Dissertation

Dissertation

Dissertation Sujet : Après avoir présenté l’évolution du marché de la musique en France, vous expliquerez pourquoi et comment l’état tente de le réglementer. L’évolution du marché de la musique en France est en décadence. En effet la musique numérique explose tandis que la musique physique chute. De 2002 à 2009, le cours du marché de la musique s’est discrédité. Effectivement, depuis 2005, nous remarquons une baisse du chiffre d’affaire qui ne fait que s’intensifier au cours des années.

Le marché de la vien « ext musique en France s sont les ventes physi sur un marché, qui c et les ventes numéri orrespondent au tél p g eurs distincts, qui tes qui se font DVDs musicaux, tes fictives, qui gal ou non, comme les sites en ligne (iTunes par exemple). Mais le principal problème est que beaucoup de personnes arrive à passer outre, et télécharge illégalement, donc en toute gratuité. Ces achats via internet entrainent une forte diminution du pouvoir d’achat sur le marché de la musique, et donc un problème économique.

L’Etat tente alors de remédier à ce problème de téléchargement illégal en instaurant la loi Hadopi dans le but de ralentir ces téléchargements illégaux, voire de les stopper. Pourquoi PEtat veut-il

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
réglementer le marché de la musique en France ? Premièrement, nous étudierons l’évolution du marché de la musique en France, avec la chute des ventes physique et l’ascension des ventes numérique. Secondairement, nous verrons les techniques mises en place pour réduire les t téléchargements sur Internet, avec la mise en place de la loi Hadopi et les conséquences et résultat de celle-ci sur le marché de la musique en France. ) L’évolution du marché de la musique en France Tout d’abord, nous allons voir à quoi est dû la chute des ventes hysiques, puis nous regarderons comment s’est déroulé l’ascension des ventes numériques. A La chute des ventes physique Les ventes physiques sont les ventes destinées à être vendue dans un magasin. A partir de 2003 on observe déjà une diminution des ventes physiques de musique qui deviendra de plus en plus dramatique.

En effet, au fur et à mesure du temps, nous assistons à l’effondrement du chiffre d’affaires des producteurs de musique français. Une baisse considérable des ventes de 2002 à 2009 est enregistrée par la SNEP (Syndicat National d’Edition Phonographique). Cette diminution des ventes a débuté avant même que le téléchargement illégal massif débute. En effet, avant son apparition, de 2002 à 2003, on observe une baisse du chiffre d’affaire passant de 1 302 millions d’euros à 1 112 millions d’euros.

Nous observons ainsi qu’en 2002 nous passons de 1302 millions d’euros de chiffre d’affaire, à 512 millions d’euros en 2009, c’est-à-dire une baisse d’environ 60 %, ce qui représente plus de la moitié du chiffre d’affaire d 2 c’est-à-dire une baisse d’environ 60 ce qui représente plus de la moitié du chiffre d’affaire des producteurs. En effet, en 2003, es ventes physiques de musique représentaient 1 112 millions d’euros pour baisser à 953 millions en 2004. En 2005, ce marché a encore diminué et est passé à 935. 5 millions d’euros, pour être en 2006 à seulement 819. millions. En 2007, le marché de la musique des ventes physique ne représentait plus que 662 millions d’euros et en 2008, ce secteur tombe à environ 530 millions puis à 512 millions en 2009. C’est donc en 2004 que nous voyons apparaître une nouvelle façon de vendre et acheter de la musique, on parle de ventes numériques, qui consistent à vendre des musiques sur un marché fictif. La diminution des ventes physique s’explique donc par l’effondrement de la vente du CD, où les échanges entre vendeurs et acheteurs se faisaient dans un lieu réel.

Avec l’arrivée d’internet, de la vente et du piratage cela a amené le marché à s’effectuer dans un endroit fictif. Ce marché fictif a causé bien des inconvénients : le premier étant les chiffres d’affaire des producteurs. S’il n’y a plus d’acheteurs, le producteur ne vend plus donc automatiquement, son chiffre d’affaire décroit. La progression des ventes numériques révolution du marché mondial de la musique se développe e plus en plus vers le numérique. En effet ce marché est très concluant et positif pour la vente de musique numérique.

En 2008, les ventes numériques ont augmenté de 24. 6 millions d’euro par rapport à l’année précédente qui comptait 50. 8 millions en 2007. L’apparition des ventes numériques a débuté en 2004 -après une bai 3 comptait 50. 8 millions en 2007. L’apparition des ventes numériques a débuté en 2004 -après une baisse des ventes physiques- il y avait déjà 9 millions d’euros concernant les ventes numériques et augmente jusqu’en 2009. C’est donc en eulement 5 ans, que les ventes numériques ont prit une place conséquente grâce au téléchargement légal et à l’achat en ligne sur internet.

L’arrivé d’internet est en effet un facteur important de l’accroissement des ventes numérique, car dès lors de son apparition, le marché fictif de la musique a été mis en place. C’est grâce à internet qu’un marché fictif peut donc exister. L’arrivé d’internet a dématérialisé la vente de la musique, ainsi les ventes numérique on considérablement fait diminuer les ventes physiques, car beaucoup plus de personnes préfèrent cheter via internet, pour la commodité, ou d’autres opte pour la facilité en piratant.

