Dissert Lumieres Et Monarchie Au XVIII

Dissert Lumieres Et Monarchie Au XVIII

Les Lumières et la Monarchie au XVIII CHAHIN RONY TD du Lundi de 11H à 14h E-mail: [email protected] com « Aucun Homme n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu a le droit d’en jour aussitôt qu’il jouit de la raison» Diderot. Les Lumières est un courant intellectuel caractérisé par des idées qui expliquent le monde et la société grâce à la raison (celle- ci désigne la capacité de penser qui repose sur le calcul et qui permet de reconnaitre le vrai du faux) et la science. Elles doivent permettre à l’Homme de trouver la liberté et le bonheur.

Ceux-ci fon Les philosophes des m le or 14 sur fhomme et la soc é to View Durant le XVIIIe siècl on peut voir les philo et une curiosité universelle d’exploration. tielles des Lumières. ts qui réfléchissent cle des Lumières » ‘tit de connaissances Quant à la monarchie (monas=un seul, archos= guide) il s’agit d’un régime politique où un seul personnage gouverne. Dans ses mains se concentre tout les pouvoirs. En France au XVIII, la Monarchie est absolue et de Droit divin. Le Roi, représentant de Dieu sur terre, détient

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
tout les pouvoirs sans partage. Il gouverne comme il rentend puisque sa légitimité est suprême.

Cette forme de monarchie absolue est très bien représenté par la phrase de rancien roi, Louis XIV, « c’est légal parce que je le veux » Celui-ci meurt e Swlpe to vlew next page en 1715 d’une gangrène laissant son arrière petit-fils Louis XV héritier du trône alors âgé de 5 ans et demi. II laisse un royaume agrandi, un Etat renforcé, une administration plus efficace, un empire colonial aux potentialités immenses mais un royaume qui est épuisé par tant de guerres (guerre de Dévolution, guerre de Hollande, guerre de la ligue d’Augsbourg, Guerre de succession d’Espagne qui constitue un enjeu européen. Le Français devenu la angue de la diplomatie marque la preuve du prestige culturel de la France. Le nouveau roi de France Louis XV (1715-1774) a effectué un règne presque aussi long que le roi soleil. II a été marqué par la régence de son oncle Philippe d’Orléans jusqu’à la majorité de Louis XV « Le Bien Aimé » en 1723; Son règne a été dominé par la montée des oppositions intérieures et des guerres extérieures. S’en suit son petit fils Louis XVI qui s’est trouvé en plein coeur de la révolution française.

Les découvertes scientifiques, mécaniques (imprimerie), l’évolution démographique et les mutations économiques t sociales, sont ce qui a permit la naissance de mutations culturelles dont le courant des Lumières fait partie. Par cela on peut voir à cet époque une évolution naissante des mentalités. Ceci est dû en particulier aux nouveaux lieux « libres » de partage des idées intellectuelles qui émerge dans paris. Cela nous amène à nous demander quels sont les principes politiques des Lumières et incarnent•ils la Révolution Française?

Nous verrons donc en première partie (l)Les lumières faisant émerger une nouvelle vision du monde 12 puis en seconde partie (Il) L’économie française du XVIII: ne économie hétérogène (Ill) La monarchie absolue et les contestations. l) Les Lumières faisant émergent une nouvelle vision du monde A) les progrès au coeur des lumières – Une idée réunit les partisans des Lumières: la foi dans le progrès. progrès scientifique, progrès technique, progrès intellectuel, progrès politique. Les philosophes des Lumières s’efforcent de comprendre le fonctionnement de l’univers par les lois mathématiques – Les phénomènes naturels peuvent être compris par la raison, l’observation et les expériences de la vie quotidienne. La physique est également au centre des recherches des Lumières avec la diffusion des théories de Newton par Du Chatelêt et Voltaire. – La chimie connait une véritable révolution avec les découvertes de Lavoisier (analyse de l’air et de l’eau). > Les découvertes scientifiques ont des conséquences fondamentales sur la conception de l’être humain.

