Dissertation sur le bonheur

Dissertation sur le bonheur

Francais Dissertation « Travailler a son propre bonheur, c’est travailler a sa propre destruction. » P. Bruckner L’idee soutenue par l’ecrivain francais, c’est qu’a force d’avoir fait du bonheur un ideal absolu, nous nous somme condamne a etre malheureux. L’«obligation d’etre heureux» est paradoxalement devenu une source d’angoisse et de misere morale. Nous vivons en effet depuis le 18e siecle dans le culte du bonheur a tout prix. Comme nous ne croyons plus a la vie apres la mort, nous exigeons le paradis sur terre.

Pour Bruckner, a cause de cet ideal de perfection, nous meprisons tout ce qui n’est pas a sa hauteur. L’idee de ne pas vivre dans une euphorie perpetuelle nous fait paniquer. Combien de fois entendons nous par jours, des gens expliquer qu’ils ont un nouveau mp3, des nouvelles lunettes de soleil, un ticket pour le dernier concert de Jonny. Un petit peu de bonheur pour quelques sous. Rien de plus facile ! Et puis c’est tellement plus chouette de vivre avec des gens heureux. C’est vrai. Vous aimeriez, vous, passer la journee avec des depressifs ?

Qui ne disent pas bonjour le matin, ne repondent pas au telephone quand vous avez besoin d’eux, et par-dessus tout vous engueulent pour la moindre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
betise ? Bien sur que non. Personne n’aime ca et puis maintenant les gens sont tellement fragiles. A cause d’une societe qui va mal certainement. Les gens voient trop de problemes autour d’eux, alors ils prefere s’enfermer dans leur « bulle de bonheur ». Et oui. Le bonheur ca rend les gens bien. Mais pour combien de temps ? Et comme chaque element benefique a l’homme, ce dernier se sent oblige de courir apres, pour mener une vie correcte.

Cela me fait penser au superstitieux qui se dit « Merde, un chat noir viens de traverser la route, faut qu’je fasse demi-tour, si non il va m’arriver une tuile ! ». Vous aussi vous trouvez ca debile ? Et pourtant…Le malheur fait peur, et les gens deviennent de plus en plus trouillards. Par consequent leur bonheur devient illusoire. Mais une vie ‘ tout en bonheur’, autrement dit parfaite, serait-elle meilleure qu’une vie ou l’imprevu nous gagne a chaque instant, ou le bonheur et le malheur viendraient nous rendre visite alternativement ?

Ce serait monotone. Et comme l’homme a un penchant contradictoire, il vous repondra qu’il n’aime pas la monotonie ! Bruckner a constate que les 80% de notre vie sont faits de moments neutres, ni heureux ni malheureux. Nous sommes donc contraints de nous avouer en prive, la triste verite: notre quotidien est banal et ennuyeux. La crainte que les autres soient plus heureux est ainsi a la base des deux grandes passions democratiques: l’envie et la jalousie. L’obsession du bonheur nous empeche donc d’etre vraiment heureux.