En quoi la ford t a-t-elle connu un tel succes

En quoi la ford t a-t-elle connu un tel succes

Etude de cas Ford Motor Company INTRODUCTION : Alors que le passage du XIX eme au XX eme siecle se passe dans un contexte socioculturel assez mouvemente, Henry Ford cree la Ford Motor Company en 1903. Mais en 1903 il ne se doutait pas encore qu’il serait le pionnier des constructions en serie. Avec la production de la Ford T, Ford revolutionne l’industrie et democratise l’automobile. Il la rend accessible a tous.

A travers un bref passage en revue du contexte socioculturel de l’epoque, un historique de l’entreprise et de son createur, une explication sur le succes de la Ford T, et enfin une comparaison avec un autre succes automobile nous tenterons de traduire en quoi la Ford T a ete l’expression d’une enorme revolution industrielle. Ainsi voici la problematique : « Le 12 aout 1908 la Ford Motor Company de Detroit, creee en 1903 par Henry Ford, lance la Ford T.

Ce modele connaitra un franc succes. Pourquoi ? » I) Contexte socioculturel de l’epoque A la fin du XIX eme siecle, on parlait d’une societe individualiste de consommation de masse encore assez hierarchique. Le concept de Responsabilite Sociale de l’Entreprise apparait dans les discours des dirigeants a partir de la fin du XIX eme et

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
au debut du XX eme aux Etats-Unis. Cette responsabilite s’incarna tout d’abord dans le developpement d’activites philanthropiques.

Des 1889, Carnegie, immigrant ecossais qui devint a travers sa fortune l’un des symboles du reve americain, publia un document qui deviendra une reference en matiere de philanthropie. Il developpa une serie de reflexions relatives aux responsabilites des riches hommes d’affaire de l’epoque, considerant qu’il etait de leur devoir de mener une vie non ostentatoire et que les surplus de richesse dont ils beneficiaient devaient etre geres et redistribues en vue de l’interet public.

Au cours de la premiere moitie du XX eme siecle, a mesure que se diffusait la nouvelle figure du dirigeant non proprietaire, cette notion de responsabilite fut transferee du proprietaire aux nouveaux dirigeants. Ce faisant, cette responsabilite morale fut progressivement detachee de l’individu (le proprietaire fortune) pour etre appliquee a l’entreprise elle-meme et a ses processus. La responsabilite sociale fut ainsi progressivement conceptualisee comme un element central de la relation entre l’entreprise et la societe.

Ces concepts stipulent l’idee d’un contrat implicite, caracterisant la relation entre l’entreprise et la societe. Elles reposent sur la conviction que la propriete n’a rien d’un droit absolu et inconditionnel et qu’elle ne peut etre justifiee que dans la mesure ou l’administration privee des biens permet d’accroitre le bien-etre de la communaute. Tout proprietaire a donc pour devoir de satisfaire les besoins de la societe dans son ensemble, dans la mesure ou il doit repondre de ses actes devant Dieu et la societe.

Pour que la societe ne revoque pas ce contrat par lequel elle accorde une marge de liberte et un pouvoir unique aux dirigeants et entreprises de l’epoque, ces derniers doivent honorer ce contrat implicite en travaillant a l’amelioration du bien etre social Un retour historique sur les origines americaines du concept de Responsabilite Sociale montre que la religion protestante exerce une influence tout a fait significative sur cette notion.

En soi, cette influence de la religion protestante n’est pas surprenante ; elle tend a accrediter la these proposee par Max Weber (Weber 1967), selon lequel la religion protestante a joue un role structurant sur l’emergence et la diffusion du capitalisme. L’idee se renforce parmi les populations et les milieux dirigeants d’Europe et d’Amerique du Nord qu’un capitalisme plus humain et un pilotage plus avise des entreprises et des economies sont souhaitables. Dans un contexte social, la periode 1900-1940 est l’ere du syndicalisme industriel.

Deja en emergence depuis 1840, avec les conditions de travail instaurees par le travail a la chaine, les syndicats explosent. C’est le developpement du syndicalisme de metiers. Des 1886 une centrale syndicale, l’American Federation of Labor (AFL, Confederation Americaine du Travail), se constitua L’ideologie de l’AFL de Gompers. Le gomperisme repose sur l’idee que l’ouvrier qualifie etant rare et recherche, doit par une organisation monopoliste fermant ses portes aux nouveaux venus, se faire encore plus rare et plus desirable pour vendre ses services le plus cher possible.

