DOSSIER AUDIARD FILM DU BAC

DOSSIER AUDIARD FILM DU BAC

DOSSIER HLM DU BAC : Jacques AUDIARD « De battre mon cœur s’est arrêté » l- LE RECIT/LE POINT DE VUE « Le récit est-il linéaire ou fait-il intervenir des retours en arrière ? des ellipses ? Le récit est en soit plutôt linéaire : il va dun point A à un point B de manière nette sans réelle discontinuité dans le déroulement du temps vers l’avant.

Pour autant il est à noter que le prologue du film (une scène de discussion entre Tom et Samy) se trouve être un flashback (le seul du film), puisqu’intervenant Swipe to page normalement plus ta néanmoins été décid u or 18 début afin de créer d lie, ersonnage principal pas, au dire du produ du film. Il a cette séquence au E. p facilement avec le tage ne permettant e trouver en Tom un personnage appréciable. Parmi les autres effets temporels que nous pouvons retrouver dans le film il y a naturellement quelques ellipses peu marquées (sommeils, journées sans événements, etc… . La seule grosse ellipse présente dans le film se trouve à la toute fin, après que Ihistoire se soit terminée (le réalisateur considère qu’il y a deux histoire dans le film : l’histoire à

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
proprement parler, ainsi que le développement du personnage). Cette ellipse de deux ans est signifiée par un carton, permettant de faire une longue avancé e dans le temps et pouvoir ensuite terminer le développement du personnage de Tom, le développement de l’histoir l’histoire principale étant maintenant terminé. Indiquez quelques exemples de séquences traitées rapidement tandls que d’autres sont plus dilatées Dans l’idée de représenter le monde brutal dans lequel évolue et travaille Tom, le film présente un traitement éclectique des séquences : la séquence des rats au début du film semble ne se passer qu’en quelques plans, de manière rapide, tandis que a séquence du couscous s’étire réellement ; elle se trouve amorcée dans un premier rendez-vous entre le père et le fils puis introduite dans un déjeuner avant de commencer réellement, en introduisant une pluralité des points de vue (vue sur le père d’un côté et sur le fils -en écho- de l’autre). Ce traitement différent permettant des séquences plus rapides contres d’autres plus lentes se retrouve avec les histoires de cœur de Tom.

La scène de drague entre Tom et l’amante de l’homme d’affaire russe est quasiment montrée en temps réel alors que les moments qu’il passe avec Aline dont il est réellement amoureux e trouvent être très courts, presque passés sous ellipses. DLe film donne-t-il la primauté au récit ou au protagoniste ? Le film est le réclt d’un personnage principal souhaltant changer de vie. Dès lors nous pouvons considérer que quand bien même le film se focaliserait sur le personnage il se focaliserait sur le récit ; c’est de toute façon ce que fait le film puisque le personnage principal est constamment présent et toute l’histoire et son déroulement tourne autour de lui, chaque action découlant d’une de ses actions ou promesse. 18 tourne autour de lui, chaque action découlant d’une de ses ctions ou promesse.

C]De quel cinéaste américain s’inspire-t-il ? (faites une recherche sur lui) jacques Audiard s’inspire bien évidemment de James Toback, puisque le film De battre mon cœur s’est arrêté est un remake du film Angers du réalisateur américain. Cet homme est un scénariste, réalisateur, acteur et producteur américain né en 1944 à New-York et ayant étudié à Harvard. Il est principalement connu pour avoir écrit et réalisé Fingers. Audiard base donc tout son film sur le scénario original de James Toback. * Trouvez 4 séquences qui sont racontées selon le point de vue e Tom (en focalisation interne) Le plan en voiture vers 54min 42 raconte l’histoire sous le point de vue de Tom.

