Emploi et exclusion sociale

Emploi et exclusion sociale

Emploi et exclusion sociale On volt souvent les personnes sans domicile fixe comme des personnes désocialisées, totalement exclues de la société. Or, on s’est aperçu au début des années 2000 que c’était loin d’être le cas général. Une étude faite en 2004 par l’Insee a montré qu’en France : trois SDF sur dix ont un emploi, en général précaire (contrat ? durée déterminée, intérim) ; c’est généralement pour eux le coût du logement et l’insuffisance des logements sociaux qui les maintiennent à la rue. uatre SDF sur dix sont inscrits à l’Agence nationale pour l’emploi, t sont donc dans une dynamique de recherche d’emploi. Sil n’y a pas double a (conservation de l’ins bénéfice d’un emploi écü. , next page France sont réelleme Rectification : Il faut Sv. ‘ipe to catégories e temps que le % des SDF en préciser que le mot « désocialisé » Implique de ne plus être ? même de vivre comme tout le monde et de ne plus pouvoir faire le cas échéant les démarches pour cela.

Certains SDF ne sont pas inscrits à l’ANPE et ne cherchent pas d’emploi, non pas par désir de marginalité, mais parce qu’ils considèrent qu’on ne peut pas ravailler lorsqu’on n’a

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pas de logement. Par ailleurs, la crise du logement et le prix élevé de l’immobilier (en particulier en région parisienne) n’est que l’une des causes expliquant le phénomène des sans-abris.

En effet, l’accès au logement, même pour celui qui peut payer, est restreint de nombreuses façons (nécessité d’avoir un garant, de pouvoir démontrer l’existence d’un salaire élevé et assuré, en général fondé sur un CDI, nécessité d’avoir des papiers, etc. ) Ces contraintes demeurent considérables, au delà même du coût du logement en lui-même. 2