Floril Ge

Floril Ge

Préface La poésie est faite d’image. Chacun peut comprendre un poème à sa façon. La poésie a de multiples possibilités de sens. Chacun ne ressent pas la même sensibilité face à un poème. Un poème peut toucher une personne et laisser indifférente une autre. La poésie est pour moi un art de communication, un moyen de communiquer avec brutalité, réalité ou douceur de traité tous ce qui nous entoure. Le romantisme, qui apparaît en Europe au XIXème siècle, est un mouvement qui incarne la liberté : c’est « le libéralisme en littérature » disait Victor Hugo dans la préface d’Hernani.

J’ai électionné 2 poème que je considère co terme relativement c • sans un doute. La po gammes de sentime org XIXème siècle , l’amour est un ne saurait expliquer rie de plusieurs ers des textes que j’ai choisis, j’espère vous le taire entrevoir. Ces poèmes sont, Elle était déchaussée, elle était décoiffée de Victor Hugo qu’ représente bien le romantisme grâce aux thèmes de la nature et de l’amour. Et ensuite le poème Non, quand bien même une amère souffrance de Alfred de Musset qui exprime l’amour et les sentiments impossible et témoignent les états d’âmes du poète ainsi que la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
subjectivite.

Le surréalisme est un mouvement de la première moitié du XXème siècle, comprenant l’ensemble des procédés de création et d’expression utilisant toutes les forces psychiques (automatisme, rêve, inconscient) libérées du contrôle de la raison et en lut Swlpe to vlew next page lutte contre les valeurs reçues. Comme le disait André Breton : c’est un « automatisme psychique pur, par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée.

Dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en ehors de toute préoccupation esthétique ou morale J’ai choisi deux poèmes à vous faire partager pour montrer une autre face, et une autre façon d’expression de l’amour totalement différente au romantisme. J’ai donc choisi un poème de Paul Éluard nommé L’amoureuse, représentatif du surréalisme car le poète imagine sa muse et son subconscient prend le dessus et voit l’amour partout. Puis, un poème de Robert Desnos, A la faveur de la nuit, qul évoque l’imaginaire et les rêveries loin de la réalité.

Dans un premier temps, nous allons faire ressortir les principaux hèmes et pour finir, nous justifierons rapidement leur sélection. Les poètes peuvent faire passer un sentiment qu’ils ressentent au moment où ils écrivent comme l’amertume, l’amour, la tristesse… Il cherche à faire passer un message souvent caché de manière implicite ou explicite. Les poètes utilisent les mots comme une arme, afin de faire passer un message plus ou moins fort et leurs idées. Les mots peuvent toucher, faire pleurer, rendre heureux et triste.

Tout d’abord, le romantisme est constitué de plusieurs thèmes dont s’inspire l’esprit tourmenté du poète : l’amour, Péloge moureux, la séduction, rattente amoureuse, la mort, la vieillesse, et la fuite du temps. Dans le cas de l’amour, on emploie un amour outrancier. Nous a vieillesse, et la fuite du temps. Dans le cas de l’amour, on emploie un amour outrancier. Nous avons aussi la nature inspiratrice de sentiment divers, ses manifestations peuvent être comparées à celle de l’activité humaine et elle entretient une relation de mystères avec le poète.

Le temps et la mort, le temps est vécu comme une relation d’hostilité, le poète exprime des constats angoissés et des réflexions mélancoliques souvent en rapport vec la certitude de se rapprocher de la mort, le bilan douloureux d’une vie. Le surréalisme a un thème précis en commun avec le romantisme et celui-cl et l’amour ou même l’amour fou. Les autres thèmes caractéristiques du surréalisme sont la femme, la révolte, la magie des villes et les rencontres idolâtes, l’inconscient, le rêve, l’imagination et les phénomènes paranormaux.

Enfin, mon choix s’est portée sur ces poèmes afin d’entrevoir une autre forme de l’évocation amoureuse au cours du temps, en comparant et assimilant des thèmes, formes, ou idées ommunes, et en tentant de faire ressortir les messages pouvant découler de ces poèmes. J’ai choisi de prendre le thème de l’amour, un sentiment important depuis la nuit des temps et présent dans tout les mouvements littéraires. L’amour est un sentiment, une valeur ou une pulsion il peut rendre heureux comme triste.

C’est une notion très complexe tout le monde cherche à comprendre ce qu’est l’amour et a trouver l’amour. Cest un sentiment chacun cherche à ressentir. Mais cette notion d’amour reste vague, l’amour peut être un sujet de médecine, de psychologie, de philosophie, de théologie, de divertissement, ‘art… Chaque p médecine, de psychologie, de philosophie, de théologie, de divertissement, d’art… Chaque poète en fonction de son vécu perçoit l’amour différemment et nous fait passer son point de vue sur le sujet.

Certains poètes recherchent l’amour, certain l’ont perdu, d’autres encore en font l’éloge. Tous ces poèmes, malgré un thème commun récurrent, ont cependant, des élaborations différentes, mais aussi des manières de l’évoquer différentes. Cet amour, peut aussi être la motivation de l’écriture mais aussi donner une dimension plus pertinente et plus esthétique au poème. Selon moi, les poèmes doivent refléter des sortes de morales que l’on doit faire ressortir soi-même et que l’on doit méditer.

Poème du romantisme : Elle était déchaussée, elle était décoiffée Elle était déchaussée, elle était décoiffée, Assise, les pieds nus, parmi les joncs penchants ; Moi qui passais par là, je crus voir une fée, Et je lui dis : Veux-tu t’en venlr dans les champs ? Elle me regarda de ce regard suprême Qui reste à la beauté quand nous en triomphons, Et je lui dis : Veux-tu, c’est le mois où l’on aime, Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ? Elle essuya ses pieds à Fherbe de la rive ; Elle me regarda pour la seconde fois, Et la belle folâtre alors devint pensive.

