Dissertaion

Dissertaion

Un ecrit social a un auteur, un destinataire et une fonction. La lecture est une prise d’indices : Indices culturels Indices pragmatiques (qui viennent de l’experience sur le fonctionnement de l’ecrit) Indices iconiques (illustrations) Indices semantiques (du sens) Indices syntaxiques Indices typographiques (ponctuation, paragraphe) Indices orthographiques Dechiffrer : lire syllabe par syllabe. Test de closure : texte a trous pour faire des hypotheses.

Une inference est une deduction. Oralisation = subvocalisation. La methode syllabique ou synthetique 1 lettre par semaine combinaison de syllabes fabrication de mots apprentissage de la lecture On trouve des syllabes artificielles et une liste de mots contenant le son du jour ou chaque syllabe est detachee Y combinatoire qui n’attache pas d’importance au sens, on travaille sur le code. Daniel et Valerie : illustrations puis phrase pretexte, pas de majuscules, liste de mots.

Il faut partir du vecu de l’enfant, aller du connu vers l’inconnu. Methode mixte (1970) 10% de globale, 90% de syllabique point de depart global et tres vite on revient a un apprentissage syllabique (_lecture__ en fete, Gafi le fantome_). Methode de Sablier (syllabique de 1975) On part de l’oral, des phonemes Il y a 36 phonemes en francais Y 1 phoneme par semaine La methode

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Sablier est une methode a depart phonetique Methode lobale Le point de depart est l’affectif On voit d’abord une globalite, puis les details Methode ideovisuelle (Charmeux, Foucambert) On part d’une image pour une prise d’indices. On part du sens puis on oblige les enfants a faire des hypotheses. On considere qu’un apprenti lecteur doit etre place dans les memes conditions que des lecteurs confirmes. _Paginaire__, objectif lire_ Apprentissage de la lecture prise de conscience lexique (sur l’acte de lecture) prise de conscience phonemique prise de conscience semiologique (fonctionnement du code ecrit et oral) prise de conscience communicationnelle (passer de l’implicite a l’explicite) prise de conscience lexicale referent : objet signifiant : dimension ecrite ou orale du referent signifie : idee qu’on a du referent (les enfants confondent signifie et signifiant) prise de conscience syntaxique (notion de phrase) II) Phase d’apprentissage (cycle II) III) Phase d’automatisation de la lecture (cycle III) creation d’automatismes IV) Phase d’extension (reste de la vie) Analyse d’exercices de lecture lecture-plaisir Y preserver, stimuler le desir de lire situation de lecture fonctionnelle Y preserver la conscience du sens de la lecture, reinvestir des savoir-faire. Lecture decouverte Y developper un comportement de lecteur : prise d’indices, hypotheses, verification. Travail sur le code Y decouvrir le fonctionnement de la langue : grammatical, orthographique, grapho-phonique, textuel.

Lecture communication Y oraliser un texte pour faire partager une experience Production d’ecrits Y capacite a gerer toutes les contraintes du texte Graphisme Y entrainer l’autonomie et l’efficacite du geste scripteur Caracteristiques du support : presentation materielle avec le role des illustrations, de la typographie et de la mise en page. Etude du texte sous l’angle des caracteristiques linguistiques ( dialogue, repetitions, phrases simples, vocabulaire courant) Etude du contenu semantique (l’histoire) Difficultes de lecture d’un texte : surcharge cognitive (saturation quand on a a gerer mentalement en simultaneite une multiplicite d’operations) les inferences Les 3 grandes familles de methodes de lecture 1-Le lecteur utilise une mise en ? uvre qui lui est propre pour apprendre a lire, ou pour lire.

Il a ses propres structures mentales. 2-Le contexte est ce qui rend la lecture differente des autres : pourquoi ? quand ? ou ? qu’est-ce que je sais sur cette lecture ? Le texte que je lis est particulier : selon que je lis un courrier, ou la consigne d’un devoir, une recette de cuisine ou un rapport, mon affect ne sera pas le meme, face a la lecture. 3-Le texte lui meme a une forme particuliere, une mise en page specifique. Il est une intention de l’auteur. Les differents modeles de comprehension : les processus utilises devant le texte. 1-Modele ascendant : le lecteur commence par voir la lettre, et remonte jusqu’au mot, a la phrase, au paragraphe puis au texte.

