Francais

Francais

Robert Merle « LA MORT EST MON METIER » 1) Presentation du livre : – L’histoire du livre est tiree de faits reels : Rudolf Lang a existe. Il s’appelait en realite Rudolf Hoess et il etait le createur et un des commandants du camp d’Auschwitz. Dans la preface de robert merle, Rudolf hoess est un homme qui faisait qu’obeir aux ordres, il agissait par pur respect pour l’etat et par fidelite au chef. C’etait un homme de devoir et ne se rendait alors pas compte de l’atrocite de ses actes. Pour lui, c’etait impossible de desobeir a un ordre. Rudolf Lang est en 1913 un jeune allemand de 13 ans vivant a un en Allemagne dans une famille modeste mais dont l’autorite familiale est tres puissante. Le pere de Rudolf a decide qu’il devra devenir pretre lorsqu’il en aura l’age. Mais il ne veut aucunement entre dans le clerge mais plutot entrer dans l’armee. Il souhaite ressembler a son oncle Franz. Il fait donc quelques fugues et essaie de prendre des transports pour aller au front de la premiere Guerre Mondiale. Le probleme c’est qu’il faut avoir seize ans et il est donc renvoye chez lui.

Le pere decede en 1914 et c’est donc

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Rudolf le seul homme de la famille qui doit prendre la direction. Il s’engage a la Croix Rouge pour soigner les blesses de la guerre. La il fait la connaissance d’un officier et il lui fait part de son v? u d’entrer dans l’armee alors qu’il n’a encore que 15 ans. Cet officier accepte et apres son retablissement, il fait partir ses hommes dont Rudolf sur le front. Apres la fin de la guerre comme l’Allemagne n’avait le droit de n’avoir que 100 000 militaires, Rudolf doit redevenir un civil, et pour vivre, il enchaine petits travaux sur petits travaux.

Finalement il obtient une ferme et y vit assez bien. Au meme moment, il rencontre Elsie qui va devenir sa femme et va avoir des enfants. La il decouvre le Parti nazi et s’y engage. Puis apres une lente ascension dans les echelons hierarchiques du Parti, il est contacte par le Reich fuhrer Himmler qui lui demande s’il veut se charger de regler le probleme Juif en Europe (la Solution Finale) et lui propose un terrain pres de la Commune d’Auschwitz en Pologne. Rudolf, apres maintes hesitations, accepte.

Il s’occupe alors de cree des piece afin d’extermine la population juives et doit sans cesse trouve une solution meilleure afin de gagner plus de temps. C’est alors qu’il trouve la solution des fours pour extermine la race juive. Peu de temps apres, il est nomme inspecteur des camps et demenage donc a Berlin. C’est ici qu’il se fait arrete, chez George. Son proces a lieu a Varsovie le 11 mars 1947, un an jour pour jour apres son arrestation. Le jugement de Rudolf de ne fait pas attendre, il doit etre pendu. – Je trouve que le personnage de Siebert va avoir une grande importance dans la vie de Rudolf.

Rudolf rencontre Siebert a la fin de la premiere guerre mondiale, lorsqu’il commence a travailler comme man? uvre pour la construction d’un pond. Siebert est un de ses camarades qui surveillait le moteur electrique de la betonneuse. Tres vite, Rudolf va se lier d’amitie avec lui. Avec le temps, Rudolf ne supporte plus les conditions de travail trop difficile pour lui, il se fatigue de plus en plus et gagne trop peu pour se nourrir correctement. Il decide alors de se suicider. C’est alors qu’arrive Siebert qui le convainc de rester en vie en lui parlant de l’Allemagne et de l’importance qu’elle evoque pour eux.

