. Matiere: papier cartonne. Comme il est plus epais que le reacteur, il a une assez forte prise au vent c’est pourquoi il ne peut pas accelerer beaucoup. Les nouveaux missiles sont plus etroits et plus denses, et peuvent depasser les 100 km/h. Caracteristiques: – Hauteur: 25 cm – Largeur sans les ailettes: 2,5 cm – Poids: 25 g – Vitesse maxi: 40 km/h – Altitude maxi: 10 m – Createur: Joachim R. – Date: mai 99 – N° de modele: 8 (vol n°8)

Apres l’explosion… X-5 Le X-5 est un missile rapide tres petit equipe d’une fusee « clematite ». Il emporte un melange de soufre et d’aluminium en poudre qui brulent ensembles apres extinction du reacteur. Cette reaction produit du sulfure d’hydrogene, un gaz tout sauf inodore… Le pire, c’est que ca agit pendant plusieurs heures! Caracteristiques: – Hauteur: 15 cm – Largeur sans les ailettes: 1,2 cm – Poids: 15 g – Vitesse maxi: 80 km/h – Altitude maxi: 30 m – Createur: Cedric R. – Date: aout 2000 – N° de modele: 21 (vol n°34) X-10 Le X-10 est un petit missile dont on a fait 4 exemplaires dont 3 ont tres bien voles. Reacteur: fusee « Clematite ».

Charge eventuelle: poudre noire, petard… (explosion en plein vol). Il est equipe d’ailettes assez larges pour avoir une trajectoire peu courbee. Il part generalement assez loin: j’en ai retrouve un a 50 m a vol d’oiseau de la base de lancement: apres etre tombe a 80 km/h, il etait presque intact! Caracteristiques: – Hauteur: 17 cm – Largeur sans les ailettes: 1,2 cm – Poids: 20 g – Vitesse maxi: 80 km/h – Altitude maxi: 40 m – Createur: Joachim R. – Date: janvier 2000 – N° de modele: 11 (vols n°14-15-23-30) X-23 Le X-23 est un des missiles les plus rapides a ce jour: il atteint 60 a 70 m d’altitude en moins de deux secondes et realise des vols parfaits sans courbure de trajectoire.

Equipe d’un anneau entourant les ailettes, il est insensible au vent (jusqu’a 50 km/h), etant donne que cet anneau produit une trainee a plus de 100 km/h. Le reacteur est une fusee « Crocus » (type K1). Ailettes a forte trainee, tres a l’arriere de la sortie des gaz. On en a construit un nombre considerable, avec des armements toujours plus importants. Le plus arme, un derive renomme X-25, contenait 7 petits petards entourant un plus gros plus du chlorate de soude+sucre… Ces charges prenaient tellement de place que la coiffe a du etre elargie, d’ou le changement de nom. J’ai aussi fait un X-26 contenant carrement de l’essence entouree par du chlorate de soude et surmontee par 3 petards…

Caracteristiques: – Hauteur: 25 cm – Largeur sans les ailettes: 1,8 cm – Poids: 30 g – Vitesse maxi: 130 km/h – Altitude maxi: 70 m – Createur: Joachim R. – Date: Novembre 2000 – N° de modele: 23 (plus de vingt exemplaires le premier etant la fusee n°44) X-30 La serie des X-30 est constituee de missiles puissants contenant parfois des charges assez importantes. Les X-31 emportent souvent de l’aluminium et du soufre comme les X5, mais en plus grande quantite. Les X-35 qui sont actuellement les mieux armes, emportent avec ca un Bison 1, un petard presque aussi gros que le reacteur. En fait ce n’est pas vraiment un gros petard et ca ne presente pas de dangers, mais il va de soit que le missile est pulverise par l’explosion.

Caracteristiques: X-30 / X-31 / X-35 – Hauteur: 20 / 23 / 28 cm – Largeur sans les ailettes: 1,8 cm – Poids: 25 / 30 / 40 g – Vitesse maxi: 100 / 90 / 70 km/h – Altitude maxi: 50 / 45 / 35 m – Createur: Joachim R. – Date: juin-aout 2000 – N° de modele: 20 (vols n°32-33-35-36) X-45 Le X-45 a une forme comparable au X-23 (qui est apparemment la forme ideale) mais en plus grand. Equipe d’une fusee a poudre de type K2 de 100 g de poussee, il atteint 100 m d’altitude en 2 secondes, en atteignant 120-130 km/h. Grace a l’anneau place a la base des ailettes, il a une trajectoire totalement verticale. Les missiles X-12, 23 et 45 sont tres solides car apres l’impact ils sont intacts (la chute se fait pourtant a 80 km/h)… De plus ils vont jusqu’a se planter dans la terre.

Caracteristiques: – Hauteur: 30 cm – Largeur sans les ailettes: 1,8 cm – Poids: 25 g – Vitesse maxi: 120 km/h – Altitude maxi: 100 m – Createur: Joachim R. – Date: janvier 2001 – N° de modele: 28 (vols n°67 et 74) X-60 Le X-60 est un missile lourd en carton rigide peint. Ses ailettes sont fixees dans des encoches decoupees a la base du corps. Cela garantit une meilleure solidite etant donne que le missile est grand et assez lourd. Il est maintenu grace a une tige pour le guider au decollage. Ce missile realise des vols corrects, mais il va nettement moins vite qu’un X-23, par exemple. Il faudrait l’equiper d’un reacteur plus puissant, d’environ 100 g de poussee (contre 70 pour les autres).

