Expose nouveau roman – nouveau theatre

Expose nouveau roman – nouveau theatre

NOUVEAU ROMAN & NOUVEAU THEATRE.

•Origines du mouvement Nouveau theatre ou Theatre de l’absurde. C’est une expression qui a ete introduite par la critique dans les annees cinquantes pour designer un certain nombre d’? uvres dramatiques ( = pieces de theatre) qui se caracterisaient par un recours a l’absurde ( = contraire au sens commun, a la logique). Les oeuvres qui s’inscrivent dans ce mouvement sont toutes les pieces de theatre qui, au milieu du siecle dernier, ont bouleverse les conventions du genre, notamment la regle des trois unites (unite de temps, de lieu et d’action).

Leur point commun serait d’exposer sur scene une vision absurde de la condition humaine. Le nouveau roman. L’expression « nouveau roman », a ete creee par un journaliste sur le modele de l’expression “Nouvelle Vague” (expression employee pour la premiere fois dans L’Express , a l’automne de 1957, pour designer une nouvelle generation de cineastes), elle a ete reprise par Alain Robbe-Grillet (Pour un nouveau roman, 1963) et Jean Ricardou (Problemes du Nouveau Roman, 1967, Pour une theorie du Nouveau Roman, 1971).

On groupe sous l’expression  » Nouveau Roman  » des ? uvres publiees en France a partir des annees 1950 et qui ont eu en commun un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
refus de la construction classique d’un roman. La plupart des “nouveaux romanciers” ont ete publie dans les annees cinquante par Jerome Lindon aux Editions de Minuit. Le nouveau roman est specifiquement francais, voire parisien (ce qui ne l’a pas empeche de connaitre un grand succes a l’etranger, notamment aux Etats-Unis).

•Caracteristiques: Caracteristiques du Nouveau theatre :

L’originalite propre du theatre de Ionesco ou de celui de Beckett serait d’exprimer dans un langage absurde qui reduit les personnages au rang de pantins, detruit entre eux toute possibilite de communication, ote toute coherence a l’intrigue et toute logique aux propos tenus sur scene. -Refus du realisme, des personnages et de l’intrigue. Souvent on ne trouve pas de personnalites marquees ni d’intrigue dans le sens « narratif » du terme. -Le lieu ou se deroule l’action n’est souvent pas cite avec precision.

-Le temps est lui-meme tourne a l’absurde par certains moyens. Volonte de creer un spectacle total : utilisation de mime, de clown, d’un maximum d’elements visuels, soucis du detail dans la mise en scene, jeux de lumieres, de sons. Par certains aspects, le nouveau theatre renoue avec le theatre antique ; le spectacle y est total et non seulement visuel ou axe sur les dialogues.

-Le langage mis en scene n’est plus un moyen de communication mais exprime le vide, l’incoherence et represente la vie, laquelle est elle-meme ridicule.

-Plethore de didascalies : l’auteur exclue le metteur en scene, il reprend en mains ce role et se l’approprie, il ne veut pas que sa piece soit interpretee par un autre. Par ses essais, le nouveau theatre s’adresse aux intellectuels : l’absurde fait rire au premier abord, ce n’est qu’apres reflexion que l’on se rend compte du malaise qui y est denonce. Caracteristiques du nouveau roman: Les debuts du Nouveau Roman coincident avec les debut de la Nouvelle vague, un mouvement regroupant des cineastes dont les films presentaient notamment une originalite dans la bande son, puisque les voix, dans ces films, sont brouillees de maniere a rendre un effet de realisme: comme dans la vraie vie, tous parlent un peu en meme temps, les voix se surperposent… ct.

On peut retrouver cet aspect dans differentes oeuvres de Nouveaux Romanciers : dans Vous les entendez ? de Nathalie Sarraute, les voix qui composent le texte sont entendues a travers une cloison; dans Le Voyeur de Robe-Grillet, le heros saisit des bribes de paroles qui ne lui permettent jamais de reconstituer entierement l’enchainement des faits. Ils remettent en cause un recit construit autour d’une intrigue principale, et un personnage decrit de maniere a apparaitre presque reel, cela cree une certaine familiarite avec le lecteur.

Moderato cantabile fiche de lecture

Ils pronent notamment l’abandon des elements traditionnels de l’ecriture romanesque. La description des personnages est souvent ambigues. Il n’y pas de linearite dans l’intrigue. Le Nouveau Roman fait entrer la litterature dans « l’ere du soupcon » – selon le titre d’un essai de Sarraute publie en 1956, ce qui a pour principale consequence la remise en question de la necessite du vraisemblable.

•Principaux auteurs : Pour le nouveau theatre, on note : les pieces de Ionesco, Adamov, et quelquefois celles de Beckett, Genet, voire Pinter.

Pour le nouveau roman on peut regrouper: Claude Simon le Vent (1957), la Route des Flandres (1960), le Palace (1962) et les Georgiques (1981), Michel Butor Passage de Milan (1954) et l’Emploi du temps (1956), Alain Robbe-Grillet les Gommes (1953) et le Voyeur (1955) , Samuel Beckett Molloy (1951), Nathalie Sarraute Tropismes (1939) et Portrait d’un inconnu (1948), Robert Pinget, Jean Ricardou l’Observatoire de Cannes (1961) et la Prise de Constantinople (1965), Marguerite Duras (Moderato cantabile 1958 ; le Ravissement de Lol V. Stein 1964).

•Deux exemples developpes. (En attendant Godot – Bekett.

