Dossier la banque mondiale

Dossier la banque mondiale

Dossier MARS 2015 Table des matières I Définition et historique 3 Il Son rôle et son organisation5 III Ses résultats et se IV Son influence dan V Ses partenaires 12 VI Sources 13 org Sni* to View opérations de prêt ou de garantie, les nouvelles politiques, le budget administratif, les stratégies d’aide aux pays et les décisions touchant aux emprunts et aux finances de l’institution. Le fonctionnement de la Banque mondiale est assuré sous l’impulsion et la conduite du Président, des membres de la direction et des Vice-présidents responsables des différents bureaux régionaux, secteurs et réseaux.

Son historique ? Créer en 1944, la Banque mondiale s’est élargie pour passer d’une seule institution à un groupe de cinq organismes de développement étroitement liés entre eux; l’Association internationale de développement (IDA), la Société financière internationale (FC), l’Agence multi atérale de garantie des investissements (MICA) et le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI).

Au départ, la Banque mondiale a principalement financé de grands projets d’infrastructures (centrales électriques, autoroutes, aéroports, etc. . Avec le rattrapage économique du Japon et de l’Europe, la Banque mondiale s’est intéressée exclusivement aux pays en développement. Depuis les années 1990, elle finance aussi les pays postcommunistes. Les

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
objectifs de la Banque mondiale ont évolué au cours des années.

Elle a récemment mis l’accent sur la réduction de la pauvreté, en délaissant l’objectif unique de croissance économique. Elle favorise aussi la création des très petites entreprises. Elle a soutenu l’idée que l’eau potable, l’éducation et le développement durable sont des facteurs essentiels à la roissance économique, et a commencé à investir massivement dans de tels projets.

En réponse aux critiques, la Banque mondiale a adopté une série de polltlques en faveurs de la sauvegarde de l’environneme Banque mondiale a adopté une série de politiques en faveurs de la sauvegarde de l’environnement et du social, visant à s’assurer que leurs projets n’aggravaient pas le sort des populations des pays aidés. En dépit de ces politiques, les projets de la Banque mondiale sont souvent critiqués par les organisations non gouvernementales (ONG) pour ne pas lutter efficacement contre a pauvreté, et négliger les aspects sociaux et environnementaux.

Il Son rôle et son organisation Son rôle ? Son action est aujourd’hui principalement orientée vers les pays en voie de développement PVD), et en particulier les pays les moins avancés (PMA), s omme l’éducation, partenariat sans équivalent voué à réduire la pauvreté et ? appuyer le développement. Son organisation ? Depuis sa création en 1944, la Banque mondiale s’est élargie pour passer dune seule institution à un groupe de cinq organismes de développement étroitement liés entre eux.

Notre mission a lle aussi évolué : initialement chargée de soutenir le processus de reconstruction et de développement d’après-guerre (d’où son nom), la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a désormais pour mandat de réduire la pauvreté dans le monde au côté de son institution affiliée, l’Assoclation internationale de développement (IDA), et les autres membres du Groupe de la Banque mondiale, la Société financière internationale (IFC), l’Agence multilatérale de garantie des investissements (M IGA) et le Centre international pour le

Le personnel était par le passé surtout composé d’ingénieurs et d’analystes financiers basés uniquement à Washington. Aujourd’hui, il s’agit d’un personnel pluridisciplinaire et diversifié, qui comprend aussi bien des économistes que des spécialistes des politiques publiques, des experts sectoriels ou des spécialistes en sciences sociales ; il est par ailleurs basé pour plus d’un tiers dans nos représentations à l’étranger. Si la reconstruction reste un axe important de notre action, la réduction de la pauvreté par le biais d’une mondialisation inclusive et durable est au cœur de l’action de la Banque mondiale ‘auourd’hui.

Cinq institutions : un groupe Le Groupe de la Banque mondiale est composé de cinq institutions. La Banque internationale pour la reconstruction et le développement – BIRDDLa nationale pour la recon internationale pour la reconstruction et le développement BIRDCLa Banque internationale pour la reconstruction et le développement prête aux pays à revenu intermédiaire et aux pays pauvres solvables. L’Association internationale de développement – IDAD L’Association internationale de développement accorde des prêts ou des crédits sans intérêt et des dons aux pays les plus pauvres e la planète.

Ensemble, la BIRD et IDA forment la Banque mondiale. La Société financière internationale – IFCOLa Société financière internationale finance des prêts, des fonds propres et des seraices-conseil pour stimuler l’investissement privé dans les pays en développement. L’Agence multilatérale de garantie des investissements – MIGA (a)0L’Agence multilatérale de garantie des investissements offre aux investisseurs des garanties contre les pertes associées aux risques non commerciaux dans les pays en développement.

Le Centre internatlonal pour le règlement des différends relatifs ux investissements – CIRDI Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements offre des mécanismes internationaux de conciliation et d’arbitrage des différends liés aux investissements. Ill Ses résultats et ses objectifs Quels sont les résultats de entes actions ? Quels sont les nouveaux objectifs ? Gérer les risques dans l’économie mondiale Malgré quelques revers au début de 2014, la reprise est engagée dans les pays à revenu élevé et devrait soutenir la croissance dans les pays en développement.

