Dissertation sur le roman

Dissertation sur le roman

Le roman est un genre litteraire aux contours flous caracterise pour l’essentiel par une narration fictionnelle plus ou moins longue, ce qui le distingue de la nouvelle. La place importante faite a l’imaginaire transparait dans certaines expressions comme « C’est du roman ! » ou dans certaines acceptions de l’adjectif « romanesque » qui renvoient a l’extraordinaire des personnages, des situations ou de l’intrigue. Le romancier est donc celui qui ecrit des romans,ou entrent en grande part l’imagination et la subjectivite comme dit precedemment.

D’apres Maupassant dans son essai « le roman » inclu dans la preface de pierre et jean, il existe deux type de romanciers : « Le romancier qui transforme la verite constante, brutale et deplaisante, pour en tirer une aventure exceptionnelle et seduisante » et « Le romancier, au contraire, qui pretend nous donner une image exacte de la vie ». Dans ce cas le romancier tente de faire abstraction de son propre moi c’est a dire qu’il ne fait pas entrer en compte sa propre personne. Il est donc legitime de se demander si le romancier doit s’introduire ou non dans ses romans.

Dans un premiers temps nous nous demanderons si le romoit doit etre le reflet de son auteur et dans un second

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
temps il s’agira de determiner si au contraire il vaut mieu que le romancier fasse abstraction de sa propre personne. Le roman doit-il etre le reflet de l’auteur? Bien souvent on remarque que le roman est le reflet de l’auteur, en effet le romancier consciemment ou non, fait appel a son moi. Il a une certaine vision des choses de par son experience. Il ne peut se detacher de lui-meme. Il ne peut voir les choses comme un autre romancier ‘auteur avec ses pensees, ses opinions et sont ame se retrouve donc la plus part du temps dans un des personnages de son roman. L’auteur profite de son roman soit pour s’etudier lui-meme et s’offrir de facon visible ou discrete comme sujet d’analyse. Il peut aussi etre « engage » et faire passer un message politique ou philosophique ou encore decrire son mode de vie et celui de son epoque par exemple Proust, « A la recherche du temps perdu » : Il s’auto analyse sur la facon dont lui revient un souvenir d’enfance simplement en trempant une part de gateau, une madeleine dans son the…

En effet on percoit une vision du monde vu par l’auteur. Ainsi dans Bel-Ami, Maupassant a une vision tres pessimiste de la vie. Contrairement a Balzac, Maupassant montre dans son roman des personnages negatifs, corrompus par l’argent. Duroy se sert de son charme aupres des femmes, il reussit dans un milieu auquel il ne connait rien et reussit son ascension sociale en epousant la fille de son patron. D’apres Maupassant dans la haute societe on ne trouve rien, comme le montre la scene ou Duroy va chez Walter, derriere un magnifique et tres grand hotel particulier il n’y a absolument rien, c’est vide.

Tandis que dans le Pere Goriot il y a des personnages tres negatifs comme Vautrin et les filles du Pere Goriot mais il y a quand meme des personnages positifs, de plus Rastignac reussit par ses talents, pas par ses vices. Et lors de la visite chez Madame de Bauseant (semblable a celle que fait Duroy chez Walter) Rastignac trouve des obstacles dans la montee mais il trouve une personne extraordinaire, qui a des valeurs, Balzac croit malgre tout qu’il y a des personnes positives.

On peut dire aussi que Zola, dans certains passages de Germinal, deforme la realite pour faire passer son message. C’est-a-dire qu’il ne montre pas la realite telle qu’il devrait le faire en tant que naturaliste, il montre la realite telle qu’il veut la faire voir au lecteur. Ainsi dans beaucoup d’? uvres les auteurs mettent une partie d’eux-memes. Maupassant met dans Bel-Ami sa vision tres negative de la vie, tous les personnages sont mauvais et le personnage principal l’est encore plus.

De plus Duroy travaille dans le journalisme comme Maupassant, il a ete en Algerie, comme Maupassant, il a une moustache et c’est un seducteur tout comme Maupassant, une fois de plus. Ainsi Flaubert dans Madame Bovary s’identifie a son personnage, ce roman raconte la vie ennuyeuse d’une femme ou il ne se passe rien, il le dit lui-meme ce livre est un livre sur rien, sur le neant de la vie qui aboutit a la mort, dans le livre Madame Bovary se suicide.

