Esclavage

Esclavage

Esclavage Premium Illustration Musée de fhabitation Clément, Martinique Les chemins d’une liberté, esclavage et abolitions Francis Arzalier Dix thèmes documentés pour aborder les réalités de l’esclavage dans les colonies françaises, du XVIIe au XIX… Le sacre de Napoléon (tableau) Le Sacre de Napoléon Le Sacre de Napoléon (titre complet Sacre de l’empereur Napoléon 1er et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. le 2 décembre 1804) est un tableau peint entre 1805 et Vices et vertus de la démocratie athénienne

Sujet « Vices et vertus de la démocratie athénienne • Ce document est l’extraiœ un dialogue entre Thésée, héros athénien mythique et un Héraut thébain, essager d’une ville rivale d’Athènes. II iré des  » Suppliantes une tragédi„, m hist geo un produit mondialisé, l’iPhone d’Apple. Depuis le début du XXème siècle, un nouveau phénomène est apparu l’échelle internationale : la Mondialisation. Cette nouvelle nation définit le fait pour une entreprise, de passer dune dim… ?conomie Prem lum collaborative — Wikipédia Fn L’ économie collaborative une activité umaine qui Vise à produire de la valeur en et qui repose Sur de la vie d’Abass ChapitreO:Les résultats de l’entrée en 6ème. Après… un avion sans elle Michel Bussi N’OUBLIER JAMAIS, Michel Eussi

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
11 Eiographle de l’auteur Michel aussi est né le 29 auril 1965 à Louviers dans l’Eure II est un auteur et politologue français, anti-esclavagistes et des abolitions (de 1492 ? 1848) Doc B. Carte du domaine colonial français des XVIIIe et XIXe siècles, et des trafics esclavagistes (Scérén-CNDP) Commentaire introductif justifiant la brochure. . Ce que fut l’esclavage aux olonies françaises Extraits conséquents du Code Noir de 1685, réglant le statut et le sort des esclaves « français » L’analyse de ce texte mal connu montre que la réalité de l’esclavage juridique, économique, va bien au-del? de la condamnation morale nécessaire qu’on en fait. 3. Les justifications de l’esclavage aux XVIIe et XVIIIe siècles Doc A. Bossuet, Avertissements aux protestants, 1680 Doc B. Savary des Brulons, Dictionnaire universel, 1750 DOC c. J. -F. Melon, Essai sur le commerce, 1734 Doc D. Moreau de Saint-Méry, Classification suivant la couleur de la peau, 1 797 Doc E.

Articles 9 et 13 du Code Noir, contre le métissage Les partisans de l’esclavage colonial se justifient à leurs propres yeux par le progrès économique, par la religion, mais aussi par le racisme. 4 Les résistances à l’esclavage Doc A. Extraits du Journal de bord de oulin, officier d’un navire négrier nantais (17 Oltes d’esclaves 2 13 lois, 1748 Doc B. Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’île de France, 1770 Doc C. Raynal (et Diderot), Histoire des deux Indes, 1780 L’anti-esclavagisme, d’inspiration chrétienne ou humaniste, est bien présent chez les écrivains des umières, même s’il n’est pas généralisé.

Doc A. Extraits de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 Doc B. Décret d’abolition par la Convention, 1794 Doc C. Proclamation d’abolition en Guyane, 1794 Doc D. « La liberté des nègres », chanson de Piis, 1794 es premières assemblées élues de la Révolution se refusent à abolir l’esclavage, pour ne pas détruire l’économie coloniale. La Convention le fera en 1794, après le soulèvement des esclaves. 7. La Révolution haïtienne (1791-1804) Doc A. Proclamation de Biassou, chef insurgé de SaintDomingue, 1793 Doc B.

Proclamation d’abolition à Saint-Domingue par sonthonax, 1 793 Doc C. Rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte, 1802 Doc D. Lettre de Leclerc à Bonaparte, 1802 Doc E. Proclamation d’indépendance d’Haïti, 1804 Consécutive à la Révolution française, celle de SaintDomingue- Haïti est spécifique, née du soulèvement 3 première moité du XIXe siècle aux colonies françaises, même si de plus en plus de Français le dénoncent. 9. L’ Abolition de 1848 Doc A. Décret d’abolition du 27 avril 1848 Doc B. Arrêté d’abolition en Martinique, 23 mai 1848 Doc C.