Les philosophes s’interrogent; l’homme est-il régi par des lois physiques? cela remet en question les enseignements des Églises. B) une nouvelle vision de la société: les nouvelles idées – Le courant des lumières constitue une désacralisation du monde. – Les philosophes des Lumières ne sont pas tous hostiles à la héologie mais ils refusent clésiastique. Mais l’étude PAGF philosophes à s’éloigner des dogmes religieux. ex:Diderot dit que la morale n’est pas forcément lié à la religion mais dépend de la perception de chaque individu.

IJ Rousseau, même s’il est déiste il est contre l’orthodoxie religieuse. >Les Lumières se définissent donc avant tout par la liberté de penser par soi-même et de croire en toute forme de liberté. -Chacun des philosophes ne partagent pas les mêmes conceptions politiques. > Montesquieu n’est pas révolutionnaire, il n’est pas pour autant partisan de la monarchie absolue. Dans Les Lettres Persanes 1721) il tourne en ridicule Louis XIV et le Pape, puis il expose ses idées polltlques dans L’Esprit des Lois (1748).

Dans cet ouvrage parût au départ anonymement afin de contourner la censure, on y voit une étude de trois types de régimes politiques (la monarchie, le despotisme et la république), il montre comment la monarchie et la république risque de dégénérer en despotisme si la liberté n’est pas respectée. Le moyen de l’éviter serait réquilibre des pouvoirs éxécutif, législatif, et judiciaire. Ce traité est lu par certains comme l’inspirateur de la Constitution Française de 1791. Montesquieu est un fervent admirateur de la monarchie constitutionnelle et libérale anglaise, tout comme Voltaire.

Celui- ci s’oppose à la monarchie absolue de droit divin et à toutes les théocraties. Quant à J Rousseau il combat « les inégalités, la propriété privée, la passion de l’enrichissement et le luxe » dans Le Discours sur l’Origine et les Fondements de l’Inégalité parmi les Hommes (1755). Dans ce contrat social (1 2 sur POrigine et les Fondements de l’Inégalité parmi les Hommes (1755). Dans Le Contrat Social (1762) il fonde la société politique sur la souveraineté du peuple (c’est-à-dire une souveraineté qui ?mane par le peuple, pour le peuple et du peuple). olonté générale est souveraine elle est donc issue du pacte social librement contracté entre tous les citoyens. L’origine de la souveraineté réside en chaque individu libre et égale à tous. Aux yeux de Diderot dans l’article Autorité Politique l’autorité est légitime que si elle repose sur le libre consentement des gouvernés. « « Aucun Homme n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu a le droit d’en jouir » C) l’Opinion publique Auparavant sous Richelieu, puis Louis XIV la vie intellectuelle rtistique est contrôlée par la monarchie absolue.

On avait créé « les Académies » qui étaient des glorifications du pouvoir royal, >mais peu à peu ces « Académies » deviennent un vecteur des idées nouvelles. Par ses publications, l’Académie gagne en prestige européen qui permet de répandre ces idées dans toute l’Europe. -Les « Salons » de paris sont les lieux où se côtoient les philosophes, savants, artistes, magistrats et grands seigneurs de l’époque. >Ce lieu de rendez-vous joue un rôle prédominant dans l’échange et la diffusion des idées avant-gardiste de la Révolution Française.

A ces lieux, s’ajoute les « Cafés » qui ont joué un grand rôle dans la sociabilité des élites. > On peut discuter librement sans craindre la censure tout comme les PAGF s OF sociabilité des élites. > On peut discuter librement sans craindre la censure tout comme les « Salons -De plus même si la presse est surveillée par la Llbrarie Royale et soumise à la censure monarchique et ecclésiastique, elle joue un rôle toujours plus grand dans les débats politiques, culturels et religieux >La presse affaiblit sous Louis XVI , l’autorité et le prestige du roi et de la reine. Aussi nous pouvons remarquer que le théâtre et l’opéra e constitue pas qu’une pure distraction car ils diffusent également des idées politiques et des controverses artistiques. >Beaumarchais devient célèbre par Le Barbier de Séville (1775) qui est une comédie dénonçant les abus du pouvoir politique et les privilèges de la noblesse. -L’Encyclopédie est bien l’oeuvre essentielle qui montre les compétences de ceux qui sont appelés « Les philosophes des Lumières ».