Cependant, l’activité ?conomique commence à s’essouffler dans de nombreux pays en développement. Pour obtenir les taux de croissance nécessaires, il faudrait donner une nouvelle impulsion à des réformes structurelles adaptées aux circonstances de chaque pays en développement. Développer les infrastructures pour le monde de demain Les pays en développement doivent répondre à la nécessité pressante de fournir des services de base — eau, énergie, transports, technologies de l’information et de la communication en grande partie parce que chaque année quelque 5 millions de personnes gagnent les zones urbaines.

Faire face à la réalité du changement climatique La Banque mondiale s’emploie à mobiliser des sources publiques et privées de financements climatiques afin de soutenir des polltiques et des investissements intelligents sur le plan climatique, et d’aider les pays et les entreprises à s’adapter à la modification du climat. Protéger la nature, donner sa pleine mesure à la richesse du capital naturel Les trois quarts des populations pauvres du monde vivent en milieu rural, où le capital naturel — forêts naturelles, zones humides et océans — représente une grande partie de la richesse.

Repenser l’urbanisation Le monde en développement connaît une urbanisation rapide, le nombre de citadins devant atteindre les 4 milliards en 2030, soit deux fois plus qu’en 2000. La stratégie de la Banque mondiale en matière d’urbanisation, assise sur un cadre de politiques qui d *AGF 6 rif q Banque mondiale en matière d’urbanisation, assise sur un cadre de politiques qui distille les enseignements tirés du programme en cours d’Examens de modèles d’urbanisation, vise à assurer une gestion rationnelle de l’urbanisation rapide pour favoriser une croissance résiliente, inclusive et durable.

Renforcer la résilience aux catastrophes et aux aléas climatiques Aider les pays à se préparer aux catastrophes et à gérer les risques associés. Aider les pays à réduire leurs vulnérabilités dues aux catastrophes naturelles et au changement climatique en leur apportant son appui technique et financier pour l’évaluation des risques, la réduction des risques, la préparation, la protection financière et la résilience des processus de construction et de relèvement.

Gérer les risques financiers et renforcer la résilience aux chocs La Banque mondiale souhaite aider ses pays membres à protéger es bénéfices durement acquis au plan du développement en facilitant l’accès à des solutions de gestion des risques qui atténuent l’impact financier lié à l’instabilité des marchés et aux catastrophes naturelles. promouvoir l’emploi, le secteur privé et l’accès universel aux services financiers L’une des plus grandes priorités consiste à stimuler la création de millions d’emplois dans les pays en développement.

Plus de 200 millions de personnes en âge de travailler sont sans emploi dans le monde entier, et environ 1,5 milliard sont sous-employées. Réduire la pauvreté par la croissance inclusive et la bonne ouvernance La Banque mondiale souhaite aider à l’élaboration de politiques et à l’édification d’institutlons responsables qui garantiront une croissance inclusive dans les pays en développement.

Accroître les revenus agricoles et la securite a Accroitre les revenus agricoles et la sécurité alimentaire Investir dans l’agriculture est essentiel pour faire reculer la pauvreté, car 78 % des pauvres vivent dans les zones rurales et la plupart dépendent de l’agriculture pour leur subsistance. Aider les pays fragiles et touchés par un conflit S’employer plus efficacement à lutter contre la fragilité, les onflits et la violence est un engagement qui touche au cœur même de la mission de la Banque mondiale.

Promouvoir le partage des connaissances pour trouver des solutions La mise à disposition de données fiables sur le monde en développement et de connaissances sur des solutlons de développement éprouvées. Susciter une mobilisation citoyenne pour mettre fin à la pauvreté Mettre fin à la pauvreté et promouvoir une prospérité partagée et veiller à ce que les générations futures bénéficient d’une prospérité plus largement répartie — constituent des objectifs réalistes. En résumé : qui prit le plus souvent la forme de créations d’agences para- gouvernementales à l’intérieur des pays clients de la Banque.

De telles agences furent intentionnellement fondées de sorte qu’elles soient relativement indépendantes financièrement de leurs gouvernements et hors du contrôle des institutions politiques locales dont les parlements nationaux. Elles constituent des relais naturels de la Banque à laquelle elles doivent beaucoup à commencer par leur existence, voire, dans certains cas, leur financement. La création de telles agences a été l’une des stratégies les plus mportantes de la Banque mondiale pour s’insérer dans les économies politiques des pays du Tiers Monde.

V Ses partenaires Ses partenaires La Banque mondiale compte dans le monde plusieurs dizaines de milliers de projets de développement financés par des bailleurs de fonds. Chacun d’entre eux répond à une multiplicité d’impératifs, de principes et de règles de procédures destinés ? en assurer la bonne marche et à faire en sorte que l’aide fournie serve effectivement aux rience montre qu’il est *AGF g rif q serve effectivement aux pauvres. L’expérience montre qu’il est