Dissertation

Dissertation

verras los a écrit q ont marqué ma vie de façon plus durable en os que J’ai connus. Toutes ces citations de voir le OUF engagés littéraires êtres en chair et net qu’il est possible personnage acquérir le statut d’une personne réelle et ce faisant, que la distance entre e personnage et son lecteur se trouve pour ainsi dire abolie, comme s’ils n’étaient pas séparés par le fait même qu’ils appartiennent en théorie à deux mondes différents : celui de la réalité et celui de la fiction.

cesse servir de ce que l’on sait sur le personnage de roman -héritier du héros de épopée, le personnage de roman est d’abord une sorte de créature dotée de qualités exceptionnelles. Ainsi, le lecteur ordinaire ne peut que voir n lui une image idéalisée bien éloignée de sa réalité forcément médiocre. Le extraordinaire enchante : c’est bien entendu Emme bavard. Au contraire on peut se servir des romanciers réalistes pour montrer qu’en s’attachant à des êtres médiocres, parfois franchement déplaisants, ils tentent d’abolir la distance entre personne et personnage et ce faisant essaient peut-être de rendre l’être de fiction plus proche de son lecteur Ne pas oublier d’analyser le sujet, en particulier quand

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
il semble tout ce qu’il ha de plus limpide -« attendez-vous que » renvoie évidemment aux attentes et aux aspirations du lecteur; il faut le comprendre comme souhaitez-vous?

Le sujet Implique donc qu’il y ait une attente, un désir du lecteur vers la créature de fiction qui serait susceptible d’accomplir ses désirs ou d’ correspondre. Le terme le plus transparent et le plus complexe à définir est « proche » car il s’agit de se demander de quelle proximité l’on parle : faut-il entendre par là un personnage de roman qui a toutes les caractéristiques du vrai ou du moins du vraisemblable PROPOSITION DE PLAN 1-1_e lecteur peut en effet souhaiter un personnage qu’il estime proche de lui -Le personnage s’il présente des caractéristiques communes avec son lecteur (âge, situation sociale, trait de caractère etc.. Favorise immédiatement une intimité entre le lecteur et le personnage, voire une identification de celui-là celui-ci : le personnage devient donc une sorte de miroir ou de double dans lequel le 2 une sorte de miroir ou de double dans lequel le lecteur se retrouve dans un plaisir quasiment narcissique chaînes dans Le lisser le jeune adolescent que l’on est peut parfaitement s’identifier la figure du Jeune Allemand qui découvre l’amour pour la première fois. Aussi, il peut entrer en parfaite empâtait avec son personnage qui découvre ensuite que la femme qu’il a aimée a travaillé aux côtés des Nazis.

cycliste sur le même principe que fonctionnent les ouvres de littérature jeunesse : les romans de Marc tain notamment : célébrer fin ou tome sauver font écho à la volonté de faire l’école buissonnière impur le romancier, favoriser cet écho entre les lecteurs et les personnages est un gage de succès : Madame de La fatuité qua appartient au milieu aristocratique tend un miroir à ses lecteurs qui appâteraient à la mémé este ( de mémé eu la tragédie racines met en scène des aristocrates pour un public d’aristocrates) 2-Le personnage peut également nous paraître plus proche parce qu’il nous laisse entrevoir une intériorité d’ordinaire : dès lors il nous ouvre les portes du mystère humain nous demeure inaccessible face aux autres humains cimes déloyal de virginal Ulf accompagne euphorie dont on suit toutes les pensées dans une seule journée du côté de chez sans de propos : les errances amoureuses de sans qui s’éprend d’dette parce qu’elle lui rappelle une ouvre d’art, est en proie à une jalousie qui le induit à épier sous ses 8 qu’elle lui rappelle une ouvre d’art, est en proie à une jalousie qui le conduit à épier sous ses fenêtres mémé si au fond dette n’est pas « son genre ». Le lecteur suit donc les sentiments intimes du personnage. -gène fonction catholique : le personnage peut nous inviter sourire de nos petits travers, à trouver de l’intérêt à ce qui est ordinaire, en somme nous réconcilier avec nous-même couloir utilisation du anti-héros : câline Voyage au bout de la nuit, discours sur la peur éprouvée pendant la guerre; satire du colonel va-t-en guerre inconscient et fou individuelles et médiocrité des héros de l’éducation sentimentale de flatteur qui voit dans une visite dans une maison de passé au cours de leur jeunesse l’apogée de leur existence elle romancier a donc la capacité de donner du relief à des personnages ordinaires voire lâches : voir l’épisode du train dans Le Rapport de brodées. Félicite morceau rappelle qu’il connaît des « humais » ou des « Madame verdeurs » dans la vie personnages de flatteur et de propos) mais qu’il les fuit. Il-On peut au contraire rechercher un héros qui soit éloigné de nous -La fascination des lointains : l’invitation au rêve et au voyage et à la découverte subsidiaire de la réalité : cf..

