Etat chez rousseau

Etat chez rousseau

L’Etat chez Rousseau Introduction : l’objectif du Contrat social Du Contrat social, publie en 1762, est une oeuvre representative de Jean Jacques Rousseau, qui est le premier chez les Modernes a tenter de penser l’Etat selon son idee propre et selon son concept propre. Cet ouvrage a etabli sa reputation en tant que penseur pour la posterite. L’objectif du Contrat social est d’etre un livre qui vise a fonder le droit en fondant l’Etat sur de vrais principes , et en introduisant un nouveau point de vue philosophique pour penser la politique.

Dans ce livre, Rousseau donne une explication systematique sur 2 moments qui constituent la sequence theorique de l’Etat : le premier moment, c’est la fondation de l’Etat. C’est la sequence historique de la vie de l’Etat et le deuxieme moment, c’est le maintien de l’Etat. L’ouvrage est divise en quatre livres : les livres 1 et 2 exposent la theorie de la souverainte et les livres 3et 4 exposent celle du gouvernement.

Cette distinction entre la souverainete et le gouvernement est propre a la pensee de Rousseau qui a reproduit la definition de la souverainete. Nous pouvons dire que pour l’ecrivain, la fondation de l’Etat correspond a la fondation de la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
souverainete. Nous allons etudier la position occupee par la notion l’Etat chez Rousseau en examinant sa pensee exposee dans Du contrat social. 1. Le fondement de l’Etat : La souverainete A. La nature de l’homme Selon Rousseau, tous les hommes sont libres et egaux en etat de nature.

Il affirme donc que l’autorite d’un homme sur un autre homme ne peut venir de la nature, car selon la nature tous les hommes sont ses semblables, restent donc les conventions qui sont la base de toute autorite legitime parmi les hommes. Cette idee s’exprime dans l’ouvrage ;« Renoncer a sa liberte c’est renoncer a sa qualite d’homme, aux droits de l’humanite, meme a ses devoirs… Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l’homme… Enfin c’est une convention vaine et contradictoire de stipuler d’une part une autorite absolue et de l’autre ne obeissance sans bornes » (Livre 1 chapitre 4) B .

La volonte generale L’auteur affirme que la volonte generale, dans laquelle on peut trouver la nature de l’homme qui vise la liberte et l’egalite est toujours droite et tend toujours a l’utilite publique, en admettant que les deliberations du peuple aient toujours la meme rectitude. C. La souverainete chez Rousseau Il y a une relation indissociable entre l’idee de souverainete et celle de peuple. C’est-a-dire, il n’y a de souverainete que du peuple. Cette these etait radicalement nouvelle a cette epoque. Pour faire du peuple le souverain, Rousseau doit reformer radicalement le concept de souverainete.

Il definit la souverainte comme « l’exercice de la volonte generale » et lui attribue deux proprietes essentielles, l’inalienabilite et l’indivisibilite. Il definit aussi le souverain comme le peuple qui est sujet de la volonte generale. Comme nous avons deja vu, le peuple vise la realisation de la liberte et de l’egalite, il desire donc vivre dans la societe ou on le lui garantit. D’apres Rousseau, c’est la raison pour laquelle les hommes passent un contrat. Ce contrat est passe entre des hommes egaux. Rousseau s’oppose radicalement a la representation hobbsienne de se soumettre a un particulier, de se donner un maitre. a l’instant qu’il y a un maitre, il n’y a plus de souverain, et des lors le corps politique est detruit »(Livre 2 chapitre 1) 2. Le maintien de l’Etat :Le gouvernement A, Qu’est-ce que le gouvernement? Rousseau definit le sens precis du gouvernement : un nouveau corps dans l’Etat, distinct du peuple et du souverain, et intermediaire entre l’un et l’autre. C’est-a-dire, un corps intermediaire etablit entre le sujet et le souverain pour leur mutuelle correspondance, charge de l’execution des lois, et du maintien de la liberte.

Il appelle les membres de ce corps magistrats, rois ou gouverneurs. En donnant l’example des actions de l’homme, il expose deux puissances propres a l’Etat : l’une est la puissance legislative qui determine l’acte, l’autre est la puissance executive qui l’execute. Il faut un agent propre qui la reunisse et la mette en oeuvre selon les directions de la volonte generale, qui serve a la communication de l’Etat et du souverain. B. L’institution du gouvernement- une nouvelle relation de tous a tous- L’institution du gouvernement montre la distinction entre la souverainete et le gouvernement.

L’institution du gouvernement est composee de l’etablissesment de la loi et de l’execution de la loi. Par le premier, le souverain statut qu’il y aura un corps de gouvernement etabli sous telle ou telle forme. Par le second, le peuple nomme les chefs qui seront charges du gouvernement etabli. Cela ne signifie pas que la souverainete se perd chez le peuple. Cela se fait par une conversion subite de la souverainte, par justement une nouvelle relation de tous a tous. C. La limite du pouvoir du gouvernement? Le gouvernement n’est que le ministe du souverain.

Il n’est absolument qu’une commission, et les gouverneurs sont des simples officiers du souverain. L’auteur souligne ici que les depositaires de la puissance executive ne sont point les maitres du peuple. Ils exercent en son nom le pouvoir dont le souverain les a faits depositaires, et il peut limiter, modifier et reprendre quand il lui plait, Pour Rousseau, il n’y a pas une constitution de governement unique et absolue, mais il peut y avoir autant de gouvernements differents en nature que d’Etat differents en grandeur. Pour les depositaires,il n’est point question de contracter mais d’obeir.

En se chargeant des fonctions que l’Etat leur impose ils ne font que remplir leur devoir de citoyens, sans avoir le droit de disputer sur les conditions. 3. Comment distingue-t-il l’Etat et le gouvernement? D’apres Rousseau, c’est la souverainete qui distingue Etat et gouvernement. Il montre une difference essentielle entre ces deux corps :l’Etat existe par lui-meme. Le gouvernement n’existe que par le souverain. Ainsi la volonte dominante du gouvernement n’est ou ne doit etre que la volonte generale ou la loi. Conclusion Le plan du Contrat social est parallele a celui de la theorie de l’Etat.

Rousseau redefinit radicalement la notion de souverainete en forgeant l’equation « peuple=souverain », ce qui renouvelle la notion de l’Etat qui se fonde sur cells-la. L’Etat chez Rousseau, ce n’est pas seulement un corps politique, c’est plutot la notion qui designe le cadre du mouvement des hommes visant a realiser leur liberte et leur egalite. Cet ouvrage a ete peu lu avant la Revolution francaise ou on a etabli la nouvelle societe sur d’autres bases, en enoncant d’autres principes, « les vrais principes » declares dans le Contrat social.