Economie et politique de l entreprise

Economie et politique de l entreprise

SOMMAIRE SOMMAIRE 3 Chapitre 1. Nature et évolution de l’entreprise 5 l. Nature et responsabilités de l’entreprise 5 A. Les compétences necessaires pour faire fonctionner l’entreprise 5 A. B. V. Les trois responsabilités de l’entreprise 5 Evolution de la notion d’entreprise 6 L’économie précapitaliste 6 La faiblesse des rendements et de la productivité6 Le tournant de la Renaissance (fin XVème, début XVIème) 7 III. Le développement Le facteur des dév pp La révolution indu ielL Sni* to View IV. Evolution du XXèm Evolutions des sys e libéralisme et le capitalisme initial 8

Les réactions socialistes ou communistesg C. Le néocapitalisme9 pe occidentale7 Chapitre 2. L’entreprise « système organisé 10 I. Vision statique – l’entreprise cellule économique10 Il. Vision dynamique – l’entreprise système 10 Chapitre 3. Typologie des entreprises – classification sectorielle 10 I. Secteurs et branches 10 Il. Classification sectorielle (Clark) 1 1 III. Limites de cette typologie 11 Chapitre 4. Classification juridique 12 l. Les entreprises du secteur privé 12 Il. Les entreprises secteur public 13 III. Les entreprises du secteur de « l’économie sociale »13

Chapitre 5. Classification dimensionnelle – croissance, L’école des Relations Humaines 14 III. L’école mathématique 14 IV. L’école des systèmes sociaux 14 V. L’école socio-technique 15 VI.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
‘école néo-classique : les trois vagues 15 Chapitre 1. Nature et évolution de l’entreprise l. Nature et responsabilités de l’entreprise A. Les compétences nécessaires pour faire fonctionner l’entreprise Pour optimiser une entreprise, il faut maîtriser trois compétences globalement • Les compétences techniques Les compétences managériales Les compétences heuristiques

Des savoir-faire spécifiques qu’on retrouve dans les services opérationnels (qui sont la logistique, la production et la vente) et les services fonctionnels de l’entreprise (qui sont l’activité en soutien des services opérationnels comme la facturation, entretien, la recherche par exemple). Il faut améliorer chaque élément en soi. On touche ici les savoir-ëtre relationnels (comme les qualités humaines) et interpersonnelles dans l’entreprise tel que la qualité de vie au travail, des relations au travail, la motivation, la participation, la communication.

Les compétences heuristi OF l’entreprise. B. Les trois responsabilités de l’entreprise On s’attend à ce que l’entreprise respecte trois responsabilités . La responsabilité d’enjeu économique La responsabilité humaine (social) La responsabilité sociétale On demande à l’entreprise une efficacité, qu’elle soit efficace et qu’elle produise de la richesse (c’est-à-dlre qu’elle vende plus cher que ce que ça lui coûte car cette plus-value permet de rémunérer les acteurs et de progresser (innover). C’est la plus vieille responsabilité. La responsabilité humaine, sociale.

Plus récent, elle consiste à se dire pourquoi l’entreprise est ertueuse, positive en termes de gestion de remploi, de respect et d’équilibre social. Il n’y a pas d’entreprises fantômes, on a toujours du personnel. L’entreprise a la responsabilité et la qualité du fonctionnement humain, des conditions de travail, un respect de la personne dans (et en dehors de) l’entreprise. L’entreprise est un lieu d’échange humain, de vie. Cette prise de conscience est plus récente. Celle qui va plus loin que celle sociale car elle touche tout le monde, toute la société.

C’est une préoccupation très récente. La responsabilité sociétale, c’est se poser la question « quelle est la esponsabilité de l’entreprise au-delà de celle sociale ? Il s’agit de l’équilibre social, il faut onne gouvernance qui est PAGF les respecte. Respecter l’environnement, ça peut s’agir de l’entreprise comme les fournisseurs. Respecter la loyauté des pratiques, bon fonctionnement des marchés. Parmi les différents éléments c’est celui qui est le moins bien respectés : le respect du consommateur. Est-ce que l’entreprise respecte le consommateur ?

Certaines entreprises ne les respectent pas. Le respect de l’économie locale, c’est-à-dire qu’une entreprise c’est aussi une locomotive d’activité locale. Elle a une responsabilité en termes de localisation car elle dynamise le lieu où elle s’implante. Elles ne payent pas d’impôts pendant quatre ans et souvent après ces quatre ans elles partent. Il. Evolutlon de la notion d’entreprise A L’économie précapitaliste On l’appelle aussi l’économie archaïque qui a précédé la Renaissance. Elle se situe au tournant du XVIème siècle.

L’activité de Féconomie au cours du Moyen-âge, l’entreprise fonctionnait dans une économie de subsistance caractérisée par quatre éléments : La faiblesse des échanges La faiblesse des rendements et de la productivité La prédominance du système agricole La stagnation économique et démographique La faiblesse des échanges, faible volume des échanges dans l’économie. Au départ ressentiel de la production est autoconsommée derrière peu d’échange sont constatés et peu de moyen facilite ces échanges : la rareté et les coûts des moyens de transports, l’insécurité.