Dans cette logique, la comprehension se fait au moment ou le mot est compris : on dechiffre, on prononce et on comprend. Grandes figures de cet avis : Bentolila ; les linguistes. (Modele soutenu par Fijalkow) 2-Modele descendant : Le lecteur va avoir presque toutes les infos par le peri-texte (illustrations, mise en page, type de texte, reconnaissance de mots-cle). Il descend du texte dans son ensemble jusqu’au mot et si necessaire la lettre. Dans cette optique, lire c’est seulement comprendre, ca ne passe pas par une oralisation. Grandes figures de cet avis : Foucambert, E. Charmeux. 3-Modele interactif : mele les deux premiers. Grandes figures de cet avis E. Charmeux, Giasson.

Les trois grandes familles de methodes de lecture A) Methodes axees sur l’apprentissage du code (selon le modele ascendant): Ce que l’on reproche souvent a ces methodes, c’est de travailler avec des manuels qui ne sont pas attrayants pour l’enfant d’une part, mais qui en plus (et surtout) ne proposent pas de vraies situations de lecture : textes artificiels, crees pour l’etude d’un son, histoires anecdotiques et sans continuite, pas de paragraphes, et meme parfois pas de majuscule et de ponctuation. On les reconnait car il y a combinatoire : combinaisons de sons pour faire des syllabes, combinaisons de syllabes pour faire des mots. a) methodes synthetiques 1-La methode syllabique, ou alphabetique pure : Traditionnelle, cette methode est aussi ancienne que l’alphabet.

Elle privilegie l’entree dans la lecture par l’etude du signe oral ou ecrit en allant du simple au complexe (la lettre, le son, la syllabe, le mot… ). 2-La methode phonologique : Les lettres sont appelees par leur son « be », « pe ». Cette methode annonce les sons etudiees grace a l’API. b) methodes analytiques On propose a l’enfant, au debut de son apprentissage, un ensemble de mots et de phrases qu’il apprend par c? ur. Selon les supports choisis, cette premiere phase, globale, dure de quinze jours a trois mois. Elle est suivie d’une phase synthetique avec un apprentissage traditionnel de la lettre et du son. Il y autant de methodes « mixtes » que d’enseignants les utilisant et il n’est pas toujours aise d’identifier precisement la demarche choisie. E.

Charmeux qui etait il y a quelques temps pour cette facon de voir les choses, s’est par la suite rendu compte qu’il y avait dans l’ecrit tellement de recurrences qu’on pouvait tres difficilement faire l’economie de l’apprentissage du code. 80% de ce que l’on ecrit et lit repose sur le code alphabetique (etude de N Catach). C) Methode interactive : Cette methode combine l’apprentissage du code et la construction de sens. L’eleve doit savoir ce qu’il lit comment il le lit, dans quel but il le lit (un traite de philo ne se lit pas comme une notice de medicament). Mais lire est aussi un savoir faire : on en apprend la technique, puis on pratique intensement, puis c’est automatique.

Cette methode repose en general sur la lecture d’albums (de vrais livres, avec de vrais auteurs et de vrais textes), que l’on travail sur un cahier de lecture a part. Certains ouvrages ont plus que d’autres marque leur temps : je vous propose d’essayer de definir a quel modele et quel methode ils se rattachent. Et que disent les I. O ? Combien de temps doit durer l’apprentissage ? Les Instructions Officielles de l’Education Nationale recommandent d’etaler l’apprentissage sur les trois annees du cycle 2 : activites de preparation a la en Grande Section, apprentissage systematique en CP et en CE. L’objectif ambitieux etant « de conduire chacun a vouloir lire, a savoir lire, mais aussi a aimer lire ». Chaque enfant apprend a un rythme qui lui est propre.

Tout en respectant ce rythme, il s’avere egalement necessaire de fournir au jeune lecteur les moyens de progresser : exercices de lecture, activites motivantes a partir de la lecture … Dans ces conditions, il apprendra a lire en deux ou trois ans, et il y prendra plaisir. Les textes imposent-ils, preconisent-ils ou bannissent-ils certaines methodes ? « Il n’ y a pas de methode imposee d’ apprentissage de la lecture. Toute methode peut etre utilisee a condition que son efficacite soit demontree et qu’elle reponde aux besoins et aux possibilites des eleves. Il est de la responsabilite de chaque enseignant de determiner les pratiques et les demarches pedagogiques les plus appropriees. » Programmes de l’ecole primaire, CNDP 1995, p. 45. Dans les nouveaux programmes les methodes ideo-visuelles ne sont pas conseillees. « La plupart des methodes de lecture proposent aujourd’hui des programmes de travail equilibres.

