Dossier Europ En

Dossier Europ En

ntroduction. Pourquoi avoir choisi la cuisine en Europe ? Cuisiner c’est comme un divertissement, un « hobby » dans les traditions et les inventions culinaires. La France étant le premier pays européen en matière de gastronomie, il me semble intéressant de ne pas s’arrêter à nos frontières et de découvrir ce que Hon fait autour de chez nous pour connaître les différentes façons de cuisiner.

Dans ce dossier je vous parlerai donc de la cuisine dans différents pays européens en fonction de critères précis tels que : traditions, régions et fêtes…. Depuis des millénaires les menus n’ont cessé ‘évoluer. Toutes les communautés contribuent à l’évolution de la gastronomie. La cuisine n’est pas d 5 préhistoriques qui en Swipelaviewn « t p g déjà. Car, depuis la n si les mets et les esp s hommes ssaient et cueillaient c’est vivre Même Ons elles, restent.

Il m’a été difficile de réaliser un dossier complet sur la cuisine européen et par ailleurs je tiens à dire que je n’ai pas respecté le nombre de pages maximum mais je ne peux pas supprimer des éléments de mon dossier qui sont tous plus important les uns que les autres et c’est donc pour cela que j’espère que ous

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
trouverez dans celui-ci le plus d’informations complètes et variées. Alors Qu’est-ce que la gastronomie ? La gastronomie c’est le nom que l’on attribue au patrimoine de la cuisine. La gastronomie est l’ensemble des règles (fluctuantes, pays, classes sociales et modes) qui définissent l’art de faire bonne chère.

Elle est locale, régionale ou nationale et son socle commun commence par l’élaboration de recettes. Depuis la nuit des temps manger : « c’est vivre Ces recettes grandissent au contact de chaque civilisation, pays ou état tout en gardant une part de ystère qui se transmet de génération en génération pour garder l’authenticité de ces plats « typiques ». La coutume de la prise du repas a évolué au fil des siècles d’abord debout puis allongé enfin assis pour finir attablé avec d’autres convives pour partager des mets plus ou moins élaborés et ce pour diverses occasions.

Selon l’Académie française, « faire bonne chère », qui signifiait « faire bon accueil fut utilisé dès le 10ème siècle au sens de « faire un bon repas » un bon repas étant un élément d’un bon accueil. Dans ce sens, « chère » comprend tout ce qui concerne la uantité, la qualité et la préparation des mets. Cet « art » englobe ceux, créatifs dans certains cas, consistant à recueillir, adapter ou inventer des recettes, à sélectionner des produits, à préparer des plats, des mets et à les déguster. Attention : ne jamais oublier le rituel de politesse commun ! Bon appétit dans tous les pays Le Paris-Brest français l.

La cuisine d’Europe du Nord. Les saveurs de Scandinavie Les pays scandinaves ont une très ancienne culture gastronomique qui remonte à l’aire des Vikings. Danois et Suédois sont très attachés à leurs traditions de pêches, chasses et ueillettes. Les traditions : IS attachés à leurs traditions de pêches, chasses et cueillettes. Les menus scandinaves simples et chaleureux font la part belle ? la mer et aux rivières. Pour ce qui est de la viande, le renne élevé principalement en Laponie est typique dans leurs menus. On trouve aussi du bœuf et du porc en Suède ainsi qu’au Danemark.

Pour ce qui est des légumes, la pomme de terre accompagne quasiment tous les plats de l’Europe du Nord. Pendant les repas, les mets sont accompagnés de différentes boissons : café, thé, aquavit, lait ou encore bières et eaux minérales. Au quotidien, les ays Scandinaves font trois ou quatre repas Le petit-déjeuner est très copieux. En Scandinavie: charcuterie, œufs, tartines aux fromages ainsi que de la confiture, pain beurré. Le tout est accompagné de thé, lait ou café. Le déjeuner des pays Scandinaves est léger : deux tranches de pain garnies avec une bière ou un café.

