Expos Gr Ce Europe

Expos Gr Ce Europe

La Grèce peut elle en finir avec la crise ? Sni* to View Sommaire Introduction 1. Les différentes étapes de la crises grecques hugo A. 2. Les mesures mis en œuvres pour lutter contre la crise 3. Les résultats des politiques hugo 4. Quel avenir pour la Grèce? de la WA qui passe à 21 %, une réduction de 30 % des primes du secteur public, le gel des pensions, et une augmentation des taxes sur l’essence, le tabac et l’alcool. 1 avril 2010 : les responsables polltlques des pays de la zone euro se mettent d’accord sur un plan d’aide à la Grèce qui repose ur des prêts bilatéraux (durée trois ans, taux d’intérêt environ 5 %) d’un montant de 30 milliards d’euros. 23 avril 2010 : la Grèce demande officiellement l’activation du plan d’aide. A) La crise s’emballe : la Grèce ne peut plus emprunter Quand la crise a éclaté en mai 2010 en Grèce, l’Etat, comme dans tous les autres pays, émettait des bons du trésor. Ils étaient achetés sur les marchés financiers. par qui? ar des fonds d’investissement, des assureurs plaçant l’assurance-vie des petits épargnants, des gérants de fortunes rivés, des fonds de pension gérant des retraites,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ou encore des banques. Fin 2009, selon la Banque des Règlements Internationaux, les banques françaises étaient celles qui détenaient le plus de dette grecque dans leur portefeuille (57 milliards d’euros), devant les banques allemandes (34 milliards d’euros). Face au risque que la Grèce ne rembourse plus cette dette, ceux qui en possédaient ont voulu vendre leurs bons du trésor grecs.

Les prix de ces bons se sont effondrés, ce qui a fait exploser les taux d’intérêt. Car bien sûr, quand la Grèce est venue demander e l’argent sur les marchés financiers, comme elle le faisait sans problème auparavant, plus personne n’a voulu lui prêter, sauf ? des taux exorbitants (le PAG » OF d faisait sans problème auparavant, plus personne n’a voulu lui prêter, sauf à des taux exorbitants (les taux d’intérêt grandissent avec le risque que l’emprunteur ne rembourse pas).

B) L’Europe à l’aide : la dette passe du secteur privé au public En mai 2010, les banques européennes ne sont pas tout à fait remises de la faillite de Lehman Brothers. Les potentielles pertes ue représente le non remboursement par la Grèce d’une partie de sa dette font craindre de nouvelles faillites bancaires dans la zone euro. La première phase des plans d’aide a donc consisté en une chose très simple : faire passer cette dette du secteurs privé au secteur public.

Les créanciers privés ont renoncé à 107 milliards d’euros, et pour éviter que le cours ne s’effondre, la Banque centrale européenne (BCE) s’est mise à acheter des titres de dette grecque. De leur côté, le FMI et les états de la zone euro ont prêté à la Grèce l’argent qui lui manquait pour rembourser ses échéances. La dette a donc changé de structure. C) Qui a prêté de l’argent à la Grèce ? Le FMI a prêté 32 milliards d’euros. Les Etats de la zone euro ont prêté le reste : 226. milliards (soit 70% du total), mais par deux canaux différents : A) Le canal bilatéral simple Le premier canal est le prêt bilatéral simple, est contracté par un pays envers un autre, à l’opposition des prêts multilatéraux qui sont contractés auprès des institutions financières internationales (FMI, Banque mondiale, banques régionales de éveloppement… )- Les différents pays de l’uni ne on p PAGF3œFd banques régionales de développement… . Les différents pays de l’union européenne on prêter de l’argent ? la Grèce. B)Le canal du Fonds européen de stabilité financière (FESF) Le second canal de prêt est un fonds spécialement créé pour l’occasion, le Fonds européen de stabilité financière (FESF). Aujourdhui, ce fonds détient 141 milliards d’euros de dette grecque. Au sein du FESF, chaque pays de la zone euro participe ? hauteur de son poids économique.