Etude marketing enseigne bio

Etude marketing enseigne bio

ETUDE MARKETING D’UNE ENSEIGNE BIO ANNEE UNIVERSITAIRE 2007 – 2008 SOMMAIRE INTRODUCTION I )Etude du marche BIO et d’une enseigne BIO 3 1) Presentation du marche……………………………….. ……………………… 3 2) SWOT……………………………………………………………….. ………. 5 3) La Vie Claire ……………………………………………………….. ……….. 6 II) Marketing Mix du magasin La Vie Claire, situe rue Rockefeller 7 1) Produit………………………………………………………………………… 7 2) Prix……………………………………………………………………………8 3) Distribution…………………………………………………………………… 9 ) Communication………………………………………………………………. 9 III) Principaux points de differenciation entre le marketing traditionnel et le marketing bio 10 1) L’image du rayon fruits et legumes, reflet d’un magasin bioethique……… 10 2) Accueil et ambiance generale du magasin………………………………….. 11 3) Implantations des produits et amenagement du lieu de vente………………. 12 4) Difference du marketing olfactif et sonore…………………………………. 13 5) Publicite et image du public…………………………………………………14

IV) Marketing sensoriel 15 1) Explications sur le marketing sensoriel……………………………………… 15 2) Le marketing sensoriel de La Vie Claire……………………………………. 16 CONCLUSION DOSSIER MARKETING Sur quels elements marketing et merchandising les enseignes de produits bios telle « La Vie Claire » fondent-elles leur distribution ? INTRODUCTION Les produits biologiques connaissent un immense succes depuis ces 10 dernieres annees. En effet, la ultiplication des crises sanitaires comme l’ESB ou la grippe aviaire, l’usage parfois abusif d’engrais et de pesticides chimiques tres polluants, ou encore

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
un debat plus que jamais d’actualite concernant les OGM, eveillent et alimentent chez les consommateurs un fort sentiment de mefiance. Les produits biologiques, repondant a des normes de production specifiques, paraissent des lors etre le recours ideal pour les personnes desireuses de reprendre confiance en leur alimentation, etant convaincues de la qualite et de la tracabilite des produits de consommation courante.

Le bio s’inscrit par ailleurs directement dans la demarche de developpement durable tres en vogue en ce moment. Les aliments bio, synonymes dans la conscience des consommateurs de produits sains, de qualite reconnue, respectant la nature et repondant a un cahier des charges strict, occupent une part croissante dans les rayons des magasins. Face a cet engouement populaire, un canal de distribution bio specialise se met en place, et ouvre partout en France des points de vente a vocation biologique.

Ces enseignes de produits bio proposent, sur une surface plus ou moins importante, tout un assortiment de produits biologiques et tres souvent dietetiques, qu’ils distribuent en suivant plusieurs principes marketing et merchandising. L’objectif fondamental de ce travail est d’analyser les elements marketing et merchandising sur lesquels les enseignes de produits bio, telle « La Vie Claire », fondent leur strategie de distribution. Ou encore tenter de comprendre comment les enseignes essayent de faire passer un message par ce marketing. L’enseigne « La Vie Claire », acteur ajeur du secteur, doit son dynamisme a la croissance exponentielle actuelle du marche bio. Cette enseigne utilise des concepts inedits pour mettre en avant et distribuer ses produits, afin de stimuler tous les sens du consommateur et faire naitre chez lui un certain nombre d’interactions I) Etude du marche BIO et d’une enseigne BIO 1) Presentation du marche a) Le marche BIO Les produits BIO s’encrent dans le mode de consommation alimentaire des francais. Aujourd’hui, plus de 4 francais sur 10 consomment des produits BIO au moins une fois par mois et 7 % tous les jours.