Proclamation aux noirs de Guyane, 15 juillet 1848 Doc D. Circulaire en Martinique, 31 mai 1848 Doc E. Proclamation d’abolition en Martinique, 20 décembre 1848 Doc F. Victor Hugo, extrait de Choses vues sur l’Abolition, 1848 Grâce à la Révolution de 1848, l’esclavage est aboli aux colonies françaises. Mais cette libération ne donne pas la terre aux noirs affranchis, et le système d’exploitation coloniale perdure sous d’autres formes. IO. Les héritages de l’esclavage colonial (1848-2004) Doc A. Jules Ferry, Débats parlementaires, 1885 Doc B. Louis Figuier, Les races humaines, 1881 Doc C.

Déclaration universelle des Droits de [‘Homme, 1948 Doc D. Loi proclamant l’esclavage comme crime contre l’humanité, 2000 Doc E. Mémoire sélective : tombeau du général Gobert à Paris. L’empire colonial français, durant les XIXe et XXe siècles, tout en se targuant d’anti-esclava isme, a conservé l’usage du « travail forcé » jusqu’en 1947 ; 4 3 liberté, esclavage et abolitions 1. Approche générale du sujet Commentaire historique et pédagogique 1794 et 1848 furent les dates importantes dans ce long cheminement des libertés en France. En 1794, la Convention montagnarde abolissait l’esclavage aux u En 1 848, la deuxième République libérait enfin les 250 000 esclaves de Guadeloupe, Martinique, Guyane et Réunion. Si le souvenir se réduisait à quelques cérémonies officielles, ? quelques regrets obligés, ? célébrer la VISIOn falsifiée d’une abolition généreusement octroyée par les colons à leurs esclaves reconnaissants, avant de tourner la page et de ne plus penser ? ce passé fait de sang et de souffrances, le rituel commémoratif serait Inutile, hypocrite et néfaste.

S’il est au contraire l’occasion de rappeler que durant plusieurs siècles, aux colonies européennes d’Amérique, des hommes furent déportés, enchainés, exploités comme des bêtes de somme, au profit de marchands, de financiers et de capitaines ‘Europe et notamment de France, l’exercice de mémoire sera une avancée réelle de la citoyenneté dans notre pays. Car la culture civique repose bien sur ce « devoir de mémoire » dont il est aujourd’hui si souvent question, quand les repères qui paraissaient les plus sûrs vacillent.

Encore faut-il ne pas reprocher aux élèves et étudiants français de méconnaître les siècles de colonisation esclavagiste et ne pas faire grief à leurs professeurs de ne pas les enseigner, puisque souvent ils les ignorent eux-mêmes. Cette brochure a pour seule ambition de les aider à briser cette hape de silence, grâce ? s OF aider à briser cette chape de silence, grâce ? quelques documents essentiels, irréfutables, directement utilisables en histoire, éducation civique morale, voire en littérature française et philosophie. 1.

Approche générale du sujet : commentaire – 3/4 Les chemins d’une liberté, esclavage et abolitions Documents Document A Chronologie sommaire de la colonisation esclavagiste, des luttes anti-esclavagistes et des abolitions 1492-1493 Découverte des Antilles, au nom de l’Espagne, par Christophe Colomb. Indiens arawak et caraibes y vivent depuis plus d’un millénaire. Un siècle plus tard, ils en ont disparu, massacrés ou décimés par les épidémies. Dès 1520 commence, pour remplacer la main d’œuvre indienne défaillante, l’apport desclaves africains. 635 Les Français en Guadeloupe et Martinique ; quelques années après, ils introduisent la canne à sucre. 1642 Louis XIII autorise la traite des esclaves. 1664 Colbert fonde la Compagnie des Indes, organisatrice du trafic colonial. 1685 Publication du Code Noir. 1697 par le traité de Ryswick, la France devient maîtresse de l’ile de Saint-Domingue, qui sera le fleuron de son domaine antillais. 6 éussira à convaincre la majorité des députés de ne pas abolir l’esclavage. – 31 août. Insurrection d’esclaves en Martinique. 790 À fautomne, insurrection des mulâtres de Saint-Domingue. Leur chef Ogé est exécuté en février 1791. Les colons revendiquent l’autonomie et le maintien du « pouvoir blanc 1791 Mai. L’Assemblée Constituante décide à la majorité de maintenir l’esclavage et de n’accorder l’égalité qu’à certains des mulâtres. – Août. Début de l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue, qui dure jusqu’à l’abolition. 1. Approche générale du sujet : documents – 5/8 9 août et 21 septembre.

Abolition de Pesclavage proclamée ? Saint-Domingue par les commissaires représentants de la France Sonthonax et Polverel. 1794 4 février (16 pluviôse an II). La Convention abolit l’esclavage dans les colonies françaises. Le décret ne sera pas appliqué à la Martinique, livrée aux Anglais par les colons, ni ? la Réunion, aux mains de propriétaires blancs. 1802 Napoléon rétablit l’esclavage en Guadeloupe : résistance héro-l@ue et sans succès de Delgrès (environ 10 000 victimes guadeloupéennes).

