Entreprise et production

Entreprise et production

Chapitre 1 – Production I. LA DIVERSITE DES ORGANISATIONS ET DE LEURS OBJECTIFS A. Des produits differents 1. La production est l’activite qui consiste a creer des biens et des services destines a satisfaire les besoins humains _ Un bien est un produit materiel qui peut etre stocke _ Un service est un produit immateriel 2. Les differents types de production et leurs auteurs _ Les entreprises fournissent une production marchande (vendue avec un profit). _ Les administrations publiques produisent des services non marchands (parfois gratuits, souvent vendus juste au cout de revient)

B. Les entreprises privees a but lucratif 1. Les differents statuts juridiques _ Dans une entreprise individuelle. _ La SARL (societe a responsabilite limitee), _ Dans une societe anonyme (SA) _ Les groupe s 2. Strategie et transformations des entreprises _ Les entreprises privees recherchent essentiellement le profit _ La concentration C. Les organisations a but non lucratif 1. Le secteur public _ Les entreprises publiques _ Les administrations publiques 2. L’economie sociale _ Regroupe les associations et les mutuelles Caracteristiques principales : economie dite solidaire dont le but principal n’est pas de faire un profit maximum mais d’etre rentable et de repondre a un besoin collectif. II. LA

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
PRODUCTION DANS L’ENTREPRISE : P=f (K, L) A. L’association des facteurs de production 1. Deux types de facteurs de production • Le facteur travail • Le facteur capital : le capital technique (ou biens de production) 2. Les contraintes pesant sur la combinaison productive _ Les contraintes techniques : (complementarite et/ou substituabilite) _ Les contraintes economiques : la prise en compte du cout des facteurs

B. INVESTISSEMENT ET PRODUCTIVITE 1. L’investissement est un achat de capital technique fixe _ L’investissement materiel est l’achat de capital fixe (machines) _ L’investissement immateriel comprend les depenses de recherche et developpement, logiciels, depenses de formation, depenses de publicite) 2. La productivite et ses facteurs _ La productivite du travail _ Les facteurs d’augmentation de la productivite C. La valeur ajoutee et sa repartition 1. La distinction entre chiffre d’affaire, valeur ajoutee, et benefices _ Le chiffre d’affaires est le total des ventes de l’annee La valeur ajoutee mesure la richesse creee par l’entreprise _ Le benefice est l’indicateur du profit, c’est le gain de l’entreprise. 2. Une repartition qui peut etre conflictuelle _ Dans l’entreprise, la valeur ajoutee est repartie entre l’Etat(impot sur les societes), les salaries ( salaires) , les actionnaires ( dividendes) et les sommes mises en reserves pour financer de nouveaux investissements ( benefice mis en reserve). _ La somme des VA de la nation s’appelle le produit interieur brut (PIB) I. La diversite des organisations et de leurs objectifs A. Des produits differents . La production est l’activite qui consiste a creer des biens et des services destines a satisfaire les besoins humains •? Un bien est un produit materiel qui peut etre : – Un bien de consommation : (produit fini destine a la satisfaction directe des menages. (Pain, machine a laver) – Ou un bien d’equipement utilise plusieurs fois par les entreprises pour produire d’autres biens. (Chaine de montage, taxi) – Les biens intermediaires (ou consommations intermediaires) sont incorpores dans le produit fini (farine, laine, energie) •? Un service est un produit immateriel Destine aux menages (coupe de cheveu, cours). – Ou aux entreprises (entretien ou gardiennage). 2. Les differents types de production et leurs auteurs •? Les entreprises fournissent une production marchande. – Vendue sur le marche a un prix superieur aux couts de production. – Dans le but de realiser un profit (excedent des recettes sur les couts, benefices, EBE). •? Les administrations publiques produisent des services non marchands : – Fournis gratuitement ou a couts reduits. (Justice, bibliotheque) – Finances par les impots et les cotisations sociales. Dans l’objectif de fournir des services publics d’interet general (assures meme lorsqu’ils ne sont pas rentables). B. Les entreprises privees a but lucratif 1. Les differents statuts juridiques •? Dans une entreprise individuelle. – Il n’y a qu’un seul proprietaire. Les profits lui reviennent en totalite. – Il n’y a pas de separation entre le patrimoine de l’entreprise (exploitation agricole, cabinet, commerce) et le patrimoine prive du chef d’entreprise (appartement). – En cas de faillite il est oblige de vendre son patrimoine pour rembourser ses creanciers (responsabilite illimitee) •?

