Droit et entreprises

Droit et entreprises

Il n’est pas rare qu’evoquant le droit, certains emploient l’expression de « science juridique ». L’expression ne doit pas tromper : cette matiere n’a pas l’exactitude que le terme science permet de supposer. Tout bon juriste repond rarement par oui ou par non, la formule « ca depend » debute nombre de ses reponses. Il est vrai qu’une meme situation tombe frequemment sous le feu croise de regles divergentes dont une part non negligeable sera constituee par des exceptions aux principes generalement connus.

Le terme science trouve, cependant, un debut de justification : le droit utilise des methodes d’analyse et de raisonnement rigoureux ainsi que des concepts a la signification precise ; une grande partie de ce premier cours constituera, en quelque sorte, une alphabetisation, au sens non pejoratif du terme. Difficile d’y echapper dans le cadre d’une introduction a un ensemble de matieres devant etre frequentees pendant cinq ans.

Nous tacherons d’y proceder de la facon la plus imagee qui soit en faisant appel aux exemples les plus quotidiens ; cela ne sera guere difficile car nous baignons, l’emploi du terme nager serait equivoque ou premature, dans le droit : certains d’entre vous ont conclu, pour venir en cours, un contrat de transport en achetant leur ticket de tram, les demeles

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
avec un proprietaire ou un voisin genant font partie de votre experience vecue sans compter des actes aussi courants qu’un paiement par carte bancaire ou la signature d’un cheque.

Le seul ecueil reside, parfois, dans le sens un peu different que nous retiendrons pour un concept juridique par rapport a celui entendu ou utilise dans notre langage de tous les jours. Cette rigueur de sens attribue aux concepts, principe commun a de nombreuses matieres, connait une exception remarquable, premiere d’une longue serie : ainsi le mot « droit ». Tantot, ce terme designe le droit positif, c’est a dire l’ensemble des regles juridiques : on parle alors de regle de droit ou meme de droit objectif.

Tantot, ce terme designe une prerogative dont peut se prevaloir une personne : le droit de propriete, le droit au respect de sa vie privee. Il ne s’agit plus DU droit mais d’UN droit ou DES droits ; on parle alors de droits subjectifs, par opposition au droit objectif. Ainsi le Droit objectif delimite les divers droits subjectifs ; l’etude devra en etre separee. Elle serait, toutefois, incomplete si elle ne s’attachait pas aussi aux titulaires de ces divers droits, personnes physiques ou personnes morales. Ce cours sera divise en trois grandes parties :

Titre I : La regle de droit ; Titre II : Les droits subjectifs ; Titre III : Les titulaires des droits subjectifs |TITRE I : LA REGLE DE DROIT | | | | | |Introduction | | | |A) Les caracteristiques de la regle de droit | | |B) La classification des regles de droit | | | |C) Historique de la regle de droit | | | | | | | | | | | | |Chapitre I : L’elaboration de la regle de droit | | | | | | | | | | | | |Section 1 : La loi | | | | | | | | | | | |I. Caracteristiques de la loi et place dans la hierarchie des textes | | | | | |A) Les caracteristiques de la loi | | | | | | |B) La hierarchie des textes | | | | | | | | | | | |II. Conditions d’application de la loi | | | | | |A) Entree en vigueur de la loi | | | | | | |B) Extinction de la loi | | | | | | | |1) Abrogation de la loi | | | | | | | |2) Annulation de la loi | | | | | | | | | | |III. Application de la loi | | | | | | |A) Application de la loi dans le temps | | | | | | | |1) Regles generales de solution des conflits de lois | | | | | | | |a) Regles applicables a la creation d’une situation juridique| | | | | | | | |b) Regles applicables aux effets d’une situation juridique | | | | | | | |2) Exceptions aux principes generaux de solution | | | | | | |B) Application de la loi dans l’espace | | | | | | | | |Section 2 : La coutume | | | | | | | | | | | | |Chapitre II : L’interpretation de la regle de droit | | | | | | | | | | | | |Section 1 : L’interpretation jurisprudentielle | | | | | | | | | | | |I. Les juridictions de l’ordre judiciaire | | | | | |A) Les juridictions du premier degre | | | | | | | |1) La juridiction de droit commun : le TGI | | | | | | | |2) Les juridictions d’exception | | | | | | | | |a) Le Tribunal d’instance | | | | | | | |b) Le Tribunal de commerce | | | | | | | | |c) Le Conseil de prud’hommes | | | | | | | | |d) Le tribunal des affaires de la securite sociale | | | | | | |B) La juridiction du second degre : la Cour d’appel | | | | | |C) La Cour de cassation | | | | | | | | | | | |II. Les personnes intervenant devant les juridictions de l’ordre judiciaire | | | | | | |A) Le personnel des juridictions | | | | | |B) Les auxiliaires de justice | | | | | | | | | |Section 2 : L’interpretation doctrinale | | | | | | | | | | | |I. Les methodes d’interpretation doctrinale | | | | | | | | | | |II. Les techniques de raisonnement | | | | | | | | | | | | | |Section 3 : L’interpretation administrative | | | | | | | | | | |TITRE II : LES DROITS SUBJECTIFS | | | | | | | | | | | | |Chapitre I : La classification des droits subjectifs | | | | | | | | | | | | |Section 1 : Determination de la notion de droit reel et de droit personnel | | | | | | | | | | | |I. Les droits reels | | | | | |A) Classification des droits reels | | | | | | | |1) Droits reels principaux | | | | | | | |2) Droits reels accessoires | | | | | | |B) La classification des choses | | | | | | |1) Classification fondee sur la nature de la chose | | | | | | | | |a) Les immeubles | | | | | | | | |b) Les meubles | | | | | | | | |c) Consequences de la distinction | | | | | | |2) Classification fondee sur l’appropriation des choses | | | | | | | | |a) Les choses avec proprietaire | | | | | | | | |b) Les choses sans proprietaire | | | | | | | |3) Classification fondee sur l’utilisation des choses | | | | | | | |a) Choses frugiferes et non frugiferes | | | | | | | | |b) Choses fongibles et non fongibles | | | | | | | | |c) Choses consomptibles et choses non consomptibles | | | | | | | | | | | |II.