Le marche alimentaire BIO en France progresse de 10 % par an dans un contexte ou l’ensemble du marche alimentaire progressait de 3,6 % par an. Les produits BIO entrent progressivement dans les habitudes de consommation des francais avec : – des consommateurs fideles ; – des nouveaux consommateurs : 28 % des consommateurs BIO disent en consommer que depuis 3 ans et moins ; – un panier BIO qui s’elargie : de plus en plus de produits et de marques BIO entrent sur le marche. Les francais consomment BIO pour quatre grandes raisons : – pour preserver leur sante ; pour etre certain que les produits soient sains ; – pour la qualite et le gout des produits ; – pour preserver l’environnement. b) Les differents circuits de distribution 75 % des consommateurs BIO achetent des produits BIO en grandes et moyennes surfaces (GMS), 37 % sur les marches, 30 % en magasins specialises en produit BIO, 22 % aupres des artisans et 23 % a la ferme. Concernant les magasins specialises en BIO, les consommateurs etaient 20 % a les frequenter en 2004 et ils sont 30 % en 2007, soit une progression de 10 points en 4 ans.

Aujourd’hui, les consommateurs peuvent trouver tous les produits BIO dans tous les circuits de distribution. Neanmoins, la largeur de la gamme varie en fonction des circuits de distribution : – les magasins specialises proposent une large gamme de produits et ont une position dominante dans la vente de produits et d’epicerie et traiteur ; – les GMS vendent principalement des produits peu transformes comme le lait, les ? ufs, le cafe et la viande ; – la vente directe, principalement sur les marches et a la ferme, est specialement developpee dans les secteurs des vins et des fruits et legumes. source : site O. Premys] 1) SWOT |Diagnostic externe | |Opportunites |Menaces | |Marche favorable (+ 10 % par an), de plus en plus de consommateurs (+|Forte concurrence au sein de la zone de chalandise | |10 % en 4 ans) |Les produits BIO se developpent dans les GMS (Grandes et Moyennes | Les consommateurs se montrent plus exigeants sur la qualite des |Surfaces). Les GMS representent 39,6% des ventes de produits BIO | |produits qu’ils achetent. Les residus de pesticides, la grippe |alors que les magasins specialises representent 39,6 % des ventes | |aviaire et les risques alimentaires nouveaux favorisent la |Le prix des produits BIO est plus eleve que les produits | |consommation des produits BIO |traditionnels dans un contexte ou le pouvoir d’achat des francais | Zone de chalandise : centre-ville, zone urbaine representant une |est remis en cause. Les prix peuvent donc ralentir la croissance du| |forte demande avec un potentiel important |marche | |De nouveaux produits BIO apparaissent de plus en plus sur le marche | | |Diagnostic interne | Forces |Faiblesses | |Systeme de franchise qui favorise la notoriete du magasin et qui |gamme de produit offerte peu profonde, ce qui limite le choix du | |permet l’optimisation des achats |consommateur | |Gamme de produits tres large : pres de 5000 produits BIO dont 500 |magasin sombre manquant de luminosite pour mettre en valeur les | produits du commerce equitable. De plus, La Vie Claire cree |produits | |regulierement de nouveaux produits |presence d’un grand mur au milieu de la surface de vente qui cache | |Pratique du « blind test » : on fait gouter ou tester certaines |la moitie du magasin | |produits |couleur des murs et de la decoration terne | Information importante sur l’ensemble des produits que l’on ne |une surface de vente limitee (100 m? ). Un merchandising assez | |retrouve pas dans les GMS. Cette information est disponible par le |complexe car il doit associer une gamme de produit large avec une | |biais : |surface de vente limitee | |de documentation et de livre mis a disposition des clients | | des vendeurs specialises | | 2) La Vie Claire Fondee en 1946 par Henri-Charles Geffroy, La Vie Claire fut la premiere enseigne a proposer une offre de produits issus de l’agriculture biologique. Reprise en 1996 par Regis Pelen, ancien patron de Distriborg (leader de la distribution specialisee nutritionnelle), l’enseigne gagne du terrain sur un marche dynamique. En effet, ancree sur un marche de niche qui ne represente que 1. % de la consommation alimentaire, l’enseigne profite de l’engouement des consommateurs pour les produits bio : le marche progresse de 10% chaque annee et La Vie Claire envisage l’ouverture de 25 nouvelles boutiques en 2008. La Vie Claire beneficie de 2 nouveaux comportements d’achat des consommateurs pour accompagner sa croissance : la mode des produits bio et le desinteret croissant pour les hypermarches. Depuis sa creation, le concept de l’enseigne s’est modernise et son offre s’est diversifiee : distribution de produits bio, complements alimentaires, hygiene, cosmetiques, eco-produits.

