Developpement ne rime pas forcement avec croissance

Developpement ne rime pas forcement avec croissance

?Developpement ne rime pas forcement avec croissance La croissance – La croissance C’est l’accroissement des richesses d’un pays, mesure par le Produit Interieur Brut (l’agregat PIB) qui peut etre exprime en valeur ou en volume. • La croissance designe donc un phenomene purement economique et quantitatif. Il existe 2 types de croissance : Croissance extensive : hausse des quantites des facteurs de production (plus de main d’? uvre, plus de facteur capital, plus de matieres premieres). Croissance intensive : hausse de la productivite (meilleure organisation du travail). a. mesurer Taux de croissance = ( (PIB T2 – PIB T1) / PIB T1 ) * 100

Le developpement – Le developpement est un phenomene qualitatif (transformation des comportements, evolution des mentalites…) ayant un aspect structurel (industrialisation, urbanisation, extension du salariat…) et entrainant des changements economiques, sociaux, techniques, demographiques et institutionnels. Mesurer L’Indicateur de Developpement Humain (IDH), cree en 1990, sert a mesurer le developpement. Il est calcule par le Programme des Nations Unies pour le Developpement (PNUD) et prend en compte 3 facteurs : l’esperance de vie le niveau d’instruction : taux d’alphabetisation des dultes et nombre d’annees d’etude le PIB par habitant : parite de pouvoir d’achat. L’IDH est la moyenne des notes obtenues par les 3 composantes.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
L’Indicateur de Pauvrete Humaine (IPH) a ete cree en 1997. Il tient compte des conditions de vie : acces aux services publics : eau potable, sante… niveau de malnutrition : part des enfants de moins de 5 ans Les effets positifs de la croissance sur le developpement . La croissance a permis une forte elevation du niveau de vie, c’est a dire de la quantite de biens et de services dont dispose un menage moyen. La productivite est donc au coeur de la croissance.

Une augmentation de production par actif ou par heure se traduit en effet par une diminution de la quantite de travail necessaire pour realiser un objet. Le produit coute donc moins cher. Les entreprises en profitent soit pour diminuer leurs prix soit pour conceder des augmentations de salaires  ( augmentation du pouvoir d’achat du consommateur ), soit pour augmenter leurs benefices ( augmentation des investissements ) . Dans tous les cas, la demande augmente ce qui pousse les entreprises a creer des emplois et a  produire plus de richesses qui seront mieux reparties par l’Etat-Providence ( Doc 3 ). Plus de rois millions d’emplois ont ete crees entre 1950 et 1997 ( Doc 1 ) La croissance economique et le developpement vont souvent de pair La Coree du  Sud et la chine ont connu les plus fortes croissances du PNB entre 1980 et 1993 : la production a augmente de 8,7 % en moyenne par an dans le premier pays, de 9,6 dans le second, ce qui est tout a fait exceptionnel (document 4). Ces deux pays ont egalement connu un developpement sans precedent mesure par leur IDH passe de 0,666 a 0,890 en Coree et de 0,475 a 0,666 en Chine (le maximum est 1). La croissance s’accompagne bien du developpement dans certains cas historiques.

Conclusion partielle = La croissance est donc source de prosperite. La societe s’enrichit tout en beneficiant de plus de temps libres et de plus de loisirs. Mais n’y-a-t-il pas des effets pervers au productivisme ? 2 – La croissance peut s’accompagner d’un mal-developpement . La croissance a des effets negatifs sur l’environnement : epuisement progressif des ressources naturelles ,pollutions et nuisances diverses . La croissance produit des effets secondaires qui ne sont pas financierement prises en charge par les producteurs mais par l’Etat ou par ceux qui les subissent. Le productivisme st un autre effet pervers de la croissance. D’une part, une augmentation incessante de la productivite du travail se traduit par une deterioration des conditions de travail ( dependance vis a vis de la machine, abrutissement, accidents du travail… ) et par un stress dans la vie quotidienne que revele l’augmentation de la consommation des anti-depresseurs. D’autre part, une croissance trop forte de la productivite par rapport a celle de la demande se traduit par une destruction d’emplois. La croissance n’est donc pas toujours riche en emploi. Enfin, il faut s’interroger sur le partage des fruits de la croissance.

Un partage inegalitaire, qui ne profite qu’a une minorite, n’est en rien un signe de developpement. Le PNB par tete n’est qu’une moyenne qui peut cacher de profondes disparites. La croissance , en elle-meme, ne dispose pas des mecanismes necessaires pour rendre le partage egal. Une intervention etatique semble necessaire. Un meme PIB par habitant peut correspondre a des niveaux d’education et de sante tres different : la Guinee et Sri-Lanka ont 5OO $ par habitant et des IDH de 0,2 et 0,5 ( sur 1 ). Ce dernier indicateur mesure mieux le developpement  car lorsque les inegalites, le chomage et la pauvrete sont eleves, une artie de la population ne peut se soigner et s’eduquer : les PIB / habitant peut le cacher, l’IDH le mesure. Un pays peut avoir un taux de croissance assez fort sans pour autant que sa population en profite. Un regime autoritaire maintenu en place grace a la force pourra empecher la repartition sociale de la croissance. Ainsi les pays comme la Chine ou l’Argentine ont connu ses dernieres annees des taux de croissance tres eleves alors que les droits de l’homme n’y sont pas respectes et que la pauvrete est tres importante. On ne peut parler de developpement si une tres grande partie de la population ne connait pas de hausse de son bien-etre

Conclusion Conclusion : Croissance et developpement sont deux concepts a ne pas confondre. Ils vont souvent l’un avec l’autre quand les gains de productivite profitent aux consommateurs et aux salaries mais peuvent aussi aller sans l’autre. 1 – Rappel de la demonstration = La croissance a permis une amelioration sensible du niveau et du mode de vie des populations occidentales. Elle est source d’emplois et elle est indispensable pour lutter contre le chomage. Cependant, la croissance a un cout social et environnemental qui n’est souvent pas pris en compte dans les donnees statistiques.