Dissertation redige

Dissertation redige

général ? b) e sujet : il est ess en le reprenant intég citation, soit en le res dégager l’idée essent Il est important que Dissertation redige Premium By souksje I uapTn 07, 2015 II paw_s Méthodologie de la dissertation à partir d’un sujet : « Est-il nécessaire de connaître la VIe d’un auteur pour apprécier son œuvre ? » 1. L’introduction : Elle a un rôle de présentation qui doit comporter quatre étapes distinctes : a) L’accroche • c’est elle qui va donner le thème de l’ensemble.

Elle répond à la question « quoi ? » Quel est le thème next page 1 s l’introduction, soit s Sil s’agit d’une I est possible d’en uoi il est question dans le devoir en lisant l’introduction. c) La problématique : la dissertation part d’un thème large (l’orientation littéraire donnée par le sujet) à l’intérieur duquel se dégage un débat, or dans ce débat deux thèses vont s’affronter. Ce qu’on appelle la problématique est une démarche argumentative correspondant au débat à l’intérieur duquel s’affrontent les thèses.

Déterminer la problématique consiste ? identifier quelle question, quel problème il faut résoudre à travers les différentes étapes du devoir. Elle répond à la question « quoi de particulier

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
? » Quelle est la problématique ? d) L’annonce du plan : elle ne peut être rédigée que lorsque le plan est au point. estimait que « Lorsqu’on écrit, quel que soit le sujet, on ne fait que parler de soi-même »1. Un tel propos conduit assurement à réfléchir sur les rapports qui peuvent exister entre la vie et l’œuvre d’un écrivain.

Plus encore, l’auteur des Fleurs du mal nous livre comme préambule à son recueil cette autre considération : « Lecteur, lis-moi pour apprendre à m’aimer Dès lors le lecteur peut s’interroger : doit-il obligatoirement apprécier ‘auteur uniquement pour son œuvre, indépendamment de sa Vie ? Pourtant à partir du moment où un élève étudie la littérature, que ce soit à l’école ou à Puniversité, il se trouve dans l’obligation académique de s’intéresser à la vie de l’auteur où à la période historique correspondant à l’œuvre qui lui est enseignée.

En d’autres termes le développement du goût à la lecture se trouverait-il étroitement lié à la connaissance biographique des auteurs étudiés ? Dès lors, afin de tenter d’apporter une réponse à la question initialement posée, il importe tout d’abord d’observer Sil est ossible d’apprécier une œuvre sans avoir recours à des repères biographiques. Ensuite il apparait intéressant de s’interroger sur l’intérêt qu’apporte une biographie d’un auteur pour mieux apprécier sa création.

Enfin l’analyse de ces deux aspects apparaît essentiel si l’on veut proposer au lecteur un mode d’emploi à la fois pour lire mais aussi et surtout apprécier les textes. 2. Le plan La nature du sujet et la problématique conduisent à élaborer le plan. Il est impératif de s’interroger sur ce que demande de faire la consigne : c’est la démarche engagée par le sujet qui définit le plan du devoir.

Généralement on retrouve d Il c’est la démarche engagée par le sujet qui définit le plan du devoir. Généralement on retrouve deux types de démarche 2. 1 . Le sujet demande de discuter la validité d’un jugement sur telle ou telle œuvre ; dans ce cas, il importe de commencer par appliquer le jugement à l’œuvre avant de passer à d’éventuelles limites, voire à des objections. — Plan dialectique (ou critique) : il oppose 2 thèses et tente ensuite de les concilier ou de les dépasser.

Le sujet que je t’ai proposé impose d’être traité de façon dialectique, le plan de ton Anabac me semble suffisamment ertinent, aussi trouveras-tu ci-après ce même plan plus simplifié avec en outre une formulation et des exemples parfois différents ; artificiellement j’ai volontairement décomposé chaque paragraphe afin de mieux te montrer l’importance de leur construction . On peut apprécier une ceuvre littéraire sans connaître la vie de son auteur… On applique positivement le sujet proposé) La lecture d’un ouvrage, lorsqu’elle émane d’une initiative personnelle, n’implique aucunement de devoir connaître la vie de son auteur. Plus encore la compréhension et l’appréciation de l’œuvre peuvent se faire aisément sans avoir recours à des echerches savantes, lesquelles pourraient du reste enlever tout plaisir, toute poésie au livre choisi. 1. 1 . Une œuvre peut-être appréciée pour elle-même. (Idée maîtresse). 1 . En effet, on peut lire et aimer un roman sans rien connaitre de son auteur, l’atmosphère peut être suffisamment envoûtante pour nous permettre de solliciter notre imaginaire. (Argument). 1. 1 . 2. Ainsi dans le roman de « Abbé Prévost intitulé Manon stinée Lescaut (1731), on suit ave 1 Ainsi dans le roman de l’Abbé Prévost intitulé Manon Lescaut (1731), on suit avec intérêt la destinée amoureuse des deux éros, Manon et le chevalier Des Grieux, et la connaissance de l’auteur n’est pas indispensable pour mieux comprendre ce roman d’éducation.