Conception nefaste pour les ouvriers qualifies eux-memes puisqu’elle les isole les uns des autres, les oppose les uns aux autres. En 1893 est cree l’American Railway Union (ARU), notamment par Eugene Debs, syndicat qui fit plier le patronat des chemins de fer lors de la greve d’avril 1894. La majorite des membres de l’ARU lancerent une greve contre la societe Pullman (compagnie quasiment esclavagiste dans les wagons-lits). 260 000 cheminots furent en greve, 27 Etats furent bloques. Le president des Etats-Unis, Grover Cleveland lanca les troupes federales contre les grevistes.

Eugene Debs et d’autres responsables de l’ARU furent arretes et emprisonnes au motif de complot contre le gouvernement, la loi martiale fut proclamee et la greve declaree illegale. Apres cet elan de solidarite de classe qui avait suscite l’enthousiasme general, la defaite fut lourde de consequences. L’ARU fut dissout. Malgre son echec, ce syndicat permit un grand pas en avant vers le syndicalisme revolutionnaire. A sa sortie de prison, Eugene Debs declarait : « Le but est le socialisme contre le capitalisme. Je suis pour le socialisme parce que je suis pour l’humanite.

Nous avons vecu la malediction de l’or trop longtemps. L’argent ne constitue en aucun cas une base valable de civilisation. Le temps est venu de regenerer la societe. Nous sommes a la veille d’un changement universel. » Le 27 juillet 1905 arrivaient les IWW (Industrial Workers of the World, les Ouvriers Industriels du Monde), ils se concevaient comme un syndicat industriel, de solidarite ouvriere, de lutte de classe, un syndicat revolutionnaire. Ils ont mene bien des combats pour la lutte ouvriere. Des le debut de la Premiere Guerre mondiale les IWW se declarerent contre celle-ci : « Ne sois pas un soldat, sois un homme.

Rejoint les IWW et combats sur ton lieu de travail pour toi-meme et ta classe « , disait une affiche des IWW en 1916. Cette courageuse position valut aux IWW d’etre declares hors-la-loi. On peut avancer que les IWW ont jusqu’a maintenant ete la seule organisation revolutionnaire « de masse » aux EU. Les IWW, en cumulant les adherents de 1905 a 1917, auront recrute 1 million de travailleurs. Le pragmatisme et le volontarisme wobbly resteront neanmoins dans la memoire ouvriere internationale. Mais la lutte pour un mouvement ouvrier industrialiste aux EU n’avait pas disparu, et reapparut, notamment avec la creation du CIO.

Les IWW continuent toujours d’exister avec quelques sections syndicales, en tentant de reconstruire un syndicalisme revolutionnaire, similaire en cela a la CNT francaise, meme si, comme la CNT espagnole, le poids de la gloire passe est encore pesant sur la strategie syndicale du nouveau millenaire. Les wobblies continuent de publier « The Industrial Worker », mensuel des IWW. Cette epoque est egalement celle ou l’originalite de l’histoire americaine eclate le plus. Cette periode est dominee par: – L’essor demographique par immigration – La conquete de l’ouest et l’appropriation du sol

Le peuplement n’a pas ete ralenti par la guerre de Secession, le gouvernement federal ayant tout mis en ? uvre pour rattacher etroitement l’Ouest aux territoires restes federalistes. Ainsi c’est en pleine guerre que le « Homestead Act » est adopte par le Congres (20 mai 1862): il accorde gratuitement 160 acres (64 ha) de terre a toute famille qui s’engage a occuper et a mettre en valeur sa propriete, pendant au moins cinq ans. Ce texte favorisa l’immigration et l’occupation du sol. Durant cette periode, le pays connait une extraordinaire croissance demographique liee a l’immigration, avec: 1 millions d’habitants en 1860 62 millions d’habitants en 1890, 75 millions d’habitants en 1900 et 105 millions d’habitants en 1920 Cette croissance de population doit plus a l’immigration qu’a l’accroissement naturel. Chaque jour plusieurs milliers de nouveaux venus se presentent aux frontieres; le volume d’immigrants atteint un million au cours de l’annee 1905. Cette croissance demographique Touche principalement les villes. Cette immigration a des effets benefiques en fournissant des occupants pour les territoires restants a conquerir, de la main d’? vre a l’industrie, des clients a la production nationale ; elle entraine souplesse et mobilite de la societe americaine. Alimentee en permanence par l’afflux d’immigrants venus d’Europe, la poussee vers l’Ouest que la guerre civile n’avait pas interrompue, reprend de plus belle. Attire par les facilites d’attribution des terres, puis par la decouverte en plusieurs regions des Montagnes Rocheuses de gisements d’or, d’argent et de cuivre, le flot submerge la grande plaine qui s’etend du Mississipi aux premieres hauteurs, puis vient battre les Rocheuses.