C’est alors grace a lui qu’il va rester en vie, se marier, avoir des enfants et ensuite devenir le chef du camp d’Auschwitz. 2) L’Allemagne dans les annees 1920 3) Le camp d’Auschwitz – Lang est convoque de nouveau par Himmler car il lui fait part d’un secret d’etat, qu’il ne doit en aucuns cas revele. Le fuhrer a ordonne la solution definitive au probleme juif en Europe et Rudolf a ete choisis pour executer cette tache. Rudolf est tres etonne du fait qu’on l’est choisis pour executer cette tache. Celons Himmler, il a ete choisis pour son « talent d’organisateur » et de ses « rares qualites de conscience ». l acceptera cet etat de fait avec froideur considerant que son seul devoir est d’obeir aux ordres de ses superieurs. – Le SS setzler est d’abord choque par ce qui ce passe dans les camps, du fait que les corps sois nue et de la maniere dont on les tue. Avec l’arrivee des fours comme moyen d’elimine radicalement les juifs, setzler ne supporte plus l’odeur de «la chaire brulee» ainsi que les cris des detenus une fois dans les chambres a gaz. Il reagit alors de maniere tres violente afin de ne pas entendre tous ces cris, qui le « terrorisent ».

Il a l’habitude de choisir une jeune fille juive et de lui tirer dessus pour eviter d’entendre tous ces cris. Sous l’ordre de Rudolf, il doit arreter cela. C’est une chose difficile pour lui alors il demande a se faire affecte a une unite de front. Rudolf ayant mis un avis defavorable, il est contrains de mene ses actions a bien. Il va alors preferer mettre fin a ses jours plutot que de reste en vie, a respire l’odeur des chaires brulees et d’entendre tous ces cris. La femme de Rudolf, Elsie est restee longtemps dans l’ombre.

C’est suite a la visite du standartenfuhrer Kellner qu’elle apprend ce qui ce passe reellement dans les camps. Elle est tout d’abord choquee d’apprendre cette dure verite et ne comprend pas comment son mari a t-il pu agir de la sorte. Elle s’entretien avec lui et lui fait de gros reproche, elle est desemparee et scandalisee d’apprendre tout cela. Leur discussion devient meme violente car Rudolf lui a dit etre capable de tuer son fils Franz, sous un ordre du reishfuhrer. Elsie tremblais de tout son corps, elle n’en crois pas ses yeux, et s’en vas alors. 4) Votre approche personnelle du livre

J’ai, en lisant le debut du livre, ete rebute par la lenteur a laquelle l’histoire arrive au sujet evoque par le titre. En effet, dans les deux premiers tiers, l’auteur nous raconte la vie du heros avant les camps de concentration et cela, au bout d’un moment, m’a paru long. Mais comme le detail dans cette description permettait de faire sentir au lecteur l’inexorable montee du sentiment nazi a l’interieur d’une personne, pour qui il aurait ete impensable, au commencement de l’histoire, d’imaginer les atrocites qu’elle a commise ulterieurement a Auschwitz.

J’ai beaucoup aime la partie du roman qui commence a parler des camps de concentrations car c’est quelque chose qui m’a toujours interesse depuis le college. La description de ces lieu est tres bien faite ce qui nous fait prendre conscience l’atrocite des ces camps. La periode decrivant la vie au camp d’Auschwitz etait assez dure car les evenements qui etaient exposes etaient crus, sans expressions detournees pour adoucir un peu l’horreur. De plus le point de vue interne du narrateur, qui etait un SS, montrait l’indifference des nazis face a la monstruosite de leurs actions.

J’ai bien aime ce roman pour sa facon de presenter, « de l’interieur », l’Allemagne nazie et la facon d’embrigadement des esprits ; surtout pour montrer que les SS sont des personnes « deshumanisees » (expression donnee a Rudolf dans le livre, lors de son proces). J’ai aussi apprecie le titre car il resume bien l’etat d’esprit du personnage principal qui ressort dans les dernieres pages du roman : Rudolf considere son metier comme banal et insignifiant et il n’a aucun sentiment ni de remords, ni de culpabilite.