EXPOSE SUR LA REPRODUCTION DE BOURDIEU

EXPOSE SUR LA REPRODUCTION DE BOURDIEU

p g « La reproduction, él’ DE PIERRE BOUDIEU CHAPITRE : IV AS de l’enseignement » ON LA DEPENDANCE PAR L’INDEPENDANCE chance sur 100 d’accéder à l’université alors que les enfants de cadres ou de professions libérales ont eux 8 chances IO d’y accéder. A noter qu’au un même moment, par une volonté politique, l’école se démocratise, d’une part pour accueillir la génération du baby-boom d’après guerre et d’autre part, pour répondre au besoin économique, porté sur le progrès, d’une France en pleine croissance: besoins de nouveaux ingénieurs, cadres, techniciens,… trement dit de diplômes qualifiés. Cet extrait du livre traite de la reproduction des inégales chances de réussites, en fonction du milieu d’appartenance social, basé sur la légitimité, non-objective, de l’ordre social établi afin de conserver et perpétuer ce même ordre qui est la domination des classes supérieures sur les autres. Les auteurs, pour cette démonstration, s’appuient sur un concept central, le concept de l’habitus.

Définition du concept d’habitus: Bourdieu écrit: « Les conditionnements associés à une classe particulière de conditions d’existence produisent des habitus, ystèmes de disposition durables et transposables, structures structurées disposées à fonctionner comme structures structurantes, c’est à dire en tant que principe générateur et organisateur de pratiques et de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
représentations qui peuvent être objectivement adaptés à leur but sans supposer la visée consciente de fins et la maitrise expresse des opérations nécessaires pour les atteindre, objectivement « réglées » et « régulières » sans être en rien le produit de l’obéissance à des règles, et, étant tout cela, collectivement orchestrées sans être le produit de l’action orga des règles, et, étant tout cela, collectivement orchestrées sans être le produit de l’action organisatrice d’un chef d’orchestre » Définition extraite de l’ouvrage « le sens pratique », édité en 1980.

Cette définition est non-exclusive, en effet Bourdieu, tout au long de sa carrière, n’a cessé de la redéfinir pour la parfaire. On peut donc considérer que l’habitus est un ensemble de manières de sentir, de penser et d’agir, l’extériorisation de l’intériorité en langage bourdieusien, fruit des expériences et conditionnements passés, l’intériorisation de l’extériorité, et ropre à un milieu social donné dont les individus m’en ont pas conscience. Le premier lieu de structuration de l’habitus est l’espace familial, il s’agit de l’habitus primaire ou familial. L’individu intériorise l’extériorité, c’est à dire une éducation, un langage, des règles de conduite, etc… variable suivant le milieu social d’appartenance.

Au fil du vécu de l’individu, des habitus secondaires, notamment l’habitus scolaire, viendront se greffer à l’habitus primaire, ce n’est pas une structure figée, elle évolue, s’adapte, s’ajuste dans le temps en fonction des différentes trajectoires sociales de chacun, ‘est pourquoi il n’y a pas d’habitus propre à une classe, il y a des traits caractéristiques de classe mais pas de copier-coller de l’habitus entre les individus d’une même classe sociale. Avec ce nouveau concept, Bourdieu et Passeron proposent une alternative à l’opposition traditionnelle en sociologie entre l’objectivisme, qui considère que les pensées, les représentations et les actions des individus sont déterminées 3 qui considère que les pensées, les représentations et les actions des individus sont déterminees et extérieures à eux, et le subjectivisme, qui considère que les individus agissent e manières libres, par motivations personnelles.

En effet, l’habitus est un concept médian puisqu’il prend en compte le déterminisme social inhérent au milieu d’origine mais aussi, une relative part d’autonomie de l’individu, lui permettant une trajectoire sociale non-définitive. Toutefois, il est à préciser que l’habitus présente une forme d’inertie dû à l’habitus primaire puisque ce dernier se structure dés la naissance et par conséquent, plus solidement encré, intériorisé. L’habitus comprend deux composantes: l’ethos et Ihexis corporelle. ‘ethos désigne les principes et les valeurs qui régissent, de açon inconsciente parce que intériorisé, la conduite quotidienne. L’hexis corporelle est un ensemble de dispositions corporelles, également inconsciente, comme la façon de se tenir, de marcher, de parler, etc…

Comment, en fonction de l’origine sociale, l’effet de l’habitus influe sur les chances inégales de réussite scolaire et de fait sur la reproduction sociale? Tout d’abord, il est important de préciser, pour expliquer ces inégalités que dans l’habitus primaire, constitué hors de l’école, il s’agit de la culture libre, est compris l’héritage culturel, il est transmis par les parents. Ainsi, un enfant de la classe supérieure présentera certaines dispositions culturelles du fait d’un train et style de vie qualifié de « bon gout et de raffiné » (visite de musée, théâtre, voyage à l’étranger, lecture, etc 4 qualifié de « bon gout et de raffiné » (visite de musée, théâtre, voyage à l’étranger, lecture, etc… et d’une certaine maîtrise du langage, c’est l’héritage culturel cultivé alors que les enfants des classes moyennes ou populaires présenteront des dispositions culturelles qualifiées de « communes, de vulgaires ». Il y a une distinction et hiérarchisation relative des différentes lasses entre elles. Le système d’enseignement fonctionne de la même façon, c’est ? dire que la sélection des enseignants est le résultat d’un habitus cultivé créant, de la sorte, un habitus de classe spécifique des dominants (des classes supérieures), ces mécanismes sont inconscients. La culture scolaire n’est donc pas une culture neutre mais une culture de classe. Ainsi, par reconnaissance sociale, les enfants de la classe supérieure y seront valorisés de part leurs dispositions analogues et spécifiques de l’écrit, du langage et du comportement.

Les critères de jugement du corps scolaire sont, vant tout, des critères sociaux plutôt qu’intellectuels. Cela provoque, chez les enfants de la classe moyenne mais surtout de la classe populaire, un phénomène d’hytérésis de l’habitus, c’est à dire un décalage entre leurs habitus familiales et l’habitus scolaire, qui n’est ni plus ni moins que l’habitus des classes dominantes, habitus qu’ils imposent à tous. Puisque les enfants des classes moyennes et populaires ne répondront pas aux attentes du système scolaire, ils y seront sanctionnés ou exclus du fait de leurs habitus inadéquats. Donc, les « chances de réussite scolaire » ne seront que l’apanage de la classe dominante, S