Fiche de lecture

Fiche de lecture

Norbert Elias et Eric Dunning, Sport et civilisation, la violence maitrisee, avant-propos de Roger Chartier, Paris, Fayard, 1995, 392 p. Sport et civilisation, la violence maitrisee, est ecrit par Norbert Elias en collaboration avec Eric Dunning, dont le titre original est Quest for excitement, sport and leisure in the civilizing process. Cet ouvrage est publie pour la premiere fois en 1986 puis reedite a plusieurs reprises par Fayard. Norbert Elias demeure un auteur atypique en histoire.

Ecrivain et sociologue allemand, il nait le 22 juin 1897 a Breslau, et decede le 1er aout 1990 a Amsterdam. Il est l’auteur d’un ouvrage majeur portant sur la sociologie historique, sur le processus de civilisation, paru, en France, en deux volumes, La Civilisation des m? urs et La Dynamique de l’Occident. La sociologie historique s’interesse notamment au devenir des phenomenes macrosociaux, sans les presupposes d’une philosophie de l’histoire et cherche par ailleurs a etablir des relations de causalites sur la base d’une necessite ou d’une finalite.

En consequence, la sociologie historique a pour finalite la description des processus de transformation historique, des faits sociaux ou anthropologiques dans le souci permanent d’une meilleure comprehension de la realite et de la coherence des systemes culturels de nos societes.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
D’origine allemande, Norbert Elias emerge dans les annees 30. Egalement juif, dans un contexte marque par un antisemitisme pregnant, il quitte l’Allemagne pour rejoindre dans un premier temps la France puis l’Angleterre. Il publie des ouvrages en allemand mais aussi en anglais.

Il se fait connaitre tardivement en France. Ses etudes se portent essentiellement sur les m? urs de la civilisation occidentale, lesquels se transforment de la fin du moyen age a la fin de l’epoque contemporaine. Son travail eminemment original se pote en particulier sur les coutumes et les gestes. Eric Dunning apparait comme un des disciples d’Elias. Il suit les cours de N. Elias a Leicester. Il prepare sa these sur le sport sous la direction de ce dernier. L’influence de son professeur lui a permet d’approfondir le concept decisif de  » proces de civilisation « .

Leur cooperation scientifique est etroite qu’Elias et Dunning, ils publient donc ensemble Sport et civilisation. La violence maitrisee, ouvrage qui apparait aujourd’hui comme un classique de la sociologie sur le sujet. A l’heure actuelle, Dunning est professeur au Center for Research on Sport and Society a l’universite de Leicester. Ils travaillent ensemble dans les annees 50 et 60 afin de reorienter la sociologie vers une approche centree sur l’etude des processus, laquelle prend en compte l’interdependance de la sociologie et de la psychologie.

Ses travaux portent principalement sur les activites de loisirs, des jeux traditionnels d’autrefois aux sports contemporains. Notre objet d’etude porte sur l’avant-propos de cet ouvrage, redige en somme par Roger Chartier, historien francais rattache au courant historiographique de l’ecole des Annales. Il travaille notamment sur l’histoire du livre, de l’edition et de la lecture. Cet extrait est donc un avant-propos redige par Roger Chartier. L’avant-propos demeure un des synonymes de preface ou de preambule. Il a pour finalite de donner des indications utiles sur le plan et le but du livre.

Roger Chartier resume le livre et donne par ailleurs quelques elements biographiques sur les auteurs. La problematique : « Comment situer, dans la longue histoire du proces de civilisation, les transformations de la structure de la personnalite qui rendent possible le relachement des controles emotionnels sans que pour autant soit donne libre cours aux mouvements spontanes (et dangereux) des pulsions et des affects ? » Questionnements : Quel est le role du sport ? Il y a-t-il une rupture nette entre sports modernes et jeux traditionnels ?

Dans les societes contemporaines, le sport est-il fondamentalement caracterise par le relachement controle des emotions ? Le sport a-t-il pour fonction de liberer les tensions creees par les contraintes de la societe ? Thematiques: Dans cet extrait de nombreux themes apparaissent tels que : • l’opposition marquante entre les sports modernes et les jeux traditionnels ; • la naissance du sport moderne ; • l’evolution des m? urs occidentales ; • le relachement des emotions et le plaisir dans les loisirs. Argumentation : L’exemple du football, du rugby et du folk ootball demeure recurrent, notamment aux pages 14 et 15. Ici, il s’agit en effet d’apposer ces differentes pratiques dont certains aspects ressemblants peuvent induire en erreur et amener certains a penser qu’elles sont identiques. Les spots modernes et les jeux traditionnels s’opposent notamment en termes de temporalite, d’espace et de codifications. Le sport moderne cree « des espaces et des temps qui lui sont propres ». En effet, l’autonomisation du sport moderne entraine ineluctablement la creation de son propre espace-temps a l’inverse des jeux traditionnels.

