Dom juan

Dom juan

Intro : Dans ces scenes, le surnaturel est symbolise par le spectre et par la statue ; En premier temps, l’apparition d’un spectre constitue le premier element irreel de cette piece. Il apparait tout d’abord «en femme voilee» et symbolise alors toutes les femmes trompees par le seducteur et qui reclament vangeance. Le voile est le symbole de la honte, anonymat. Il cherche ainsi a rappeler a Don Juan son peche principal, la luxure, a travers sa quete perpetuelle du plaisir, et le malheur qu’il a suscite autour de lui pour le faire culpabiliser et l’inciter a regretter.

Don juan est placee devant une possibilite de pardon : miserecorde signigie le pardon de dieu . Ensuite, il change d’aspect comme l’indique les didascalies ligne 11 et 12 : «Le spectre change de figure et represente le Temps avec sa faux a la main». Il devient alors la representation de la Mort et annonce a Don Juan son chatiment s’il ne desapprouves   pas ses actes. Puis le spectre «s’envole dans le temps que Dom Juan le veut frapper».

Le spectre est donc un esprit aux mulitples facettes, capable de toute metamorphose, envoye par Dieu pour avertir Dom Juan. Cette intervention de l’irreel a travers

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le spectre implique donc le surnaturel dans cette scene et lui donne une dimension extraordinaire, voire fantastique. En seconde temps, scene 6, la statue, element principale du surnaturel : elle represente le monde des morts. De plus, il y a comparaison entre la statue et dom juan, qui lui est vivant.

Conclusion : Le denouement etait previsible des l’acte 3, mais il se fait attendre et est precipite en 2 scenes. Ceci est contraire au denouement classique car tous les personnages ne sont pas reunis sur scene et leur sort n’est pas fixe. Ce denouement est ambigu. Au premier degre, la piece finit bien et Dom Juan est puni pour ses mefaits, mais au second degre, en defiant le destin, Dom Juan est un personnage hors du commun. D’autre part Sganarelle, le garant de la morale se montre pitoyable en reclament son argent a la mort de son maitre.

De plus, l’intervention du merveilleux comme manifestation divine n’est pas forcement credible donc on peut se demander si Moliere est sincere en faisant mourir son personnage ou si il se preserve de la censure. Dom Juan subit il une defaite ? Le « oh ciel » vient de la douleur physique et sa derniere parole lucide est « non ». Toute la puissance du ciel peut ecraser physiquement un homme mais elle ne peut rien contre la liberte de conscience et de pensee.