En milieu d’après-midi un goûter. Le dîner scandinave est à base de poissons ou de viandes accompagnés de pommes de terre. Un fromage et un fruit pour finir. Le repas de Noël existe partout mais Noël en Scandinavie n’est pas un moment de gastronomie mémorable. En fait au Danemark, met sur table tous les plats communs (poissons, viandes, volailles). suivront les fromages et une salade de fruits au riz et à l’amande. En Suède, le repas de Noël consiste en un grand buffet où le chou rouge cuit se tient à côté du saumon, des saucisses et autres boulettes de viande.

On finira ce buffet par un riz au lait à l’orange. Table riz au lait à forange. Table de Noël en Suède Repas de Noël au Danemark a. La cuisine danoise. La cuisine du Danemark est encore faite avec des éléments de base qui datent d’avant 1860. En ce temps-là, les danois vivaient en quasi autarcie*. Chaque famille avait ses stocks de produits (porc salé ou fumé, orge pour la bière, pois cassés pour les féculents… ). Certains plats datant de cette époque sont encore servis de nos jours.

On peut citer par exemple : la bouillie de pain de seigle à la bière « [email protected] *» ou la morue séchée « klipfisk Grâce à la modernisation opérée lors de la deuxième moitié du 19ème et au développement du commerce de détail, la cuisine s’ouvre vers l’art culinaire. De nouveau mets apparaissent comme par exemple : des desserts à base de fruits, des salades de concombres et autres petits pois carotte en sauce blanche. s plats en sauce et les pommes de terre sont toujours d’actualité. Mais sous finfluence de certains pays comme les USA on voit se transformer des salades, apparaître le barbecue et les plats congelés.

La cuisine Italienne entre également dans la vie de tous les jours (pizzas, pâtes… ). On mange plus de viande principalement du porc que l’on consomme surtout au dîner. Certains plats d’autrefois étaient pour la classe aisée. À ce jour, grâce à l’industrialisation, ce n’est plus le cas. On trouve aisément : poulet, champignons de Paris, caviar (surtout des œufs de lump en vérité… ) Grâce au commerce les saisons n’existent plus. Des p 4 OF IS Paris, caviar (surtout des œufs de lump en vérité… ) Grâce au commerce les saisons n’existent plus.

Des produits plus exotiques les uns que les autres se trouvent : poivron, ananas frais, kiwi, crevette chinoise. Vers 1980, des grands chefs danois comme Erviln LauterBach on dit « stop » à la cuisine rapide et ont créé une cuisine originale danoise. Elle est basée sur le poisson et les légumes du pays. Durant la semaine, les danois prennent trois repas par jour. Un petit déjeuner, un déjeuner pris principalement en dehors e la maison composé de sandwiches au pain de seigle noir beurrés et garnis de poissons, viandes et fromages.

On les appelle « smorrebrod Malheureusement hors mis ces sandwiches, la cuisine danoise est assez peu prolifique en terme de gastronomie. On peut quand même se régaler d’un cabillaud poché au beurre fondu ou d’une oie pommes pruneaux et pommes de terre caramélisées accompagné d’une bière. Un dessert ? Pourquoi ne pas se laisser tenter par un gâteau aux pommes et sa chapelure dorée au beurre et à la confiture ? Sur Velbekommen ! [email protected] b. La cuisine suédoise. En préambule, il faut savoir que les suédois ont inventé le buffet. Le buffet est une façon de se restaurer en mélangeant les plats chauds et froids à sa convenance.