Les droits personnels | | | | | | | | | | | | | |Section 2 : Portee de la distinction | | | | | | | | | | | |I. Interets de la distinction | | | | | | | | | | |II. Critiques de la distinction | | | | | | | | | | | | |Chapitre II : Le regime juridique des droits subjectifs | | | | | | | | | | | | |Section 1 : Le contenu du regime juridique | | | | | | | | | | | |I. La naissance des droits subjectifs | | | | | |A) La creation des droits subjectifs | | | | | | | |1) Les sources des droits subjectifs | | | | | | | | |a) Les actes juridiques | | | | | | | | | ? ) Les conditions de validite des actes | | | | | | | |juridiques | | | | | | | | |+ Conditions de fond | | | | | | | | |++ Inventaire | | | | | | | | |++ Sanctions | | | | | | | |+ Conditions de forme | | | | | | | | |? ) Effets des actes juridiques | | | | | | | | |+ Prise d’effet des actes juridiques | | | | | | | | |++ Insertion d’un terme | | | | | | | |++ Insertion d’une condition | | | | | | | | |+ Portee des actes juridiques | | | | | | | | |++ Effet obligatoire | | | | | | | | |++ Effet relatif | | | | | | | |b) Les faits juridiques | | | | | | | |2) Les modes d’acquisition des droits subjectifs | | | | | | | | |a) Les modes originaires d’acquisition | | | | | | | | |b) Les modes derives d’acquisition | | | | | |B) Le rassemblement des droits subjectifs dans le patrimoine | | | | | | | |1) Le patrimoine est une universalite juridique | | | | | | | |2) Le patrimoine est lie a la personne | | | | | | | | | | |II. L’extinction des droits subjectifs | | | | | | |A) L’extinction volontaire | | | | | | |B) L’extinction involontaire | | | | | | | | | | | | |Section 2 : La mise en ? uvre du regime juridique | | | | | | | | | | | |I. La preuve des droits subjectifs | | | | | | |A) La charge de la preuve | | | | | | |1) Principes | | | | | | | |2) Exceptions | | | | | | |B) Les modes de preuve | | | | | | | |1) Les divers procedes de preuve | | | | | | | |a) Preuves preconstituees | | | | | | | | | ? ) L’ecrit sur support papier | | | | | | | | | + Les actes authentiques | | | | | | | | | ++ Caracteristiques | | | | | | | | ++ Valeur probante | | | | | | | | | + Les actes sous seing prive | | | | | | | | | ++ Caracteristiques | | | | | | | | | ++ Valeur probante | | | | | | | | + Les autres ecrits | | | | | | | | | ? ) l’ecrit sous forme electronique | | | | | | | | |b) Les preuves a posteriori | | | | | | | |2) Le domaine d’utilisation des procedes de preuve | | | | | | | | | | |II. La procedure judiciaire | | | | | | |A) L’action en justice | | | | | | | |1) Les conditions d’exercice de l’action | | | | | | | |a) L’interet a agir | | | | | | | | |b) La qualite pour agir | | | | | | | |2) La classification des actions | | | | | | | | |a) Classification fondee sur la nature du droit | | | | | | | |b) Classification fondee sur l’objet du droit | | | | | | |B) L’instance | | | | | | | |1) Les parties a l’instance | | | | | | | |2) Les caracteres de l’instance | | | | | |C) Le jugement | | | | | | | |1) Le prononce du jugement | | | | | | | | |a) La classification des jugements | | | | | | | | |b) Les voies de recours contre les jugements | | | | | | | + Les voies de recours ordinaires | | | | | | | | ++ L’appel | | | | | | | | ++ L’opposition | | | | | | | | + Les voies de recours extraordinaires | | | | | | | ++ La tierce opposition | | | | | | | | ++ Le pourvoi en cassation | | | | | | | | ++ Le recours en revision | | | | | | | |2) Les effets du jugement | | | | | | | | | | |TITRE III : LES TITULAIRES DES DROITS SUBJECTIFS | | | | | | | | | | | | |Chapitre 1 : Les personnes physiques | | | | | | | | | | |Section 1 : L’attribution de la personnalite juridique | | | | | | | | | | | |I. L’acquisition de la personnalite juridique | | | | | |A) Le moment de l’acquisition de la personnalite | | | | | | |B) Les consequences de l’acquisition de la personnalite | | | | | | | |1) Inventaire des droits de la personnalite | | | | | | | |2) Regime des droits de la personnalite | | | | | | | | | | |II. La perte de la personnalite juridique | | | | | | | | | | | | | |Section 2 : Les attributs de la personnalite juridique | | | | | | | | | | |I. Le nom patronymique | | | | | | |A) L’attribution du nom patronymique | | | | | | | |1) L’attribution originaire | | | | | | |2) Le changement de nom | | | | | | | |3) L’adjonction de nom | | | | | | |B) L’utilisation du nom patronymique | | | | | | | | | | | |II.