La faiblesse des rendeme PAGF OF ductivité rapport à une heure de travail par exemple. Il y a peu de source d’énergie maîtrisée. Les seules sources connues sont : la force humaine, la force animale, la chute d’eau et le vent. L’organisation de l’entreprise est assez rudimentaire. L’entreprise tourne avec un noyau familial et ils emploient quelques personnes avec un début de structure hiérarchique (on a une structuration minimum) : On a le maître, l’ouvrier et l’apprenti. Le temps d’apprentissage est très long ce qui n’est pas favorable à l’entreprise (En moyenne c’est entre cinq et dix ans).

Seule la maîtrise permet de former des apprentis. On a un système assez flgé et le problème c’est que les maitres n’ont aucun intérêt ? faciliter l’évolution du système. Cela va mener à des révolutions. La prédominance du système agricole : L’économie archaïque tourne essentiellement autour de l’agriculture. de la production est occupée par la production agricole. 90% des populations habitent dans des villages. La stagnation économque et démographique. Stagnation économique car la production est consommée et que le reste qui donne lieu à des échanges ne génèrent pas de l’épargne.

Quand il n’y a pas d’épargne on n’a pas d’investissement. Stagnation démographique : la démographie évalue en zigzag, elle n’est pas stable. Cela est dû à cause des épidémies ou des problèmes de récoltes. Il faut attendre 1750 pour que la tendance monte. En raison de certains facteurs qui se rajoutent aux fléaux on a la forte mortalité infantile, les conditlons d’hygiène, de médecine et alimentaire. Ça ne permet pas de lutter contre ces fléaux. Il faut attendre les améliorations à partir du XVIIIème siècle.

C. Le tournant de la R PAGF s OF fléaux. Il faut attendre les améliorations à partir du XVIIIème siècle. C. Le tournant de la Renaissance (fin XVème, début XVIème) L’entreprise va commencer à se structurer, à grandir. Vont apparaitre des fonctions et hiérarchies nouvelles ; c’est la notion e contremaitre qui est une hiérarchie qui se glisse entre le maitre et l’ouvrier. Le maitre va petit à petit comprendre que pour dynamiser l’économie il faut développer son entreprise. Et il va donc engager des contremaitres.

Les maitres prennent des reculs, ils vont comprendre qu’on peut gagner plus en échangeant qu’en produisant. Ça va permettre de développer un peu l’économie. La taille des entreprises va commencer ? évoluer. Les Gobelins est la première grande entreprise en France : elle produisait des tapisseries. On a des manufactures privées et publiques. LJn ouvrier est propriétaire de ses outils, on une première dépossession des ouvriers. Le développement de certains moyens essentiellement les voies commerciales, les échanges avec les colonies grandis, la découverte de nouveaux produits et outils.

C’est le développement des échanges dans l’Europe qui va favoriser une dynamique commerciale qul va favoriser l’émergence de la bourgeoisie marchande que sont les anciens maîtres. Ill. Le développement de l’économie de l’Europe occidentale A Le facteur des développements A partir du XVIIème siècle le mouvement va s’amplifier et va enrichir les bourgeois. On accumule les capitaux et de la asse monétaire. On a tous les ingrédients pour assister à un développement du capitaliste commerciale et financier c’est à- dire la concentration des richesses des banques.

Le capitaliste commerciale va accompagner le d PAGF 6 OF c’est-à-dire la concentration des richesses des banques. Le capitaliste commerciale va accompagner le développement du capitaliste industrielle. On a une accumulation des richesses. Le XVIIIème siècle on assiste à une évolution démographique positive qui va permettre le développement de la main dœuvre et ça va permettre la capitaliste. D. La révolution industrielle Le XVIIIème c’est la maîtrise du traitement de la métallurgie, de la fonte. On arrive à produire de l’acier de qualité. C’est également la maitrise de la communication (télégraphe).

Ces grandes avancées continues au XIXème siècle avec l’électricité, le pétrole. On a au XVIIIème et XIXème siècles des progrès techniques, daccélération des échanges, de structuration de rentreprise. Cette technicité ne va pas toucher tous les domaines. On va améliorer les transports et l’organisation de travail et il y a une notion de productivité qui st importante. IV. Evolution du XXème siècle Ce siècle est décrit comme la troisième révolution industrielle marquée par essentiellement la mécanisation, la robotisation et l’automatisation.

C’est quand on a maîtrisé l’information et donc le système. Yun point de vue de l’entreprise il y a une volonté de réduire le temps de travail et d’améliorer les conditions de travail. Fin XIXème on a des conditions de travail extrêmement difficile. Ils travaillent tous les jours, on n’a pas de temps limite. Entre fin XIXème et fin XXème le temps de travail est divisé par deux. On a des contraintes psychologiques et psychiques. On a une meilleure assurance des travailleurs face aux risques des travailleurs. un système s’est structuré grâce aux caisses. Les syndicats vont a 7 OF des travailleurs.

