Flexibilité du travail

Flexibilité du travail

EXPOSE ECONOMIE Pour une entreprise, la flexibilité est la capacité à s’adapter aux marchés et à ses changements. Certains considèrent que la flexibilité du temps de travail mène à l’instabilité de l’emploi. Cependant, pour d’autres, cette dernière est un moyen d’améliorer la compétitivité d’une entreprise. Malgré de nombreuses études sur le sujet, les adeptes de la flexibilité n’ont pas réussi à trouver le bon compromis entre flexibilité et niveau de chômage. Ainsi, nous pouvons travail est-elle bien u pour répondre à cett un premier temps la favorisant l’économie OF4 next page ibilité du temps de abouti en France? orderons dans avail, un concept en quoi celle- ci comporte des risques sociaux et économiques. Enfin, nous verrons que la flexisecurité peut être un compromis envisageable (exemple Danemark). 1) La flexibilité du temps de travail se divise en plusieurs en plusieurs catégories qui ont toutes pour buts d’améliorer la compétitive française et de réduire le chômage. Un récent projet de loi du ministre de l’économe Emmanuel Macron souligne cette volonté de rendre plus souple le marché de l’emploi et libéraliser les 35H.

Ainsi, l’une de ses mesures phare vise à réformer le travail du imanche. On passerait ainsi de 5 à 12

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
dimanches travaillés par an, sur la base du volontariat ce qui apporterait une compensation aux salariés et permettrait de favoriser l’activité cependant très controversée car elle provoquerait une hausse des coûts salariaux (entre autre). D’autres méthodes sont en expansion pour réduire le chômage et relancer l’économie. – Le temps partiel : permet aux entreprises d’adapter le rythme de travail aux pics d’activité de l’entreprise.

Ce dispositif vise à éviter les licenciements ou le chômage partiel en cas de basse activité, insi qu’à éviter les heures supplémentaires lors des périodes de haute activité. Il permet également de garantir une rémunération fixe aux salariés. * le chômage partiel : Le dispositif du chômage partiel a pour but d’éviter des licenciements : il permet à une entreprise qui subit une perte d’activité de nature économique, technique ou naturelle, de réduire temporairement les horaires de ses effectifs.

Elle ne dépasse pas 6 semaines, période après laquelle les salariés pourront percevoir des indemnités de chômage * le télétravail : une productivité accrue car les salariés sont dans n espace de travail qui leur est favorable et où ils sont moins stressés Impact positif sur le travail fourni un plus pour les employeurs. Les employés organisent comme ils veulent leur temps de travail. * Partage du temps de travail : sur le même principe que la loi Aubry : le passage de 39 à 35E. En réduisant le temps de travail d’une autre personne, on créé des emplois.

On pourrait penser à réduire ce temps de travail (non sans conséquences : trop d’effectif qui amène trop de charges ADM et de gestion pour les employeurs, hausse des emplois précaires). Cependant de telles mesures n’ont pas toujours les effets scomptés. 2 n’ont pas toujours les effets escomptés. 3) Prenons maintenant le cap sur un pays scandinave : le Danemark avec la découverte de sa politique sociale Tout d’abord, le Danemark est connu pour avoir une des politiques sociales les plus développées et onéreuses du monde.

En particulier, la politique du marché du travail, dite système de « flexicurité », est si exemplaire qu’elle est considérée au niveau européen comme un modèle pour les reformes du marché du travail depuis 2003. Au sein de son système social, le modèle danois dit de « flexicurité » occupe une place prépondérante pour le marché du ravail et est souvent qualifié de « triangle d’or » : flexibilité, sécurité et une politique de l’emploi active La flexibilité est définit comme un assouplissement du marché du travail s’accompagnant en contrepartie d’un renforcement de la protection sociale.

Les employeurs sont autorisés à licencier des employés dans un délai très rapide, et cette flexibilité leur permet notamment d’envisager plus sereinement de nouveaux recrutements par la suite. En compensation de la fragilisation de l’emploi, la flexicurité recommande des taux de remplacement élevés de l’assurance- chômage, dans une logique de sécurité professionnelle rotégeant les individus plutôt que les emplois. pour toucher le chômage, il faut chercher activement du travail ou suivre une formation.

Et our ro oser des formations qualifiantes à ces chômeu s met les moyens : le pays 3 épargné le Danemark. L’assurance chômage a fait l’objet d’une réforme en 2010. Désormais les chômeurs sont indemnisés pendant deux ans à 60 % de leur salaire. Avant la réforme, ils pouvaient toucher 90 % de leur salaire pendant quatre ans. Malgrè ses quelques faiblesses, le Danemark affiche un taux de chômage officiel de 5% en 2014, alors que la France atteint un ecord de demandeurs d’emploi de 3,46 millions sans activité en métropole après trois ans et demi de hausse quasi continue.

Manuel Valls, premier ministre, qualifie aujourdhui la politique danoise en matière d’emploi « d’expérience extrêmement intéressante La France semblerait donc s’inspirer du modèle des pays scandinaves et en particularité du système danois, pour tenter de lutter et réduire le chômage en France. Il reste cependant, selon lui, de nombreuses mesures à mettre en place avant d’obtenir des résultats solides, à long terme. L’économie française est en constante recherche de compétitivité. Par ailleurs, la flexibilité du travail reste un élément décisif pour favoriser la croissance de celle-ci.

Toutefois, elle peut s’avérer contreproductive. Cependant, les modèles étrangers tel que celui ces Danois peuvent être riches d’enseignements afin d’améliorer notre propre système économique. En effet, nous savons que le chômage est l’une des questions prédominantes ? ce Jour, ses origines s’avérant multiples, il ne peut se résoudre qu’avec une unique mesure. Ainsi, nous pouvons dire que la flexibilité du travail est un moteur concret sans être pour autant l’unique voie à suivre. 4