Le domicile | | | | | | |A) La determination du domicile | | | | | | | |1) Determination du domicile par la volonte de la personne | | | | | | | |2) Determination du domicile par la loi | | | | | | |3) Determination du domicile par une erreur des tiers | | | | | | |B) Les caracteres du domicile | | | | | | | | | | | |III. La capacite juridique | | | | | |A) Les mineurs | | | | | | |B) Les incapables majeurs | | | | | | |C) Les epoux | | | | | | | |1) Regles communes a tous les epoux | | | | | | |2) Regles particulieres issues des regimes matrimoniaux | | | | | | | | |a) Le regime de la communaute legale | | | | | | | | |b) Les regimes conventionnels | | | | | | | | | + La communaute conventionnelle | | | | | | | | + La separation de biens | | | | | | | | | + La participation aux acquets | | | | | | | | | | | | |Chapitre 2 : Les personnes morales | | | | | | | | | | | | |Section 1 : Le regime juridique des personnes morales | | | | | | | | | | | |I. La naissance de la personnalite morale | | | | | | | | | | |II. Les attributs de la personnalite morale | | | | | | |A) Le nom | | | | | | |B) Le domicile | | | | | | |C) Le patrimoine | | | | | |D) La capacite juridique | | | | | | | | | | | |III. La disparition de la personnalite morale | | | | | | | | | | | | | |Section 2 : Les societes | | | | | | | | | | |I. Dispositions communes a toutes les societes | | | | | | |A) Constitution des societes | | | | | | | |1) Les conditions de constitution | | | | | | | |a) Le contrat de societe | | | | | | | | |b) L’accomplissement des formalites de publicite | | | | | | | |2) Les sanctions d’un defaut de respect des conditions | | | | | | |B) Fonctionnement des societes | | | | | | |1) La repartition des pouvoirs | | | | | | | | |a) Les organes de decision | | | | | | | | |b) Les organes de controle | | | | | | | |2) Le sort des benefices | | | | | |C) Dissolution des societes | | | | | | | | | | | |II. Dispositions specifiques | | | | | | |A) Les societes commerciales | | | | | | |1) La societe en nom collectif | | | | | | | |2) La societe a responsabilite limitee (SARL) | | | | | | | |3) L’entreprise unipersonnelle a responsabilite limitee (EURL) | | | | | | | |4) La societe anonyme | | | | | | | |a) La direction de la societe anonyme | | | | | | | | |b) La situation des actionnaires | | | | | | | |5) La societe par actions simplifiee (SAS) | | | | | | |B) Les societes civiles | | | | | | | | | | TITRE I LA REGLE DE DROIT INTRODUCTION Cette introduction comportera trois points : les caracteristiques de la regle de droit ; la classification des regles de droit ; l’historique de la regle de droit. A) Les caracteristiques de la regle de droit La regle de droit est, en premier lieu, une regle de conduite sociale qui tente de concilier un besoin de securite, permettre a chacun de savoir ce qu’il peut faire et ce qu’il peut ou doit tolerer des autres, et un besoin de justice.

En tant que regle de conduite sociale, la regle de droit est le reflet d’un etat de la societe a un moment donne dans un endroit donne ce qui explique l’extraordinaire diversite des systemes juridiques (un par pays), fruits d’une culture et d’une histoire qui parfois peuvent nous choquer (travail des enfants, esclavage, libre repudiation du conjoint, absence de droit de greve, polygamie, exclusion des femmes de certaines activites, propriete collective, peine de mort, etc. ). En France, l’evolution du droit de la famille, par exemple, est directement liee a l’evolution des m? rs (assouplissement du divorce, interruption volontaire de grossesse, PACS, droit des enfants nes hors mariage) ; celle du droit commercial est guidee par l’imagination sans cesse renouvelee des moyens utilises (paiement par carte bancaire, preuve electronique, dematerialisation des titres). Elle est aussi l’expression d’une volonte politique, ce qui conduit a des modifications ou des abrogations en cas de changement de majorite parlementaire : nationalisation, politique fiscale, protection renforcee ou reduite des salaries, repression penale plus ou moins forte, controle etatique ou assouplissement des formalites administratives.

