Exposé les enfants dans la

Exposé les enfants dans la

Le titre de es images ignifuge déjà beaucoup incite voire Oblige les enfants a donner en parlant au futur simple , on leur explique sous les images par des phrases simples comme ils peuvent aider les soldats les enfant sont forcément touchés par ses vignettes car il y a obligatoirement quelqu’un de leur entourage qui est parti sur le front et qui pourrai avoir « besoin de leur aide » pour « acheter des canons , boire du vin , préserver du froid , acheter de quoi soigner , offrir des pensions et des secours » En effet , durant la guerre , des quêtes dans les écoles, collèges et lycées des « petits » sous sont effectués.

A pp si «?ouvre du petit sou » en septembre 1914 ; chaque élève verse deux sous par semaine, en décembre, ils ont accumulé 500 000 francs qui serviront à envoyer des cadeaux aux soldats pour NOël 1914. Les élèves participent activement à la collecte d’argent et sensibilisent la population aux économies. Certaines écho écoles souscrivent aux emprunts nationaux. Organisation de journées à thème (ex : journée serre). (Une école de 28 élèves dans l’Eure récolte de 09/1914 à 03/1915 IF) Le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ministère donne des diplômes d’honneur très recherchés aux ailleurs écoles.

Cadettes nihilistes collecte plus de 500 000 et envoient à Noël des colis (tabac, chocolat et un litre d’alcool avec ce mot « ces nous qui vous envoyons le cadeau rituel, Pères, Frères qui combattez pour nous défendre») Dès leur plus jeune âge , les enfants sont mis face à la guerre qui ravage leur entourage mais sont surs (grâce à la propagande) que leur implication minime apporte une énorme différence a leurs pères , frères et autres qui se battent pour la « France » « L’enfant français est aussi un combattant » , le soldat est un idole de courage et de force à suivre , les enfants à qui on fait dire qu’ils sont des soldats se sentent aussi forts et courageux que ceux qui sont sur le front.

Dans le vignettes offertes aux enfants , on voit que la présence des proches partis au front est toujours au centre des pensées d’ou le cadre représentant certainement le père accroche au mur. Le texte en dessous prouve que les enfants sont embrigades dans une société ou le secret est de mise la parole des enfants est limitée et ils doivent travailler pour la réussite de leur patrie. La seconde vignette montre que les enfants autant que les autres membres de l’arrière subissent le manque de nourriture et d’arrivage extérieur par la limitation des transports qui sont réservés une grande partie pour le front. Les besoins des os 2 limitation des transports qui sont réservés une grande partie pour le front.

Les besoins des soldats sont supérieurs aux autres , les enfants et femmes qui travaillent aux usines et se démènent pour que la vie continue ont besoin de rien par rapport aux soldats qui combattent , le soldat français est idéalisé comme un modèle pour tous les jeunes. Dans la troisième vignette le travail d l’enfant reviens au centre de l’attention , chacun doit travailler pour la réussite d elle patrie , y compris l’enfant qui , trop jeune , devrait simplement aller l’école. L’enfant est encadré car on lui dit que s’il travaille , il vivra mieux , tout ce qu’il souhaite c’est vivre mieux mais est ce que vivre mieux veut dire assis fin de la guerre ? Le travail peut il arrêter la guerre ?

Dans le discours à l’institution est jouées , le passé es exprimé , le bonheur des anciennes cérémonies , les fanfares , les sourires , les professeurs nombreux et heureux de air leurs élèves récompensés pourtant , en cette année 1915 , il remercie les jeunes d’avoir participé aux quêtes , d’avoir fait preuve de charité. Les fanfares de cette cérémonie ont été remplacées par des bruits de canons , des professeurs sont partis au front , se battre pour la patrie pourtant les jeunes ont eu le courage de travailler durant ces temps de guerre et d’avoir leur baccalauréat. L’aumônier annonce aussi les vacances , « les vacances de guerre » qui seront marqués pour chacun des étudiants par la mort , autour forcément d’eux.