Oeuvre qui a été édité pour la première fois en 1728, dirigé par Diderot et D’Alembert , >elle permet la réunification de tout les savoirs de tout les domaines de l’époque. La publication de l’Encyclopédie a été marqué par une vague de censure, demande qui a été dirigé par FEgllse car en février 1752, les jésuites font pression sur le Conseil d’Etat afin d’obtenir la condamnation et l’interruption de la publication de l’Encyclopédie. >Mais par l’appui de Malesherbes, le directeur de la librairie et chargé de la censure, qui était défenseur du projet encyclopédique, il permit la reprise des publications.

Transition: Grâce à l’augmentation des richesses qui donne nalssance à une nouvelle classe soc 6 2 naissance à une nouvelle classe sociale les « bourgeois » et, la égère augmentation de l’alphabétisation, on voit se fréquenter des philosophes nobles à des philosophes roturiers. (Ex: Du Chatelêt est noble, Diderot est bourgeois). Il) ‘économie française du XVIII: une économie hétérogène A)une population en augmentation -Durant cette époque l’Europe sort progressivement du piège malthusien. Le malthusianisme est un courant provenant de Malthus.

Cet homme s’interroge sur Porigine de la misère, il y observe un décalage entre 2 lois: une progression arithmétique des subsistances alors que la production de la population est géométrique (1 0, 100, 1000). Cela implique que la population évolue plus vite que les subsistances et qu’il faut donc entraver l’augmentation de la population avec des guerres et un contrôle des naissances. -Le XVIIIe connait une augmentation de la population. lly a une croissance continue qui fait de la France le pays le plus peuplé de l’Europe. et époque le peuple est mal alimenté alors que pour travailler il doit se nourrir. -La mort est omniprésente car la médecine existe mais n’est pas efficace. La seule façon de baisser le taux de mortalité est de permettre l’évolution de la démographie par l’alimentation. Mais ‘arrivée de la disette entraîne l’augmentation du prix du blé et celle de la mortalité alors que la natalité diminue. > C’est pour cela que l’on peu constater qu’entre 1 690 et 1 750 une variation entre les actes de baptêmes et décès.

Nous 7 2 l’on peu constater qu’entre 1690 et 1750 une variation entre les actes de baptêmes et décès. Nous avons des pics important de mortalité natales, mais par la suite il y en a plus. B) L’agriculture:de subsistance et commerciale -L’agriculture est importante, près de de la population vit à la campagne et en particulier de la terre car les paysans commercialisent leurs productions. La production agricole essentielle à l’époque est la production du blé puisque c’est l’élément de base pour la fabrication du pain qui est la nourriture prlncpale du peuple. Le droit des popu ations à glaner (droit d’usage sur la production agricole) est une économie collective qui permet aux plus pauvres de vivre. >Cela permet de nourrir ceux qui ne le peuvent pas. – Cest le développement des voies de communications qui permet de commercialiser les surplus agricoles. On ne produit pas que du blé mais aussi du vin qui est transformé en produit de luxe > On passe dans une production agricole de uxe; l’agriculteur entre donc dans une économie monétaire. C’est durant le XVIIIème siècle que se développe l’agronomie; il s’agit de l’ensemble des sciences exactes, naturelles, économiques et sociales, et des techniques auxquelles il est fait appel dans la pratique et la compréhension de ragriculture. >Cest à ce moment là que les économistes pensent que toutes les richesses proviennent de la terre. C) L’industrie: Le début d’une révolution – Adam Smith pense au contraire que la richesse ne provient pas de la terre mais que c’est le travail de l’homme qui apporte la rich