La regle de droit, en second lieu, est generale et abstraite : elle doit s’appliquer de facon uniforme a tous les citoyens places dans une situation objectivement identique : l’ideal de justice est inseparable de l’egalite de traitement meme si les vers de La Fontaine (les animaux malades de la peste) paraissent parfois tres actuels « selon que vous serez puissant ou miserable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » (dettes URSSAF, par exemple).

La regle de droit, en troisieme et dernier lieu, est sanctionnee par la contrainte ce qui la distingue de la morale. Cette contrainte sera parfois une sanction civile qui peut prendre deux formes. Certaines ont un caractere preventif, a savoir empecher la violation d’une disposition donnee : ainsi, le premier conjoint peut-il s’opposer a un second mariage de sa femme ou de son mari, ce qui constituerait une bigamie (d’ou la publication des bans) ; de meme, un particulier peut-il former opposition en cas de vol de chequier ou de carte bancaire.

D’autres sanctions, la plupart en fait, effaceront les traces ou repareront les consequences du defaut de respect d’un texte : la reintegration dans son emploi d’un salarie en cas de nullite de son licenciement (ex : un licenciement juge discriminatoire), l’annulation d’une vente avec restitution de la somme acquittee en cas de tromperie de la part d’un commercant, l’octroi de dommages-interets en cas d’atteinte a la vie privee.

La contrainte prend aussi la forme d’une sanction penale : amende ou emprisonnement pour une fausse declaration sur une feuille de securite sociale, un stop non respecte, une publicite mensongere ou une offre d’emploi sexiste. Il doit etre note qu’un meme comportement peut entrainer les deux sanctions : un employeur versant des salaires en dessous du Smic sera condamne a payer au Tresor une amende, sanction penale, et a verser au salarie un rappel de salaire, sanction civile. Il en va de meme pour l’auteur d’une agression qui doit rendre des comptes a la societe, sanction penale, et indemniser sa victime, sanction civile.

La contrainte, enfin, peut prendre la forme d’une sanction disciplinaire : un medecin, un avocat, un expert-comptable qui se rendrait coupable d’un manquement grave au code de deontologie qui regit sa profession serait sanctionne par l’ordre dont il releve, sanction pouvant aller jusqu’a l’interdiction temporaire ou definitive. Solution identique pour un fonctionnaire qui peut etre revoque avec parfois perte des droits a pension (exemple recent d’un magistrat). La regle de droit ainsi caracterisee n’est, en fait, que la somme de multiples regles particulieres que l’on peut tenter de regrouper.

B) La classification des regles de droit Cette classification s’opere en fonction de deux parametres qu’il faut conjuguer : il convient de distinguer les regles de droit national et de droit international d’une part, les regles de droit prive et de droit public d’autre part. 1) Droit national prive et droit national public Le droit national est celui qui regit les relations dans lesquelles n’intervient pas d’element etranger (element d’extraneite) : la vente conclue en France d’une maison sise en France entre francais releve de notre droit national. Ces regles de droit national peuvent etre de droit prive ou de droit public.

Le critere de distinction n’est guere rigoureux. Disons, en simplifiant, que le droit prive regit les rapports entre particuliers alors que le droit public regit ceux dans lesquels intervient l’Etat ou une collectivite territoriale (region, departement, commune) et ses agents. Ainsi pour la construction d’un batiment : s’il est construit au profit d’un particulier par une entreprise de maconnerie, les regles du droit prive s’appliqueront ; si, en revanche, sa construction est demandee par une collectivite publique (ecole, foyer rural, hopital), les regles du droit public s’appliqueront.

