Encyclopedie de diderot a wikipedia

Encyclopedie de diderot a wikipedia

1 INTRODUCTION Ce dossier a ete realise dans le cadre du seminaire «Emergence des savoirs, echanges et mondialisation ». L’un des objectifs du cours a ete de se poser des questions sur la circulation des connaissances et comprendre certains mecanismes de la vulgarisation des savoirs. L’encyclopedisme et les nouvelles formes d’encyclopedie sur Internet, tel Wikipedia me semblent etre a la fois un excellent support et outil d’observation et d’analyse.

Apres avoir trace l’histoire de l’encyclopedie et ses caracteristiques en centrant sur l’Encyclopedie de Diderot et d’Alembert, nous verrons une description de Wikipedia, l’encyclopedie en ligne collaborative, son mode de fonctionnement, ses limites et contraintes. Pour conclure, je porterai mon analyse sur la question de savoir s’il y a rupture entre l’encyclopedie de Diderot et l’encyclopedie moderne, a savoir l’exemple de l’encyclopedie en ligne collaborative Wikipedia. 1 Le classement La volonte de rassembler, classer et partager tous les savoirs dans un seul endroit n’est pas neuve.

Elle s’est meme agrandie au fur et a mesure que les frontieres geographiques se sont elargies, que les distances ont diminue et que l’homme est devenu non seulement un citoyen de chez lui, mais a une plus grande echelle, d’un autre chez lui plus large. Ainsi ne parle t-on plus

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
seulement d’etre auxerrois et bourguignon et francais, mais aussi europeen. Les frontieres du classement sont aussi passees d’un niveau micro, puis regional et national, a un niveau mondial. L’histoire de l’encyclopedie est liee a cette volonte des savants de classer le savoir et plus particulierement tous les savoirs, a l’echelle universelle.

Tres souvent penser c’est classer. Des tablettes d’argile datant du debut de l’ecriture sumerienne ont ete trouvees avec des listes des mots, supposant deja une sorte de classement. Mais on doit a l’Antiquite les premiers systemes d’organisation du savoir. Pour Aristote le monde peut etre structure de facon hierarchique : il part de sa propre observation, experimente les faits observes et etablit des classifications. On le compare souvent a Pline qui lui est un compilateur, il accumule les faits sans etablir de hierarchie entre eux[1]. L’histoire de l’encyclopedisme, n’a cesse d’osciller entre ces deux modeles : systeme et inventaire.

Aristote qui classe et Pline qui enumere. Deux enjeux sont etroitement meles : · un enjeu theorique : Quelle unite de savoir pour unifier, edifier un tout ? · un enjeu operatoire : Quels outils pour retrouver et rendre accessible ? 2 Etymologie Etymologiquement, le mot encyclopedie vient du grec l’enkuklios (circulaire) et paidea (education). Par une erreur de transcription, on trouve le terme enkuklopaideia, dans une copie realisee au XVeme siecle d’un ouvrage de Quintilien sur l’eveil et l’education de l’enfant. L’idee est donc celle d’un savoir circulaire, global. Ce projet educatif de cercle d’etudes a parcourir, tel tait le sens initial, marquera les differentes encyclopedies. Le mot a ete latinise en encyclop? dia au cours du XVIeme siecle. Des ouvrages a caractere encyclopedique, pour rassembler l’ensemble des connaissances humaines, ont existe depuis l’Antiquite et notamment au Moyen Age. Mais c’est au XVIIIeme siecle qu’apparait reellement le concept d’Encyclopedie. 3 Quelques reperes contemporains : la BnF Le 14 juillet 1988, lors du traditionnel entretien televise du President de la Republique, Francois Mitterand annonce « la construction et l’amenagement de l’une ou de la plus grande et la plus moderne bibliotheque du monde…. qui) devra couvrir tous les champs de la connaissance, etre a la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission de donnees, pouvoir etre consultee a distance et entrer en relation avec d’autres bibliotheques europeennes ». Presque dix ans apres, alors qu’en France le grand public n’avait pas ou peu acces a Internet, les preoccupations se tournaient vers le remplacement du livre papier par le support numerique ce qui impliquait non seulement un autre rapport avec le livre mais aussi une consequence du volume des donnees et une autre facon de penser le classement.