L’Enfant de avales : le narrateur gardé en retenue dans son établissement scolaire, s’évade toute une journée en lisant reboisons creuse d creuse cl_es romans de agaça wallon : L’appel de la forêt : escapade dans le grand nord canadien avec des personnages de trappeurs duel romans de verre : Vingt mille lieues sous les mers n Un personnage de roman qui appartient à un autre univers ou une autre époque présente un intérêt quasi documentaire : La Princesse de celles est située à la cour d’hennir : on y voit un monde nourri par l’intrigue, le culte des apparences ; La Princesse de Montpelier du mémé auteur se situe dans le contexte français des guerres de religion germaine brosse le portrait des milieux sociaux en opposant la vie des mineurs et celle des bourgeois qui dirigent fusion ; Au bonheur des dames de sala ausculte la fin des petits commerces et l’avènement des grands magasins dans le Paris de la fin du siècle dernier Dl_es romans de écoutez : disgrâce nous plonge dans la société de l’affaire du Sud , vue par un universitaire blanc dans un monde de discrimination t de désir de vengeance ( voir aussi Au cour de ce pays) 2-jan personnage qui suscite le doute et l’interrogation, ce qui peut décupler l’intérêt qu’on lui porte C] C’est le cas de amoureuse dans l’étranger : son insensibilité fait naître immédiatement le sentiment de l’étrangeté ; en fait c’est le point de départ d’une réflexion de Camus sur le sentiment de l’absurde n voir barillet de mille dont le « eu référerais ne pas » constitue une parole 5 préférerais ne pas » constitue une parole énigmatique, Presque incompréhensible. Mobile dock quête folle et métaphysique ‘une baleine qui dépose le raisonnable duel caractère énigmatique ou lacunaire du personnage est paisiblement le reflet de nos propres passions 3-jan personnage susceptible de changer notre point de vue C]Le dernier jour d’un condamné : le narrateur est place dans une situation qui n’est évidemment pas celle du lecteur Cl_es Bienveillantes : le personnage montre donc que le bourreau n’est pas seulement le monstre mais l’homme ordinaire (CF.. ‘incite du roman) accoste tout le principe des romans qui utilisent le principe de l’loi neuf Les Lettres prépares : le détour par l’étranger nous permet de hangar notre point de vue sur nous-même et de nous interroger AI-Même lorsqu’ est dans un lointain le personnage a tigre un degré de proximité avec son lecteur 1-Qu’il apparaisse proche ou lointain de nous, le personnage de roman a toujours à voir avec Auch d’universel chaînes robe-grillée dans pour un roman prétend-il que le roman est un moyen d’accéder à une « vérité humaine profonde » ?dème si mêle de Chartres appartient à une autre époque, elle reste animée par des sentiments profondément humains : la jalousie mais aussi l’amour passionné et immédiat pour le Duc de meneurs : ravissement lors de la scène de bal, coup de foudre immédiat, rêverie a ne de meneurs , ce qui 6 rêverie autour de la canne de meneurs , ce qui est considéré comme le 1 er roman français d’analyse psychologique dissèque la complexité de la passion.

C] propos dans Du côté de chez sans : expérience universelle de l’enfant qui a peur au coucher et réclame le baiser maternel limée chose dans Bel Ami, l’ambition du personnage qui appartient pourtant à une autre époque a aussi Auch d’universel : chacun peut y reconnaître son désir de réussite Lille personnage peut également devenir une figure emblématique, incarner une sorte d’éternel « humain » comme on parle d’éternel féminin : ainsi Gavroche touche le lecteur-mémé si celui-ci a quitté l’enfance-parce qu’il incarne la hardiesse de la jeunesse et son insolence 2-1_e personnage, même lointain en apparence, peut faire écho aux fantasmes inconscients du lecteur.

La distance apparente cache en fait une proximité cédé la même façon que clause raconte que ses personnages se nourrissent de ses peurs ou de ses désirs plus ou moins conscients, de la même acon le personnage peut porter renonçaient de son personnage : Emme bavard trouve ainsi dans les romans qu’elle lit l’image de ce à quoi elle aspire-même si tragiquement cela la conduit refuser une réalité qui l’entoure-. Même chose dans Don chuchoté que la lecture des romans de chevalerie conduit à se précipiter dans une quête vaine. Déchets le même principe q jeunes gens à aimer les 7 8 principe qui conduit les jeunes gens à aimer les romans de chevalerie : le courage du héros, sa capacité à vaincre des obstacles insurmontables représentent un idéal.

Il s’accomplit ici un phénomène proche de celui qu’examine hébétement dans La psychanalyse des contes de fées 3-Les personnages les plus étrangers ou les plus dissemblables peuvent faire l’objet d’une lecture symbolique : c’est encore un détour pour parler de l’humain accoste tout le principe des Les géants de rebellais comme représentatifs de notre appétit de savoir n Le vampire comme image de la volonté de dévorer l’autre qu’implique la passion ( cf. déroula de bras Stocker) Conclusion Si le lecteur peut se laisser séduire par une proximité immédiate, céder à un loisir quasiment narcissique de se retrouver dans le personnage, il peut aussi trouver dans le personnage romanesque une manière de rencontrer l’autre, de le comprendre y compris lorsqu’ lui parait tout à fait étranger. Le ronfler que tend alors le héros au lecteur est infiniment plus subtil que celui du pur reflet. Il reflète les aspirations secrètes du lecteur et les manifestations les plus diverses de son humanité. La lecture qui est devenue au fil des siècles à la fois solitaire et silencieuse accomplit donc cet « exploit » de confronter le lecteur à lui-même et aux autres hommes, a son