Etudiez la theatralite dans les liaisons dangereuses et son adaptation cinematographique.

Etudiez la theatralite dans les liaisons dangereuses et son adaptation cinematographique.

FINOT Andrea-Laure Dissertation de Lettres : Etudiez la theatralite dans les Liaisons Dangereuses et son adaptation cinematographique. Le roman les Liaisons dangereuses, ecrit par Choderlos de Laclos en 1782, narre la vie de deux libertins, madame de Merteuil et le vicomte de Valmont, anciens amants. Le roman est ecrit sous forme de lettres et les liaisons tournent autour des deux libertins qui manipulent les autres personnages. En effet, ils traversent un monde tres superficiel, regit par ses multiples regles et usages, en se servant des autres pour prouver leur habilete et leur capacite a seduire sans jamais l’etre ni etre decouverts.

Ce roman a d’abord ete adapte au theatre par le metteur en scene du film Christopher Hampton, il a donc une approche particuliere du roman. On pourrait donc se demander quels aspects du roman et du film de Frears lui donnent sa dimension theatrale. Dans une premiere partie nous verrons la place du theatre dans l’oeuvre de Laclos puis nous verrons la theatralite des personnages et de leur environnement. Le roman met en place plusieurs personnages et les liaisons qu’ils entretiennent entre eux sont complexes. Tout d’abord, comme l’est le pectateur au theatre, le lecteur des « Liaisons Dangereuses » est omniscient. Le lecteur

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est en effet au courant des 175 lettres presentes dans ce roman epistolaire et voit souvent un meme evenement raconte par differentes personnes et donnant differentes versions, differents aspects; par exemple le viol de Cecile de Volanges est raconte a Mme de Merteuil par le vicomte qui ecrit que Cecile et lui sont d’accord pour se revoir le lendemain soir et par Cecile elle-meme dans la lettre 97 ou elle ecrit «  je vous promets bien que je l empecherai d’y venir », donnant deux points de vue differents.

Ces differences de point de vue aident a une comprehension globale des evenements. Le theatre est un lieu social par excellence. Les deux libertins se rendent a l’Opera, a la Comedie francaise ou encore a la Comedie Italienne, les lieux les plus en vogue a cette epoque. Le theatre favorise les rencontres et participe pleinement a la strategie des libertins qui manipulent leurs victimes. On remarque bien que dans le film ou dans le livre, c’est au theatre que Cecile rencontre pour la premiere fois Danceny, tout cela dans une mise en scene de Merteuil.

Cette derniere profite d’ailleurs du theatre pour pieger Prevan en feignant d’etre forcee a l’inviter alors qu’elle voulait l’attirer dans ses filets et qu’elle projetait deja un plan de seduction. Mais si c’est le lieu ou se nouent des relations, c’est aussi celui ou une reputation peut se defaire. C’est ce qui est raconte a la fin du roman et represente a l’avant-derniere sequence du film lorsque la marquise est contrainte de quitter sa loge sous les huees du public.

D’ailleurs, le fait que la marquise, ensuite, se demaquille devant le miroir souligne l’idee du masque social et de la fin du spectacle de sa vie. La derniere partie du roman  condense aussi les mecanismes d’une piece tragique. Par la fissure du couple Valmont-Merteuil, c’est la chute de tous les personnages qui est entrainee, sans aucun echappatoire. Le theatre est donc tres important pour Laclos, il influe sur son ecriture, mais aussi sur la vie de ses personnages. Les personnages des Liaisons dangereuses evoluent dans un univers remplie de convenances et de regles a observer.

Et en effet, le masque, le deguisement, le jeu theatral constituent l’un des principaux themes des Liaisons dangereuses, «  le theatre du monde ». Miroir, metaphore d’une societe, ce roman epistolaire montre la difficulte d’une vie si ancree dans le regard de l’autre, dans la facon de jouer avec et de s’en servir, tel un acteur. Dans les lettres des deux libertins, il est souvent fait reference au theatre de maniere explicite et plus particulierement au jeu d’acteurs, a la composition necessaire d’un personnage.

On peut par exemple s’appuyer sur la lettre 81 ou Merteuil explique a Valmont comment elle a etudie les differents sentiments au point de sourire tout en se faisant mal, a prendre « a volonte ce regard distrait » ou encore «  ce coup d’oeil penetrant ». Lorsqu’elle raconte au vicomte son episode avec Prevan, elle insiste bien sur la faussete dont elle a su faire preuve. Ceci est bien mis en evidence aussi dans le film de Frears, notamment a travers l’usage des miroirs qui permettent de creer un autre personnage. Par exemple, le moment ou Valmont se rend chez madame de Tourvel pour rompre.

Il hesite au depart au depart mais il lui suffit de se regarder dans le miroir pour redevenir le libertin cruel qu’il se doit etre a ce moment. On le remarque aussi dans la scene ou madame de Volange fait appel a madame de Merteuil pour parler a sa fille, la marquise sort du caleche et, une seconde plus tard, son expression faciale change pour montrer sa devotion a madame de Volange et les soucis que cette situation lui cause. Dans l’adaptation cinematographique, on remarque aussi que la seule scene rajoutee est un spectacle au chateau de madame de Rosemonde ou tous ses personnages se retrouvent.

C’est la scene centrale du film et la place aux costumes et a la musique est importante. Frears fait aussi debuter son film par le maquillage et l’habillage de ses deux personnages principaux, comme avant une entree sur scene, une preparation pour mieux se metamorphoser. Le theatre rythme donc le vie des deux libertins, il est une partie integrante de leur facon de vivre aupres des autres, puisqu’ils n’agissent jamais de facon naturelle mais toujours dans un but et avec des attitudes etudiees.

Le theatre est present durant tout le roman, il est ancre dans la vie sociale de l’epoque. C’est un lieu ou il faut etre vu, le spectacle se passant souvent autant sur scene que dans la salle. Les deux libertins utilisent le monde qui les entoure comme une scene ou ils se donnent en spectacle en se creant des personnages. Comme le dit la marquise dans la lettre 81, la vie dans les Liaisons dangereuses est un « grand Theatre ».