echanges cmciaux renaissance

echanges cmciaux renaissance

PLAN I – L’impact des Grandes Découvertes sur le commerce 1- Le contexte et les causes des Grandes Découvertes 2- Les Grandes Découvertes et leurs conséquences Il – Les courants commerciaux à la Renaissance entre l’Europe et le reste du monde 1- Les débuts du commerce triangulaire avec l’Afrique et l’Amérique 2- Les échanges avec l’Asie (la route des épices) Ill — Les courants commerciaux à la Renaissance au sein de l’Europe 1- La Hanse 2- La façade atlantiqu Comment évoluent/s cours de la Renaissa En quoi les Grandes du commerce intern ran or 18 Snivxto nts commerciaux au européenne ? l’Europe au centre Dans quelle mesure puissance conomique et puissance politique sont-elles liées dans les relations commerciales à la Renaissance ? I – L’IMPACT DES GRANDES DÉCOUVERTES SUR LE COMMERCE 1 ) Antériorité et mobiles des grandes découvertes Situation économique au XVè siècle . Fin du XVème siècle : env 90 % de la pop européenne vit à la campagne. L ‘économie agricole = dépression + quasiment pas évolué depuis le XIIIème siècle. Elle est sujette aux variations climatiques, les rendements étant variables en fonction du caractère rude ou non des hivers.

Et si l’on observe un développement, dans

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les espaces urbains, de l’industrie et des secteurs du luxe tels que l’ébénisterie ou la verrerie, il ne s’agit là que des prémices d’activités nouvelles. sont, en plus de l’agriculture, d’autres traits de l’économie ancienne. L’acheminement de marchandises par les routes terrestres est rendu problématique du fait de la vétusté et de l’archaïsme des voies de communications (chemins mal entretenus) et des moyens de transports (lourds attelages tirés par des bêtes). Le commerce reste cependant plus facile en Europe occidentale où la densité de population est relativement ?levée. Les convois sont naturellement moins sujets aux vols). Conscients de la difficulté qu’il y a à acheminer les marchandises par voies terrestres, les européens privilégient déjà, et ce depuis le Moyen Age, les routes maritimes pour le transfert des matériaux à travers le continent. Les zones les plus prospères de ce commerce intra-européen sont la mer méditerranée (dominée par les marchands vénitiens et génois), la mer Baltique et la mer du Nord (dominées par les villes de la Hanse) ainsi que la façade l’Atlantique.

Ces routes maritimes éclipsent peu à peu les routes errestres. Par ailleurs, si les grandes découvertes allaient être à l’origine du développement du commerce international, il existait déjà, au XVè siècle, des échanges qui dépassaient l’ échelle européenne. En Afrique septentrionale, du Maroc à l’Égypte, le monopole économque était détenu par les marchands islamiques. Cependant les européens connaissaient les lieux et des marchands chrétiens étaient installés dans les villes de Marrakech, Tunis et Alexandrie.

Ils échangeaient les produits du vieux continent au Maghreb contre l’or de Guinée et à Alexandrie ontre la soie et les épices d’Extrême Orient apportés par les marchands arabes. On observait donc d 18 la soie et les épices d’Extrême Orient apportés par les marchands arabes. On observait donc déjà, dans une dimension encore faible, un commerce international qui se dessinait mais les européens ne bénéficiaient d’aucun monopole et passaient par des intermédiaires, ce qui impliquait logiquement une hausse des prix.

Finalement seuls les Portugais étaient réellement implantés en Afrique. Le XVè siècle voit en effet la nation ibérique explorer méthodiquement la côte occidentale. 431 : Les navigateurs Portugais découvrent l’archipel des Açores 1444 : décrouvrent l’archipel du Cap Vert 1471 : franchissent la ligne symbolique de l’Équateur 1482 : atteignent l’embouchure du Congo L’entreprise du royaume lusitanien consiste à monopoliser les réserves aurifères de Guinée.

Ces découvertes africaines précipitent également la traite esclavagiste. Les mobiles économiques : pénurie de métaux précieux en Europe depuis le XIVè s s’aggrave ap 1450 avec l’essor démographique + dvp des échanges cmciaux + progrès ds secteur du luxe argent des Balkans + or de Guinée ne suffisent plus Se développe une véritable soif de l’or. (f/ motiva’ qui avait nourri le projet des Portugais de longer les côtes d’Afrique pour accéder directement aux métaux du golfe de Guinée.

