Explication De Texte MH P

Explication De Texte MH P

Elle succède à un bre blandula au sein d se convertit spontan er. – sur le point de mouri A partir de VMM, les Explication De Texte MH P Premium gy crabouan anpenq ag, 2015 E pages Explication de texte Mémoires d’Hadrien, p. 63-64. Situation de l’extrait / Les MH sont une œuvre composite. Ce texte complexe fait figurer sous la même couverture un poème en exergue, une titulature, 2 notes annexes, et 6 parties aux intitulés latins, ayant chacun leur propre principe narratif ; chacune de ces 6 parties sont elles- mêmes subdivisées en chapitres non intitulés, mais marqués par des passages de page.

La partie « Varius, multiplex, multiformis » (VMM) est la 2e. Swipe to page org nimula vagula onsultation médicale n homme malade, s souvenirs. thématique et réflexives font place à la narration, ou plus précisément se narrativisent, car la narration n’est jamais délestée des réflexions qu’elle occasionne, selon la loi du genre autobiographique, dans sa dimension rétrospective. VMM commence par les ascendants d’Hadrien, ancrés dans la mentalité romaine provinciale ou les mos maiorum traditionnels sont presque intacts. Hadrien date de lui-même le moment où sa gens bascule vers d’autres valeurs.

Cest l’une des étapes de ce asculement qui

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est exposé dans le récit de l’initiation au culte de Mithra, page célèbre des MH par son caractère spectaculaire, exotique et spirituel. Est-il besoin de rappeler que que l’abandon des vieilles valeurs et le basculement vers autre chose n’est pas sans rapports avec l’état d’esprit constant de MY, notamment après la 2e guerre mondiale ? Lecture / – Composition / Au moment de présenter la composition de l’extrait, il convient peut-être d’évoquer son encadrement, qui est un dispositif de cohérence externe.

Hadrien conte ses premières garnisons danubiennes, dans l’exaltation de la jeunesse, au contact de euples étranges, dans le sein d’une atmosphère hyperboréenne. Dans la guerre de Trajan contre les Daces (les actuels roumains) Hadrien vient d’expliquer que sa position encore subalterne lui confère une forme de détachement par rapport aux enjeux de la confrontation. Après le récit de l’initiation, c’est le thème du courage qui est agité, en relation avec les exploits vains perpétrés par le fougueux jeune homme.

Notre extrait est en somme situé entre le motif de la liberté et celui du courage, et nous verrons qu’il les articule assez bien. Une 1ère partie présente le culte de Mithra et narre très rièvement l’initiation proprement dite, après quoi c’est la signification spirituelle de ce culte qui est exposée, en lien avec la doctrine d’Héraclite ; en forme de conclusion, Hadrien revient à la situation d’énonciation initiale en reconvoquant le narrataire. Projet de lecture / Nous nous proposons de lire cet extrait en référence aux aventures du « JE cette première personne du singulier qui est l’objet de la mise en scène.

C’est en effet à ce titre, tout particulièrement, qu singulier qui est l’objet de la mise en scène. C’est en effet ? ce titre, tout particulièrement, qu’une micro-lecture pourra e projeter sur l’ensemble du projet des MH, dans toutes ses dimensions énonciatives et auctoriales. l Analyse / l/ Nous commençons par l’évidence du Je » autobiographique. Quoi de plus normal, pour celui qui raconte sa vie, que de le faire à la 1ère personne du singulier ? Or c’est cette évidence que MY veut dépasser, par rintermédiaire d’un narrateur semi- indépendant (comme il est dit dans les « Carnets de Notes ») qui a la même ambition. ne première partition s’opère dans le verbe — « vécus » – au passé simple. « Animula vagula blandula » était au passé composé t au présent, dans une proximité psychologique maximale avec l’acte de narration. Le temps qui est ici relaté – et le « je » qui y est plongé – est un temps non seulement accompli, mais révolu à ces valeurs ordinaires du passé simple, s’ajoute une coloration : celle d’une distance, et d’un « étonnement » du vieil homme qui raconte devant le jeune homme qu’il peint.

Dans les « Carnets » encore, MY avait signalé cette particularité de l’homme d’action qui, dans l’otium, se voit Vlre avec « étonnement » dans ce passé révolu. Cette « époque » de sa vie, caractérisée par son « exaltation xtraordinaire », et donc bien circonscrite, par le lieu là par le temps (l’exaltation de la jeunesse) et par les circonstances (le petit groupe d’amis déjà initiés). C’est un épisode clos, particularisé et remarquable (l’hyperbole) q d’amis déjà initiés).

C’est un épisode clos, particularisé et remarquable (l’hyperbole) qui va être partagé avec Marc, et avec le lecteur. Notons qu’Hadrien, sans doute le plus jeune de la troupe, n’est pas « avec » les lieutenants, ce sont les lieutenants qui l’entoure : sa position est, dès le départ, centrale et dominante : c’est l’empereur mourant qui se voit, jeune, déj? rojeté vers le pouvoir, et c’est aussi le savoir-faire de Fauteur qui focalise sur le héros de l’initiation à venir. La présentation qui succède du culte de Mithra est fidèle à la documentation mythographique : culte des légionnaires par excellence, originaire d’Asie, qui se déploiera concomitamment au christianisme, c’est-à-dire dans la période du règne d’Hadrien. On appréciera la note réaliste des « garnisons d’Asie qui ancrent l’imprégnation des soldats dans une réalité quotidienne concrète. C’est bien ce genre de détail qui nous manque quand nous lisons es ouvrages savants, et que MY voulait restituer.

La séduction de ce culte sur le jeune tribun militaire est paradoxale ; d’une part il en prise l’ascétisme, alors que nous savons que le Hadrien narrateur a rompu avec le stoïcisme et même, qu’il met en garde son destinataire contre son prestige. Ensuite c’est la fascination « de la mort, du fer et du sang », une mystique à la Jünger, qul a dû effectivement retenir l’attention des soldats, mais qui entrait également en opposition – je cite Hadrien – « aux vues que je commençais d’avoir sur la guerre ». Ce jeune soldat exalté s’inqu PAGF