Le sport requiert en consequence un espace en adequation sa pratique mais aussi un calendrier regle et non arbitraire. Contextualisation : Sport et civilisation, la violence maitrisee demeure un recueil d’articles ecrits par N. Elias et E. Dunning entre 1966 et 1986 (date de publication de l’ouvrage en anglais – Quest for Excitement, Sport and Leisure in the Civilizing Process). Dunning est un etudiant d’Elias dans les annees 1950 a Leicester. Tous deux s’interessent au Sport. Les recherches dans ce domaine sont a cette epoque quasiment inexistante. Ces travaux constituent donc les premisses de la sociologie sportive.

De plus, cet ouvrage apparait donc comme l’aboutissement d’une longue collaboration et comme la synthese des apports du raisonnement de Norbert Elias a la sociologie du sport. A la fin du XIX e siecle, il demeure necessaire de gerer les violences. Dans un contexte de Revolution industrielle et de democratisation, le sport, terme, dans un premier temps anglo-saxon, emerge des les annees 1850. Ils ecrivent donc cet ouvrage a une periode ou la violence semble « maitrisee ». La reedition de l’ouvrage et l’ecriture de l’avant propos s’effectue dans une periode ou les ecrits sur le sport semblent de plus en plus en expansion.

Resume : Dans cet avant-propos de R. Chartier, l’auteur s’attache a resumer l’ouvrage Sport et civilisation, la violence maitrisee de Norbert Elias et Eric Dunning. Les auteurs s’insurgent contre la definition universalisante laquelle englobe la notion de « sports ». Ils font le constat d’une discontinuite dans cette definition. Ils preconisent donc une distinction entre les jeux traditionnels et le sport moderne. Norbert Elias et Eric Dunning, mettent en evidence : • l’abaissement du degre de violence autorisee dans la mise en jeu des corps ; l’existence de regles ecrites et uniformes codifiant les pratiques ; • l’autonomisation du jeu sportif par rapport aux affrontements guerriers ou rituels ; • le developpement d’une ethique de la loyaute qui ne separe pas le desir de victoire du respect des regles et du plaisir du jeu quelle qu’en soit l’issue. Des lors, nous pouvons nous demander « Comment situer, dans la longue histoire du proces de civilisation, les transformations de la structure de la personnalite qui rendent possible le relachement des controles emotionnels sans que pour autant soit donne libre cours aux mouvements pontanes (et dangereux) des pulsions et des affects ? ». Selon l’avant-propos, les auteurs restituent le sport dans une dynamique de longue duree. L’analyse du phenomene sportif se fait dans sa double dimension de pratique corporelle et de spectacle de mise en jeu du corps, comme un produit du processus de civilisation avec notamment l’evolution des m? urs. Ainsi, pour donner une definition du sport, il faut l’associer a une double dimension mimetique mais aussi cathartique .

Cette double dimension conduit a opposer les jeux traditionnels et les sports modernes. L’exemple du football, du rugby et du « folk football » accentue cette demarcation entre les deux notions. De plus, l’ethique sportive de la loyaute accentue le fosse entre le sport moderne et les jeux traditionnels. L’adoucissement des m? urs jouent un role preponderant dans la naissance du sport moderne. De plus, le sport est donc caracterise par une stricte limitation de la violence physique permettant ainsi de distinguer le sport moderne des jeux traditionnels.

L’exemple de la lutte et de la boxe dans cet extrait demeure revelateur des codifications effectuees a l’interieur meme des pratiques sportives. Les regles caracterisent les pratiques sportives. L’interiorisation croissante de l’interdit social face a la violence et la hausse de la repulsion emotive entraine ineluctablement des transformations dans le domaine sportif. La pacification et l’autocontrole amenent un net declin de la violence. Le respect de l’Autre et des regles emergent, entrainant par ailleurs une violence maitrisee.

Les mots-cles : Sport ; Civilisation ; Modernite ; Tradition ; Emotions. Analyse critique : Nous pouvons nous interroger avec exigence et rationalite sur la realite ou la probabilite de faits et de relations pretendus, puis sur des interpretations. En effet, l’avant-propos ecrit par Chartier propose une reconstitution de la naissance du sport moderne dans le monde. Le sport semble avoir pour principe de susciter des tensions et des emotions dans des societes marquees par une contrainte sociale croissante ayant pour finalite la pacification des relations interpersonnelles.

Roger Chartier affirme a la page 22 que « la violence dans le sport, des pratiquants mais plus encore des supporters, doit etre comprise comme une moindre valorisation et une moindre capacite a l’autocontrainte des pulsions dans une partie de la population qui par, sa position d’exclusion ou de marginalisation, n’a pas atteint le stade du proces de civilisation qui est celui de la plus grande partie de la societe dans laquelle elle vit ».

Neanmoins, cette affirmation semble abusive notamment selon l’anthropologue Wittersheim. De plus, cette reflexion exprime la pensee de Dunning mais en aucun cas celle d’Elias. Ici, le particulier ne peut exprimer le general. Cet extrait apparait comme une apologie des sportifs. En effet, certains sportifs ne respectent pas les regles edictees et les bafouent quelques fois.