Docteur Folamour

Docteur Folamour

I. Présentation du film Le film que j’ai choisi, Docteur Folamour est une comédie, réalisé par Stanley Kubrick avec comme acteurs principaux Peter Sellers et Georges C. Scott. La sortie du film était prévue le 22 novembre 1963, mais ce Jour-là est assassiné le président John Fitzgerald Kennedy. La production va donc repousser la date de sortie au début de l’année suivante. A sa sortie en 1964, la tension entre les États-Unis et l’URSS avait baissé d un cran, rendant le film d’une actualité moins brûlante, le film reste très apprécier du public.

D’ailleurs, ce film est elon Bosley Crowther pour le New York Times « la plaisanterie macabre la plus choq même temps l’une d ncontrée, et en leuses et les plus de l’armée, encore acérées, dirigée cont la , Swip next page jamais montrée à l’éc 1. Le réalisateur : a. Sa carrière Stanley Kubrick est un réalisateur américain issu d’une famille juive new-yorkaise et grandit dans le Bronx. Grâce à la passion pour la photographie de son père, Stanley Kubrick à l’âge de 17 ans devient le plus jeune photographe-reporter.

Il réalisera 4 ans plus tard à la suite d’un reportage photo sur le boxeur Walter Cartier son

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
premier film, un court-métrage ocumentaire intitulé The Day of The Fight. I démissionnera plus tard pour se consacrer à la réalisation. Suite à de nombreux films réalisés, Stanley Kubrick est considéré comme Hun des cinéastes majeur du 20e siècl siècle aux côtés d’Orson Welles et Max Ophuls, deux de ses références.

Lors de ses 48 ans de carrière, Stanley Kubrick réalise au total 13 long-métrage dont ses plus connus : – Barry Lyndon (24 septembre 1976) – Shining (16 octobre 1980) – Full Metal Jacket (21 octobre 1987) – Les sentiers de la gloire (26 mars 1975) – Docteur Folamour (24 avril 1964) Quatre de ses films sont classés dans le top-1 00 de l’American Film Institute. Certaines personnes ce permettent également de dire que tous les films de Stanley Kubrick sont des chefs-d’œuvre. I reçoit 2 prix et 21 nominations au cours de sa carrière et finit malheureusement par mourir le 6 mars 1999 à l’âge de 70 ans. b. Le film dans sa carrière Dr.

Folamour ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et ? aimer la bombe est l’un des films cultes de Stanley Kub ick, classé comme étant troisième meilleur film humoristique américain derrière Certains l’aiment chaud de Billy Wilder et Tootsie e Sydney Pollack par l’American Film Institute en 2000, il a également remporté les 3 prix et 5 nominations suivantes • Oscars / Academy Awards 1965 (édition n037) Oscar du Meilleur film Oscar du Meilleur réalisateur Oscar du Meilleur acteur BAFTA Awards / orange British Academy Film Awards 1965 (édition nol 8) Meilleur film Meilleur film britannique de l’année Meilleur direction artistique britannique (noir et blanc) Meilleur acteur étranger Meilleur scénario britannique Ce film talentueux ne fait que renforcer l’image d’un auteur reconnu et respecté pour rofondes. 2 renforcer l’image d’un auteur reconnu et respecté pour ces ?uvres profondes. 2.

Les acteurs Les 2 acteurs principaux dans ce film sont Peter Sellers et Georges C. Scott. Georges C. Scott joue le rôle du général ‘Buck’ Turgidson et Peter Sellers joue 3 rôles : – Le capitaine Lionel Mandrake Leprésident Merkin Muffley – Docteur Folamour Avant la réalisation du film, Peter Sellers était au tout début animateur dans une émission de radio. Devenant vite un « énorme » succès populaire, il en profite pour enchaîner les films où il se fait un expert du déguisement et même de la multiplication des rôles. En 1962, Stanley Kubrick lui propose un rôle secondaire dans Lolita. Le film étant une réussite, Stanley Kubrick lui offre 4 rôles dans Dr. Folamour mais il n’en jouera que 3.

Petite anecdote : bien que Peter Sellers ne joue que trois personnages, il fut tout de même payé 1 million de dollars pour le film. C’est à dire 55% du budget. Kubrick a eu une phrase célèbre à ce sujet : « J’en ai eu 3 pour le prix de 6 Ce film le hisse au rang de star, il est nommé pour l’Oscar du meilleur acteur mais ne le remporte pas. Cet échec n’affectera pas sa carrière, si bien qu’entre ces deux tournages, Peter Sellers joue dans le film qui restera comme son plus gros succès . La Panthère Rose de Blake Edwards dans lequel il interprète l’inspecteur Jacques Clouseau. N’ayant pas vraiment d’information sur la carrière de George C.