L’intérêt réside davantage dans les péripéties des personnages, lesquelles permettent de mieux appréhender les mœurs du dix-huitième siècle. (Exemple). 1. 2. En outre une œuvre peut être comprise par elle-même et par soi-même. (Idée maîtresse). 1. 2. 1 À partir du moment où l’on choisit de lire un roman, il peut apparaitre superflu de rechercher ici et là des informations sur l’auteur, qui plus est lorsque celles-ci n’apportent aucun éclairage t ont même tendance à dénaturer Poeuvre. (Argument). 1. 2. 2.

Paul Valéry, par exemple, s’indigne qu’on noie les oeuvres sous des connaissances qui ne l’éclairent pas et même l’encombrent et conçoit plutôt la lecture comme un départ ? l’aventure. « Je ne vois rien dans tout ceci qui me permette de mieux lire ce poème, de l’exécuter mieux pour mon plaisir On m’enseigne des dates, de la biographie ; on m’entretient de querelles, de doctrines dont je n’ai cure, quand il s’agit de chants et de l’art subtil de la voix porteuse d’idées Que fait-on de ce qui s’observe immédiatement dans un texte, des sensations u’il est composé pour produire ?

Il sera bien temps de traiter de la vie, des amours et des opinions du poète, de ses amis et ennemis, de sa naissance et de sa mort, quand nous aurons assez avancé dans la connaissance poétique de son poème, c’est à dire quand nous nous serons fait l’instrument de la chose écrite, de manière que notre voix, notre 4 OF Il manière que notre voix, notre intelligence et tous les ressorts de notre sensibilité se soient composés pour donner vie et présence puissante à l’acte de création de l’auteur. » (Exemple). 1. 2. 3.

D’ailleurs n’est-il pas plus intéressant de développer on sens critique et sa propre interprétation et ne pas se laisser enfermer dans les considérations superfétatoires d’un biographe ? (Argument). 1. 2. 4. Cest notamment le cas pour la poésie des symbolistes, l’interprétation d’un poème de Mallarmé peut-être très personnelle et aller même au-delà de ce que l’écrivain veut nous signifier. La sensibilité de chacun est ainsi sollicitée indépendamment de toutes connaissances biographiques. (Exemple). 1. 3. Surtout quand la vie de l’écrivain est loin d’être exemplaire. Idée maîtresse). 1. 3. 1 . La lecture de la vie de certains auteurs est parfois écevante dans la mesure où l’on apprend, parfois avec effroi, leurs défauts majeurs. (Argument). 1. 3. 2. L’antisémitisme de Céline peut atténuer l’appréciation d’une œuvre comme Voyage au bout de la nuit alors qu’il s’agit sans doute d’un des plus beaux romans du vingtième siècle. De la même façon doit-on condamner l’ensemble des œuvres de Sartre parce que ce dernier était communiste et n’a jamais réellement condamné les crimes de Staline ? Exemple). Il. … Cependant la biographie d’un écrivain peut permettre de mieux comprendre son œuvre… (On objecte ou on nuance la première analyse) La formation littéraire du collège à l’université en passant par le lycée impose d’enseigner l’histoire littéraire dans la mesure où il est communément admis d’enseigner l’histoire littéraire dans la mesure où il est communément admis que les biographies d’écrivains peuvent éclairer leur(s) œuvre(s). ZI.

La création d’une œuvre répond le plus souvent à des motivations personnelles. (Idée maîtresse). 2. 1 . 1 . Il importe parfois, pour mieux saisir la portée d’une œuvre, de connaitre les circonstances, les motivations personnelles d’un auteur qui sont à l’origine de sa création. Argument). 2. 1 . 2. Ainsi on peut mieux appréhender la passion amoureuse de Frédéric pour Mme Arnoux dans L’Éducation sentimentale (1869) de Flaubert quand on connait la passion de jeunesse de ce dernier pour Mme Schlésinger. Exemple). 2. 1. 3. Cet aspect est encore plus vrai lorsque l’auteur se met lui- même en scène. (Argument). 2. 1. 4. Cest par exemple le cas dans le roman de Jules Vallès intitulé l’Enfant (1879), en effet la maltraitance dont est victime Jacques Vingtras de la part de son père prend un tour encore plus dramatique quand on sait que ce personnage incarne l’écrivain. 22. Par ailleurs, pour comprendre une œuvre il importe de saisir les intentions de l’auteur dans un contexte historique et social. . 2. 1 . Cest en effet le cas pour les œuvres dont l’histoire se passe dans une époque contemporaine de l’auteur. (Argument). 2. 2. 2. On ne peut ainsi saisir le théâtre de Molière qu’en ayant une bonne connaissance de la société du dix-septième siècle et en particulier des travers des courtisans de Louis XIV. De la même façon, on appréhendera plus facilement la satire sociale de Maupassant dans Boule de Suif 1 880 si l’on a une certaine connaissance de ce que fu 1870 et l’invasion p 6 1