Dossier Psychologie Clinique, dimension déficitaire du symptôme

Dossier Psychologie Clinique, dimension déficitaire du symptôme

A partir des éléments du CM et des lectures conseillées, expliquez en quoi la dimension « déficitaire » du symptôme n’est pas son seul versant. Illustrez vos propos en vous appuyant sur les TD. De nos jours, la société dans laquelle nous évoluons tend ? gommer les différences qu’il existe entre tout un chacun. L’idée de norme, prise comme règle générale, entraîne une ségrégation des phénomènes hors norme comme étant des éléments ? ramener vers la normalité.

Une certaine intolérance face à la différence s’installe, laissant ransparaître de façon sous jascente la conception médicale du Swp to page monde tel que nous Cette conception int re I par rapport à cette n définition médicale d au niveau de l’organi me déficitaires Elle repose sur la nt un signe présent règlement, à une altération ou à un trouble. L’objectif étant de faire disparaître ce Slgne témoignant d’un dysfonctionnement, d’un déséquilibre ou d’une pathologie. La médecine se veut capable de curer les mots portant atteinte à notre « bonne santé »; de tout guérir. our ce aire elle utilise une classification basée sur l’observation et la description de signes à déchiffrer et à classer dans des catégories pré-établies, permettant ensuite le diagnostic, le traitement et la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
remise à la norme (par ex exemple le DSM IV en psychiatrie). Le diagnostic ainsi élaboré aboutit à la séparation de la maladie du malade, la rendant totalement étrangère au sujet, déshumanisant le patient car l’idée qu’il peut se faire de son trouble n’est d’aucune d’importance. Lorsqu’il s’agit d’appliquer ce modèle médical aux maladies mentales, nous nous heurtons à un clivage. Comme le souligne E.

Jalley, le champ de la psychologie clinique est celui où s’oppose deux tendances radicalement différentes : la tendance naturaliste inspirée par les sciences naturelles et la tendance humaniste proche de la psychanalyse. L’ouverture au champ analytique offre une autre perception qui permet à l’Individu de retrouver sa singularité. Le cas partlculier est favorisé au dépend de a généralisation. Le symptôme prend alors un sens radicalement nouveau en étant tout d’abord conçu comme la commémoration d’un traumatisme puis, comme ‘expression inconsciente du désir refoulé, devenant ainsi la marque du sujet.

S’intéressant au réel comme pris dans une relation singulière avec le symbolique et l’imaginaire, Lacan remarque après maturation de ses idées que le symptôme « est ce que les gens ont de plus réel c’est « l’effet du symbolique dans le réel de part ce lien entre symbolique et réel, le symptôme signifie quelque chose mais veut dire autre chose ; il n’est pas le signifiant qu’il représente. Le symptôme, au delà de son aspect significatif, permet donc une satisfaction pul PAG » OF d