Le plan à 3min 10 est lui aussi une vue subjective se basant sur un raccord regard du personnage de Tom. Le plan vers 8min 37 est du même ordre. Le mouvement de caméra ? 59min 54 permet aussi d’obtenir une focalisation interne. *Citez 2 moments où Tom est observé du point de vue de Miao Lin : sur quoi la caméra se concentre alors ? 59min 37 : La caméra se focalise sur une vue du haut du corps de Tom afin de montrer ses expressions et émotions après son incartade avec Miao Lin. h 6min 31 : Ici encore la vue de Miao Lin se focalise sur le visage de Tom. *Citez 3 moments où Tom est regardé par d’autres personnages 41 min 14 La caméra prend le point de vue de Miao Lin.

Le plan opérant un raccord regard avec le personnage de X à 3min 31 sur Tom est lui aussi une vue subjective, cette fois de Fabri avec le personnage de X à 3min 31 sur Tom est lui aussi une vue subjective, cette fois de Fabrice sur Tom. Le premier plan du film est lui aussi une possible vue subjective d’un personnage secondaire sur Tom. Cette vue serait ici celle de Samy discutant avec Tom. k Indiquez 3 moments où Tom est filmé dun point de vue omniscient Le plan large présent à 27min18 fait partie des plans « omniscient que nous pouvons retrouver dans le film. Il est en plan large et permet au spectateur d’en voir plus que ce que n’aperçoit Tom. ll- LES PERSONNAGES Comparer les 2 figures paternelles : allure, manières, langage Ily a deux figures paternelles totalement opposées dans le film pour Tom.

Il y a d’un part son père, grossier, calculateur, malintentionné et manipulateur ; qui n’hésite pas à se servir de son fils à des fins personnelles (épisode du couscous/Minskov). De l’autre il y a Mr. Fox, l’ancien impresario de sa mère, un homme élégant et raffiné, amical et essayant d’aider tom là où l’autre figure ne fait finalement que de s’en servir. *citez 2 scènes marquantes ou chacun apparaît La scène du couscous durant laquelle le père de Tom fait pression pour que celui-ci l’aide dans ses magouilles est marquante de par sa violence et la manière pernicieuse dont laquelle le personnage agit ; Audiard dit lui-même ne pas aimer et être gêné par ces scenes de violence. La scène de l’audition pour Mr.

Fox est elle aussi marquante uisque pour la première fois du film, de manière clairement montrée, Tom se trouve face à une figure paternelle qui ne le Juge 8 film, de manière clairement montrée, Tom se trouve face à une figure paternelle qui ne le juge pas et se trouve bienveillant avec lui, lui proposant de recommencer sa toccata ou bien de, s’il le veut, revenir. De cette scène se dégage une certaine tension de par la nature même de la scène (une audition), dont dépend la vie de Tom. Mais si cette scène marque c’est avant tout par la bienveillance du personnage de Fox, là où le père de Tom se montrait toxique. Comparer les 2 figures maternelles De nombreuses figures faisant office de personnage « mère » apparaissent dans le film. Parmi elles se trouvent les personnages de la petite amie de Minskov ainsi que celui de Miao Lin.

La première fait figure de miroir au personnage de Tom, n’étant finalement qu’un élément de plus persuadant Tom davoir fait le bon choix. Elle est tout comme lui aux crochets d’un mafieux et navigue sa vie en eaux trouble. Tom en écho à ses propres désirs lui suggère de changer de vie avant qu’il ne soit trop tard, c’est un miroir pour Tom ; tandis que la seconde est ntimement rattachée à l’image de la mère de Tom. Elle est tout comme elle immigrée (la mère de tom n’est pas native de France et Miao vient du Vietnam) et est elle aussi une grande pianiste. Cette figure est la seule dont laquelle Tom accepte de recevolr des critiques, signe de leur relation particulière, notamment de par le langage qui se crée entre eux au-delà de la langue pure. citez 1 scène marquante où chacune « apparaît » Pour ce qui est de la figure de Miao Lin, la scène à retenir est celle Se PAGF s 8 chacune « apparaît » celle se trouvant à 1h 6min 53 du film. Ici l’ambition du réalisateur est de représenter un espace dans lequel Tom se sent bien C’est pourquoi c’est un plan fixe calme, dans lequel le blanc et prédominant, sans interférences extérieures, dans lequel Tom apparaît serein. Cette scène est marquante en cela qu’elle prouve que Tom trouve son équilibre de paix en compagnie de Miao Lin. Pour ce qui est de la copine de Minskov, la scène entre elle et Tom dans les cabines est marquante en cela qu’elle est réellement intime, prenant son temps.

