expérience de physique

expérience de physique

Compte-rendu d’expérience : Énergie thermique Expérience NOI : Analyse qualitative de la chaleur massique 1) Ce que nous faisons a) But de l’expérience : Déterminer qu’elle matière emmagasine le plus vite et la plus grande quantité d’énergie pour la même quantité de chaleur et la qu’elle à la meilleure conductivité thermique. b) Matériel utilisé : p g c) Montage et mesures le volume soit différent entre les 3 matières vu qu’elles ont la meme masse.

On aurait pu penser au début, que le fait que l’aluminium soit plus grand que les deux autres matière fait qu’il soit plus lourd et qu’il ‘enfonce plus mais ce n’est pas le cas vu que les trois matières ont exactement la même masse. On voit bien aussi, vu que les matières sont restées le même temps dans l’eau les unes que les autres elles devraient avoir environ la même température. On aurait peut-être pu améliorer nos mesures et voir une petite différence si les masses avaient été enlevées de l’eau et mise sur la cire exactement en même temps, mais même si ce n’est pas le cas le résultat n’est pas faussé.

L’eau aurait dû chauffée que les masses et pas l’air ambiant, le bécher,… car il

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
y a une petite perte de chaleur plus rapide mais ela ne dérange pas non plus au résultat. Quel lien avec le cours de physique ? Il démontre que les matières absorbent plus ou moins l’énergie thermique tout dépend sa composition. On peut remarquer que nous chauffons notre eau dans une casserole en métal et non en verre ou en bois car le métal est capable d’emmagasiner plus et plus rapidement d’énergie thermique que le bois ou le verre. ) Conclusion . On peut conclure que l’aluminium transfert la chaleur donc l’énergie thermique beaucoup plus rapidement que le plomb et le zinc et de se fait il s’enfonce plus. Les masses en refroidissant au contact de la cire plomb et le zinc et de se fait il s’enfonce plus. Les masses en refroidissant au contact de la cire lui ont cédée de l’énergie thermique. On peut aussi déduire que les métaux ont une meilleures conduction thermique comparé à celle de la cire care celle-ci fond directement.

Le métal chaud cède de l’énergie thermique à la cire qui est plus froide que celui-ci sans déplacement de matière. C’est la conduction thermique. La chaleur massique de l’aluminium est de Et sa conductivité thermique est de : I Celle du plomb Et sa conductivité thermique est de : 35 ] Celle du zinc : Et celle de la cire : Et sa conductivité thermique est très faible. On peut donc voir par les nombres que l’aluminium vient en premier puis le zinc et pour finir le plomb dans la capacité d’absorbé l’énergie rapidement et la cire très peu.

C’est pareil pour la conductivité thermique. Expérience NO 2 : Chaleur massique des liquides 4) Ce que nous faisons d) But de l’expérience Mesurer et trouver la chaleur massique de l’eau grâce à sa température, au temps pour chauffer celle-ci, et à l’énergie nécessaire pour la chauffer. e) Matériel utilisé 3 au tout pour avoir la masse de Peau puis, on a mesuré grâce au hermomètre sa température initiale. On a branché le wattmètre et on a mesuré le temps pour chauffer les 5 [dl] d’eau jusqu’à 80 [Oc] en contrôlant la température grâce au thermomètre.

Lorsque l’eau avait la bonne température on l’a remuée 10 secondes puis on a regardé sa température finale avec le thermomètre. Pendant qu’on chauffait l’eau, le wattmètre nous indiquait la puissance pour chauffer celle-ci. Ensuite, nous avons fait les calculs pour mesurer la chaleur massique de l’eau. 5) Ce que nous observons b) Tableau de mesures Matières Mesures en [g] Température en [Oc] Temps en [sec] Puissance en [W] Bécher 192,1 Bécher avec eau 687,1 18 Eau initiale 495 4 nous avons eu des pertes d’énergies.

Lorsqu’on chauffe l’eau on chauffe aussi pair ambiant, le bécher et voir la table aussi donc il faut beaucoup plus de puissance pour chauffer donc plus d’énergie et plus de temps. Nous avons donc une perte d’énergie. Nous avons fait une moyenne de la puissance indiquée… Elle variait entre 271-289 [W] Erreur relative : Pour être plus précis dans nos mesures, nous pourrions faire l’expérience dans une pièce relativement petite ou pouvoir faire l’expérience sous vide ou en tout cas là où il y aurait le moins d’air ossible. II faudrait qu’il y ait le moins de perte possible.

On utilise souvent la formule dont aussi la chaleur massique. Maintenant nous savons mieux à quoi celle-ci correspond. Pour chauffer une piscine il faudra plus de temps que pour chauffer une casserole d’eau mais il faudra aussi plus d’énergie pour la piscine. d) Conclusion Nous avons trouvé au lieu de. Pour avoir exactement la même chaleur massique que le formulaire il aurait fallu 1288980 [j] = 221 [W] au lieu de 280 S l’allumette posée dessus donc la qu’elle aura absorbée le plus de chaleur en un temps égal pour toutes et la qu’elle conduit le ieux cette chaleur absorbée. ) Matériel utilisé i) Montage et mesures Nous avons placé le bec bunsen sous le statif qui tient les trois tiges de métal (fer, cuivre, laiton) qui portent chacune une allumette. Ensuite nous disposons ces tiges de manière à ce qu’une de leur extrémité soit au contact d’une même source d’énergie thermique. 8) Ce que nous observons pour cette expérience nous n’avons pas eu besoin de réaliser un tableau, ni un graphique. Nous observons au bout d’un certain temps, que les allumettes prennent feu les unes après les autres sur les tiges métalliques.

Nous remarquons que la tige de fer chauffe plus vite et donc allume la première allumette. Ensuite la tige du cuivre et pour finir ; la tige de laiton. a) Ce que nous interprétons et concluons a) Interprétation des résultats Nous aurions pu commettre une erreur : mettre le bec bunsen plus dirigé vers une allumette et pas totalement au milieu et cela engendrerais une combustion lus rapide d’une certaine allumette. Cependant nou à le placer bien au milieu S c’est parce qu’elles ont une excellente conduction thermique. Cela signifie que le contenu de la casserole sera chauffé plus rapidement. Conclusion Pour cette expérience, nous ne devions pas faire de calculs, nous devions juste observer. En conclusion, nous pouvons dire que le fer a une meilleure conductivité thermique que le cuivre et le laiton. Nous avons vérifié dans le formulaire et cela semblait être juste. Analyser le travail de groupe Nous n’avons pas réussi à nous mettre d’accord sur le fonctionnement du groupe. De plus, moi (Alexia) et Léa pensons que le compte rendu doit se faire en groupe et non chacun de son côté. Cependant nous avons fait notre maximum pour vous rendre un compte rendu en ordre. Alexia et

Je n’ai malheureusement pas pu m’entendre avec Alexia et Léa car lorsqu’elles m’ont proposées des dates pour s’occuper de ce rapport je n’étais pas disponible donc j’ai dû pour finir m’occuper des deux premiers rapports ce qui n’est pas très équilibré à mon avis. Cela m’a pris beaucoup de temps et lorsque j’ai eu besoins d’un peu d’aide j’ai dû me résoudre à en demander à un autre groupe, ce qui est un peu contradictoire à ce que dis Alexia et Léa lorsqu’on devrait le faire en groupe selon elles. Cest une expérience et je sais que la prochaine fois je ne le ferais plus pareil. Mélanie