La bonne sante et la forte notoriete de l’enseigne attirent de plus en plus les entrepreneurs desireux de se lancer dans l’aventure de la franchise : 2/3 des franchises ont moins de 6 ans d’anciennete. Le reseau compte aujourd’hui 20 implantations en propre, et 150 implantations d’adherents. Quelques chiffres pour mieux comprendre le reseau : • De 70 a 300 m? • 4 500 references • Droit d’entree : 9 000 € • Royalties : 1% du CA • Zone de chalandise mini : 20 000 habitants • CA realisable/unite : 500 000 €/an • CA moyen/unite : 270 000 € • CA monde : 60 000 000 € II) Marketing Mix du magasin La Vie Claire, situe rue Rockefeller, Lyon 3eme ) Produit L’assortiment du magasin La Vie Claire est un assortiment exclusivement biologique. PRODUIT BIO : Produit elabore a partir de matieres premieres issues au moins a 97% de l’agriculture biologique. C’est a dire repondant a des criteres precis de respect de l’environnement. Ces produits sont identifies par le logo « AB ». Pour meriter cette denomination, les produits doivent provenir d’un mode de production agricole exempt de produits chimiques de synthese. Les agriculteurs appliquent des methodes de travail fondees sur le recyclage des matieres organiques naturelles et sur la rotation des cultures.

Ceci vise a respecter l’equilibre des organismes vivants qui peuplent le sol. L’agriculture biologique attache donc une grande importance a l’environnement. C’est une condition necessaire a la preservation de la terre. Le produit de l’agriculture biologique se presente donc comme un aliment de qualite. Pour etre commercialise, tout produit issu de l’agriculture biologique subi le controle et la certification d’un organisme agree et independant, comme ECOCERT. Il est cependant important de distinguer un produit biologique d’un produit dietetique.

En effet, un produit dietetique est destine a une alimentation particuliere et se distingue des autres produits alimentaires classiques par une composition differente, souvent « riche en… », « pauvre en… », « enrichis en »… Mais en aucun cas cela signifie qu’ils sont bio, un produit bio etant seulement un produit repondant a des normes de culture strictes et un cahier des charges specifique. Les aliments bio ne se reconnaissent uniquement par la mention AB. Les produits bios comme ceux presents au sein du magasin adoptent un packaging specifique. En effet, la plupart des produits tels la farine, les cereales, le sel, s’achetent en vrac.

Le principal avantage de l’achat de denrees au detail est avant tout d’ordre ecologique : une plus grande liberte dans le choix de la quantite previent d’eventuels gaspillages, et permet au consommateur d’acheter exactement la quantite qu’il souhaite. La quantite n’est plus imposee et le consommateur paye que ce qu’il a reellement besoin. De plus, les produits distribues par la propre marque de distributeur « La Vie Claire » utilisent pour la plupart des emballages en carton en coherence avec la nature car bio degradables et non enveloppes dans du film plastique ou du glacage evidemment plus long a disparaitre dans la nature. 2) Prix

Le prix des produits constituant l’offre du magasin est ordinairement plus eleve qu’un produit equivalent non bio. En effet, un produit bio est, de part sa complexite a produire, plus cher qu’un produit normal. La culture biologique, respectant un cahier des charges bannissant toute forme d’engrais et pesticides chimiques, suppose des rendements limites, donc au final une quantite de produits sur le marche plus faible pour une demande de la part des consommateurs croissante. Cependant, la difference de prix est quelque peu controlee car la distribution bio favorise les produits locaux, induisant des couts de transport moindres.

