Esclavage

Esclavage

?Raisons des esclaves en Amerique Le besoin d’esclaves aux Ameriques est donc ne du souci des Espagnols de se constituer une reserve de main-d’? uvre aussi inepuisable que les ressources du sol et du sous-sol qu’ils se faisaient fort d’exploiter a plein regime. Ce regime fut fatal aux Indiens qui moururent par millions. Il fallait leur substituer des travailleurs capables de supporter les contraintes conjuguees du travail force et du climat : les Noirs, qui vivaient sous les memes latitudes et connaissaient deja l’institution de l’esclavage, seraient en pays de connaissance.

Le developpement de la culture des grandes denrees d’exportation comme le sucre exigeait qu’on employat beaucoup de monde sur des proprietes de plus en plus grandes, appelees  » habitations « . C’etait notamment le cas a Saint-Domingue dont la colonisation avait ete plus tardive. Alors, affluerent les Noirs. Ils presentaient sur les engages blancs des avantages indiscutables : ils etaient bon marche, corveables a merci, renouvelables a volonte. Par ailleurs, les colons n’en etaient pas les seuls beneficiaires.

En amont, les negociants de la metropole avaient tout a y gagner : la source des profits etait demultipliee : de l’ecoulement des cargaisons en Afrique au transport des negres et a leur entretien dans

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les colonies. L’accroissement de la production sucriere directement liee a l’augmentation du nombre des esclaves s’ajoutait a ces facteurs d’enri-chissement. Un cercle vertueux en somme auquel l’Etat ne pouvait demeurer insensible. On attendait de lui des mesures en faveur de l’economie coloniale. Elles vinrent en 1670 et la traite francaise decolla.

Conditions Les esclaves logent dans des cases en bois et torchis presque vides et se nourrissent sans fantaisie : ignames, bananes, patates et riz reviennent inlassablement. Comme reviennent inlassablement les epuisantes journees de travail commencees tot et finies tard, juste entrecoupees de quelques pauses. Il n’y a pas de temps mort dans la vie d’une plantation : coupe de la canne et broyage au moulin, charrois, preparation de la terre et plantation, construction, entretien et reparation continuels d’ouvrages divers.