A l’interieur meme du droit public et du droit prive, plusieurs branches sont a distinguer. a) Composantes du droit public Il est possible de distinguer trois ensembles : – le Droit constitutionnel : ensemble des regles qui definissent la structure de l’Etat et assurent la repartition des competences entre les pouvoirs legislatif, executif et juridictionnel. On peut en rapprocher le droit des libertes publiques (opinion, expression, association) qui constituent des principes generaux de notre droit et apparaissent comme autant de limites aux pouvoirs de l’Etat. le Droit administratif : il rassemble les dispositions qui gouvernent l’organisation et le fonctionnement des personnes morales administratives ainsi que de divers organismes qui collaborent a l’administration : etablissements a caractere administratif (hopitaux), scientifique et culturel (universites), a caractere industriel et commercial (entreprises publiques type La Poste, dont la modification de statut est a l’etude). Il regle aussi les moyens d’action de l’Administration (police, contrat, marches, domaine) et de sa responsabilite. Les finances publiques : ce droit comporte deux domaines ; en premier lieu, le Droit budgetaire c’est-a-dire toutes les regles generales de gestion des finances publiques (theorie generale du budget, de l’impot, de la dette publique) ; leur analyse est indissociable d’etudes economiques pour apprecier l’incidence des mesures budgetaires projetees. En second lieu, il y a le droit fiscal qui rassemble les dispositions techniques relatives aux divers impots et taxes ; leur connaissance est necessaire pour apprecier les consequences d’operations juridiques de droit prive, choix d’un type de societe par exemple. ) Composantes du droit prive Il convient de distinguer le droit civil, auquel s’est longtemps resume le droit prive, et d’autres disciplines qui en sont progressivement issues jusqu’a en devenir totalement autonomes. ?) Le droit civil : il constitue le droit commun auquel il convient de se referer en l’absence de dispositions particulieres y derogeant. De facon specifique, releve de cette discipline l’etude de la personnalite et de ses attributs (nom, domicile), les mecanismes regissant les relations familiales, les obligations, les biens et les suretes. ) Les disciplines nees du droit civil : – le droit commercial est forme des regles applicables aux commercants et aux actes de commerce. Les besoins propres a l’activite commerciale (reunion de capitaux, rapidite des transactions…) ont provoque l’apparition de mecanismes juridiques originaux, forges pour la plupart a partir des concepts de droit civil : la societe commerciale est nee du contrat de societe reglemente par le Code civil, les effets de commerce (lettre de change, billet a ordre) ont ete crees par utilisation du mecanisme civiliste de la delegation. il existe d’autres droits plus specifiques : droit des assurances, droit rural, droit de la propriete intellectuelle. – il convient d’y ajouter des « droits sanctionnateurs » : droit judiciaire prive (ou procedure civile) qui precise les regles a suivre pour faire valoir devant les tribunaux par des actions en justice les droits qui donnent lieu a contestation et le droit penal qui definit les infractions et fixe les sanctions.

Le droit penal est a la limite du droit prive et du droit public : s’il est vrai, en effet, qu’il reprime les atteintes aux droits et interets des particuliers, il traduit aussi la reaction de la societe contre des actes socialement dangereux dont la repression sera le fait de l’Etat represente par les magistrats du ministere public, procureur de la republique, le terme est eloquent, notamment.

Cette tendance des matieres juridiques a emprunter a la fois au droit prive et au droit public tend a se generaliser : il en va ainsi du droit du travail certes fonde sur des mecanismes contractuels classiques individuels (contrat de travail) ou collectif (conventions collectives) mais largement penetre d’interventions administratives entrainant l’application du droit public, du droit des transports, du droit de l’urbanisme et de la construction. 2) Droit international prive et droit international public

Le droit international se caracterise par la presence d’un element etranger dans le rapport de droit : mariage celebre en France entre un francais et une etrangere, vente d’une societe francaise a un groupe etranger etc. Ces regles, la encore, peuvent etre de droit prive ou de droit public. – le droit international prive se preoccupe des relations etablies entre particuliers possedant des nationalites differentes. Il convient d’y ajouter les questions suscitees par la ondition des etrangers, c’est-a-dire la determination des droits qui leur sont reconnus par leur pays d’accueil, ainsi que les problemes souleves par les conflits de juridiction et les conflits de lois : a supposer un contrat de travail conclu entre une entreprise francaise et un salarie italien envoye en mission en Irak, quelle sera la loi applicable (francaise, italienne, irakienne ? ) et devant quelle juridiction un eventuel litige devra-t-il etre porte ?

On rattache au DIP l’etude de la nationalite bien que cela paraisse relever plutot du droit public. – le droit international public se preoccupe des rapports entre Etats independants notamment par la technique des traites. Mais sommes-nous en presence d’un droit veritable dans la mesure ou nous avons dit qu’une regle de droit etait sanctionnee par la contrainte ? Or rien ne peut contraindre un Etat a respecter les regles du droit international public

Ce droit international public definit en second lieu le statut des organismes internationaux a caractere universel (ONU) ou regional (ligue arabe, organisation de l’unite africaine). Notons, pour terminer, une penetration du droit international dans les droits nationaux : le legislateur francais doit periodiquement modifier notre droit interne pour harmoniser notre systeme juridique avec les regles definies au niveau de l’Union europeenne.

L’objet de ce cours se limitera a l’etude du droit prive et plus particulierement a l’introduction a l’etude du droit civil. Une bonne comprehension de notre droit positif suppose, toutefois, que soient rappelees quelques etapes fondamentales de sa formation. C) Histoire du droit prive francais Il est possible, schematiquement, de distinguer trois etapes : l’ancien droit ; le droit intermediaire et la codification napoleonienne ; l’evolution de 1804 a nos jours. 1) L’ancien droit La Gaule dut rapidement se plier au droit romain apres la conquete.