Colomb et les autres explorateurs = eux aussi animés par cette fièvre aurifère (Nsce du mythe de l’Eldorado). 1er mobile économique des Grandes Découvertes car le métal doré s’avère être indispensable aux échanges commerciaux du fait de la fascination qu’il exerce sur les hommes. Les épices sont également sujettes à la demande mais dans une m hommes. demande mais dans une moindre mesure. Poivre + cannelle indisp domaine pharmac. + conservao viandes (+ goût viande périmée) MAIS proviennent d’Inde // soie.

CEPDT importa0 en Europe = assurée par marchands italiens qui se procurent la marchandise dans les comptoirs de Crimée + ports méditerranéens d’Orient en commerçant avec les marchands arabes (cf : Port de Caffa appartenant à Gênes depuis 1241). Expansion Ottomane prive les Italiens de certains de leurs comptoirs en Crimée MAIS n’endigue pas le trafic italo-arabe de façon totale. Rnsce : dvp de s « états-souverains » émgce nvelles pbtiques géopol, nvx rapports de force.

Csqce : ce trafic, capté en grande partie par les marchands italiens, n’est pas du goût des portugais ap 1460, envisagent d’atteindre directement les pays producteurs d’épices en empruntant le cap de Bonne-Espérance. Objectif : se placer en situation de monopole en étant pst sur les terres prod d’épices pour se les procurer pour – cher besoin d’esclaves = un des pcpx mobiles éco des GD. portugais = victimes d’une pénurie de main d’œuvre ds leurs plantations sucrières de l’Algarve, au Sud du pays + pour leurs colonies à Madère (occupée à partir de 1430) et aux Açores(occupées à partir de 1432).

L’Exposé est basé sur des problématiques d’ordre économique mais il est important de rappeler que les mobiles étaient d’ordre multiples et qu’ils n’avaient rien de contradictoire. Pour les conquistadores il n’y avait donc aucun problème de conscience ? allier les mobiles économiques et les mobiles religieux. Ils 8 aucun problème de conscience à allier les mobiles économiques et les mobiles religieux. Ils étaient en effet animés d’un double désir, celui de s’enrichir et celui de propager la foi du Christ) 2 – Les Grandes Découvertes et leurs conséquences VOYAGES

Recherche par les Européens de voies commerciales alternatives aux routes commerciales continentales comme la route des épices après la prise de Constantinople (1453) par les Ottomans + leur domination sur l’est du bassin méditerranéen. (routes cavanières vers l’Extrême-Orient et les Indes fermées. ) Marins embarquent s/ caravelles, navires conçus pour la haute mer, munis des toutes dernières nouveautés (compas de route, astrolabe, quadran et tables de déclinaison) Portugal Dès le XVème S. : 1ère phase des grandes découvertes. Sous l’impulsion du prince Henri le Navigateur.