Un système s’est structuré grâce aux caisses. Les syndicats vont avoir des rôles car ils ont favorisé l’équilibre. Depuis 1973 on a une dérégulation majeure de l’emploi, un chômage structurel qui est encore présent. Ce chômage a des conséquences : ‘équilibre des familles est en cause, c’est la famille qui subvient aux besoins. On est dans une impasse. On a un déséquilibre structurel majeur entre l’offre et la demande d’emploi. Sur le marché il n’y a pas les compétences attendues par les employeurs. Evolution des mentalités par rapport à l’entreprise.

Le patron est devenu une référence. Dans les années 90 on a regardé l’entreprise avec un œil suspicieux mais jamais eut de rejet, ça reste positive la vision de l’entreprise jusqu’à aujourd’hui. Le modèle de l’entreprise reste un modele positive. V. Evolutions des systèmes d’économie A Le libéralisme et le capitalisme initial Adam Smith (1776) : il y a accumulation de richesse et formation e capital grâce à trois lois : La 101 de l’offre et de la demande : c’est-à-dire le marché fonctionne grâce à la libre confrontation entre une demande d’un côté et une offre de l’autre.

La loi de la division du travail : lorsqu’on divise le travail de façon règlementaire, on a une productivité qui augmente d’une façon exponentielle. La loi de l’accroissement du capital : le capital investi génère une production qui est vendue et qui génère un revenu. Une partie seulement de ce revenu est dépensée et l’autre partie est épargnée donc augmente le capital qui va à son tour permettre e régénérer une production, etc.

Ces trois lois vont assurer l’essor économique industriel cependant elles restent rudimentaire our cependant elles restent rudimentaire pour ce qui est de la situation sociale du travailleur. On dit que c’est trois lois génèrent, de façon explicite, une quatrième 101 ; la loi d’Airain qui fonctlonne de la façon suivante ; Lorsqu’un offreur (producteur) propose un bien au-dessus du prix d’équilibre (z du prix du marché) il a la contrainte de réduire le prix pour conserver son marché. ?tant donné que l’ensemble des variables reste inchangé, la eule variable sur lequel le producteur pourra agir est le prix du travail. Pour baisser le prix de vente, il baissera le prix du travail. Cette baisse du prix du travail entraine un appauvrissement du travailleur qui entrainera une baisse d’achat, une perte de productivité et donc une hausse du chômage (cercle Vlcieux).

B Les réactions socialistes ou communistes L’idée tenue de tous les mouvements en réaction socialistes ou communistes est d’éviter le contre-coût négatif et de mieux réguler le système (éviter l’appauvrissement, la dérégulation). Quelle que soit la solution, l’idée est de se dire que la source de richesse n’est pas que le Capital. Il faut trouver une solution qui permet une plus juste rémunération du travallleur plus homogène, plus équitable (z le surplus pour les travailleurs voire exclusivement pour eux).

Ily a différents mouvements que nous pouvons citer : Le socialisme utopique : utopique car cela n’a jamais fonctionné (ex : l’associationnisme qui repose sur Vidée de la remise en cause de l’argent) Les mouvements socialistes communistes : le socialisme ne s’attaque pas à l’idée de propriété au sein de l’entreprlse mais lutôt de comment mieux socialisme ne s’attaque pas à l’idée de propriété au sein de l’entreprise mais plutôt de comment mieux répartir les richesses ?

C Le néocapitalisme Le néocapitalisme est la phase d’expansion du capitalisme, commencée après la Seconde Guerre mondiale et qui se caractérise par la concentration internationale des capitaux et le développement des firmes multinationales. Il a évolué au cours du temps, on parle d’un capitalisme sociétal. Il y a un modèle qui domine, celui du libéralisme avec un marché le plus libéral pour les capacités d’échanges. Il ne s’agit pas de réguler seulement l’entreprise, il s’agit de la socialiser également Chapitre 2.

L’entreprise « système organisé » I Vision statique – l’entreprise cellule économique La première mission de rentreprise est une vision plutôt statique, partiel qui voit l’entreprise comme une cellule économique qui a comme mission de produire des biens ou des services dont les fruits de la vente dépasse le coût de ces coûts de production et d’élaboration créant ainsi des richesses et en parti sont réinvesti dans le système productif. La pensée libérale pure a été odifiée.

En 1929 Hoteling qui remet en cause l’homogénéité des produits permet la mise en concurrence peuvent être gêné par l’homogénéité des produits et sen’ices. Exemple d’homogénéité la différence de qualité entre des produits et des services. En 1930 Frisch introduit la théorie paramétrique l’entreprise dispose de plusieurs paramètres pour influencer un marché ça peut être aussi un effort de communication. En 64 Chamberlain qui reconnait que cette différenciation peut conduire une concurrence monopolisti ue_ L’entreprise peut être sur un marché concu