Simple adoption de l’usage des vainqueurs, au debut, les gallos-romains durent juridiquement s’y soumettre lorsqu’en 212 l’empereur CARACALLA accorda le droit de cite romaine a tous les habitants de l’empire. En fait, toutefois, l’influence romaine ne fut sensible que dans les provinces mediterraneennes et rhodaniennes. Les invasions dites barbares ne modifierent guere cette situation : les gallos-romains purent continuer a respecter le droit romain alors que chaque peuplade barbare respectait ses propres coutumes.

L’origine de l’individu conditionnait le regime juridique applicable : c’est le systeme de la personnalite des lois. La fusion entre les populations se realisant au fil des annees, les incursions normandes et la prise de possession de la mediterranee par les Arabes tarirent le commerce contraignant les populations a vivre en milieu ferme : le droit de l’individu ne sera des lors plus celui de ses ancetres, de son origine mais celui du groupe, du lieu dans lequel il vit ; c’est le systeme de la territorialite des lois.

Il est facile d’imaginer l’extreme diversite qui en resultait ; on pense qu’il existait 60 coutumes generales et environ 700 coutumes locales. Cette diversite se manifestait surtout au nord d’une ligne allant de l’embouchure de la Charente jusqu’au lac de Geneve. Au sud de cette ligne, l’empreinte du droit romain restait fondamentale : comme ce droit avait ete codifie au VIe siecle par l’empereur JUSTINIEN, on parlait de pays de droit ecrit par opposition aux pays de coutumes. La tradition orale sur laquelle reposaient les coutumes etait source d’insecurite.

Aussi les Etats generaux obtinrent-ils de Charles VII l’ordonnance de MONTILZ-LES-TOURS de 1453 qui prescrivit la redaction des coutumes, travail qui n’aboutit qu’au debut du XVIe siecle. Cette redaction permit de comparer les diverses coutumes et d’en mesure les avantages ou les insuffisances ce qui entraina vers la fin du XVIe siecle une seconde redaction : « la reformation des coutumes ». ce fut un premier pas vers l’unification du droit. D’autres facteurs contribuerent a cette unification : des facteurs intellectuels et des facteurs politiques. ) Facteurs intellectuels : il faut citer, en premier lieu, la renaissance du droit romain. Elle marque surtout les pays de coutume lorsque les grandes villes du Nord commercerent avec les grandes cites italiennes ; les coutumes germaniques archaiques apparurent bien vite inadaptees. De plus, les juristes francais se passionnerent pour l’etude de ce droit a tel point que les rois de France s’en preoccuperent : le code Justinien contenait des textes definissant les pouvoirs de l’empereur dont les maitres du Saint Empire se pretendaient etre les heritiers.

Admettre que le droit romain s’imposait aux sujets du roi de France revenait a reconnaitre la suzerainete d’un voisin pour le moins entreprenant. En 1219, PHILIPPE-AUGUSTE obtint du pape l’interdiction de l’enseignement du droit romain a l’Universite de Paris, interdiction qui ne fut pas longtemps respectee. Ce droit va neanmoins s’imposer comme le droit commun en matiere de contrats et d’obligations. Il faut y ajouter, en second lieu, un fort mouvement doctrinal qui s’efforca de rapprocher les dispositions applicables.

Deux noms se detachent : DOMAT au XVIIe siecle, POTHIER au XVIIIe ; de nombreuses solutions qu’ils degagerent furent reprises telles quelles par les redacteurs du Code civil. b) Facteurs politiques : un pouvoir de dimension politique ne peut se satisfaire de la diversite des regles applicables, il ambitionne de creer un corps de regles uniforme. Cette ambition anima tout d’abord l’Eglise catholique : le droit canonique regissait pour l’ensemble de la Chretiente certaines questions de droit civil (mariage, filiation, testament).

Ce fut un important facteur d’unification meme s’il ne s’exercait que sur quelques matieres. Son influence diminua avec la montee en puissance du droit laic sous la pression du pouvoir royal. Le pouvoir royal n’a pendant fort longtemps que tres peu legifere dans le domaine du droit prive. La premiere grande ? uvre date de COLBERT : 1667, ordonnance sur la procedure civile, 1670, ordonnance sur la procedure penale, 1673, ordonnance sur le commerce de terre, 1681, ordonnance sur le commerce de mer.

Pour retrouver un effort de meme ampleur, il faudra attendre le debut du XVIIIe siecle avec les ordonnances de DAGUESSEAU : 1731, ordonnance relative aux donations, 1735, ordonnance relative aux testaments. Malgre les progres enregistres sur la voie de l’unite, la situation demeure tres complexe a la fin de l’ancien regime. Ainsi une personne peut-elle etre soumise au droit canonique pour son mariage, a une coutume pour son regime matrimonial, aux ordonnances royales pour les donations qu’elle entend consentir ou le testament qu’elle entend rediger, au droit romain pour certaines operations contractuelles.

Voltaire ne disait-il pas qu’en voyageant l’on changeait plus souvent de coutumes que de chevaux. A la veille de la Revolution, l’etat de ce droit prive tres eclate peut etre caracterise ainsi : – la societe est divisee en classes, noblesse, clerge, tiers-etat. Ces classes etaient completees par une hierarchie des personnes : au sein de la noblesse le vassal avait des obligations envers son suzerain qui etait lui-meme le vassal d’un autre seigneur (le ban et l’arriere-ban).

