Dossier histoire

Dossier histoire

L’appareil policier et l’encadrement de la societe face aux elites et aux populations : Quelle liberte de pensee et d’agir pour l’individu dans la societe totalitaires ? Quelle police dans quel Etat ? Quel est le role joue par la police dans l’encadrement de la population (=controle des individus) ? Introduction (William) I- Developpement de differentes polices A- L’appareil policier sous le regime fasciste Italien II- Action de la police A/ L’action de la police Italienne B/ L’action de la police sovietique C/ L’action de la police allemande III- Les consequences de ces actions

A/ En Italie B/ En URSS C/ En Allemagne Conclusion (William) Dans les 3 regimes un enorme appareil policier terrorise les masses : IV- Developpement de differentes polices A- L’appareil policier sous le regime fasciste Italien En Italie, l’OVRA (organisation de vigilance et de repression de l’antifascisme), la police politique fondee en 1927, traquait les opposants au regime qui etaient ensuite deferes devant des tribunaux speciaux. Ces tribunaux n’appliquaient que trois peines (la condamnation a mort, la prison et le bagne). B- L’appareil repressif sovietique

L’appareil repressif sovietique est en place des decembre 1917 avec la creation d’une police politique, la Tcheka, et l’ouverture en 1918 des premiers camps de travail. La police

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
secrete : La survie de l’Etat dependait beaucoup d’une surveillance des ses citoyens par la police politique. Des 1917, la Tcheka fut fondee (elle prendra ensuite differents noms, OGPU, MVD, NKVD (Narodnyi Komissariat Vnutrennih Del), et finalement KGB en 1953). La police politique etait chargee de liquider les « poux » et autres « agents capitalistes » avec des « methodes expeditives ».

Elle etait aussi chargee de la traque des dissidents, de leur expulsion du Parti et de leur jugement pour activites contre-revolutionnaires. C- La police secrete d’Etat en Allemagne URSS Mais le nombre de detenus s’accroit nettement a partir de 1930 : 300 000 personnes en 1934, annee de la creation du Goulag ; 2 millions environ en 1937-1938. La police politique, devenu le NKVD en 1934, fait regner une veritable terreur sur les « ennemis du peuple » qui sont envoyes par millions (15 millions entre 1930 et 1953) dans les camps geres par le Goulag, l’administrions penitentiaire.

Le NKVD est responsable de la police, des prisons, des lieux d’exil pour « colons speciaux », et des camps de detention. Il est charge des grandes « purges » planifiees par Staline et des deportations de masse au Goulag. Son role est de surveiller, d’arreter, d’interroger, parfois de torturer ceux qui sont arretes pour des motifs souvent derisoires, parfois inexistants. D’une redoutable efficacite, il est l’instrument par lequel Staline met tout le pays au pas, chatiant toute erreur supposee, ecrasant toute opposition, toute deviance, meme insignifiantes ; et, plus encore, c’est l’instrument qui plonge toute l’Urss ans une terreur permanente. Egalement charge de l’espionnage hors frontieres, ses operations s’etendent a l’etranger, avec l’enlevement au plein Parus des generaux tsaristes Kroutepiov en 1930, l’assassinat de Trotsky en 1940 au Mexique. Le role du NKVD etait de controler la population et la direction de l’URSS, ses chefs ne rendant compte qu’a Staline, celui-ci utilisera donc ce service pour maintenir son autorite sur le pays. Le NKVD rassemblait plusieurs milliers d’hommes, allant d’agents de police jusqu’a des militaires.

Pendant la Seconde Guerre mondiale le NKVD avait ses propres divisions qui permettaient ainsi de maintenir son influence jusque sur la ligne de front et ainsi de faire appliquer les ordres du haut commandement. Le NKVD est responsable, selon le general du KGB Alexandre Karbanov, de la mort de 3,5 millions de Sovietiques lors des purges staliniennes. Il gerait le systeme repressif en URSS dont le goulag. En URSS, la terreur de masse touche d’abord les paysans qui resistent a la collectivisation des terres de 1929 a 1934, massacres ou deportes par millions dans les Goulags.