Scott, on peut noter son superbe rôle de général paranoïaque. Petite anecdote : sur le tournage et entre les prises, Stanley Kubrick avait 3 général paranoïaque. Kubrick avait l’habitude de jouer aux échecs avec l’acteur George C. Scott. Kubrick, en joueur averti, a battu facilement et régulièrement son acteur, ce qui a eu pour effet d’augmenter l’admiration de ce dernier pour son réalisateur. 3. La société de production du film : La société qui produit le film n’est autre que COLUMBIA PICTURES. Columbia Pictures est l’une des plus grandes sociétés de production cinématographique et l’un des plus vieux des studios hollywoodien.

En 1919, une société de production nommé Cohn-Brandt-Cohn (CBC) Film Sales est créée par les frères Cohn ainsi que Joe Brandt son ancien associé. Cette société, devant le succès de la publication de fan magazine cinématographique commence à produire de nombreux courts métrages. En 1921, la CBC Film Sales Corporation distribua son premier long métrage : The Heart of the North (Harry Revier, 1921). La CBC entreprit dès 1924 une réorganisation interne et adopta un nouveau nom, soit la Columbia Pictures Corporation. La même année, la Columbia inaugura son emblème officiel, celui de la Columbia Lady, modélisé d’après la statue de la liberté.

L’arrivée du réalisateur ambitieux Frank Capra aidera énormément la Columbia : entre 1 927 et 1 939, Capra devient l’atout majeur de la Columbia, poussant Cohn à développer les projets et les budgets. La Columbia produit grâce à lui, « Lady for a Day » et « New York-Miami » (récompensé d’un Oscar) dans les années 1930. Grand amateur de comédies, Harry Cohn convainc (récompensé d’un Oscar) dans les années 1930. Grand amateur de comédies, Harry Cohn convainc la Columbia Pictures de signer avec les Three Stooges en 1934. La Columbia se met à produire des dessins animés puis par la suite des séries télé dans les années 1934.

Alors que la Seconde Guerre Mondiale fait rage, la Columbia Pictures est à son apogée. e public américain a besoin de se changer les idées en allant au cinéma et des stars de la Columbia comme Rita Hayworth attirent les spectateurs en masse. Malheureusement, Harry Cohn meurt en 1958 et la Columbia Pictures cesse de produire les séries télé. En 1968, la Columbia Pictures Corporation est rebaptisée Columbia Pictures Industries Inc. La Columbia s’associe à la Warner Bros dans les années 1 970 pour distribuer ses films ? l’étranger. Elle est finalement rachetée par Cola- Cola Compagny en 1982 puis par Sony Pictures Entertainment en 1989, mais le studio aujourd’hui est désormais en perte de vitesse.

Kubrick fait finalement racheter son film par Columbia Pictures pour qu’il ne compromette pas la sortie de son propre film contrairement à point limite (Fail-Safe) de Sidney Lumet, tourné la même année qui brode autour du même thème. L’exploitation en salle de Point Limite sera reportée à octobre 1964. 4. Le film Si Dr. Folamour est aujourd’hui un succès mondial, c’est avant tout grâce à au scénario hilarant et absurde qu’apporte Stanley Kubrick au scénario cauchemardesque de fin du monde au roman duquel il rachète les droits. Le film a justement d’autant plus d’impact qu’elle joue sur le rire, peu S rachète les droits. peu de films regorgent autant de répliques cultes (« Gentlemen, you can’t fight in here.

This is the war room » : « Messieurs, vous ne pouvez pas vous battre ici. C’est la salle de guerre »), de théories omplètement absurde (la théorie du Dr. Folamour, préconisant une vie sous terre avec un ratio de 10 femmes par homme – et la réaction de Turgidson) ainsi que de nombreuses scènes d’anthologie (par exemple, où le commandant de bord du B-52, chapeau texan sur la tête, chevauchant la bombe larguée de l’avion). On remarquera le génie comique de Peter Sellers qui interprète ses 3 rôles avec perfection ! Le rôle de ses personnages sont très différents, par exemple, le rôle du président qui est très calme et réfléchit et le rôle du Dr.

Folarnour qui est agité et très expressif, il st presque méconnaissable… Petite anecdote : le monologue final de Folamour a totalement été improvisé par Peter Sellers, ce qui montre clairement son « potentiel comique » si l’on observe la 86′ minute du film, on aperçoit Peter Bull (l’ambassadeur russe Alexi de Sadesky) qui essaie vainement de retenir son fou rire face à la prestation de Peter Sellers ! Ce film est l’un des ses chef-d’œuvre où on retrouve le sens du cadrage de Kubrick (les scènes de la War Room), une photographie éblouissante de Gilbert Taylor (toute en noirs et blancs bien contrastés) ou encore une utilisation pertinente de la musique.