Les americains ont chasse les indiens de leurs territoires lors une epopee qui aura dure quatre siecles. Puis l’homme blanc s’est rendu maitre de tout le territoire. Partout il a introduit ses modes d’activite et ses preoccupations pour mettre en valeur, exploiter et transformer le sol. La civilisation de l’Europe a pris possession de l’Amerique : le chemin de fer passe ou l’indien chassait. C’est la fin de l’aventure, la fin de la frontiere. Nous pourrons conclure que le passage du XIX eme au XX eme siecle aura ete une periode mouvementee.

C’est entre les deux grands conflits que furent la Guerre de Secession et la premiere Guerre mondiale que les Etats-Unis ont atteint leur maturite. Une periode qui commence alors et se prolonge, a peu pres sans interruption, jusqu’au debut de la grande depression, pendant une soixantaine d’annees. Naissance du concept de la responsabilite sociale de l’entreprise (RSE), explosion du syndicalisme industriel, essor de la demographie, conquete de l’Ouest, autant de parametres qui font que la societe americaine a radicalement change.

II) Historique de l’entreprise Ford et de son createur. Henry Ford est ne le 30 Juillet 1863 a Deadborn dans le Michigan aux Etats Unis. Natifs d’Irlande, ses parents arriverent en 1847 en Amerique, et y monterent une ferme. Tres tot, il s’est interesse a la mecanique. A 12 ans, il passait deja le plus clair de son temps dans un magasin de machines qu’il avait equipe lui meme. A 15 ans, il avait construit son premier moteur a vapeur. Plus tard il deviendra apprenti mecanicien a Detroit dans les magasins de James F Flower and Bros, et dans une usine.

Une fois son apprentissage termine en 1882, il a passe une annee a regler et reparer des moteurs a vapeur. Il se mariera en 1888. En 1891, il fut employe comme ingenieur par la Edison Illuminating Company de Detroit. Il devint ingenieur en chef le 1er novembre, et eut son fils le 6 novembre 1893. Il debutera sa carriere de constructeur automobile Ford durant l’hiver 1893 ; moment ou son interet pour les moteurs a combustion interne l’a pousse a construire un modele a un cylindre essence. La premiere voiture Ford fut finie en juin 1896. Le 16 Juin 1903, Ford aida a organiser la Ford Motor Company.

Il possedait 25,5% des parts de la nouvelle organisation. Il en devient le president en 1906. Octobre 1908 est une date primordiale dans la vie d’Henry Ford et de l’automobile. Inaugurant une nouvelle methode de travail appele le fordisme qui implique des techniques de production a la chaine, ainsi que des divisions specialisees : la Ford T est lancee sur le marche. Elle domina la marche pendant pres de 20 ans en ayant ete construite a plus de 16 millions d’exemplaires. Il democratise l’automobile avec pour idee de baisser le prix de vente par une rationalisation de la production.

Ainsi, des 1919, Henry Ford et sa femme acheterent les parts de tous les autres actionnaires minoritaires. Il faut savoir que Henry Ford avaient des positions tres antisemites en accusant les juifs de posseder les plus grandes entreprises Americaines. Il rachetera un hebdomadaire, le « Deadborn Independant » ou il dirigera une tribune antisemite. Par la suite il redigera des ecrits qui inspireront Adolph Hitler pour la redaction de Mein Kampf, et entretiendra des relations particulieres avec l’Allemagne nazie. III) En quoi la Ford T a-t-elle connu un tel succes ?

La premiere Ford T de serie sort de l’usine Piquette a Detroit le 27 septembre 1908. L’usine Ford de Piquette ne pouvait pas suivre la demande, et seulement onze voitures furent construites durant le premier mois de construction. Elle est tellement bon marche a 825 $ en 1908, que dans les annees 1920, une majorite de conducteurs americains apprennent a conduire sur le modele T. Il est exporte a Londres un mois plus tard. Cinq ans apres, la Ford T circule aussi en Chine, en Indonesie, au Siam et au Bresil. Elle arrive en France en 1916.