Puis a partir de 1934, c’est toute la societe sovietique qui est soumise a la surveillance et la repression de la police politique : le NKVD (futur KGB). Les epurations massives du Parti, les innombrables lois repressives regissant le monde du travail, la delation generalisee exposent tout Sovietique a la mort ou a la deportation vers des camps. La repression touchera des millions de personnes et elimine tous les communistes qui s’opposent ou contestent lors de grands proces truques.

Ex : Les grands proces de Moscou de 1936 a 1938 qui frappent les anciens compagnons de Lenine (Zinoviev, Kamenev, Boukharine… ), mais aussi les hauts fonctionnaires du PCUS, les cadres economiques, scientifiques et militaires. Le bilan de ces proces est accablant : la moitie du corps des officiers et la quasi-totalite du haut etat-major de l’Armee rouge sont liquides. En 1939, lorsque s’ouvre le 18eme Congres du PCUS, il ne compte que 37 survivants sur les 1827 delegues du Congres precedent en 1934.

Les Grandes Purges, que l’on appelle aussi Purges staliniennes, furent une periode de repression massive en Union sovietique vers le milieu et la fin des annees 1930, pendant laquelle la direction du Parti communiste de l’Union sovietique, sous les ordres de Staline, utilisa l’execution et l’emprisonnement pour eliminer toute opposition politique dans ses rangs. Les purges constituaient une elimination drastique des camarades qui ne « meritaient « plus leur appartenance au Parti.

La perte de l’affiliation dans l’elite (la nomenklatura) faisait non seulement perdre des avantages sociaux essentiels, par exemple pour les fonctionnaires tout espoir d’avancement, mais souvent aussi la liberte ou la vie. Toute personne percu comme une menace potentielle pour l’autorite du regime fut systematiquement identifiee et soir executee, soit incarceree au Goulag, condamnee a des travaux forces ou amene en exil en Siberie. | | Italie L’ Ovra en Italie, traquait les opposants, notamment des communistes qui sont juges par des tribunaux speciaux puis emprisonnes ou places en residence surveillee.

La repression demeure cependant limitee par rapport aux autres pouvoirs totalitaires. La deportation des populations et envoye dans les bagnes des iles de Lipari. Pendant les annees 1925 a 1940, dans les iles de Lipari, le regime fasciste emprisonne ses adversaires politiques parmi lesquels Emilio Lussu, Carlo Rosselli et Francesco Fausto Nitti. Elle fut creee en 1927, elle Allemagne En Allemagne, la Gestapo venant de l’allemand « Geheime Staatspolizei » signifie « police secrete d’Etat », etait la police politique du Troisieme Reich. La police secrete d’Etat, empiete largement sur le systeme judiciaire traditionnel.

Fondee en Prusse par Hermann Goring , son pouvoir s’etendit ensuite, sous l’impulsion d’Heinrich Himmler, a l’ensemble du Reich, puis aux territoires envahis par l’Allemagne au cours de la Seconde Guerre mondiale. Chargee de lutter contre les opposants internes ou externes, reels ou supposes, puis contre les adversaires du regime nazi ou les resistants dans les pays occupes, elle fut synonyme de terreur et d’arbitraire en Allemagne, puis dans une grande partie de l’Europe. Elle joua un role essentiel dans l’extermination des Juifs d’Europe, notamment via son Amt B4, dirige par Adolf Eichmann.

Au cours des derniers jours du regime nazi, elle fut condamnee en tant qu’organisation criminelle lors du proces de Nuremberg. Lors de l’arrivee au pouvoir des nazis en janvier 1933, ceux-ci mettent en place une politique de repression suivant trois axes : l’ecartement, l’internement et l’elimination des opposants politiques en dehors de tout cadre legal, menes par la SA et la SS, notamment avec l’ouverture des premiers camps de concentration ; la mise en place d’un cadre juridique permettant de donner a la repression un cadre legal ; la creation d’un organe consacre a la police politique, la future Gestapo.