On y trouve une réelle intimité puisque le réalisateur choisit même de faire chuchoter es personnages, de sorte à ce que nous n’entendions pas tout ce qu’ils se disent, gardant finalement une part de secret dans ce qu’ils se disent, chose inhabituelle lorsque nous avons depuis le début du film l’habitude de suivre de près le personnage de Tom et de pouvoir habituellement percevoir distinctement ce qu’il fait. Comparer les 2 amantes (celle du père et celle de Tom) : Christine est la fiancée du père de Tom et est de ce fait perçue comme un ennemi par ce dernier, symbole d’un renouveau affectif pour son père, chose inimaginable pour notre héro hanté ar le souvenir très présent de feu sa mère aimante.

Qui plus est, il est en quelque sorte à charge de son père, ce qui le pousse à se trouver méfiant vis-à-vis des femmes qu’il rencontre. Aline quant à elle se trouverait être une fille dont Tom serait amoureux depuis longtemps ; 6 8 rencontre. Aline quant à elle se trouverait être une fille dont Tom serait amoureux depuis longtemps ; tout comme pour la copine de Minskov, Tom se retrouverait en cette femme, il se dit proche d’elle et être tous deux des « gamins » quand ils sont ensembles, incapable de se toucher où d’aller l’un vers [‘autre. Elle est elle aussi fiancée à un homme de mauvais aloi, au même titre que Tom est plongé dans son monde de crime à cause de l’influence néfaste de son père. Ils sont donc tous deux semblables.

Le personnage de Chris est étroitement lié à la figure du père, là où Aline en est plutôt éloigné, elle n’est pas rattachée à des contraintes comme Christine peut l’être (Tom doit demander de l’aide à Chris pour surveiller son père). En ce sens, les deux amantes sont rattachées de par leur posture à des figures maternelles, mais Aline représente pour Tom une image plus gréable, moins liée à celle de son père. Comparer les 2 comparses de Tom, Samy et Fabrice Fabrice et Samy sont les deux partenaires en affaire de Tom et font donc tous deux partie du monde sombre des magouilles de Tom. Ils sont semblables en cela : ils appartiennent à un même monde de brute ; mais cela mis à part ils diffèrent.

Samy est un personnage possédant une réelle sensibilité et une histoire, comme nous le montre le film dès le prologue, ce qui tend ? l’humaniser et à le rapprocher du personnage de Tom, là où Fabrice n’est finalement pas caractérisé autrement qu’au travers e ses mauvaises actions (il trompe sa femme et se montre peu sympathique ; pour lui « busines 7 8 mauvaises actions (il trompe sa femme et se montre peu sympathique ; pour lui « business is business » et il n’y a pas de pitié, même avec les amis). Samy, plus humanisé et sensible sait pour autant gérer entre vie personnelle et professionnelle, ce qui l’amène à vouloir conseiller Tom, se voulant aidant.

Cette distinction tend à rapprocher de Samy de Tom. *citez 2 scènes marquantes où chacun apparaît Concernant Samy, je pense que la scène marquante est celle du rologue, celle-ci permet plus que tout autre scène du film de créer une sensation d’humanité de la part de Samy ; ce qui le bonifie et nous laisse entendre dès le début qu’il est quelqu’un de profond. A l’inverse, la scène avec Fabrice la plus marquante dans ce qui s’y déroule, est celle où il discute avec Tom de ses conquêtes en plein après-midi dominical, comme s’il cherchait à prouver au spectateur qu’il reste une personne foncièrement mauvaise d’un bout à l’autre du film, sans se soucier de son environnement.