De plus, les marges appliquees sur ces produits sont plus faibles qu’en distribution classique : La Vie Claire a realise en 2007 sa premiere annee de resultat excedentaire avec un benefice de 20 000€. 3) Distribution L’implantation de magasins bio se fait principalement en centre-ville, dans un endroit proposant une zone de chalandise d’environ 20 000 habitants, avec des commodites d’acces particulieres (tramway T2, metro Grange Blanche et Laennec et gare de bus de Grange Blanche pour La Vie Claire situe avenue Rockefeller).

La predominance de ce type de magasin en centre-ville n’est evidemment pas le fruit du hasard, et correspond a une vraie reflexion sur l’etude de sa clientele. Les citadins sont en effet plus soucieux de leur alimentation car davantage assujettis a la « mal-bouffe » (restauration rapide pour des citadins toujours plus presses, gueres soucieux de la qualite de leur alimentation). La clientele est egalement incitee a laisser la voiture au garage, et d’aller faire ses courses a pied, ou en transport en commun (demarche ecologique amplifiee par l’inflation du prix des carburants). ) Communication Les magasins biologiques ont la particularite d’etre tres discrets concernant la communication sur leur point de vente. En effet, la publicite papier n’est distribuee que sur la zone de chalandise proche, et construit principalement sa notoriete sur le bouche a oreille de ses clients. Le site Internet de La Vie Claire, dont le siege est situe a Chaponost (69), est un site epure situant les succursales et franchises du groupe, et sur lequel il est possible de telecharger le catalogue en cours.

Ces principales mesures ont pour principal objectif d’eviter au maximum l’utilisation de papier, et s’inscrit donc encore une fois dans une demarche ecologique. III) Principaux points de differenciation entre le marketing traditionnel et le marketing bio Dans cette partie, nous allons effectuer une comparaison entre les magasins LA VIE CLAIRE et les supermarches. Nous allons nous interesser aux produits qu’ils proposent, a l’ambiance, l’accueil des magasins, ainsi qu’a leurs amenagements.

Il est necessaire de savoir que l’ambiance regnant dans ce «supermarche du bio» est tout autre que celle presente dans les lieux de distribution classique. Il existe une certaine serenite dans ce lieu de vente presque deroutante. Ce climat de confiance, des l’entree du magasin reside d’un ensemble d’attentions permettant au consommateur de se sentir rassure et de faire comme chez lui. Decouvrons par quelle maniere La Vie Claire se distingue des autres supermarches ou magasins de proximite a travers ce chapitre. 1) L’image du rayon fruits et legumes, reflet d’un magasin bioethique

Tout d’abord, nous avons pu observer, en ce qui concerne les produits des magasins LA VIE CLAIRE, que chaque variete est proposee en tres petite quantite, de facon tres ordonnee. Contrairement a cela, dans les magasins de grande distribution, nous avons pu remarquer, que les produits sont proposes en tres grande quantite, que les aliments sont entasses, et qu’ils ont differentes gammes pour chaque fruits et legumes (par exemple des tomates premier prix, mais aussi des tomates grappes issues de l’agriculture biologique).. Les fruits et legumes en vente ne sont que des produits de bonne qualite.

Cependant, il existe un reel ecart entre ces fruits et legumes biologiques et ceux achetes en supermarche. En effet, les fruits et legumes de supermarches sont des produits aseptises, sans defauts, sans saveur. En revanche, les produits presents dans ce type de magasin ont un aspect exterieur imparfait, ils sont marques par les attaques des insectes. Prenons l’exemple des carottes, elles sont plus petites que celles presentes dans les supermarches, mais la plus grande difference reside dans le fait qu’elles ont des formes non conventionnelles et que la terre est fortement presente.

Cette image revele toute l’importance que LA VIE CLAIRE apporte au terroir, au retour aux sources et au naturel. Cette image de fruits et legumes authentique n’a sa place que dans ce type de magasin. En effet, la clientele entrant dans ce type de lieu de vente a deja fait une demarche de retour au source, de developpement durable et evite toute consommation de masse. Il est certain que ces types de produits taches, informes, terreux ne se vendra pas en grande surface car le raisonnement actuel est plus sur une consommation aseptisee privilegiant des fruits et legumes sous plastique.

