Ecjs

Les liens familiaux ! Etonnant: un tiers des hommes preferent leur… belle-famille! Le mythe de la relation forcement tourmentee avec la belle-famille – en particulier la belle-mere – en prend en sacre coup: selon une enquete conduite par le magazine Reader’s Digest, 62% des Belges (ages de plus de seize ans) entretiennent de bons, voire d’excellents contacts avec la famille de leur conjoint(e). Les hommes se distinguent, puisqu’un tiers affirment que les rapports avec la belle-famille sont meilleurs qu’avec leurs propres proches parents.

Les femmes ne sont que 9% dans ce cas. En tout etat de cause, ceci explique la raison pour laquelle 36% des messieurs – 12% des dames – indiquent faire plus facilement appel a leur belle-famille pour des petits travaux a realiser dans la maison. Ceci etant, trois quarts des Belges se rejouissent des liens qui les lient a leur famille, qu’ils rencontrent regulierement pour bavarder autour d’un verre ou d’un bon repas. Les contacts sont onsideres comme `frequents, chaleureux et ouverts?. Toutefois, ce sondage montre aussi qu’une personne sur quatre qualifie sa situation familiale de mauvaise a deplorable. Les jeunes et les personnes d’age moyen (jusqu’a quarante-cinq ans) manifestent une attitude plus positive que les generations qui les

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
precedent. Ils eprouvent plus frequemment, a l’egard de leur famille, des sentiments de reconnaissance, de joie, de bonheur et de fierte.

Les dix-huit a trente-cinq ans accomplissent davantage d’activites avec leur entourage familial, comme diner au restaurant, effectuer des travaux, partir en excursion, ou faire du shopping. Par ailleurs, plus de huit jeunes sur dix voient leur famille au moins une fois par semaine (contre 65% tous ages confondus). Mais la famille peut egalement devenir source de tensions: un tiers des sujets interroges estime qu’elle s’immisce trop dans leur vie privee, alors que 20% se disent irrites par le fait qu’ils ne se sentent pas toujours traites comme des adultes.