La hierarchie des personnes etait liee a la hierarchie des terres percues comme les seules veritables richesses : le suzerain concede une terre au vassal en echange de services surtout militaires, c’est le fief ou « tenure noble » ; a son tour, le vassal concede la terre a un roturier pour se procurer des redevances en produits du sol ou en argent, c’est la « tenure roturiere ». Cette hierarchie se retrouve aussi en milieu professionnel au sein des corporations : maitre, compagnon, apprenti. – la famille etait elle-meme fortement organisee autour du mari et pere qui administrait la communaute des biens conjugaux dont il etait « seigneur t maitre » ; la femme etait frappee d’une incapacite totale lui interdisant tout acte juridique. De plus, pour les familles nobles etait consacree la rupture de l’egalite entre les enfants du fait du droit d’ainesse. 2) Le droit intermediaire et la codification napoleonienne La periode dite intermediaire s’etend du 17 juin 1789, jour ou les Etats generaux se sont transformes en Assemblee nationale, au 21 mars 1804 jour de la promulgation du Code civil. Ce droit intermediaire est caracterise par une double affirmation : primaute de l’individu et primaute de la loi. ) Primaute de l’individu : elle est la resultante de la liberte et de l’egalite qui sont erigees en principe dans la declaration des droits de l’homme (26 aout 1789, article 1er : « les hommes naissent et demeurent libres et egaux en droit »). – la liberte : elle s’exerce, en premier lieu, dans le domaine economique avec l’affirmation des principes qui nous regissent toujours de la liberte du commerce et de l’industrie (loi d’Allarde, 2 et 17 mars 1791, completee par la loi Le Chapelier, 14-17 juin 1791, supprimant le systeme rigide des corporations) et de la liberte contractuelle.

Cette liberte s’exerce, en second lieu, dans le domaine familial : reduction de l’autorite maritale et de la puissance paternelle, autorisation du divorce. – l’egalite : si la suppression des privileges en constitue l’expression la plus eclatante, il en est d’autres qui ne sauraient etre negliges : assimilation des enfants naturels aux enfants legitimes, proclamation de l’egalite successorale par la suppression du roit d’ainesse. b) Primaute de la loi : la loi, en raison des brefs delais requis pour son elaboration constitue le moyen le plus efficace pour assurer une rapide metamorphose du corps social. Encore faut-il que cette primaute soit affirmee sur l’ensemble des autres sources du droit, notamment les coutumes qui en raison de la lenteur de leur evolution constituaient un facteur de conservatisme. D’ou l’idee d’une codification.

Bonaparte, alors premier consul, constitue en 1800 une commission chargee de preparer un avant-projet ; cette commission est symboliquement constituee de deux juristes praticiens du droit coutumier et de deux juristes de droit romain. Cet avant-projet, elabore en quatre mois, fut transmis au Conseil d’Etat, dont les travaux furent souvent presides par Bonaparte en personne, fut adopte par le Corps legislatif en 36 lois successives reunies en un « Code civil des Francais » par la loi de promulgation du 21 mars 1804.

Afin de marquer clairement la rupture avec le passe, la loi de promulgation decide la totale abrogation de l’ancien droit (lois romaines, coutumes, ordonnances) dans les matieres nouvellement regies par le Code. En revanche le droit revolutionnaire n’est pas abroge des lors qu’il n’est pas en contradiction avec les dispositions du Code. Cette rupture est en fait formelle dans la mesure ou les solutions retenues empruntent tres largement au droit romain, au droit coutumier et au droit canon. Comment caracteriser ce code civil ?

Au plan technique, c’est une ? uvre pratique ; au plan ideologique, une ? uvre de liberte et d’autorite. – une ? uvre pratique : les redacteurs se sont interdits d’y exprimer formellement des principes philosophiques : le code doit apporter reponse a des problemes techniques et non enumerer des maximes. Mais ces reponses doivent etre de portee generale sans descendre dans le detail de la reglementation, la resolution des difficultes quotidiennes relevant de l’office du juge ; on mesure la difference d’approche avec la pratique actuelle surtout europeenne.

Cette volonte de rester au-dessus du detail explique en grande partie la perennite du Code : il est possible sur la base de ses dispositions de trancher les problemes de responsabilite suscites par les accidents d’automobile. – une ? uvre de liberte sur le terrain des relations economiques : triomphe du liberalisme et de l’individualisme, chacun est juge de ses interets, d’ou la consecration de la liberte contractuelle. Parallelement est affirme le caractere absolu du droit de propriete (la France est fortement rurale).

