environnement

environnement

RAPPORT DE TERRAIN Introduction : La commune rurale d’Ambohimiadana est située au Sud Est de la capitale, et fait partie du district Andramasina. Elle se trouve ? l’Est du principal axe routier de la région Analamanga (RN7), qui ne le traverse pas. Dans le cadre de l’élaboration de notre mémoire d’étude qui s’intitule « La gestion des ressource forestières dans le Fokontany Manandriana- Commune Ambohimiadana-District Andramasina », on y a effectué des travaux sur terrain, qui a duré environ six semalnes. Partie : Déroulemen 1. La première phase pr. _ Swipe View next page La première consistai rain, dite « pré- terrain ».

Elle a duré Dans un premier temps nous avons procédé à une Simple observation du milieu (milieu physique, activités humaines reliés ? ce milieu physique). C’est seulement après qu’on a effectué des entretiens avec les notables et les élus locaux (Adjoint Maire, Chef Fokontany,… ). Ils nous fournis de nombreuses informations relatives à notre étude afin de mieux cerner la réalité sur terrain. On a également pris contact avec les présidents des Vondron’Olona Ifotony (VOI ou COBA), ainsi que les responsables de certains organismes qui œuvrent dans cette localité, tel que le

PROSPERER. Cette première phase du terrain nous a

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
surtout permis d’élaborer les questionnaires qui vont nous servir lors de S vien « ext de la deuxième phase du terrain. 2. La deuxième phase : les enquêtes • Durant la deuxième phase du terrain qui a duré un mois, des enquêtes ont été effectués. Dans un premier temps on a effectué une enquête auprès des ménages, le but a surtout été de retracer l’organisation sociale, l’économie familiale, etc. Ensuite nous avons procédé à des entretiens en groupe assisté par les chefs Fokontany.

Enfin nous avons aussi effectué des petites interviews auprès es membres des Vondron’Olona Ifotony et des agriculteurs qui travaillent avec la collaboration de l’organisme PROSPERER. Il Les informations recueillies Partie 1. Informations de base sur la commune rurale Ambohimiadana : Administration La commune rurale d’Ambohimiadana compte 14 Fokontany dont : Ambohimiadana, Amberobe, Aharamalaza, Antsahamasina, Ambodiavato, Miadamanjaka, Miadampahonina, Ambohimahitsy, Manandriana, Maroambika, Tsarasaotra, Tsaramandroso, Andrere, Antsahandenda. Sociale .

La commune rurale Ambohimiadana compte en 2006 environ 25490 habitants, avec une densité de 134hab/km2. Sa population est composée essentiellement de jeune entre 5 ? 20 ans, qui représente plus de 60% de la population. Economie : La principale activité économique de la population reste l’agriculture, en effet de la population vit actuellement de l’élevage et de l’agriculture. Tout d’abord la riziculture, elle occupe une assez grande surface, chaque foyer possède en moyenne un champ de 1 ha. La 2 OF s riziculture, elle occupe une assez grande surface, chaque foyer possède en moyenne un champ de 1 ha.

La technique reste encore assez précaire, malgré l’aide des agents vulgarisateurs du Ministère de l’agriculture, seul quelques paysans ont adopté le Depuis 2008, avec l’aide de l’organisme PROSPERER, la filière pomme de terre a fait l’objet de nombreux projets avec la collaboration des associations paysannes. Les projets consistaient surtout à l’introduction et à l’exploitation d’une toute nouvelle variété de pomme de terre le « spunta en vu de les exporter. Les techniciens de PROSPERER offrent aux paysans des formations afin de les professionnaliser.

Le géranium a également fait l’objet d’un projet de l’organisme PROSPERER. La surface cultivée par les paysans en géranium ommence à prendre beaucoup d’ampleur, elle est en moyenne de Iha pour un rendement de 3kg/ha. Des collecteurs viennent ? chaque récolte pour acheter l’huile de géranium distillée. 2. La gestion des ressources forestières dans la commune rurale Ambohimiadana Sur le terrain, on a pu constater l’existence de nombreuses COBA, qui œuvre dans la gestion des ressources forestières dans la commune Ambohimiadana : Tsarafara, FITAMINI, Marohery, TMTI, Tantsinanana.

Ce sont des associations, à but non lucratifs et dont les membres sont composés de personnes appartenant à la collectivité locale, t les membres d’une association doit provenir des villages et hameaux riverains au si 3 OF s les membres d’une association doit provenir des villages et hameaux riverains au site objet du contrat CCF, tandis que les membres du bureau sont d’Ambohimiadana, chef lieu de commune. Les COBA ont plusieurs activités en matière de gestion des ressources naturelles, en général elles doivent se résumer en trois principes : PROTECTION – RESTAURATION – PRODUCTION.

Pour le VOI Tsarafara, son premier site GCF est appelé la forêt d’Andriankely, d’une contenance de 270 ha, dans le Fokontany de Manandriana. Le second site se nomme la forêt de Zavonambo, elle mesure 716ha. 3. L’exploitation des ressources forestières : Les modalités d’exploitation ou d’accès aux ressources forestières sont différentes pour les membres et les non membres du COBA. Pour les membres du COBA, ils sont tenus de respecter les termes du contrat.

Ils peuvent prélever en forêt à titre de droit d’usage les produits forestiers à usage domestique. En ce qui concerne les bois de construction, ils doivent se munir d’une autorisation de coupe délivrée par le service des Eaux et Forêts. Néanmoins, dans les deux cas, les produits issus de l’exploitation e doivent faire l’objet de vente. Pour les non membres, ils n’ont le droit de pénétrer dans la forêt qu’avec l’autorisation du COBA, et ce dernier doit les informer sur les types de produ•ts qu’ils peuvent prélever.

Ils on également le droit d’usage, moyennant une participation active à la lutte contre les feux de végétations en cas de feux de brou 4 OF S moyennant une participation active à la lutte contre les feux de végétations en cas de feux de brousse, et une participation aux travaux de reboisement collectif. 4. Les suivis et les résultats du transfert de gestion : Le suivi Internet est assuré par une équipe technique (personnes ressources accrédités par le COBA). Elle est tenue de faire un rapport détaillé des activités effectuées sur terrain avec les résultats obtenus.

Tandis que le suivi externe du transfert de gestion est assuré par le service des Eaux et Forêts. Il s’opère de façon inopinée donc en n’importe quel moment de la durée du contrat, toutefois la présence de certains membres du COBA est parfois sollicité. En ce qui concerne les résultats, pour certains VOI, ils sont assez encourageants, en effet depuis leur participation dans les activités e protection, on a pu constater une nette amélioration des infractions en matière de feux de végétations et l’état initial du peuplement naturel est resté inchangé.

Toutefois on a pu constater que l’intégration des collectivités locales au projet est tout à fait opaque, due au changement fréquent des responsables, et la participation de la population est encore minime due à l’incompréhension du projet de CCF et due à rinexistence de réelle compensation économique, d’où une démotivation progressive de la population locale à respecter les règles de gestion. S OF s