La SARL (societe a responsabilite limitee), – Permet de trouver des associes qui apportent une partie du capital (parts sociales) et recoivent en echange une part des profits. (Exemple : 60% des parts = 60% des profits) – La responsabilite limitee signifie que si la SARL fait de mauvaises affaires les associes ne perdront que cet apport initial, – La vente des parts est soumise a l’approbation des autres associes (stabilite mais obligation de connaitre ses associes) •? Dans une societe anonyme (SA) – Le capital social divise en actions. – Chaque actionnaire recoit une partie des benefices (dividendes). Il peut voter lors de l’assemblee generale qui designe le PDG et le conseil d’administration et revendre ses parts a tout moment en bourse si la societe est cotee. •? Les groupes – Sont des ensembles de filiales appartenant a plus de 50% a un meme centre de decision (la maison mere). – Un groupe peut etre une multinationale quand la maison mere possede des filiales implantees dans plusieurs pays. 2. Strategie et transformations des entreprises •? Les entreprises privees recherchent essentiellement le profit – Profit = Chiffre d’affaire (CA) moins couts de production (CP) – B = CA – CP Total des ventes – (consommations intermediaire + salaires, impots, investissement. ) 4 •? La concentration -Definition : Augmentation de la taille moyenne des entreprises Comment ? ?3 formes – Concentration horizontale = Regroupement d’entreprises ayant la meme activite – Controle du marche – Economie d’echelle Total, PSA, – Concentration verticale = Activites complementaires Moins de dependance, moins d’achats intermediaires – Fabriquant de meubles achete scierie – Concentration conglomeration= Diversification de l’activite – Diversification des risques et presence sur plusieurs marches Exemple : Bic (stylos, rasoirs, planches a voile) • Exemple Michelin (pneus, cartes, guides) Les types d’entreprises : – Les petites et moyennes entreprises PME emploient entre 10 et 500 salaries. – Les tres petites entreprises ou entreprises artisanales emploient moins de 10 salaries. -? La plupart des entreprises sont des TPE (92% dans les services). Les PME representent 18. 6% des entreprises industrielles C. Les organisations a but non lucratif 1. Le secteur public •? Les entreprises publiques – Sont des societes dont le capital appartient a l’Etat (la poste, la SNCF, EDF. Les entreprises d’economie mixte associent capitaux publics et capitaux prives (France telecoms, Air France) – Elles vendent leur production sur le marche contrairement aux administrations. Mais recoivent des subventions pour les activites d’interet general non rentables (SNCF pour les trains desservant les gares de campagne) 5 – Le passage du prive au public d’une entreprise se nomme nationalisation et le passage du public au privee : privatisation. •? Les administrations publiques – Appartiennent a l’Etat et aux collectivites locales – Produisent des services publics non marchands . L’economie sociale •? Regroupe – Les mutuelles (mutuelles du Man) – Les cooperatives (agricoles par exemple) – Les associations loi 1901 (la pro ; les restos du coeur) •? Caracteristiques principales – Elles appartiennent a des proprietaires prives mais refusent la loi du profit – Elles sont independantes vis a vis de l’Etat. – Le pouvoir est democratique (un homme, une voix) – Le capital n’est pas remunere. – L’objectif est l’interet mutuel des adherents. II. La production dans l’entreprise A. L’association des facteurs de production 1. Deux types de facteurs de production ? Le facteur travail – Est constitue du temps consacre a l’entreprise par les salaries et les entrepreneurs independants. (Celui d’un boulanger et de sa serveuse par exemple). – Seul le travail remunere est retenu par les economistes •? Le capital technique (ou bien de production) se decompose-en – Capital fixe qui peut servir a plusieurs cycles de production on parle aussi de biens d’equipement (batiment, ordinateurs, four) + – Capital circulant ou consommations intermediaires qui disparait dans le produit fini (electricite, farine, sucre) 2.