En 1909-1910, 18 664 voitures seront vendues. En 1910, apres avoir assemble 120 000 T, Henry Ford mit alors en place le fordisme, a la fois mode de production en serie base sur la ligne d’assemblage et modele economique base sur des salaires eleves. Son objectif etait de seduire la classe moyenne americaine. 0n attribue souvent a Ford la phrase « un client peut demander cette voiture en n’importe quelle couleur, du moment que c’est noir. » En realite, des T de plusieurs couleurs ont ete produites de 1908 a 1914, puis a nouveau en 1926 et 1927.

Ce qui appuie sa theorie de produire plus pour moins cher. Pour produire la Ford T ou Lizzie, il s’inspire de la theorie de Frederick Winslow Taylor. Cet ingenieur americain prone alors d’organiser la production industrielle de maniere scientifique, en confiant aux ouvriers des taches simples, dont l’execution est chronometree. Cette doctrine a marque les methodes de production tout au long du siecle. Son aboutissement sera l’organisation du travail tout au long d’une chaine de montage.

Grace a cette organisation et a la production de pieces detachees standardisees, Ford produit plus de vehicules en moins de temps, et a un prix inferieur. Le but de ce developpement de l’entreprise est d’accroitre la productivite et la production de l’entreprise grace a plusieurs principes : • la division du travail en une division verticale (separation entre conception et realisation) et en une division horizontale (parcellisation des taches), et l’apparition de la ligne de montage (et donc du travail a la chaine). • la standardisation permettant de produire en grandes series a l’aide de pieces interchangeables. l’augmentation du pouvoir d’achat des ouvriers (5 dollars / jour contre 2 a 3 auparavant), afin de stimuler la demande de biens et donc d’augmenter la consommation. Mais cette augmentation des salaires avait pour but principal de lutter contre le taux de roulement (demission des ouvriers) devenu de plus en plus eleve avec l’apparition du travail a la chaine, qui rendait les conditions de vie des ouvriers encore plus difficiles qu’auparavant. Le concept, alors revolutionnaire, de la chaine d’assemblage fut reellement introduit chez Ford pour la premiere fois, par William C.

Klann, de retour d’une visite a un abattoir de Chicago dont la viande de porc etait « travaillee », avec le systeme de la division du travail, preparant ainsi des charcuteries « en serie ». L’efficacite d’une personne s’occupant toujours de la meme piece des betes attira son attention. Il a propose l’idee d’une ligne d’assemblage a Henry Ford. Mais lorsque la premiere voiture sortit de la ligne d’assemblage, devant les medias, des visiteurs et Henry Ford, W. C. Klann en prit le volant. Avec cette methode, Henry Ford revolutionne l’industrie et democratise l’automobile. Henry

Ford deplaca la societe vers le nouveau complexe de Highland park. La, la T fut la premiere voiture construite a la chaine avec des pieces completement interchangeables d’un exemplaire a l’autre. Introduite en 1913 dans les usines Ford, la chaine automobile est rapidement apparue comme l’embleme de la modernite industrielle. Selon Henry Ford, ce mode d’organisation d’une fabrication standardisee est l’instrument d’une reforme sociale. « Il est possible d’accroitre le bien-etre du travailleur, non en le faisant travailler moins, mais en l’aidant a travailler mieux. ».

Le fordisme va devenir le dogme, la reference supreme pour tous les groupes industriels. Il fut sans doute le veritable fondateur de l’industrie du XXe siecle. On dit qu’il concut et developpa la production de masse. C’est exact, mais incomplet : il fut aussi l’inventeur de la consommation de masse. En 1914, la procedure de l’assemblage de la T avait ete tellement amelioree qu’il ne fallait plus que 93 minutes pour en assembler un exemplaire. La meme annee, il porte a 5 dollars le salaire journalier minimal, alors que le tarif, dans l’industrie automobile etait de 2 dollars.

Il estimait que cette augmentation, liee a l’accroissement du nombre de voitures produites en moins de temps et moins d’argent, permettrait a tout le monde de les acheter. Cette annee la, Ford produisit plus de voitures que tous les autres constructeurs reunis. Le prix ne cesse de diminuer a mesure de l’augmentation de la production. Il est de 360 $ en 1916, et atteint 260 $ en 1921. Les ventes passent de 250 000 vehicules en 1914 a 472 000 en 1916, et en 1922, La production annuelle depasse le million. Lorsque la dix millionieme T fut produite, 9 voitures sur 10 dans le monde entier etaient des Ford.