La Bibliotheque nationale de France (BnF) est inauguree en decembre 1996, accueillant en meme temps, l’exposition « Tous les savoirs du monde » consacree a l’encyclopedie. L’exposition retrace « Comment, depuis l’invention de l’ecriture, les civilisations ont rassemble les savoirs, pour les conserver, les partager et les transmettre », depuis l’ecriture Sumerienne jusqu’a l’Encyclopedie de Diderot et d’Alembert[2]. L’Encyclopedie de Diderot et d’Alembert  » l’histoire de l’’ uvre supreme[3] du siecle des Lumieres

En 1751 Denis Diderot, erudit homme de lettres et philosophe, est sollicite par une maison d’edition pour co-diriger avec Jean Le Rond d’Alembert, l’Encyclopedie. Commence alors le debut d’une grande entreprise qui durera 20 ans et resultera en la grande ‘ uvre des Lumieres, totalisant 17 volumes de textes, 11 volumes de planches et 72000 articles. L’Encyclopedie ou Dictionnaire raisonne des sciences, des arts et des metiers a depuis, inspire de nombreux autres ouvrages. Parmi les 200 collaborateurs de l’Encyclopedie, quelques uns des plus grands philosophes du XVIIIeme siecle ont participe, tels que Voltaire, Rousseau, etc.

Il s’agit d’une ‘ uvre revolutionnaire, qui integre non seulement les savoirs mais aussi les savoirs-faire. Elle propose comme critere de classement l’ordre alphabetique. Dictionnaire de choses donc, et non de mots, pour la distinguer d’un dictionnaire, le projet encyclopedique est une sorte de « bibliotheque des bibliotheques ». (Umberto Eco). [4] 1 Au dela de la censure : le systeme de renvois L’Encyclopedie a constitue un travail de reference massif, pour les arts et pour les sciences, d’accumulation du savoir, mais est aussi consideree comme une machine e guerre qui a servi a propager les idees des Lumieres. Notamment par son systeme de renvois qui dejouait la critique. Ainsi, un article sur les religieux, par exemple, « Cordeliers » etait elogieux mais renvoyait a « Capuchon », article employant un ton sarcastique sur les religieux. Les historiens attribuent a l’Encyclopedie un projet social de diffusion de connaissances avec une visee politique « […] s’attaquant aux prejuges et se servant d’un systeme de renvois d’un article a un autre » (Leggewie, 1990).

L’encyclopedie possede un systeme de renvois tres elabore, qui permet des connexions entre les sciences, avec un double objectif : a la fois remedier, a l’ordre alphabetique qui empeche de traiter une science dans son integralite, et dejouer la censure pour exprimer des idees non conformes a celles reconnues par l’Eglise et l’Etat. L’Encyclopedie a ete par des nombreuses fois censuree et interdite a la publication. Pour les philosophes des Lumieres, l’Encyclopedie doit permettre la propagation des connaissances scientifiques, c’est un imperatif moral et social rendant possible l’autonomie et la raison de l’individu[5].

L’ideal philosophique de l’Encyclopedie etait d’aider le genre humain et de diffuser aupres du plus grand nombre un savoir gouverne par la raison et libere des superstitions. En 1750, Diderot publiera un « Prospectus » pour presenter l’ouvrage. Il choisit de presenter la division des sciences suivant l’arbre. illustration Depuis la grande aventure encyclopedique de Diderot et d’Alembert, les dictionnaires et les encyclopedies en tous genres se sont multiplies : Almanachs, revues pratiques, magazines qui viennent repondre a cette soif de savoir global.

Certains sont disponibles sur d’autres supports que le papier : en CD-ROM, ou sur Internet. L’Encyclopedie Moderne L’encyclopedie moderne est presentee sur une autre forme mais toutes gardent cet ideal de l’Encyclopedie des Lumieres, d’englober l’ensemble des connaissances, de les classer pour vulgariser et diffuser au plus grand nombre. On peut se poser la question, dans quelle mesure l’encyclopedie moderne, est-elle une continuite ou une rupture avec les modeles precedents. J’etudierai ici l’encyclopedie en ligne Wikipedia en exposant ses methodes et caracteristiques. ———————– 1] Source : dossier pedagogique de la BnF en ligne http://classes. bnf. fr/dossitsm/ques-fig. htm#reponse6 [2] L’exposition se clot avec les nouvelles technologies et une interrogation: la numerisation, l’hypertexte et les reseaux preparent-ils la voie a un nouvel encyclopedisme? [3] ainsi la qualifie Robert Darnton (1992), L’Aventure de l’Encyclopedie 1775-1800 : Un best-seller au siecle des Lumieres. [4] Umberto Eco, Kant et l’Ornithorynque, Paris, Grasset, 1999 [5] Juanals Brigitte (2002). « L’encyclopedie des lumieres au numerique : Migration d’une utopie ». Communication et langages, n° 131. ———————– 3