Ce n’est pas seulement parce qu’il est un peu plus lourd qu’il va assez lentement, mais parce qu’il a un volume environ 10 fois superieur! Disons qu’un X-60 au decollage donne plus l’effet d’une Ariane 5 que d’une roquette… Les X-60 sont etanches et peuvent voler par tous temps: le dernier a decolle sous une forte pluie: ca n’a pas du tout perturbe son vol. Cinq exemplaires ont ete fabriques (X-60 A/B et 61), mais on ne les a pas armes. Cependant il pourraient emporter de grosses charges en etant dote d’un reacteur d’au moins 100 g de poussee (fusee type K2). Il pourrait aussi emporter une grosse charge de chlorate de soude (voir explosifs).

Caracteristiques: – Hauteur: 40 cm – Largeur sans les ailettes: 4,5 cm – Poids: 35 g – Vitesse maxi: 60 km/h – Altitude maxi: 20 m – Createur: Joachim R. – Date: aout 2000 – N° de modele: 19 (vols n°31, 37 a 39, 41, 97) Le X-60B n°3 en vol Bien evidemment, il est a noter que toutes les fusees ici presentees peuvent avoir des applications militaires. En effet, il suffit d’y placer une charge explosive et de les placer sur un petit « rail » dans un tube qu’on mettrait sur son epaule. Resultat : vous avez votre bazooka artisanale ou plutot dira t on un RPG grand publique !!! AHHAHAH Construction de Torpilles Les torpilles sont generalement propulsees par une helice mue par un moteur diesel. Celles-ci sont dirigeables et atteignent 100 km/h.

Mais il existe un autre type de propulsion, utilise sur les torpilles russes: l’air comprime, qui permet a celles-ci d’atteindre 400 km/h. Par contre elles ne sont pas dirigeables. C’est ce mode de propulsion que nous allons utiliser. Les torpilles sont des engins particulierement faciles a construire. Il vous faut une bouteille d’eau (de preference sans stries) qui sera remplie d’air sous pression et dont le goulot servira de reacteur. Prenez une bouteille de 1 ou 1,5 litre et decollez l’etiquette. Percez le bouchon d’un trou de 5 mm environ pour y placer une vanne qui doit s’adapter a un tuyau de pompe a velo (ou a un tuyau intermediaire). Cette vanne peut etre n’importe quel petit tube en plastique.

Elle doit etre collee fortement au bouchon (avec par ex. de l’Araldite). Sur le haut de la bouteille, il faut coller 4 ailettes en plastique avec du scotch. Cette partie de la bouteille doit ensuite etre peinte pour resister a l’eau. Le reste doit rester transparent pour mesurer le niveau d’eau a l’interieur, etant donne que cette eau sert a la propulser grace a l’air sous pression. Si le bouchon est etanche il peut etre devisse et c’est plus pratique pour verser de l’eau dans la bouteille. Mais s’il ne l’est pas il faut le coller. L’air sous pression sert a propulser l’eau par la tuyere. La quantite d’eau ideale pour une bouteille de 1 litre est de 300 mL. Pour que a torpille se deplace vite, il faut que la tuyere soit plongee dans l’eau et que l’avant de la torpille reste hors de l’eau. Torpille Nitrogen T-100 Ajouter une charge explosive Si vous souhaiter ajouter une charge dans la torpille, ca se corse (sans vouloir faire de jeu de mot), parce qu’il n’y a pas d’autre moyen que d’installer un detonateur dans la torpille… De plus ca n’a pas grand interet car vous detruirez un engin que vous vous serez applique a construire. Le detonateur peut etre un dispositif sensible aux chocs, par exemple deux lames en metal qui font contact lors d’un mouvement brusque, reliees a un condensateur puissant (comme ceux des flashs; on peut en recuperer des gros qui produisent 300 V dans les appareils photos jetables).

Cela permet de produire une grosse etincelle qui enflamme l’explosif. Sinon on peut utiliser une simple meche lente, isolee (dans une paille par ex. ) que l’on allume au niveau de la tuyere. On branche rapidement la pompe, et on fait monter la pression jusqu’a ce que le tuyau se debranche spontanement. La torpille a le temps de partir suffisamment loin avant que la meche atteigne la charge et qu’elle fasse tout peter… Ideal pour en foutre plein dans un port…. Et creer la panique !! AHAHAHAHAHAH ============================================================================ ————————————————- Documentation and Diagrams of the ———————————————–============================================================================ ______________ / \______________/ The information contained in this file is strictly for academic use alone. Outlaw Labs will bear no responsibility for any use otherwise. It would be wise to note that the personnel who design and construct these devices are skilled physicists and are more knowledgeable in these matters than any layperson can ever hope to be… Should a layperson attempt to build a device such as this, chances are s/he would probably kill his/herself not by a nuclear detonation, but rather through radiation exposure. We here Atomic Bomb at Outlaw Labs do not recommend using academic curiosity. this file beyond the realm of casual or =========================================================================== ———————–+ Table of Contents +———————-I. The History of the Atomic Bomb —————————–A). Development (The Manhattan P