Les contraintes pesant sur la combinaison productive •? Les contraintes techniques : (complementarite et substituabilite) – Il faut parfois associer capital et travail dans des proportions fixes (complementarite) (un taxi et un chauffeur) – Mais le chef d’entreprise peut souvent operer un choix technique en substituant du capital au travail (il peut choisir de produire avec 20 machines et 100 salaries ou 4 machines et 200 salaries) •? Les contraintes economiques : la prise en compte du cout des facteurs – Fixes : independants des quantites produites (batiments, salaries en CDI . ) – Variables en fonction du volume de la production (CI, interimaires …. ) – L’entreprise choisira la substitution du capital au travail quand le cout salarial est trop eleve B. INVESTISSEMENT ET PRODUCTIVITE 1. L’investissement est un achat de capital technique fixe •? L’investissement materiel est l’achat de capital fixe (comptoir) – L’investissement de capacite : l’entreprise investit pour produire davantage. (deuxieme four) – L’investissement de productivite est realise pour faire des economies de main-d’oeuvre, de matieres premieres ou d’energie, (petrin electrique) L’investissement de remplacement des machines usees ou obsoletes (depassees) est appele amortissement (remplacement du four, ordinateur plus performant) •? L’investissement immateriel comprend les depenses. – De brevets – Formation – Recherche – Publicite 2. La productivite et ses facteurs •? La productivite du travail – Productivite du travail = quantite produite / quantite de travail. – La quantite de travail peut etre mesuree par le nombre de salaries, ou par Le nombre d’heures travaillees. – La productivite peut egalement etre mesuree en € par travailleur ou en € par heure. ? Les facteurs d’augmentation de la productivite – La substitution du capital au travail et progres technique incorpore aux machines (robotique) – L’amelioration de la qualification de la main d’oeuvre (formation, experience) – Changement dans l’organisation du travail (travail a la chaine) C. La valeur ajoutee et sa repartition 1. La distinction entre chiffre d’affaire, valeur ajoutee, et benefices •? Le chiffre d’affaires est le total des ventes de l’annee – On l’obtient en multipliant le prix hors taxe par les quantites de biens ou De services vendus. (CA = p x q. Peut etre eleve parce que les consommations intermediaires ont un prix eleve •? La valeur ajoutee mesure la richesse creee par l’entreprise – A partir des biens et services achetes a d’autres entreprises et transformees (CI) – VA = CA– CI •? Le benefice est l’indicateur du profit, c’est le gain de l’entreprise. – Ce qui lui reste apres avoir paye tous ces couts de production (CP) (CI, mais aussi salaires (S), biens d’equipement (BE) ….. – B = CA – CP – Ou B= VA – (S + BE) 2. Une repartition qui peut etre conflictuelle •? Dans l’entreprise, la valeur ajoutee est repartie entre…. – Les salaries L’entreprise (profits : remuneration des proprietaires et financement de l’investissement) – L’Etat (impots sur la production et les benefices) •? La somme des VA de la nation s’appelle le produit interieur brut (PIB) – Ce dernier permet d’evaluer la croissance economique c’est a dire les richesses supplementaires creees par les acteurs (PIB t1 –PIB t0 / PIB t0) X100 – On peut etudier sa repartition au moyen d’indicateurs comme la part des salaires dans la valeur ajoutee ou le taux de marge (part des profits). ?Depuis 1983 la part des salaries a diminue au profit de celle des entreprises