En 1927 il abandonne la fabrication de ce modele. Au final, plus de 15 millions furent produites, record de production pour un seul modele qui ne fut battu que par la Volkswagen Coccinelle qui depassa les 21 millions. Certes, il y eut 31 millions de Toyota Corolla et 25 millions de Volkswagen Golf, mais dans les deux cas il s’agit en fait de la somme de plusieurs modeles successifs dont les evolutions sont etalees sur plusieurs decennies. Pour beaucoup, la Ford T fait de 1908 l’annee historique ou l’automobile entre dans la grande serie (aux Etats-Unis).

Elle est generalement consideree comme la premiere voiture accessible au plus grand nombre, celle qui « mit l’Amerique sur des roues ». C’est LA  « voiture du peuple ». Coup de genie d’Henry Ford, cette voiture se revelait aussi fiable que pratique a l’usage. Ce concept fut par apres, repris par bien des constructeurs. Aujourd’hui, l’industrie automobile lui doit une fiere chandelle. Centenaire, mais toujours aussi verte, la Ford T merite bien son titre de voiture la plus importante du 20eme siecle… IV) Existe-t-il une autre voiture qui ait connu un tel succes dans l’histoire e l’automobile ? Et pourquoi ? Dans l’histoire de l’automobile, une autre voiture a connu un tel succes : la Volkswagen Coccinelle. Sur le meme principe que la Ford T, la Coccinelle veut vehiculer l’image de « voiture du peuple ». Cette voiture sera concue par l’ingenieur Allemand Ferdinand Porsche. Sur la demande d’Adolph Hitler, Monsieur Porsche donnera sa version de la voiture populaire. Elle fut construite en 1938. Cette voiture devra etre peu chere, puissante, economique, resistante aux intemperies, et capable de loger quatre a cinq personnes de maniere confortable.

Le 17 Fevrier 1972, la Coccinelle bat la Ford T en etant produite a plus de 21 529 464 exemplaires dans le monde. Hitler annonce clairement ses ambitions : transformer l’industrie de l’automobile. Seulement, il oublie de mentionner les objectifs exacts de ce « renouveau » sous couvert de bonnes intentions envers le peuple allemand : en faire un outil de propagande. Tout ceci en promettant aux allemands des ameliorations de leur niveau de vie. Le fuhrer va faire main basse sur les entreprises automobiles. Ses mots clefs sont « une production de masse et une consommation de masse ».

Son but ultime reste de donner aux allemands un equivalent de la Ford T. Pour en faire la publicite, il placarderont un slogan tel que : « Mettez cinq marks de cote par semaine – si vous voulez rouler dans votre propre voiture ! ». De cette maniere, ils en montrent l’aspect accessible, et indispensable, et renforcent la ferveur patriote envers le parti nazi. Leur adhesion au regime est donc accrue. En pleine periode des Trente Glorieuses, les Etats Unis est la destination ou la partie la plus grande de la production des Coccinelles est exportee.

Cette petite voiture correspond aux nouvelles demandes Americaines. Les Americains ont plus d’une voiture par foyer, et reclament, surtout les femmes une voiture plus jolie et plus facile a manier. Sa production est arretee en 1978 en Europe, periode ou le design de la Coccinelle commence a etre percu comme obsolete. Cependant, la Ford T restera la pionniere sur plusieurs domaines. C’est pour cette raison que dans une certaine mesure, on ne peut pas egaler le succes de la Ford T et de la Coccinelle. Conclusion :

Tous les changements evoques precedemment forgerent non seulement un succes depassant toutes les esperances, avec l’essor de la Ford T ; mais aussi une consommation de masse decoulant du systeme revolutionnaire du travail a la chaine, et plus largement du Fordisme. Le concept de la « voiture populaire » a ete repris par Adolf Hitler avec la Coccinelle de Volkswagen. Elle ne doit sa reussite qu’a une organisation nouvelle du travail, celle qu’a mise en place Ford, et a l’idee de rendre accessible a tous une voiture. La Ford T demeure en quelque sorte la fondatrice d’une nouvelle ere : une societe ou la consommation de masse regne.