Envoi vers Saint-Domingue d’une expédition coloniale de econquête : 35 000 hommes diri és ar le général Leclerc, beau-frèr 3 un peuple, est vaincue. Dessalines peut proclamer la première République noire au monde, Haiti, issue de la première victoire d’un peuple d’esclaves sur une grande puissance coloniale. 1806 Soulèvement d’esclaves à Trinidad (britannique). 1807 nterdiction de la traite par la Grande-Bretagne et le Danemark. Abolition de la traite par les États-Unis. 1811 Insurrection d’esclaves en Louisiane (États-Unis) et en Martinique. 815 Ratification de rabolition de la traite par le Congrès de Vienne. 1822, 1831, 1833 Insurrections réprimées en Martinique. 1823 Affaire Bissette en Martinique (procès et condamnation de militants anti-esclavagistes). De 1823 à 1847 Abolition de l’esclavage proclamée au Chili (1823), en Bolivie (1826), au Mexique (1829), dans les colonies britanniques (1833-1838), en Inde (1843), en Tunisie (1846). En 1847, interdiction de la traite par l’empire Turc. 1848 27 avril. Décret d’abolition en France. Mai 1848 Soulèvement des esclaves en Martinique et Guadeloupe.

Cabolition y est annoncée respectivement les 23 et 27 mai (le décret n’était pas encore parvenu dans les îles). 1. Approche générale du sujet : documents – 6/8 De 1850 à aujourd’hui 8 OF Brésil, 1896 en Sierra Leone, 1896 à Madascasgar, 1897 à Zanzibar, 1900 au Nigeria, 1928 en Iran, 1942 en Éthiopie, 1952 au Qatar, 1981 en Mauritanie (où il existe encore de fait, de même qu’au Soudan… ). Document B Les circuits de la traite européenne La traite négrière, du XVIe au XIXe siècle, forma trois circuits distincts.

Le « Triangulaire ou « circuiteux » La traite de l’Atlantique Nord, la plus massive, moteur du système négocier européen, fonctionnait selon le schéma du « commerce triangulaire », ou « circuiteux b. Le Triangle fonctionnait ainsi : les navires chargés de marchandises destinées à Fachat des esclaves se rendaient depuis l’Europe sur les côtes d’Afrique, où avaient lieu les transactions. Puis ils traversaient l’Atlantique pour rejoindre les Antilles ou le continent américain, où étaient vendus les captifs.

Enfin, les navires chargés des productions coloniales rentraient en Europe. Le commerce supposait une très faible intervention monétaire, puisque les principales opérations commerciales étaient soldées en marchandises (esclaves en Afrique et denrées coloniales en Amérique). La traite de l’Atlantique Sud Elle fonctionnait presque toujours en « droiture h. Les navires partaient du Brésil vers Luanda, Porto Novo ou Ouidah chargés de productions locales ou importées par les Portugais, accostaient en Afrique où ceux-ci achetaient les captifs, puis repartaient vers le Brésil.

Le détour par Lisbonne était l’exception. La traite dans l’océan Indien Un circuit différent du schéma trian ulaire : les transactions se faisaient des côtes de Ma transactions se faisaient des côtes de Madagascar et d’Afrique orientale vers les îles, sans revenir aux ports d’Europe. 1. Approche générale du sujet : documents – 7/8 Les routes du commerce négrier @ SCÉRÉN – CNDP. Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.

Carte issue de la collection Pour mémoire (http://ww. u. sceren. fr /memoire/esclavages/college-lycee/realites-traite. htm) 1. Approche générale du sujet : documents – 8/8 2. Ce que fut l’esclavage La France fait partie, dès le XVIIe siècle, des puissances coloniales qui tirent profit de colonies des îles tropicales d’Amérique. Les plantations, ou « habitations h, y produisent le sucre et l’indigo (plante tinctoriale), grâce aux esclaves importés ‘Afrique par les négriers (environ 15 millions en trois siècles).

En 1789, la France dispose dans ses « îles à sucre dont la plus riche est Saint-Domingue, de plus de 700 000 esclaves. Le trafic maritime colonial est essentiel à son économie portuaire (Nantes, La Rochelle, Bordeaux) et à ses industriels (tissus, fusils, outils destinés à la traite sur les côtes d’Afrique Noire). u En 1685, le roi Louis XIV signe le Code Noir, rédigé essentiellement par son ministre Colbert, qui réglemente en 60 articles détaillés le statut des colonies de la France. 0 3