Electre, Acte 2 scene 6

Electre, Acte 2 scene 6

Fiches pour l’oral de français 2012 Electre, Jean Giraudoux Acte 2 scène 6 : Agathe et le Président Lecture analytique : Introduction : -une scène de comédie qui contraste avec cette pièce tragique une scène de Vaudeville (théâtre de boulevard comique utilisant le trio mari/femme/amant) – Traite de l’infidélité d’Agathe, mais fait aussi avancer l’enquête d’Electre = révèle le nom de l’amant de Clytemnestre – Grandes tirades d’Agathe, une scène de haine qui se découpe en plusieurs parties : – la condition d’un pour un être suffisan – tirade sur la rem soumission se trouve OF4 p g crifice quotidien e et il est laid – raillerie sur la condition du président + ttes les façons de tromper son mari – comédie effet de rupture avec la tragédie – haine= on rattrape la tragédie Giraudoux la définit comme une « tragédie bourgeoise une oxymore. 1. Une parenthèse comique, un effet de rupture par rapport à la tragédie Univers tragique de la pièce = éléments de comédie. Comique de situation, prosaïsme de l’adultère.

Réaction bourgeoise figée a) Des personnages bourgeois Assiste à un règlement de compte conjugal, un thème privilégié de Giraudoux (qui ne valorise pas image du couple légitime, sauf ans Amphitryon

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
38) Opposition grandeur de la tragédie p perso de cette scène n Agathe revendique l’adultère. Elle appartient à une humanité moyenne et échappe aux malédictions des grandes familles. « nous nous tuons » – image métaphorique. Mort + haine sont pour les grands. n Agathe est un double de Clytemnestre à une humanité moyenne, elle n’a pas le besoin de tuer (juste violence verbale). Réécriture à l’intérieur même de la pièce (esthétique du contraste) b) Une réalité prosaïque a Réalités de la vie conjugale Agathe fait tous les reproches que Fon peut faire à un mari.

Elle parle au nom de toutes les femmes : « nous » n Avant Clytemnestre parle de liberté et du droit daimer avec « nous ». Elle est plus « haut » qu’Agathe. Travail sur les répétitions, les jeux d’opposition + anaphores et antithèses comme un réquisitoire pour vivre autrement. a Répliques brèves, donc rythmées. Détails de la vie quotidienne (linge, pellicules, cirage… ) dérisoires face à la situation qui monte = Argos + Electre en danger a Une situation comique : – contraste prosaisme / politique meurtrière = disproportion – anachronismes (cigares dans l’Antiquité) insistance sur la nourriture (corps, burlesques… ) = tâche dans le mythe basses réalités corporelles bannies par la bienséance (pellicules, orteils… c) un comique de situation a Des caractéristiques de la comédie . rythme précipité + des apparitions qui se succèdent + apparition fina 2 de la comédie : apparition finale d’Egisthe lorsque l’on parle de lui Une perte de solennité des personnages (Agathe qui entre poursuivie par le Président, ce dernier qui répète mot pour mot la question d’Electre à sa mère… )- a Deux femmes adultères se trouvent rivales = elles ont le même mant n La répétition du nom d’Egisthe en fin de scène : Agathe qui le révèle comme son amant, l’écuyer qui l’annonce, les Euménides qui répètent. û Le comique de situation montre une véritable rupture dans la tragédie. 2.

La tragédie bourgeoise a) Un jeu de dédoublement Un jeu de dédoublement au niveau bourgeois : – Agathe est le double bourgeois de Clytemnestre – Deux interrogatoires simultanés mais avec un même sujet Président qui poursuit sa femme + Electre qui harcèle sa mère Dans les deux cas, c’est Electre qui déclenche cette haine libératrice Le discours d’Agathe sur la vie conjugale prépare celui de Clytemnestre (qui ne peut plus supporter son mari Aga. et le tue ACt2 8). n Le dédoublement présent dans portrait du Président (dénigrement physique + morale) ridiculisation d’Agamemnon par Clytemnestre Clyte : rythme ternaire de la tragédie + superlatifs n Agathe : rythme binaire, plus bourgeois la morgue = la fatuité = le mépris (être imbu de sa personne) b) Le thème de la mort Ce thème est prégnant dans le texte, il permet la déno 3 imbu de sa personne) Ce thème est prégnant dans le texte, il permet la dénonciation de ‘hypocrisie sociale et de l’oppression conjugale. Agathe ressent de la haine sentiment moteur de la tragédie, celui qui amène les grands meurtres Cri de révolte d’Agathe et de celles qu’elle représente révolte des épouses : image d’éclatement mise en abîme de l’éclatement finale d’Argos a La parole haineuse atteint une sorte de paroxysme = plus la comédie mais la tragédie qd Agathe proclame son adultère universel et permanent aLJne resonnance prophétique qui annonce le meurtre final Agathe n’est plus une simple femme déçue prend une épaisseur, dénonciation de la situation de la femme Parallèle : Camus « Je me révolte donc nous sommes Un seul se révolte, et c’est tt le genre humain qui gagne en dignité. Giraudoux donne de Pimportance à la femme. Cf le noms de ses pièces, elles sont plus belles, elles portent les idéaux. Conclusion : – Scène : révélation indirecte de la culpabilité de Clyte. Mais jeu en miroir (dédoublement). Permet à Giraudoux un jeu sur les registres tragiques et comiques. Un discours pessimistes sur des êtres voués à la destruction. Orientations : En quoi cette scène est-elle un réquisitoire Montrez que vous avez à faire à un procès à charge. 4