D’autre part, LA VIE CLAIRE, par souci de marge et pour apporter une image encore plus respectueuse de l’environnement evite de jeter des produits abimes. Ainsi un espace est dedie pour les fruits commencant a pourrir a tarif tres interessant, conditionne sous forme de plateaux ces fruits serviront pour effectuer des compotes ou bien des confitures par les clients. 2) Accueil et ambiance generale du magasin Nous allons a present nous interesser a l’ambiance et l’accueil au sein des magasins LA VIE CLAIRE ainsi que celle de la grande distribution.

Dans un premier temps, nous avons observe au sein des magasins LA VIE CLAIRE, qu’il n’y a souvent qu’une seule caisse, et la personne s’occupant de l’encaissement est souvent la meme, ce qui permet de creer des liens au fur et a mesure des passages des clients dans le magasin. De plus, cette meme personne est egalement la pour renseigner les clients, il existe une reelle proximite entre les clients et le personnel. Ci-joint, une caissiere unique pour un point de vente permettant un contact client accru

Dans un second temps, nous avons analyse l’accueil et l’ambiance au sein de la grande distribution et nous avons constate qu’il y a tres peu de personnes disponibles pour vous renseigner sur les fruits et legumes. Il est possible de croiser un chef de rayon fruits et legumes mais ce dernier est souvent tres occupe, peu disponible. Il n’y a aucune relation entre les clients et le personnel, ce qui rend l’ambiance tres peu conviviale. Au niveau des caisses, elles sont multiples, et il est difficile de retrouver toujours la meme hotesse de caisse.

Cette derniere est souvent peu bavarde car elle doit tenir un rythme soutenu et n’a pas la temps de prendre le temps de discuter avec les clients. De plus, les caissieres ne maitrisent pas les caracteristiques des produits frais donc elles ne peuvent pas repondre a vos interrogations, Nous avons egalement remarque que dans chaque magasin LA VIE CLAIRE, il y a un espace bibliotheque amenage de fauteuils, ou les clients peuvent trouver des livres. Ces derniers proposent des recettes mais egalement des livres sur le developpement durable, l’agriculture biologique en general ou sur des themes bien precis.

Ces livres peuvent etre consultes sur place mais certains peuvent egalement etre achetes. En ce qui concerne la documentation, elle est presente quasiment dans chaque rayon du magasin. Elle est sous forme de livrets documentaires, de fiches collees aux murs… Cette documentation indique aux consommateurs des conseils pratiques pour conserver et preparer les produits. De meme, des tableaux disposes aux quatre coins de la surface de vente presentent des reunions de reflexion, des colloques sur la nature, le developpement durable ou l’agriculture biologique. Nous ouvons donc nous apercevoir que ce type de surface de vente n’a rien de comparable avec un supermarche ou une superette de proximite. En effet, LA VIE CLAIRE, avec son image de proximite de retour aux sources prend a contre pied toute les etudes de merchandising de la grande distribution. Pas de massification de tete de gondoles, pas de couleurs agressives, ni d’allees paralleles avec une allee principale comme ossature. On ne fait pas ses courses dans un magasin comme LA VIE CLAIRE, on se ballade au gre des allees, on decouvre des produits, on discute, on achete… ) Implantations des produits et amenagement du lieu de vente Interessons nous a present, a l’amenagement des rayons fruits et legumes au sein du magasin specialise La Vie Claire et dans un magasin X de la grande distribution. Nous avons souligne au sein d’un magasin LA VIE CLAIRE, un amenagement soigne, raffine. Effectivement, les stands sont une imitation d’un marche de campagne (connotation produits du producteur), les legumes sont dans de petites caissettes en bois, tres bien ranges. Les autres rayons alimentaires sont en bois, donc magasin proche de la nature.

