Ecriture d’invention homme/animal

Ecriture d’invention homme/animal

Dans un roman de science-fiction, les hommes sont asservir par les animaux. Imaginez le dialogue entre un homme et un animal, celui-ci défendant le fait que les bêtes aient pris le pouvoir. Un homme bouscule violemment un singe se promenant tranquillement dans les rues de Paris, après des tas d’insultes proliféré par chacun d’entre eux, vint alors une forme de conversation plus intelligente : le débat. Débat dans lequel l’animal est persuadé que les bêtes ont pris le pouvoir. – « Nous, hommes, sommes au pouvoir depuis bien plus longtemps que vous et nous le resterons à tout jamais !

Ce n’est pas une vulgaire bête de zoo qui va pouvoir prouver le contraire. » dit-il d’un ton hautain – « Nous sommes b – « Voyons ! L’union n interrompit l’homme – « Vous êtes d’une i n’êtes qu’un homme, singe OUF mené page vous et… » inné connu ! » le ! Ma fois, vous loir. » prononça le – « C’est drôle d’entendre cela de la bouche d’un animal qui a été et restera toujours notre cobaye principal. » déclara-t-il en se moquant – « C’est vrai, il a fallut sacrifier quelques uns des nôtres mais tout

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
cela en valait la peine.

Nous sommes maintenant plus forts que sou, nous contrôlons le monde. Grâce à nos page nos espions qui n’étaient que de vulgaires animaux de compagnie pour vous, nous avons tout appris sur vous, vos points forts et surtout vos points faibles. Quand on sait que près d’une famille sur deux en a au moins un, il ne vous restiez plus beaucoup de temps à la tête du monde. Pendant que vous étiez trop occupés travailler, nous nous rassemblions pour mettre à bout notre plan qui était de vous remplacer. » indiqua l’animal – « Mais… Je… » – « Vous ne savez plus quoi dire n’est-ce pas ?

Vous avez été élément naïfs à croire que nous étions si innocents car oui, même les bébés labradors que vous, humains, trouvez si mignons, ont été très utile pour accomplir notre plan. Peut-être que si votre soif d’or et de pouvoir n’étaient pas si énorme et distrayante, nous aurions eu du mal, mais c’est aujourd’hui chose faite, nous contrôlons le monde et le rendons meilleur. » ajouta le – « Vous nous avez peut-être eu une fois, certes, mais nous sommes très intelligents et nous saurons contre-attaquer. Nous irons même jusqu’ faire une révolution s’il le faut ! Dit l’homme avec fierté « Il est bien trop tard pour cela ! En sachant que vous n’êtes déjà pas très nombreux et que certains humains sont pour le fait que nous ayons pris le pouvoir, vous ne ferez pas le poids. » exprima le singe – « Soyons réalistes, qu’allez-vous faire de plus que nous ? Vous n’êtes pas Dieu je 2 FO n’êtes pas Dieu je vous le rappelle. » poursuivit l’homme – « Ce que nous allons faire ? Le contraire de VoUs tout simplement. Regardez autour de vous, depuis que vous n’êtes plus au pouvoir, il n’ a plus de guerre dans le monde !

Cela prouve bien que c’était la faute des hommes. » répondit la bête « En réalité, vous tentez d’instaurer le paradis sur Terre, c’est sur que cela marche aujourd’hui mais les hommes et les animaux ne s’entendront jamais. Après le sale coup que vous nous avez fait, nous ne VoUs pardonnerons jamais. Et puis, ne l’oubliez pas, le paradis n’existe qu’après la mort et cela seulement pour les humains. » osa l’homme – « Si vous n’étiez pas focalisé encore une fois sur votre envie de pouvoir et de reconnaissance, vous auriez vu que tout ce passe bien pour une fois dans le monde.

La plupart des gens sont heureux, certains hommes veulent être au pouvoir certes mais la ajourée nous ont laissé une chance et sont maintenant satisfaits de notre travail. Vous êtes si borné que vous ne voyez pas le plus important : le bonheur des vos confrères. » déclara l’animal avec beaucoup de convictions L’homme, fatigué de trouver d’autres arguments pour faire avancer le débat, sort de sa poche un couteau et tente de poignarder le singe. Lui, réussit à détourner le coup pour le rédigée vers I 3 FO couteau et tente de poignarder le singe. Lui, réussit à détourner le coup pour le rédigée vers l’homme.

Il donne alors un premier coup de couteau mais l’homme bouge encore. « Vous n’êtes pas si différents de nous… » dit-il à bout de souffle Le singe tente à nouveau de tuer l’homme en donnant le deuxième coup de couteau. – « Je savais que ce nouveau monde ne pouvait être tout rose… Je comprends mieux maintenant ce que vous avez fait de mes amis qui furent disparus depuis un long moment. Vous tuez les gens en désaccord avec vous. Vous croyez que c’est la meilleure idée mais… » Le singe, contrarié par ce que l’homme dit, donne le coup final et finit par tuer l’homme sans aucun remords, ne le laissant même pas finir sa phrase.