But des Portugais : faire du commerce. (surtout intéressés par le commerce des épices) Projet purement économique : volté monopole s/commerce des épices + passer des accords avantageux avec les vendeurs locaux en Asie. Partent vers l’Est par l’Océan Atlantique puis Indien pour arriver aux Indes. 1444 : Portugais atteignent le cap Vert. (découverte de la côte africaine) 3 février 1488 : Barthélémy Diaz au Cap de Bonne-Espérance. Contourne la pointe de l’Afrlque : preuve d’un passage entre l’Afrique et l’Asie — possible d’atteindre les Indes en passant par l’Océan Atlantique et l’Océan Indien. mai 1498 : Vasco de Gama atteint les Indes. Prend Calicut aux mains des Musulmans. Obiectif atteint : les épices ant acheminées par par l’Océan Atlantique. Portugais obtiennent le monopole du commerce des épices donc fin du monopole italien. 22 avril 1 500 : Cabral découvre le Brésil. (seule terre où les portugais exploitent les richesses : canne à sucre) Espagne Christophe Colomb : navigateur gênais (italien) au service du Roi d’Espagne (Ferdinand d’Aragon) et de la Reine (Isabelle de Castille). Essaye d’atteindre les Indes par l’Ouest. 12 octobre 1492 : Arrive à Cuba (qu’il pense être l’Asie). oyages par la suite. Mais le terme « Amériques » n’apparaît qu’en 1507. Magellan (portugais) : tour du monde (1519-1521) à la demande de Charles Quint, roi d’Espagne. 1ère circumnavigation. Découvre le passage entre Océan Atlantique et Océan Pacifique (détroit de Magellan) : preuve que la terre est ronde. Mais les épices sont trop chères et le voyage beaucoup trop long par rapport à la route portugaise : échec économique. Magellan meurt aux Philippines en 1521 Juan Sebastian Elcano France Il faut attendre François 1er (roi de 1515 à 1547) pour un intérêt pour les grandes découvertes. 24 : Verrazzano envoyé par François 1er à Terre-Neuve : dt explorer terre entre Floride + Terre-Neuve pour y trouver 1 accès à l’océan Pacifique. DS ce qui est mtn la Caroline du Nord, croit apercevoir l’océan Pacif c’était le lagon de la baie de Pamlico (130 km long) : erreur qui conduisit les dessinateurs de cartes à représenter l’Amérique du Nord quasiment coupée en deux parties reliées par un isthme. Cette interprétation erronée mit un siècle à être corrigée. 534 : Jacques Cartier remonte le fleuve Saint-Laurent au Canada (navigateur français, né à Saint-Malo, chargé par François 1er de 8 fleuve Saint-Laurent au Canada (navigateur français, né à Saint- Malo, chargé par François 1 er de rechercher, au nord du Nouveau Monde, un passage vers l’Asie. trois voyages effectués entre 1 534 et 1542, Cartier ne découvre pas ce passage mals il remonte le fleuve Saint-Laurent, découvre Montréal et Québec, rencontre des populations amérindiennes tels que les Algonquiens et les Iroquois avec qui il établit des relations cordiales.

Prend posses• de cette terre « Canada » Angleterre 24 juin 1497 : John Cabot (Vénitien au service de l’Angleterre) explore Labrador et Terre-Neuve au Canada. Recherche rte des Indes vers l’Ouest. Français et Anglais sont à la recherche de richesses mais surtout d’un passage vers l’Asie par l’Ouest. (Car toutes les autres routes ont déjà été essayées). Échec économique. Rôle limité dans les grandes découvertes. CONSEQUENCES Culturelles : nouvelles connaissances géographiques et scientifiques. Politiques Début des colonisations.

Grandes découvertes à l’origine de la fondation des empires coloniaux espagnols et portugais. But des Portugais : faire du commerce mais implantent au Brésil une colonie de peuplement, exploitent des esclaves. Espagne (ambition différente de celle des Portugais) cherche ? conquérir des terres (œuvre des Conquistadors plus que des rois) : fondation de royaumes 1519-1522 La Nouvelle Espagne ; peuple aztèque 1530-1533 La Nouvelle Castille ; peuple inca) L’Espagne et le Portugal se partagent le monde maritime à la suite du traité de Tordesillas (7 juin 1494) qui partage les mers en 2.

Economiques Espagne domine l’Europe, devient la 1ère psce éco d’Europe. Afflux considérable de métaux 7 8 Afflux considérable de métaux précieux venus du Nouveau Monde (exploitations d’or et d’argent en Amérlque par l’Espagne). Déclin de la Mer Méditerranée au profit de l’Océan Atlantique. Depuis la découverte par les Portugais de la nouvelle route par l’Océan Atlantique puis Indien, perte du rôle d’intermédiaire des ports méditerraneens dans le commerce des épices. Au XVème S : économie européenne est limitée à Vltalie du Nord et aux Pays-Bas. A présent l’économie se mondialise.

Hégémonie de l’Europe sur le monde (qui dure jusqu’à la fin du XIXème S. ) Espagne et Portugal sont les grands bénéficiaires de ces grandes découvertes. Mais cela profite indirectement au reste de l’Europe. Il – LES COURANTS COMMERCIAUX A LA RENAISSANCE ENTRE L’EUROPE ET LE RESTE DU MONDE 1) Nouvelles routes commerciales transatlantiques et débuts du commerce triangulaire Nouvelles routes commerciales transatlantiques (l’exemple de l’Espagne et de la ville de Séville) GD émgce nvx courants cmciaux. Métaux précieux = largement exploités + importés en Europe.

