Finance public

Finance public

finance public: A l’issue du premier semestre de l’annee 2009, l’execution du budget s’est soldee par un excedent de 2,3 milliards, au lieu de 10,2 milliards a fin juin 2008, en raison principalement de l’elargissement des depenses d’investissement. En effet, le solde ordinaire s’est etabli a 28,1 milliards, en baisse limitee a 2,4 milliards d’une annee a l’autre, la reduction des recettes ordinaires apres l’expansion exceptionnelle en 2008 ayant ete majoritairement compensee par la contraction des depenses ordinaires, elle meme liee au recul des depenses e compensation. Les recettes fiscales, chiffrees a 90,2 milliards et realisees a hauteur de 50,5% par rapport a la loi de finances, ont recule de 11,3% par rapport a fin juin 2008, suite a la baisse des recettes au titre des principaux impots, sous l’effet conjoint du ralentissement de l’activite economique et des recents reamenagements fiscaux. Le produit de l’impot sur le revenu a recule de 21,8% pour revenir a 13,4 milliards, les recettes au titre de l’impot sur les societes, d’un montant de 26,7 milliards, ont baisse de 13,6% et les recettes de la taxe sur la aleur ajoutee ont flechit de 7,3%, procurant 27,9 milliards. De meme, le produit des droits de douane a

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
diminue de 17,8%, sous l’effet conjugue de la baisse des taux d’imposition et du net ralentissement des importations. S’agissant des recettes non fiscales, en l’absence d’operations de privatisation, elles ont progresse de 28,7% passant de 7,8 milliards a pres de 10 milliards, les autres recettes ayant double par rapport a la meme periode de l’annee precedente. En regard, les depenses ordinaires, executees a hauteur de 44,3%, ont marque un repli de 8,8%, s’etablissant 73,4 milliards. Cette baisse est imputable a celle des charges de compensation et des interets de la dette publique, respectivement de 75,6% et de 3,1%. Compte non tenu des depenses de compensation, les depenses ordinaires ressortent en hausse de 7,2%, s’inscrivant dans le profil habituel de hausse des depenses courantes, qui a ete amplifiee par les revalorisations salariales operees en juillet 2008. Les depenses d’investissement, d’un montant de 27,7 milliards et en augmentation de 21,3%, ont ete plus que couverts par l’excedent ordinaire chiffre a 28,1 milliards.

Compte tenu du solde positif des comptes speciaux du Tresor, de pres de 2 milliards de dirhams, et d’une constitution d’arrieres de paiement pour un montant de pres de 3 milliards, l’excedent de caisse s’est etabli a pres de 5,2 milliards au lieu de 14,2 milliards une annee auparavant. Cet excedent, ainsi qu’un montant de 1,8 milliard mobilise sur le marche exterieur, ont permis au Tresor de reduire ses engagements interieurs de 7 milliards, avec notamment une amelioration de sa position nette vis-a-vis de Bank Al-Maghrib de 4,1 milliards.