Économie

Économie

Droits de propriété : droit dont dispose le propriétaire d’un bien pour l’utiliser comme il le souhaite, ou pour le vendre. Marché : lieu de rencontre réel ou fictif entre une offre et une demande ; cette rencontre about it à la formation d’un prix (dit prix de marché) sur la base duquel s’effectueront les échanges marchands. Économie de marché : système économique qui accorde un rôle central aux mécanismes du marché pour assurer la régulation des activités économiques.

Marché concurrentiel : La caractéristique clé d’un marché concurrentiel est qu’aucune action devient « preneur de prix Ce modèle du marché concurrentiel suppose aussi que les vendeurs offrent des produits identiques. A/ LES MARCHES SONT DIVERS . Dans son sens courant, le marché est le lieu où se rencontrent physiquement des vendeurs (les producteurs) et des acheteurs (les consommateurs) qui vont échanger des marchandises et s’entendre sur le prix. On parlera ainsi des halles, du marché aux fleurs, du marché aux puces…

Au sens économique, le marché est un système d’échange qui permet la rencontre d’une offre et d’une demande ce qui about it à la formation d’un prix et à un échange de marchandises biens, services, travail, capitaux). Il existe

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
autant de marchés que de biens ou de services échanger : le marché des livres ou du téléphone mobile, le marché des montres ou celui des poissons, le marché des maisons individuelles ou celui des actions… Pour s’ retrouver, les économistes considèrent qu’il existe trois grands types de marché.

Les marchés de biens et de services visent à satisfaire la demande de biens et de services destinés à la consommation (biens et services de consommation) ou la production d’autres biens et services (biens et services de production) Le marché du travail est le lieu où se rencontre pouffer de travail des travailleurs qui recherchent un emploi (les offreurs de travail sont des demandeurs d’emplois) et la demande de travail qui émane pour l’essentiel des entre risées qui ont besoin de main d’?ivre et qui offrent des 2 FO s besoin de main d’?ivre et qui offrent des emplois.

Les marchés des capitaux permettent la rencontre entre ceux qui détiennent des capitaux (les épargnants) et ceux qui ont besoin de cap?taux, notamment pour investir (les entreprises, l’état). Ces différents marchés sont reliés les uns aux autres. Les arches sont interdépendants. Toute modification des prix sur un marché a des répercussions sur le prix des autres marchés. Ainsi, une hausse du chômage (marché du travail) pèse sur la hausse du pouvoir d’achat des salariés.

Il s’en suit un ralentissement de la demande de biens qui, pour une offre inchangée, devrait entraîner une baisse du prix des biens (marché des biens), ce qui peut provoquer la faillite des entreprises les moins compétitives et une montée du chômage (marché du travail). Parallèlement, les ménages vont moins épargner ce qui va diminuer l’offre de capitaux et, pour ne demande Inchangée, faire monter le taux d’intérêt (marché des capitaux). Cette hausse de l’intérêt va rendre plus difficile l’investissement des entreprises et va ralentir la création d’emplois (marché du travail)…

La crise des marchés financiers américains en 2008 a ainsi provoqué un effondrement de la demande sur le marché des biens et une montée du chômage sur le marché du travail au niveau mondial. On peut donc définir une économie de marché comme un système économique réguler par les lois de l’offre et de la demande et la flexibilité des prix. Ce système s’oppose à la planification étatique où les prix et les quantités sont fixés tourmenteraient par 3 FO s s’oppose à la planification l’état comme c’était le cas en OURS et dans les pays du camp « socialiste ».

De ce point de vue, la monopolisation peut être considérée comme le processus d’extension de l’économie de marché à l’ensemble de la planète. L’échange. Pour que péchant ait lieu, il faut être certain que la propriété du bien acheté ne sera pas contestée par une autre personne et que les droits du propriétaire seront reconnus (lutte contre a contrefaçon par exemple). Le droit de propriété protège de la spoliation et permet l’échange.

La monnaie est également indispensable aux échanges car elle permet d’évaluer les biens dans une unité monétaire commune, elle évite la recherche d’un couchantes (moins de perte de temps) et facilite l’épargne (instrument de réserve). Ces deux institutions ne peuvent relever que de l’état qui les prend donc en charge au nom de l’intérêt général. Il doit garantir le droit de propriété par des lois et un appareil judiciaire chargé de les faire respecter. Il doit garantir le pouvoir d’achat de la monnaie en luttant contre l’inflation. Ceci montre que l’état et le marché sont complémentaires.

Outre le droit de propriété et la monnaie des organisations nationales et supranationales sont chargées de surveille à la libre concurrence et supranationales sont chargées de surveiller les atteintes à la libre concurrence et de les sanctionner. L’état protège ainsi les consommateurs en surveillant en interdisant que des entreprises s’entendent sur les prix au détriment des consommateurs (l’idée consiste à se mettre d’accord sur un prix minimum en dessous duquel chaque concurrent accepte de ne pas descendre : cela fausse la concurrence et empêche les consommateurs de profiter de prix bas).

En France, c’est l’autorité de la concurrence qui est chargée de cette mission. Pour l’union européenne elle incombe à la commission européenne chargée de la concurrence, et au niveau mondial à l’organisation mondiale du commerce (ONCE). Notons également qu’il existe des limites à l’échange marchand. En effet, des règles de droit déterminent ce qui peut ou non être échangé, conformément aux valeurs morales et aux choix élitistes en vigueur dans la société. Ces restrictions ne sont pas les mêmes selon les époques et les lieux.