Au sein de la grande distribution, en revanche, nous avons constate, que les stands sont assez basiques, peu attrayants, meme si dans certaines enseignes des efforts sont faits pour rendre ces rayons plus attirants. Les legumes sont dans des cagettes et la disposition est peu recherchee avec des presentoirs en inox notamment pour mettre en image la modernite de l’enseigne. Nous pouvons donc constater que nous assistons a une distribution a deux vitesses. L’une alliant modernite et recherche de olumes important, et l’autre celle du retour aux sources, nous projetant des dizaines d’annees en arriere ou la societe de consommation n’etait pas encore presente. 4) Difference du marketing olfactif et sonore En terme de marketing olfactif, LaVie Claire se sert ineluctablement d’une large gamme de produits naturels pour embaumer son magasin. Ainsi, nous verrons par la suite par quels moyens La Vie Claire dispersent de douces effluves dans le magasin. Ce marketing olfactif est d’ailleurs renforce par une hauteur de plafond basse qui permet de garder toutes les senteurs.

Quant au marketing sonore, celui-ci est simple et apaisant. Ici, le calme et l’apaisement est de rigueur, la musique y est douce et permet des instants de relaxation. Une fois passer le pas de la porte d’un magasin La Vie Claire le temps s’arrete, il laisse place a un moment de douceur ou les clients flane a travers les rayon. Ce type de marketing est vraiment concluant puisque meme les clients attendant a la caisse avait l’air jovial, decidemment les supermarches des grandes enseignes traditionnels ont encore beaucoup a apprendre… 5) Publicite et image du public

La Vie Claire offre peu de publicite grand public, elle n’a aujourd’hui pas envie de se lancer sur des moyens couteux de publicite a grande echelle et prefere cibler sa clientele par des actions reflechies. Ainsi, elle a abandonne son image exuberante (liee a son ancien PDG , Bernard Tapie avec le sponsoring de l’equipe cycliste) par de petits prospectus ou mieux encore par l’envoi de sac en papier kraft recyclable. Cette idee novatrice permet de correler l’image biologique (sac biodegradable) et celle d’une publicite basique (promotion sur le meme sac).

Cette maniere de communiquer est donc bien differente des grandes surfaces conventionnelles qui harcelent le consommateur par tous les medias possible, et notamment en se moquant bien de l’impact naturel lors de la diffusion de leur publicite papier. Un sac biodegradable propose par La Vie Claire pour ses clients IV) Marketing sensoriel 1) Explications sur le marketing sensoriel Le marketing sensoriel a pour objet de solliciter un ou plusieurs des cinq sens du consommateur pour le seduire en accroissant son bien-etre.

Si la vue, le toucher et le gout font depuis longtemps partie integrante et traditionnelle du marketing produit, l’expression « marketing sensoriel » est apparue lorsque les industriels et les commercants ont commence a exploiter les deux autres sens, a savoir l’odeur et le son, pour leurs produits et/ou leurs points de vente. Le marketing sensoriel essaye d’integrer dans la demarche commerciale de l’entreprise la comprehension des perceptions humaines et de leur subjectivite. Il s’attache aux experiences vecues par le client. Ces experiences ont des dimensions : – Sensorielles – Emotionnelles – Cognitives – Comportementales – Relationnelles

Il tente d’analyser la situation de consommation dans son ensemble, puis verifie l’adequation des produits a l’attente des clients ainsi que la facon de les concevoir, de les emballer et de les valoriser dans un environnement commercial pour les rendre attrayants. Dans ce contexte, le client se laisse plus volontiers guider par ses impulsions et ses emotions que par la raison. On se situe plus dans une demarche d’achat impulsif. Le marketing sensoriel montre qu’un consommateur est enclin a passer plus de temps et a depenser plus d’argent dans un lieu ou il se sent bien, stimule par une musique, une odeur, ou une ambiance generale agreable.

Dans la meme logique, il a tendance a se tourner vers des produits dont la consommation est censee lui procurer ce sentiment de bien-etre. 2) Le marketing sensoriel de La Vie Claire Pour prolonger la dimension ecologique de l’Agriculture Biologique, La Vie Claire pense le concept de ses magasins en essayant de se rapprocher au maximum de la nature. Pour cela, differents facteurs, elements sont a prendre en compte : – Les magasins affichent un decor relativement sobre avec un mobilier en metal avec des bandeaux en pin des Landes et du bois brut.