Indiquer en quoi les 3 rencontres suivantes font bifurquer la rajectoire du protagoniste : Fox, Aline, Minskov Fox permet à Tom de trouver face à lui une sorte de réceptacle pour l’image de sa mère et ainsi s’en souvenir, se remémorant du même coup sa passlon pour le piano et se créant le rêve fou de devenir comme sa mère un pianiste concertiste. Cette rencontre crée l’intrigue principale : celle de quitter sa condition en faisant autre chose, ce à quoi l’on aspire, même si ce rêve est insensé ; on ne devient pas concertiste à -30ans. Aline lui permet de renouer avec le 8 ce rêve est insensé ; on ne devient pas concertiste à —30ans. Aline lui permet de renouer avec les relations humaines franches.

Là où depuis le début Tom se cache derrière une certaine impasslbilité, en camouflant ses sentiments, il renoue avec sa part d’humanité franche, s’autorisant à être honnête avec quelqu’un. Cette relation le fait donc avancer dans son développement intérieur, son ouverture aux autres et sa vision du monde ; il aspire dès lors à quelque chose de plus vraie et de plus beau (scènes d’amours). Minskov quant à lui, lui permet de rompre définitivement avec son père, d’une part en le tuant (suppression de l’image du père), uis en lui faisant ensuite passer malgré lui l’épreuve ultime pour Tom, celle d’une forme de lâcher prlse avec son passe pour Tom, en acceptant la mort de son père et en décidant finalement de renoncer à sa colère et sa violence, dès lors qu’il laisse la vie sauve à Minskov. Ill.

LA MISE EN SCENE / L’ESPACE/ LE MOUVEMENT CIDonnez des exemples dans le film d’utilisation de la caméra épaule : Qui participe à la liberté du personnage La scène post-audltion dans laquelle Tom marche dans la rue au grand jour après son échec est accompagnée par une caméra épaule qui participe à la liberté de Tom, dans le sens ou pour une ois elle ne fait pas que fermer et restreindre le cadre. Ici elle le montre à la lumière (fig. positive) mais surtout prend le temps de tourner autour de lui une fois arrêté, ce qui lui laisse tus les horizons de libre. Qui accompagne la brutalité de ses mouvements Vers 7min 30 la caméra fi PAGF 18 tus les horizons de libre. Vers 7min 30 la caméra filme la scène de bagarre en accompagnant du « regard » les coups portés.

Ces mouvements viennent ici accompagner la brutalité et la violence de l’action, la caméra, au lieu de filmer en plan large, s’inscrivant elle-même dans le mouvement de violence. Qui l’encercle et l’enferme Le plan à 1h 22min 16 traduit bien une notion d’enfermement ; il est filmé sans air, sombre et obscur, ne laissant voir rien de là où se dirige Tom, le piégeant du même coup dans un cadre devenu trop petit et malsain. (Lisez aussi sur le dossier « le point technique » p 18 sur la caméra à l’épaule, utilisée depuis la Nouvelle Vague) n A plusieurs reprises, Tom est filmé dans des espaces clos, comme une voiture : repassez-vous ces moments dans votre tête et demandez-vous : comment est-il cadré ?

Il est dans ces moments-là cadré dans un plan rapproché ?paule/poitrine, l’équipement utilisé ainsi que les conditions de tournage en prise réelle ne permettant pas une grande ouverture du champ visuel. Ces cadres peuvent créer ou renforcer une sensation d’enfermement. Cédric Anger parle de « l’inquiétude fébrile des personnages et de leurs incessants déplacements, comme des animaux de laboratoire » : comment comprenez-vous cette affirmation ? Cette affirmation se retrouve dans le personnage de Tom, nerveux. Celui-ci s’est donné un but impossible, mais pour ne pas revenir sur ce but et réaliser son impossibilité, il avance constamment, sans chercher à prendre du recul su