Oh ! comme les oiseaux chantaient au fond des bois ! Comme l’eau caressait doucement le rivage ! Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts, La belle fille heureuse, effa Victor Hugo nommé Elle était déchaussée, elle était décoiffée. Il fait partit du recueil de poème Les Contemplations composé de 1830 à 1855. Le poème est composé de quatre strophes de 4 vers chacune. Les rimes sont croisées et donne une forme régulière au poème. Dans ce poème Victor Hugo exprime l’amour qui lia eu pour une jeune fille étant plus jeune.

J’affectionne particulièrement ce poème car la rencontre amoureuse du poète avec la jeune fille se déroule dans la nature, une nature que j’imagine comme chez moi. Non, quand bien même une amère souffrance Dans ce cœur mort pourrait se ranimer ; Non, quand bien même une fleur d’espérance Sur mon chemin pourrait encor germer ; Quand la pudeur, la grâce et l’innocence Viendraient en toi me plaindre et me charmer, Non, chère enfant, si belle d’ignorance, je ne saurais, je n’oserais t’aimer. Un jour pourtant il faudra qu’il te vienne, L’instant suprême où l’univers n’est rien.

De mon respect alors qu’il te souvienne ! Tu trouveras, dans la joie ou la peine, Ma triste main pour soutenir la tienne, Mon triste cœur pour écouter le tien. Ce texte est un poème de sset nommé Non, quand Dans les deux derniers vers, les rimes ne sont plus croisées et apportent un nouveau rythme. On aperçoit beaucoup de champs lexicaux comme celui de l’amour, de la souffrance, des sentiments ou encore de l’innocence. Ces champs lexicaux nous montrent l’amour impossible et la passion dont souffre le poète.

J’affectionne ce poème, il nous fais ressentir de la tristesse, de la compassion avec le poète et presque même de la pitié. L’atmosphère nostalgique renforce l’expression de ces sentiments. Poème surréaliste L’amoureuse Elle est debout sur mes paupières Et ses cheveux sont dans les miens, Elle a la forme de mes mains, Elle a la couleur de mes yeux, Elle s’engloutit dans mon ombre Comme une pierre sur le ciel. Elle a toujours les yeux ouverts Et ne me laisse pas dormir. Ses rêves en pleine lumière Font s’évaporer les soleils Me font rire, pleurer et rire, Parler sans avoir rien a dire.

L’amoureuse est un poème de Paul Eluard, parut en 1923. Il fait partit du recueil de poème Capitale de la douleur. Le poème est composé de 2 strophes de 6 vers chacune. Les vers sont des octosyllabes et les rimes ne sont pas disposées de façon régulière. Dans ce poème, le poète voit sa muse – anaphore du « elle » – à travers lui-même constamment. « Et ses cheveux sont dans les miens » ( cha corps humain ). On voit s’interroger sur le « elle On ressent beaucoup les sentiments que le poète expriment. A la faveur de la nuit Se glisser dans ton ombre à la faveur de la nuit.

Suivre tes pas, ton ombre à la fenêtre. Cette ombre à la fenêtre c’est toi, ce n’est pas une autre, c’est toi. N’ouvre pas cette fenêtre derrière les rideaux de laquelle tu bouges. Ferme les yeux. Je voudrais les fermer avec mes lèvres. Mais la fenêtre s’ouvre et le vent, le vent qui balance bizarrement la flamme et le drapeau entoure ma fuite de son manteau. La fenêtre s’ouvre: ce n’est pas toi. Je le savais bien. C’est un poème de Robert Desnos, qui apparait dans le recueil de poème A la Mystérieuse en 1926. Le poème est disposé en une seule strophe de IO vers.

Les vers sont totalement irrégulier, ils n’ont pas du tous la même longueur, ainsi que les rimes. Le poète espère voir son amour mais il est anéanti à l’avant dernier vers « la fenêtre s’ouvre : ce n’est pas toi. D, alors qu’il était certain de la réalité au début du poème. Ce n’est en faites seulement que son imagination. J’aime ce poème car on a l’espérance d’apercevoir l’être aimé du poète mais cette espérance se brise à la fin du poème, ce qui créer la surprise. Poème de choix libre travers l’air atone, Et le soleil dardait un rayon monotone Sur le bois jaunissant où la bise détonne.

Nous étions seul à seule et marchions en rêvant, Elle et moi, les cheveux et la pensée au vent. Soudain, tournant vers moi son regard émouvant : « Quel fut ton plus beau jour ? » fit sa voix d’or vivant, Sa voix douce et sonore, au frais timbre angélique. un sourire discret lui donna la réplique, Et je baisai sa main blanche, dévotement. — Ah ! les premières fleurs, qu’elles sont parfumées ! Et qu’il bruit avec un murmure charmant Le premier oui qui sort de lèvres bien-aimées ! Cest un poème Paul Verlaine appelé Nevermore et appartient au recueil de poèmes Poèmes saturniens publié en 1866.

Le poème st composé quatre strophes de 4 vers pour les deux premières et 3 vers pour les deux dernières. Cest un sonnet. Les rimes sont suivies pour les deux premières strophes et les deux premiers vers de la troisième strophe. e dernier vers de la troisième strophe avec la quatrième strophe, les rimes sont croisées. J’ai choisi ce poème car il fait partit d’un autre courant littéraire que celui du romantisme et du surréalisme, et pour montrer que le thème de l’amour est présent dans n’importe quel mouvement, ? n’importe quelle époque. Caspar David Friedrich – Le voyageur contemplant une mer de nuages – 1818