De plus, de multiples plantes vertes decorent le magasin spacieux, des chartes de qualite sillonnent les murs de la boutique et des senteurs embaument les lieux. – Un eclairage a faible consommation d’energie. – Un sol en beton lisse et des murs peints dans les tons beige ou ocre. – L’enseigne qui joue la carte de l’ecologie, a banni depuis longtemps les sacs en plastiques. Elle propose desormais a la vente des sacs en amidon de mais, nouvelle matiere ecologique, des sacs cabas en coton bio ou en toile de jute et des cartons a la sortie des caisses. Ils proposent egalement un large choix de produits en vrac, comme des fruits secs et privilegient le developpement de produits en sachet plutot qu’en boitage carton. Concernant l’ambiance sonore et olfactive elle est evidemment tout autre par rapport aux supermarches et superettes traditionnelles. Dans les lieux de vente traditionnels, les parfums sont rares mais omnipresents. C’est le cas du rayon boulangerie, un des seuls rayons avec celui des fruits et legumes developpant des senteurs agreables.

Cependant, l’odorat du consommateur est habitue aux senteurs du pain et de la viennoiserie industrielle et ne developpe guere d’engouement pour ces produits. En rentrant, dans notre magasin biologique, l’ambiance est toute autre. Le pain est place des l’entree, et, malgre le fait qu’il ne soit pas fabrique sur place, dissipe des odeurs de levain et de cuisson agreables. Dirigeons nous vers le rayon des fruits et legumes et d’autres odeurs viennent parfumer le lieu. Nous pourrions alors penser que nous sommes arrives a la fin de notre bouquet olfactif mais il n’en est rien.

La presence de vente de cereales et farines au detail distribue egalement des odeurs peu communes, tout comme le rayon des vins ou l’odeur de la cave familiale est retrouvee grace a la degustation de precieux liquides. En ce qui concerne l’ambiance musicale, facteur de nombreuses etudes demontrant l’importance de celle-ci dans l’acte d’achat, celle-ci est calme et reposante. Elle est semblable a une musique apaisante de type «yoga» ou les guitares et autres batteries presents dans les supermarches traditionnels font place aux flutes de pans, harpes ou harmonicas.

Il n’y a pas non plus dans cette ambiance musicale, d’interruptions impromptues et agressives pour l’annonce de promotions ou diverses operations commerciales. Malgre la faible surface du magasin, nous pouvons trouver un coin dedie a la musique ou l’achat de compacts disques de musiques apaisantes est possible. D’ailleurs chaque disque peut etre ecoute grace a des casques individuels. Cette attention pour le client est une image forte, un reel service a la detente car le retour sur investissement d’un tel procede est loin d’etre evident CONCLUSION La Vie Claire evolue dans un segment de marche porteur en plein expansion.

Cependant la concurrence devient aceree. Au regard de notre dossier, nous avons pu constater que les hypermarches se sont infiltres dans la niche de culture biologique en developpant des rayons avec une gamme de produits large et profonde. Neanmoins, les magasins specialises tirent leurs epingles du jeu en developpant un marketing centre d’avantage sur les sens du consommateur et un retour au naturel. Les politiques commerciales de ses points de vente permettent une meilleure reponse au besoin du consommateur notamment au niveau de l’information, du conseil, de la communication, du contact, et de la proximite.

La Vie Claire a su repondre a ces attentes en mettant le consommateur au centre de ses preoccupations, contrairement aux hypermarches qui poursuivent une course effrenee aux profits et a la consommation de masse. L’ensemble de ces caracteristiques permettent d’affirmer que La Vie Claire est sur une dynamique positive, d’autant plus que les interrogations sur les OGM sont de plus en plus nombreuses et laisse entrevoir une nouvelle crise alimentaire. La Vie Claire a donc un bel avenir devant elle en continuant et perennisant ses outils marketing axes « Market In ». ———————– 18