Flaubert decrit son propre mal de vivre autour d’une fiction, donc ce livre qui est, en apparence, un livre realiste qui decrit la vie de l’epoque, Si on prend a present le cas de Camus avec l’etranger on se rend compte qu’il existe des vrais ressemblances chez les deux personnages, comme meursault camus est un francais vivant en algerie, egalement comme meursault camus est orphelin de pere ils ne sont donc pas differents, Camus raconte ses impressions sur les villes algeriennes. Ce sont ses propres experiences, il parle d’ailleurs a la premiere personne et utilise des termes subjectifs qui montrent son adoration pour le lieu.

On retrouve egalement ceci dans aurelien un ouvrage d’aragon ou aurelien le personnage principal incarne le fameux « mal du siecle » qu’avait connu l’ecrivain pendant sa jeunesse, mais que cela apporte t-il ? cela apporte un temoignage reelle de la part de l’auteur, une certaine authenticite qu’on ne retrouve que dans ces romans. Un roman doit toucher le lecteur (etre vrai sur le plan psychologique) , interesser le lecteur (etre vraissemblable), passionner le lecteur (coherence, integrite, il faut qu’il soit veridique). Mais il peut neanmoins prendre des libertes avec la realite toujours selon l’auteur.

Dans l4ere du soupcon, Nathalie Sarraute denonce les romanciers de trop s’initier dans leur roman en usurpant le role des personnages, d’apres elle le roman n’est plus roman et toujours d’apres elle le roman ne doit pas etre le reflet de l’auteur. Mais tous les exemples cites precedemment ont connus de grands succes ce qui prouve que c’est un avantage important. Voila pourquoi il est important que le roman reflete plus ou moins son auteur mais ce n’est pas forcement une obligation, d’autre peuvent preferer ecrire un ouvrage sans s’impliquer personnellement. ‘auteur fait abstraction de son moi et parle d’autres sujets : Il est necessaire pour le romancier d’arriver a « s’effacer » de son roman, le realisme et autres mouvements litteraires favorisent cette optique. D’ailleurs cela nous permet d’avoir un point de vue objectif d’une epoque, d’un sujet ou meme d’un evenement comme en temoigne le roman l’assomoir de zola ou se dernier peint la societe a travers la vie de Gervaise,ouvrage totalement consacre au monde ouvrier et, selon Zola, « le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l’odeur du peuple ». L’ecrivain y restitue la langue et les m? urs des ouvriers, tout en decrivant les ravages causes par la misere et l’alcoolisme. . Evidemment que de nombreux sujets sont interessants sur le plan litteraire, philosophique, historique ou autre sans que l’auteur soit oblige d’y inclure sa personnalite. Au contraire meme la recherche de l’objectivite exige une position neutre dans l’expose des faits ce qui est particulierement important en histoire. Finalement

Il te reste alors a faire la conclusion en forme de Synthese c’est a dire de conclure que les deux attitudes se completent et ne sont pas a rejeter. Dans la vie rien n’est binaire, il n’y a pas le bien d’un cote et le mal de l’autre mais une multitude de nuances. Tu dis: « Ensuite, je souhaite expliquer en quoi le roman est parfois le miroir de la vie de l’auteur et de ses pensees.  » Selon moi, c’est le sujet de ta TROISIEME PARTIE OU DE LA SYNTHESE.

En tout cas, ca ne peut pas etre le theme de ta seconde partie et pour cause, le sujet n’est pas « Le roman est-il le reflet…mais bien doit-il etre?…. nuance, nuance.. Tu vas te dire alors, si ce n’est pas le sujet, alors pourquoi en parler dans la 3eme partie. Et bien tout simplement parce que . Il va analyser les situations differemment y compris dans des romans de science fiction, de fantastique…Meme si les situations sont absurdes ou totalement inventees, le romancier aura une certaine vision des choses.

Le fait meme d’imaginer une societe futuriste (attention, il s’agit bien d’un exemple : on peut dire la meme chose pour une histoire qui se deroule dans le passe), implique necessairement un developpement qui repose sur le vecu meme si le roman parle de choses totalement inimaginables. D’ailleurs, y a-t-il des choses inimaginables ? Ces choses inimaginables ne sont-elles pas le fruit du passe et donc de ce que voit ou ressent l’auteur dans son monde contemporain ? A toi de developper ca et de voir pour quelle raison, concretement, un auteur ne peut se detacher de son ego.