Alors peut-être d’autres bonnes surprises… En fait, de tous temps la cuisine suédoise s’est adaptée aux saisons. Les hivers interminables où Hon ne voit pas le soleil ou si peu. De fait, les suédois ont toujours fait une cuisine de conservation des aliments sous plusieurs formes : fumages, salaisons, fermenta cuisine de conservation des aliments sous plusieurs formes : fumages, salaisons, fermentation, stérilisation… on y trouve bien ûr, le poisson, le gibier et la viande. Grâce à leur pays largement pourvu en forêts, la cuisine comporte beaucoup de champignons, mûres, airelles…

Ces fruits se retrouvent dans les brioches qui réchauffent toute la population surtout en hiver. Mais il ne faut pas oublier les petits gâteaux à la cannelle. Ah ce climat !!! Le petit déjeuner est hors du commun et le français peut être choqué, voir dégouté de trouver devant lui du pâté de foie et du fromage sur des tartines au saut du lit. Ne parlons pas du poisson mariné ! Le midi juste un encas. Une tradition existe quand même : c’est le « fika ou pause repas : n prend dans un café une viennoiserie ou un petit sandwich peu importe le moment ou rheure.

Encore une fois, la pomme de terre est très souvent présente dans l’assiette, c’est le produit incontournable avec le saumon ! Saumon mariné à l’aneth sur sa tranche de pomme de terre. Le hareng n’est pas oublié bien évidemment, il est mariné dans une sauce mi- sucrée, mi- salée. Un autre plat des plus couronnés en Suède est le « kòttbullars » (boulettes de viande avec sa sauce aux airelles). Pour les encas, on peut se délecter d’une tranche de pain de mie avec du saumon fumé, des crevettes ou du hareng.

Pour faire passer tout cela, il y a l’incontournable aquavit (alcool) que l’on boit avec le café. Mais avant il y a quand même le dessert. L’un d’entre eux et très prisé des suédois : c’est la fraise suédoise. On la consomme en saison après l’avoi 6 OF IS eux et très prisé des suédois : c’est la fraise suédoise. On la consomme en saison après l’avoir plongée dans du chocolat. On peut se laisser tenter non ? Certains nutritionnistes disent haut et fort tous les bienfaits de la cuisine scandinave : beaucoup de fruits antioxydants, beaucoup d’oméga 3 dans l’huile de colza et dans le poisson.

On peut peut- ?tre y voir une base d’alimentation équilibrée qui sait peut-être même concurrence t’-elle la cuisine du Sud ? En tous cas, Smakllg mâltid ! Le gâteau princesse Il. La cuisine d’Europe du Sud. Les saveurs d’Europe du Sud : La cuisine espagnole est riche en saveurs grâce aux envahisseurs qui lui ont apporté aux cours des siècles des techniques et des aliments diversifiés. pour ce qui est de l’Italie, on n’y trouve deux influences principales dans les saveurs. Dans la péninsule la cuisine est diversifiée : pâtes, pizzas, desserts. Le Nord est sous influence Autrichienne (beaucoup de viandes polenta et riz)

CEspagne a un panel de très anciennes traditions accumulées avec les invasions qu’elle a connu, mais aussi en partie grâce à ses découvertes dans le nouveau Monde. Les arabes ont apporté le riz vers le 8eme siècle, le chocolat et la tomate ont été ramenés d’Amérique. Selon les régions, l’Espagne se tourne vers les terres ou la mer pour concocter une cuisine festive. La cuisine italienne quant à elle, est plus que millénaire. Les traditions culinaires se transmettent de mère en fille. Chaque maitresse de maison cultive son savoir et règne sans partage sur ses recettes de pasta*, pizza…

Au quotidien les esp cultive son savoir et règne sans partage sur ses recettes de pasta*, pizza.. Au quotidien les espagnols et les italiens font trois repas. Le petit déjeuner italien commence par un café et une brioche. En Espagne, café au chocolat et pain beurré le déjeuner espagnol se prend vers 14h : en Italie le déjeuner est complet évidemment des pâtes, viande ou poisson et fruit sans oublié l’expresso. Le dîner espagnol se prend vers 22 heures. Il est souvent composé de charcuteries, poissons frites ou omelette le tout accompagné de vin coupé de limonade le diner italien se prend en famille.

