enjeux de la filière café cacao en Côte d’Ivoire

enjeux de la filière café cacao en Côte d’Ivoire

LA LIBERALISATION DE LA FILIERE CAFE CACAO EN COTE D’IVOIRE: QUELS ENJEUX ? Historiquement, le libéralisme est une doctrine politique, apparue au XIXe siècle, qui réclamait la liberté politique, religieuse, économique, etc. , Mais, depuis le milieu des années 1 970 , l’Etat-providence connait une crise d’efficacité et de legitimité qui sape ses fondements et qui le conduit à un desengagement. La liberalisation de l’economie est une fa contemporains mett regulation par le mar C’est dans ce context Swipetoview nextp g ent.

Les liberaux la necessité d’une ncurrence. début des années 90, les bailleurs de fonds, notamment la Banque Mondiale (BM) et le Fonds Monétaire International (FMI) prônent la libéralisation de la filière café-cacao dans la plupart des pays producteurs. Certainement l’importance du binôme café-cacao sur l’économie ivoirienne et les échecs de libéralisation sur le continent africain explique cette attention particulière.

Ainsi, sur le continent africain, la libéralisation s’inscrit dans le cadre du pr programme d’ajustement du secteur agricole (PASA). Cobjectif isé est le désengagement de l’Etat de la commercialisation des produits de base. Ce libéralisme économique s’oppose au contrôle par IE-tat des moyens de production et à l’intervention de celui-ci dans l’économie, si ce n’est pour coordonner les entreprises ou

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
garantir un marché équitable. Le manque de transparence, ne favorise pas la concurrence pour le meilleur des planteurs.

Malheureuse, l’Etat à ses satellites autour de la filière, toutes choses qui ne va pas garantir la liberté de la filière, ce qui ? provoquer ses dernières années des crises importantes dans la ilière. Cependant, les producteurs ivoiriens ont généralement bénéficié d’une part plus importante du prix international à la suite de la libéralisation, ce qui appuie l’idée d’une relative inefficacité ou du prélèvement de rente de la part des institutions domestiques dans ce pays.

Pour autant, les bienfaits de ces réformes semblent a posteriori assez minces du point de vue des producteurs. En effet, le prix international a globalement été plus faible après la libéralisation qu’avant, de telle sorte que les producteurs de café- acao ont obtenu des revenus plus faibl 2 cacao ont obtenu des revenus plus faibles de la vente de leurs produits après la libéralisation.

La filière café-cacao permet d’observer les effets de la libéralisation, tant au niveau international que national et ceci sur une échelle de temps relativement longue. La Côte d’Ivoire voudrait fait de la liberalisation des filieres café- cacao, une condition sine qua none du passage à l’économe de marché. La Côte d’Ivoire a opté pour une planification progressivement assouplie.

A la faveur de la collectivisation gricole, de la réduction de la planification centralisée, la libéralisation des prix, la décentralisation économique et financière, les entreprises privées pourraient peu à peu devenues concurrentes du secteur d’Etat. La libéralisation du marché du café-cacao a aussi vu le déclin en Côte d’Ivoire, déjà marginalisés au niveau du commerce mondial. En tout état de cause, ces résultats ne plaident pas en faveur d’une influence positive de la libéralisation des échanges de café- cacao au bénéfice de la Côte d’Ivoire. Patrick Kouassi 3