Immediatement apres la proclamation des lois d’urgence du 28 fevrier 1933 pour la defense du peuple et de l’etat, officiellement justifies par l’incendie du Reichstag, la police prussienne prend part, aux cotes de la SA et de la SS a la premiere grande rafle d’opposant organisee a Berlin dans la nuit du 28 fevrier au 1er mars 1933. Des ce moment, la Gestapo « pouvait agir sans restriction et sans responsabilite, pratiquer l’arrestation secrete et la detention a perpetuite sans accusation, sans preuve, sans audience. Aucune juridiction ne pouvait s’y opposer, ni ordonner la mise en liberte et reclamer un nouvel examen du dossier ».

La Gestapo est officiellement creee le 26 avril 1933. Elle met en place un reseau de surveillance de l’opinion publique et de delation. [. Elle demantele l’organisation clandestine du parti communiste mais enquete egalement sur les activites de la SA, et dont elle fait fermer ou transferer a la SS, ses camps de concentration « prives ». Le 17 juin 1936, Himmler est nomme chef de toutes les polices allemandes (Chef der Deutschen Polizei) ; il controle l’Ordnungspolizei de Kurt Dalueget et la Sicherheitspolizei, qui regroupe la Gestapo et la Kriminalpolizei(KRIPO) , dirigee par Arthur Nebe.

La SIPO est chargee de lutter contre les ennemis de l’Etat : la KRIPO poursuit « les individus qui par la suite de degenerescence physique ou morale sont separes de la communaute populaire et qui violent, dans leur interet particulier, les dispositions prises pour preserver l’interet general », la Gestapo s’occupant « des individus qui, comme mandataires des ennemis du peuple allemand national-socialiste, veulent detruire l’unite nationale et aneantir la puissance de l’Etat ». Le parti nazi etant reconnu parti unique, la Gestapo continue a traquer sans relache les opposants politiques, en particulier les membres du KPD.

De meme, ceux qui n’entrent pas dans l’ideal du parti que les nazis appellent la Volksgemeinschaft (la communaute du peuple), sont rapidement reperes et interceptes. On commence alors a s’interesser aux minorites en particulier aux Juifs. Le parti va mettre a la disposition de la Gestapo une base legale pour multiplier les arrestations : le 19 septembre 1935, sont votees les lois de Nuremberg dans lesquelles il est dispose que tout mariage entre juifs et allemands est strictement interdit.

Un climat general de terreur s’est installe en Allemagne. [ [] Le premier camp de concentration s’ouvre a Dachau, pres de Munich, des 1933. Les camps sont places a partir de 1935 sous le controle de la SS (crees en 1925), qui cumule des fonctions de police et d’administration. Environ 1 millions d’Allemands sont arretes entre 1933 et 1939 pour hostilite au regime. Le 30 juin 1934, Hitler leve l’ambiguite de son programme « national » et « socialiste ».

Durant la « nuit des longs couteaux », il fait massacrer les elements le plus anticapitalistes du parti, les SA, par les SS, instrument et symbole du totalitarisme nazi. En 1930, 107/577 deputes nazis sont elus au Reichstag, Hitler joue le jeu parlementaire en nouant des alliances avec la droite nationaliste, tout en confiant aux « Chemises brunes » (les SA) le soin de tenir la rue par la violence face aux socialistes et aux communistes. En Allemagne, la voie a l’arbitraire s’ouvre des 1933 avec les violences des SA et les premiers camps de concentration pour les opposants (Dachau).

Tres vite, la police politique, la Gestapo, et les SS fanatiques de Himmler monopolisent la repression, ils arretent, torturent et executent. Dans une Allemagne officiellement raciste, ils menent la persecution contre les Juifs. Boycottes quand ils sont commercants, exclus de la fonction publique, de l’enseignement, des metiers de la culture, les juifs sont rejetes de la nation allemande par les lois de Nuremberg en 1935. En novembre 1938, au cours de la Nuit de Cristal, un gigantesque « genocide » est declenche contre eux dans tout le pays ; 20 000 sont arretes.