Cette approche fondee sur l’egalite naturelle des individus, totalement irrealiste, aura des consequences catastrophiques notamment sur la condition ouvriere. « Entre le fort et le faible, c’est la liberte qui opprime et la loi qui affranchit ». – une ? uvre d’autorite sur le terrain des relations familiales : sont vigoureusement affirmees l’autorite du mari sur son epouse, frappee d’incapacite juridique, et l’autorite du pere sur ses enfants. 3) L’evolution de 1804 a nos jours

La premiere moitie du XIXe siecle est marquee par un immobilisme legislatif quasi-absolu du en grande partie au veritable culte voue au Code par les juristes et a la mentalite tres conservatrice de la societe de l’Empire puis de la Restauration qui aboutit a quelques reculs (suppression du divorce en 1816). Il a ete complete par un code de commerce en 1807, un code penal (1810) et deux codes de procedure civile (1806) et penale (1812) Au milieu du XIXe siecle, les lacunes du Code apparurent.

Concu pour une France rurale, il apparait inadapte a la revolution industrielle (2 articles pour le contrat de travail, 31 pour le bail a cheptel) ; fonde sur la propriete immobiliere, il ne repond plus a la modification de la structure des patrimoines dans lesquels les actions ou obligations prennent une part de plus en plus importante ; enfin, l’evolution des m? urs ne peut se satisfaire de la toute puissance du paterfamilias. La page de l’individualisme se tourne : la loi du 21 mars 1884 autorise la creation de syndicats, celle du 1er juillet 1901 consacre la liberte d’association ; l’evolution des m? rs aboutit a la reintroduction du divorce (loi du 24 juillet 1884) ; il faudra attendre cependant les lois du 18 fevrier 1938 et du 22 septembre 1942 pour que soit reconnue a la femme une pleine capacite juridique). L’essor de l’activite industrielle aboutit a la loi du 24 juillet 1867 qui constitue le premier droit des societes et a celle du 9 avril 1898 qui impose a l’employeur de garantir ses salaries contre les accidents du travail ; les premieres grandes lois sociales devront attendre les annees trente.

Depuis la Liberation, le mouvement legislatif s’est considerablement amplifie au point de s’emballer ; le nombre de textes adoptes annuellement va de record en record au point que, par reference a ce qui est dit pour l’impot, trop de lois risquent de tuer la loi d’autant que bon nombre d’entre elles sont inappliquees ou inapplicables faute de decrets. Le Code civil a ete profondement refondu a partir des annees 1960 en ce qui concerne le droit de la famille : regimes matrimoniaux, divorce, filiation, adoption, incapacites et, tout dernierement, successions.

Il convient surtout de noter une tendance a le vider au profit de codes specifiques : code du travail, de la propriete intellectuelle, de la consommation, de la construction, des assurances, du sport, du tourisme, etc. Il convient d’entrer plus avant dans l’etude de notre droit positif. Nous consacrerons un chapitre 1 a l’elaboration de la regle de droit et un chapitre 2 a son interpretation. Chapitre I L’elaboration de la regle de droit

S’agissant de l’elaboration de la regle de droit, il convient de distinguer une source formelle, la loi (section 1) et une source informelle, la coutume (section 2). Section 1 La loi L’etude de la loi depasse le cadre du droit civil puisqu’elle regle a la fois les matieres de droit prive et du droit public. Expression de la volonte de l’autorite publique, son etude releverait plutot du droit public ; le code civil y consacre, cependant, ses six premiers articles.

De cette loi, il convient de preciser les caracteristiques et la place dans la hierarchie des textes (I), ses conditions d’application (II) et son application proprement dite dans le temps et l’espace (III). I. Caracteristiques de la loi et place dans la hierarchie des textes A) Les caracteristiques de la loi Ces caracteristiques sont au nombre de 4 : la loi est une regle generale, obligatoire, permanente, formulee par le pouvoir legislatif.

La loi est une regle generale : cela signifie qu’elle a vocation a s’appliquer potentiellement a tous les citoyens et, par voie de consequence, qu’elle ne peut viser certains d’entre eux pris isolement sauf cas particuliers tout a fait exceptionnels. Il serait plus juste, en effet, de dire que la generalite de la loi signifie qu’elle s’applique a toutes les personnes se trouvant dans une situation donnee : en dehors de cette situation, la loi ne les concerne pas mais lorsqu’elles se trouvent dans cette situation, le texte jouera.

Ainsi, la loi penale ne vise pas tous les citoyens mais uniquement ceux qui ont commis telle ou telle infraction determinee. La loi est une regle obligatoire : cela signifie que son execution doit pouvoir etre assuree par le recours a l’autorite publique (expulsion par exemple ou execution forcee : fermeture d’un magasin ouvrant le dimanche en l’absence d’une autorisation ou d’une derogation, reintegration d’un salarie). En realite, toutes les lois n’ont pas la meme portee : il convient de distinguer les lois dites imperatives et les lois suppletives. ) Loi imperative : c’est une loi a laquelle les parties ne peuvent deroger sauf si la loi en dispose autrement (exemple : la loi Fillon du 4 mai 2004 relative a la formation et au dialogue social qui permet de deroger a la loi y compris dans