Marguerite Duras – Le ravissement de Lol. V Stein. ): En attendant Godot. En attendant Godot met en scene deux personnages Estragon (Gogo) et Vladimir (Didi) qui attendent (et attendront jusqu’a la fin de la piece) Godot. Au fil du temps, ils rencontrent Pozzo qui tient par une corde un dernier personnage : Lucky. Toute l’histoire se deroule autour de l’attente de Godot, ni plus ni moins. Ce personnage n’arrivera jamais. En quoi cette piece appartient-elle au Nouveau theatre ? :

-Piece en rupture -; pas d’actes, pas de scenes -Pas de liste de personnages

-Unites de temps et de lieu volontairement ignorees Plethore de didascalies : la dramaturge impose au metteur en scene et aux acteurs sa facon de « jouer » le texte

-Pas vraiment de passage d’exposition parce qu’il n’y a pas d’histoire : c’est un une boucle refaite sans fin.

-Pas d’action : donc pas d’unite d’action -D’apres les noms des personnages on pourrait croire qu’il s’agit d’une comedie mais l’auteur n’a donne aucune indications. -L’action « d’attendre » se fait en meme temps qu’une autre : vivre ?

-Reflexion sur la vie.

-Le seul personnage que l’on nomme dans le titre est celui qui est toujours absent. On a aussi une caricature de la relation maitre-valent des comedies des XVII e et XVIII e s.

-Les dialogues sont prives de sens. Il n’y pas d’histoire. Conversation sans queue ni tete qui aboutit a des quiproquos.

-Les questions n’obtiennent jamais de reponse

-Si le langage semble prive de sens, il est toute fois parfois traverse par des phrases poetiques (« Les larmes du monde sont immuables » = decasyllabe -; vers blanc. ) -p. 54 phrase qui resume et illustre bien la piece : « Rien ne se passe, personne ne vient, personne ne s’en va, c’est terrible » Lucky est muet : le dramaturge refuse a ce personnage ce qui est sens doute l’une des part essentielles du theatre : la parole -Oubli des deux personnages p. 118 : souvent dans le theatre moderne, la scene finale renvoie au debut. Cf. La cantatrice chauve de Ionesco Le ravissement de Lol V. Stein Marguerite Duras ecrit Le Ravissement de Lol V. Stein pendant l’ete de 1963. Elle vient de faire une cure de desintoxication :

Le Ravissement de Lol V. Stein est le premier de ses romans ecrits sans l’aide de l’alcool, dans la peur d’un etat ou elle se sent souvent proche de la folie.

Les adaptations cinematographiques du Barrage contre le Pacifique par Rene Clement, de Moderato Cantabile par Peter Brook en 1960 l’ont fait connaitre d’un tres large public. Lol V. Stein est une femme d’une trentaine d’annees elle est nee et a ete elevee a S. Tahla dans une famille bourgeoise, elle sest fiancee a 19 ans a Michael Richardson. Celui-ci l’a quittee pour Anne-Marie Stretter, une femme plus agee, lors d’un bal dans la ville balneaire de T. Beach. Apres s’etre difficilement remise de cette rupture brutale, Lol V.

Stein epouse Jean Bedford, un musicien qu’elle rencontre lors d’une de ses promenades quotidiennes, et quitte S. Tahla pour suivre son mari. Dix ans passent et Lol V. Stein a trois enfants, c’est une femme etablie, qui a une vie rangee. Elle retourne un jour vivre a S. Tahla, apres avoir reamenage la maison , Lol decide de se promener dans la ville. Elle decouvre par hasard un couple illegitime dans lequel elle croit reconnaitre Tatiana Karl, son amie d’enfance; l’homme qui l’accompagne la marque particulierement. Au cours d’une balade, Lol V. Stein decouvre la demeure de Tatiana Karl, elle decide de rentrer en contact avec elle.

Elle est invitee chez Tatiana Karl; elle y fait la connaissance du mari et de l’amant de Tatiana, Jacques Hold, a qui elle fait une forte impression. Une relation est nouee, ce qui permet a Lol V. Stein d’inviter chez elle Tatiana Karl avec son mari et son amant. Lors d’une conversation en tete a tete, Lol V. Stein devoile a Jacques Hold son interet pour lui, mais elle lui defend de quitter Tatiana Karl pour elle. Progressivement, la relation entre Tatiana Karl et Jacques Hold s’etiole. Un jour, Lol V. Stein annonce a Jacques Hold qu’elle est allee seule se promener a T. Beach, et lui dit son intention d’y retourner avec lui.

Apres un court voyage en train, ils marchent jusqu’au casino ou le bal a eu lieu dix ans auparavant, et Lol V. Stein y revoit la salle de bal ou la scene de sa rupture avec Michael Richardson a pris place. La soiree etant trop avancee, Lol V. Stein et Jacques Hold passent la nuit ensemble. Le lendemain, Jacques a un dernier rendez-vous avec Tatiana Karl a l’Hotel des bois de S. Tahla. Ce roman est caracteristique du nouveau roman par plusieurs aspect :

-Le narrateur nous est inconnu jusqu’a la moitie du livre. Quelqu’un parle, raconte, decris, donne son avis, mais qui est-ce ?

Nous n’avons aucune indications; il faut attendre que Lol, le personnage principale rencontre le narrateur pour le decouvrir.

-L’histoire est tres morcelee, le narrateur opere d’incessants retour en arriere, suivi de flash back… ect. De plus, il n’y pas vraiment de fin.

Tout est sous entendu, et encore, nous sommes libres d’imaginer ce que bon nous semble, et c’est comme si on avait juste un moment de vie entre les mains mais pas plus.

-On peut egalement ajouter que les descriptions des personnages sont tres vagues, on ne connait pas exactement leurs visages, a peine la couleur de leurs cheveux… ect. Ils nous apparaissent lointains ainsi.