Pâtes, viandes suivis d’un fromage et d’un dessert on boit du vin et de l’eau. Le Noël espagnol est composé d’un dindon (pavo) et d’un gâteau de pâte d’amande. L’Italie se son côté commence part des pâtes sous toutes ses formes. Ravioli, cannelloni suit la dinde au four prise aux anglais. En dessert on trouvera le traditionnel panneton (grosse brioche aux raisins). La pizza italienne espagnole a. La cuisine espagnole. La paëlla La cuisine espagnole est basée sur une consommation importante de fruits et les légumes ainsi que de céréales et de riz (diète méditerranéenne).

Sans oublier l’huile d’olive qui est indissociable de la culture ibérique. Grâce à ces découvertes dans les différentes parties du monde et aux envahisseurs qui ont jalonné son histoire, la cuisine espagnole possède une gastronomie importante. Chaque région a ses traditions culinaires. On n’y trouve bien sur des plats de poissons : crustacés et fruits de mers en bord de li culinaires. On n’y trouve bien sur des plats de poissons : crustacés et fruits de mers en bord de littoral. Le Sud (Andalousie) concocte des spécialités froides comme le « gaspacho » : soupe froide, dans a montagne on se tourne vers les jambons, chorizo…

En Castille, le cochon de lait rôti est incontournable. On voit donc une multiple gastronomie dans ce pays de fêtes tant religieuses que sportives. Si bien sûr on admet que la corrida et les ferias sont des sports. L’huile cl’olive est omniprésente, les légumes tels que aux, tomates, oignons sont très utilisés. On trouve beaucoup d’épices comme le safran, la cannelle qui accompagne des plats salés- sucrés ou la traditionnelle paëlla ». Ces mets sont mijotés dans des plats en terre culte ou préparés sur de grandes poêles paellera) ou bien encore sur la plancha qui est apparue au 19ème siècle.

L’Espagne peut compter sur un million d’hectares de vignoble pour accompagner ses plats. Pour ce qui est de la charcuterie, on trouve partout différents Jambons, chorizo etc. Beaucoup de légumes et poissons se trouvent en conserve et sont servis en « tapas » : entrées. Il est donc difficile pour ne pas dire impossible d’établir un menu type sans risquer de vexer ce peuple au sang chaud. Essayons quand même. Une sangria (vin rouge et fruits coupés) servira d’apéritif et peut être suivie d’un gaspacho ou de tapas (calamar dans son encre, u de gambas à l’ail ou d’un jambon serrano).

En plat principal, on pourra se délecter d’une paëlla ou d’un agneau de lait mariné et rôti au feu de bois. Un fromage de brebis avant une pâtisserie robor d’un agneau de lait mariné et rôti au feu de bois. Un fromage de brebis avant une pâtisserie roborative comme la couronne des rois traditionnelle à Noël (el rosc6n de reyes*) enfin pour digérer on peut sortir de table en buvant une liqueur de pommes appelée manzana. A consommer avec modération, alors : Buen apetito ! Jambon serrano du roi b. La cuisine italienne. Agneau de lait rôti

La couronne La cuisine italienne reflète la culture rurale et familiale de ses insulaires. Elle est caractérisée par des produits très variés et par beaucoup de diversités régionales. Comme en Espagne on parle de diète méditerranéenne. Mais l’Italie consomme également fromages et charcuteries. Chaque grande région a ses cultures ainsi en Lombardie* on trouve le riz, dans les Alpes : la polenta et des fromages, du couscous en Sicile (influence des Berbères). La base de la cuisine italienne est sans contexte l’huile d’olive. Les italiens sont dans le « top 3 » des consommateurs mondiaux.

En ce qui concerne la boisson, l’Italie et un très grand pays de vins mais il ne faut oublier le café (expresso, cappuccino… ) incontournable dans l’art culinaire italien. Alors peut-on parler de plat national sans se tromper ? Difficile ! La pizza napolitaine, les pâtes à la bolognaise, tout le monde dira c’est l’Italie. Il est impossible de s’arrêter là. Toutes les régions ont des produits et des recettes exceptionnelles. On ne peut parler d’Italie sans parler de pâtes. On trouve des références qui datent du 3ème siècle avant JC. , ceci casse le mythe de Marco polo qui aurait ra 0 OF