Depuis 2004, les chiffres des ventes numériques ne cessent de croître. En 2004 le marché fictif des ventes numériques compte 9 millions d’euros, en 2005, 30. 7 millions et en 2006, 43. 5 millions. En 2007 le marché représente 50. 8 millions d’euro, puis en 2008, 77. 2 millions. C’est en 2009 qu’il est à son apogée et compte 75. 8 millions d’euros tandis que les ventes physiques sont elles à 512 millions d’euros ce qui est peu comparé à fascension en flèche des ventes numériques, ui malgré tout ne dépasse pas encore les ventes physiques.

Mais l’augmentation de ventes physiques est également du au changement de comportement du consommateur, qui évolue avec son époque et préfère donc utiliser internet pour échanger des biens et des services. A l’heure d’aujourd’hui, on compte un français sur deux qui télécharge via internet. Le marché de 4 A Pheure d’aujourd’hui, on compte un français sur deux qui télécharge via internet. Le marché de la musique en France est aujourd’hui délicat.

En effet, les ventes numériques sont en perpétuelle augmentation et ont diminuer les ventes physiques. De ce fait l’Etat veut trouver une solution afin de remédier à ce problème qui cause une diminution du chiffre d’affaire des producteurs. Il) Les techniques mises en place pour réduire les téléchargements sur internet Premièrement nous allons voir quelle loi est mise en place et dans quel but, et secondairement, nous étudierons les conséquences et les résultats de la loi sur le marché de la musque.

A- Mise en place de la Loi Hadopi La Loi Hadopi, qui signifie Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits Internet, à été mise en place ar l’Etat- Cette loi consiste à sanctionner toutes personnes piratant illégalement de la musique sur internet, ou alors reproduisant les contenus numériques protégés par un droit d’auteur. Suite a l’augmentation soudaine en 2004 des ventes numériques, retat a donc décidé de mettre en place cette loi afin de relancer les ventes physiques ainsi que le chiffre d’affaire des producteurs.

C’est la commission de protection des droits (CPD) qui se charge d’envoyer des recommandations aux personnes n’ayant pas respecté la loi. Tout d’abord lorsqu’un internaute téléchargera illégalement une œuvre musicale ou inématographique depuis internet, il sera rappelé à l’ordre, dabord par l’envoi de mails d’avertissement puis, en cas de récidive, dune lettre recommandée, et enfin par la suspension, voire la résiliation de son abonnement Internet. Cette nouvelle manière de recevoir des rappels à l’ordre permettr S résiliation de son abonnement Internet.

Cette nouvelle manière de recevoir des rappels à l’ordre permettrait d’arrêter les comportements de piratage occasionnel, et donc permettrait à Hadopi de cibler les véritables pirates. Cette loi est donc une bonne démarche pour diminuer le nombre de personnes éléchargeant sur internet illégalement, et permettra, si elle est respecté d’augmenter les ventes physiques ainsi que diminuer les ventes numériques. B- Les conséquences et les résultats de la loi sur le marché de la musique A l’heure d’aujourd’hui de plus en plus de personnes pirate sur internet. Que ce soit pour des musiques ou alors des films.

En effet on constate que de moins en mois d’achat légaux de film ou de CD sont effectués. Cette loi, nous montre que moins de personnes utilisent le « Peer to Peer », ce qui est positif, mais que beaucoup plus se rendent désormais sur des sites streaming et ue le nombre de pirates numériques a légèrement augmenté. Concrètement, la loi Hadopi n’a pas l’air d’être complètement efficace. Effectivement, cette loi qui au départ consiste ? sanctionner les personnes utilisant les téléchargements illégaux, entraine une hausse d’autres sites plus ou moins illégaux comme les sites streaming.

Le téléchargement illégal utilise aujourd’hui d’autre voies pour se propager, tel que les sites d’hébergements. Cette loi est donc à revoir, et n’est pas complètement efficace, car malgré tout encore beaucoup de personnes continuent ? élécharger sans que la loi Hadopi ne puisse le détecter. Trois millions d’internautes réussissent donc à échapper, et contourner cette loi. Cette loi n’a donc pas vraiment fait avancer le marché de la musique. En effet, le cour du marché de la vraiment fait avancer le marché de la musique.

En effet, le cour du marché de la musique en est toujours au même point, avec plusieurs millions d’internautes qui télécharge, et les quelques qui restent qui continuent d’acheter. Cette loi a donc incité certain internaute à changer leurs techniques de téléchargement. Afin e maximiser son efficacité, la loi Hadopi devrait donc être plus stricte. L’Etat est désireux de réglementer le marché de la musique en France afin de satisfaire les besoins de tous en toute légalité.

L’augmentation des ventes numériques entraine la baisse des ventes physiques qui celle-ci engendre la baisse de la consommation et donc la baisse du chiffre d’affaire des producteurs. L’Etat veut donc éliminer les ventes numériques afin de retrouver l’équilibre de départ. La mise en place de la nouvelle Loi Hadopi, ciblant l’usage des réseaux Peer-to-Peer semble avoir eu pour effet de modifier les techniques de piratage es internautes, qui réussissent à contourner les dispositions de la loi Hadopi.

Cette Loi n’est donc pas complètement efficace, et engendre des embûches à la remise en place du marché de la musique en France. Il en est de même pour le cinéma. En effet, encore une fois avec le développement d’internet, les cinémas on diminué leurs chiffres d’affaire. Effectivement, à l’heure d’aujourd’hui, on ne compte plus les sites streaming sur lesquels il est possible de visionner les derniers films à l’affiche, ce qui cause une perte d’argent pour les cinémas. Le cours du marché du cinéma est donc également en diminution.