fiche juridiqe

fiche juridiqe

De Copenhague à Madrid, de Paris à Budapest, les élections européennes du 22 au 25 mai seront fortement influencées par l’une des questions les plus importantes que devra affronter l’Europe à l’avenir, celle de l’immigration. L’Union européenne accueille le plus grand nombre d’immigrés au monde, soit un peu plus de 71 millions. Ce thème a beau être accaparé par Marine Le Pen et ceux qu’elle rejoindra, à Strasbourg, dans un groupe d’extrême droite transnational, leurs diatribes ne changeront rien aux tendances lourdes.

Leur propagande contre l’étranger brouillera un peu plus a compréhension d’un phénomène complexe qui a façonné les sociétés depuis des s disent ces tribuns po L’espoir étant qu’en massive, dans le futu conséquence positiv OF4 p g faire, quoi qu’en probablement uit, ait une sponsables ? afficher un discours plus courageux et plus conscient des réalités. Le projet que doit endosser, en juin, le Conseil européen n’est qu’une première étape, sans doute insuffisante. Car il est temps de forger un large consensus européen sur ce sujet.

Quelles sont ces réalités ? Primo, la démographie européenne, malgré une exception marquante — celle de la France devient lobalement négati Sv. ‘ipe to négative. Et si elle ne chute pas plus brutalement dans certains

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pays, c’est pour une large part en raison de l’immigration. Or, que la pyramide des âges s’inverse, avec une population âgée de 45 à 60 ans devenant majoritaire, et c’est la question de l’avenir des systèmes sociaux, de santé et de retraite qui est posée. En Allemagne, on devrait compter 30 % de plus de 65 ans et moins de 20 % de jeunes en 2030.

La question de la dépendance sera un défi collatéral pour ces sociétés, et des démographes estiment que seule une ouverture à une main-d’oeuvre étrangère pouvant ‘occuper de cette population permettra de l’affronter. De quoi enrichir le débat sur l’immigration de travail, et pas seulement celle des plus qualifiés… Sans être entendue par les Etats, la commissaire européenne aux affaires intérieures, la Suédoise Cecilia Malmstrbm, a prudemment évoqué cette réalité, déjà étayée par de nombreuses données.

Sans nouvelle immigration, la population européenne en âge de travailler se réduira de 12 % d’ici à 2 030. Le secteur de la santé devrait recruter 2 millions de personnes, qu’il ne trouvera pas. L’Allemagne manque d’ingénieurs, d’autres ays sont prêts à recruter massivement des techniciens spécialisés, des patrons peinent à trouver des cadres compétents, même là où le chômage est élevé. L’étranger « l’allochtone comme on le dit dans certaines parties de l’Europe – comme remède, et non comme 2 l’allochtone comme on le dit dans certaines parties de l’Europe comme remède, et non comme coupable ou comme menace ?

Si aucun politique n’ose tenir ce discours, d’autres le relayent avec force : « Compte tenu d’un taux de natalité en baisse, nous avons besoin d’une politique d’immigration et d’intégration cohérente. Des mesures nationales fragmentées feront régresser l’économie européenne sur la scène de la mondialisation écrivait Tom Enders, le président d’EADS, dans Le Monde, en janvier 2013. L’EUROPE DOIT AGIR La deuxième grande donnée est la fin de ce que les spécialistes appellent les « flux cycliques » de migrants.

Ni « tsunami » ni « exode biblique mais phénomène durable : les migrations changeront de nature mais s’amplifieront. Les Nations unies estiment qu’aux alentours de 2025, de 800 millions à 1 milliard de personnes seront déplacées dans le monde. La migration classique, dictée par des raisons économiques, égresse en Europe, relève l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), sans pouvoir estimer si ce phénomène est durable ou lié à la crise.

En revanche, les migrations issues des zones de conflits ou découlant des effets du dérèglement climatique se multiplieront, forçant les nations développées à ébaucher des réponses. Si elle ne veut pas affronter d’autres drames à répétition et rester fidèle à ses valeurs, l’Europe devra agir. En affich 3 drames à répétition et rester fidèle à ses valeurs, l’Europe devra agir. En affichant sa solidarité, en traçant des voies légales pour ‘immigration, mais surtout en amenant ses membres à agir de concert.

Ces dernières années, l’Union s’est beaucoup émue des divers drames en Méditerranée. pour une part, ils ne furent que les conséquences de mesures de dissuasion coordonnées au niveau européen alors que la définition d’une véritable politique migratoire sur le long terme restait à la traine. Faisant cavalier seul, chaque pays jouait la fâcheuse partition consistant ? désigner deux adversaires habituels : le voisin, qui n’en fait jamais assez, et « Bruxelles », accusée, comme à l’accoutumée, d’être ne bureaucratie sans notion des réalités nationales. ne mesure pourrait aider à combattre cette funeste myopie : la nomination d’un véritable commissaire européen à l’immigration, capable de jouer simultanément sur les tableaux de la sécurité intérieure, des affaires étrangères, de l’humanitaire, du développement et de l’intégration. Capable, aussi, d’inscrire cette thématique à l’agenda du Conseil, à savoir des Etats. Il est temps de fédéraliser ce sujet crucial et de rappeler aux capitales qu’elles ont ouvert la porte, dans le traité de Lisbonne, à une telle évolution. Timide, mais, en tout cas, indispensable. 4