L’appui sur un manuel scolaire de qualite se revele un gage de succes important dans cet enseignement delicat. »Qu’apprend-on a l’ecole elementaire ? CNDP 2002, p. 72. Que disent les textes concernant les supports de ces methodes ? « Le maitre utilise des supports varies : le livre, dont la decouverte, la manipulation et l’utilisation sont indispensables ; le manuel scolaire ; des instruments et des documents divers : les dictionnaires, l’ordinateur, la presse, certains jeux educatifs, les references elaborees en classe avec le concours des eleves (tableaux, repertoires, panneaux d’affichage…). » Programmes de l’ecole primaire, CNDP 1995, p. 45.

Toutefois, il ne s’agit la que d’un eventail des possibles et l’entiere liberte est laissee a l’enseignant. Apprendre a ecrire et lire en meme temps ? Il est important que l’ apprentissage de la lecture et de l’ecriture se fassent simultanement afin de faciliter la copie des textes par l’enfant mais aussi de prevenir d’eventuels problemes d’orthographe qui pourraient venir de gestes mal maitrises retardant le rythme de l’ecrit. Par ailleurs, cette demarche place l’enfant qui apprend a lire dans la situation de « producteur d’ecrit » : le fait de pouvoir etre lu par d’autres personnes le mettra en confiance. Questions : Quelle est la difference entre analphabetisme et illettrisme ?

L’analphabetisme n’existe quasiment plus en France. L’enfant analphabete est incapable d’associer des syllabes pour en faire des sons, puis des mots. Dans les cas d’illettrisme, l’enfant a plus ou moins appris a maitriser le code (l’ensemble des regles de la lecture ). Mais pour de multiples raisons, il a desappris a lire : il n’arrive plus a comprendre ni a transcrire un message. En France, le taux d’illettres devient alarmant. Qu’est-ce que la dyslexie ? «Trouble de la capacite de lire ou difficulte a reconnaitre et a reproduire le langage ecrit », selon Le Robert, la dyslexie est connue depuis longtemps mais elle est moins frequente qu’on le croit.

Son depistage se fait en milieu scolaire. Le cas echeant, vous serez guide vers un psychologue et un orthophoniste. Lire le fascicule Lire au CP Methode Mixte : Texte de depart · Texte-pretexte : il n’a pas de sens reellement, et on sent qu’on l’a ecrit pour pouvoir etudier aisement le son etudie. · Une lettre ou un son peuvent etre presentes dans un coin de la page. · Certains mots sont surlignes pour etre appris globalement. Type d’exercices · Les exercices portent essentiellement sur le code. · L’eleve doit situer un son ou un syllabe dans un mot. · Discrimination visuelle et auditive. · L’eleve doit classer des mots dans un tableau lettre/son. Il n’y a que peu de questions sur le sens, et pas celui du texte en general. Ce genre d’exercice se trouve a la fin de la lecon. Il porte generalement sur des mots outils, qui sont par ailleurs appris photographiquement. Methode interactive : Texte de depart · Un vrai texte, une vraie histoire, sur un livre de lecture ou il n’y a que de la lecture, et pas de son ou de lettre etudies. · Un support special pour la lecture : un livre ou un album d’un cote, et la lecon et les exercices ailleurs. · Les illustrations et le texte ne sont pas redondants : le texte en dit plus que les images. Type d’exercices · Les exercices se servent du contexte. Il y a beaucoup de questions sur le sens : retrouver la phrase qui correspond a l’histoire ou a l’illustration. · Questions sur le sens : de phrases, de texte (ou illustration), de mots. · Retrouver les mots manquants dans un texte a trou. · Retrouver l’ordre de l’histoire, ou de la phrase (ce dernier est un exercice sur le sens et la syntaxe. · Reperer le meme mot dans des listes. · Entrainement a la lecture : des phrases qui s’allongent. · Retrouver les espaces dans une phrase = segmentation. C’est un exercice qui n’est pas que sur les sens, car il contient aussi de la discrimination auditive et visuelle. · Des exercices sur le code, moins nombreux que les autres C’est toujours celle-la que l’on doit preferer.