CEPDT 1 gde partie provient des pillages de l’exploita 0 minière qui ne cmce qu’en 1 530 + devient réellement organisée fin XVIe Mine d’argent de Potosi en Bolivie (mise en explo•ta0 à partir de 1546) + réserve aurifère de Guanajuato au Mexique (début es activités en 1 558) = gisements importants. Métaux d’Am — aubaine pour les europ. Traversée transatlantique = longue (12 mois AIR Esp Am) MAIS gisements abondants + faible ct de main d’oeuvre. Séville = ville qui tire le + profit de l’exploita 0 aurifère. Polarise flux 8 Séville ville qui tire le + profit de l’exploitan aurifère.

Polarise flux métaux précieux grâce à la Casa de Contratacion. Si la ville reçoit des produits de nature diverse en provenance d’Amérique (cuir, café etc… ), les commerces aurlfère et argentifère = les lucratifs. Casa de contratacion = agence commerciale agissant u nom de la famille royale de Castille, qui est chargée de veiller au monopole des espagnols sur les métaux précieux. L’agence a également joué un rôle très important dans la formation des nouvelles routes maritimes. Elle est à l’origine de la cartographie des axes transatlantiques et permet ainsi de stabiliser les itinéraires américano-européens.

Le commerce triangulaire GD émgce commerce triangulaire qui va structurer le mde jsq•au XIXe s, place les europ au centre d’I pcssus de mond0 des échanges éco. Europ les 1 ers à avoir exploité la main d’oeuvre af : VIIIème siècle, arabes s’implantaient s/ le continent organisaient une traite orientale. fin du XVème siècle, à la suite des Grandes Découvertes, que ce trafic humain s’est réellement organisé sous la direction des occidentaux. Portugais = 1ers europ à exploiter réellement l’Afrique (explora 0 des côtes af par ex).

Exploitao de l’Af – antérieure à la découverte du NV Mde. Psb que la traite occidentale cmce en 1444 lsq les 1 ers esclaves razziés de la côte Atlantique = vendus au sud du Portugal (Algarve) subvenir au besoin de main d’oeuvre ds les plantag sucrières locales. Culture sucrière ds iles de l’Est de l’Atl (Madère + Açores) + s/ ontinent europ CEPDT : + gde partie de ce trafic = à destinao du NV Mde avec l’expansa coloniale + découverte de nvelles PAGF 18 + gde partie de ce trafic à destinan du NV Mde avec l’expansa coloniale + découverte de nvelles mat 1ères.

Popo rdtes en esclavage main d’oeuvre servile + nbrse. Découverte de nvx plans de canne à sucre notamment ds Carabes + iles découv par Colomb = regorgent de mat 1ères. Certains esclaves = envoyés en Europe pour les envoyés ensuite s/ le NV Mde pour exploiter ces matières 1ères. Indiens d’Am — victimes du choc microbien + europ = exténués par rudesse du ravail ne pvt plus assurer cette exploitan Cmce triangulaier va perdurer jsqlau XIXes + dessine mes courants cmciaux.

Logique de l’éco de plantao = fdée s/ flux régulier d’esclaves noirs conduits vers Antilles+ Am du Sud. 2 – Les échanges entre Europe et Asie Une des motivations des grandes découvertes : recherche d’épices à prix abordables. Jusqu’au XVème S. : épices transportées par caravanes ou par bateaux par les Arabes jusqu’aux grandes villes d’Occident (Constantinople). Les marchands italiens (surtout vénitiens) les redistribuaient en Europe via la mer Méditerranée. Mais ?pices chères à cause des nombreux intermédiaires.

Et à la suite de la chute de Constantinople (1453), les Turcs coupent les routes terrestes (échanges plus difficiles) et imposent des taxes (échanges plus chers). D’où une nécessité de trouver une voie maritime. Après la chute de Constantinople, course au monopole des épices est lancée : source de nombreux profits mais aussi conflits entre puissances européennes. Sociétés marchandes voient l’Orient comme une terre de prospérité et d’avenir pour l’occident. Inde pays riche en métaux et pierres précieuses, et en épices : peut assurer la fortune des marchands.